N'oublier Jamais Par Michel Bussi (2015)

Posted on

N'oublier

Telechargement Gratuit Epub N'oublier Jamais PDF MOBI -Vous souhaiteriez trouver un moyen de convertir un fichier N'oublier Jamais PDF en texte et p le télécharger sur le lecteur MP3, À C E moment-là pour l'écouter. Les N'oublier Jamais PDF peuvent être édités and facilement sans toutefois perdre la mise en page et suivre les programmes lus à voix haute. Gratuit d'ebooks. Cha cha comic N'oublier Jamais PDF Téléchargement gratuit. Le support mais risquée. Il existe un compte de gratuit de 7 jours.

Description du N'oublier Jamais

Telechargement Gratuit Epub N'oublier Jamais PDF MOBI - 'Ca va mademoiselle ? répéta-t-il. Elle tourna vers lui. Il avança. Les herbes hautes montaient jusqu'à mijambe et il se fit la réflexion que la fille n'avait peut-être pas aperçu la prothèse fixée à sa jambe gauche. Il se trouvait maintenant face à elle. Dix mètres. La fille s'était encore approchée du précipice, le dos offert au vide. Elle avait beaucoup pleuré, mais la fontaine semblait tarie. La maquillage autour de ses yeux avait coulé, puis séché. Jama...

Détails sur le N'oublier Jamais

Titre de livre : 485 pages
Auteur : Michel Bussi
Éditeur : Pocket
Catégorie : Viol
ISBN-10 : 226625457X
Moyenne des commentaires client : 3.76 étoiles sur 5 1437 commentaires client
Nom de fichier : n-oublier-jamais.pdf (Vitesse du serveur 24.55 Mbps)
La taille du fichier : 27.96 MB

Commentaire Critique du N'oublier Jamais

Gwen21 a écrit une critique à 05 mai 2014. Gwen21 donne la cote 1437 pour N'oublier Jamais. ***ALERTE SPOILER*** Plaisir de lecture : Néant. Suspense : Néant. Frissons : Néant. Ennui : Elevé. Non, non et encore non. 1/ Je vais arrêter de lire des polars français qui semblent juste écrits pour servir de futurs scénarios aux feuilletons de l'été de TF1. 2/ Il faut que je perde cette manie de deviner le dénouement avant la moitié du bouquin. 3/ ça me fatigue les auteurs qui jouent les VRP pour Quai des Marques. C'est quoi le problème au fond avec ce bouquin, Gwen ? Allez, vous prendrez bien un petit cocktail au shaker ? Jamal, jeune Beur issu d'une cité du 9-3, unijambiste*, répare des poignées de porte et débouche des chiottes dans un institut psychiatrique de la région parisienne. Ses principaux buts dans l'existence : gagner un défi sportif et s'envoyer une femme canon. En congés à Yport, près d'Etretat, ce faux anti-héros va être rapidement englué dans la toile d'araignée qu'une poignée d'autochtones unis par la même soif de vengeance a patiemment tissée. Jamal est donc en danger, en très grand danger et pourtant… il réalise la prouesse d'écrire minutieusement son journal dans le feu de l'action, dans cette course contre la mort. Faut dire que c'est un habitué des courses contre la montre, ça explique peut-être tout ? Sur le chemin de Jamal, bien des coïncidences, des rencontres opportunes et des indices, presque autant que de galets sur une plage de la Manche. Sur le chemin de Gwen, une intrigue si capillotractée qu'elle perd vite toute crédibilité pour mieux gagner en ennui. Place à une petite rétro-pagination (***RE-ALERTE SPOILER***) p. 499 : dénouement mièvre et prévisible. p. 397 : je découvre qui est le tueur. p. 341 : je comprends toutes les anagrammes de tout le monde, j'ai pigé le truc même si je n'en reviens pas que l'auteur en ait tellement abusé. p. 338 : La fausse Mona explique enfin à Jamal le système des anagrammes entre Magali Verron et Morgane Avril quand ça fait presque 100 pages que je le lui crie vainement aux oreilles. p. 253 : Je pige le système des anagrammes, non seulement celui de Magali mais aussi celui de Mona. Voilà. Maintenant, passons aux invraisemblances. 1/ Comment Mona-Alina, la rouquine-musaraigne-souris-marmotte, parvient à écrire les anagrammes sur un pare-brise dit « poussiéreux » alors qu'il vient de pleuvoir des cordes ? Et comment Jamal assis au volant peut-il les lire dans le bon sens ? Bussi ne va pas me faire croire que Mona a pensé à inverser ses lettres ? Non, d'ailleurs, il ne le fait pas. 2/ Pourquoi Océane, au moment de sauter de la falaise, essaie-t-elle de faire fuir Jamal en lui disant de partir vite, de décamper ? 3/ Pourquoi Alina-Mona-Musaraigne-Marmotte apparaît-elle sur deux photos des albums de famille de Martin Denain alors qu'en fait elle n'est pas chercheuse en silice ? 4/ Pourquoi Jamal ne cherche-t-il pas à découvrir l'expéditeur des enveloppes kraft et à étayer ses soupçons concernant Alina-Mona-Musaraigne-Marmotte ? 5/ Qui peut croire qu'un type qui se fait passer pour un chômeur s'appelle le Medef ? 6/ Franchement, qui peut croire à cette histoire de vengeance préparée un an à l'avance par la mère inconsolable et devant souder 6 acteurs (sans compter le chien) sans jamais déraper ? (Ah, au fait, pour celles et ceux que ça intéresse, Bussi a oublié de dire que c'était Carmen qui avait fait gagner à Jamal son séjour à Yport en lui faisant croire qu'il participait à un jeu-concours). 6 bis / Qui peut croire à cette pseudo tentative de « piège dans le piège » de la part de Piroz ? Un enquêteur assez fin pour vouloir la « jouer à l'envers » au tueur en série et assez con pour parler trop fort sur un bateau ? 7/ Enfin, est-il possible qu'au moment où Jamal touche enfin à l'un des buts de sa vie, à savoir sauter un mannequin, et que la fille est sur lui, toute consentante, il se mette à lui débiter son autobiographie et la genèse de son handicap ? Est-ce que c'est là que j'étais sensée verser une larme, syndrome « Intouchables » oblige ? Raté. J'ai bien failli à un moment faire une overdose d'anagrammes (oui, Bussi en a abusé, jusqu'à en faire une avec le nom du chien…), c'est pourquoi, pour remuer un peu l'ennui de ma lecture, j'ai tenté sans y parvenir de chercher une anagramme XXL en regroupant toutes les marques citées par l'auteur. C'est parti, accrochez-vous à vos bretelles : Lotus (les spéculoos pas le PQ, faut quand même pas pousser Mémé…), Burberry (avec insistance, vous pensez, c'est l'arme du crime, on vous donne même le prix pour vous aider à guetter les soldes), North Face, Vuitton, Eden Park, Armani, Calvin Klein, King Cobra, Nike, Twinings, Moleskine, Dior, K-Way, Dell, Kaporal. J'ai cogité, cogité, cogité et puis renoncé… J'avais déjà consacré trop de temps à ce roman, autant en finir au plus vite. Côté écriture, sincèrement, on frôle la rédaction de collège. Hum… le style ? Considérant l'encensement dont bénéficie Bussi, je ne me serais jamais attendue à un niveau aussi ras des pâquerettes. La narration du journal de Jamal est identique au style des différents éléments de l'enquête : rapports, divers comptes-rendus d'interrogatoires… ou comment rendre le récit encore moins crédible. J'aurais pu fermer les yeux sur les failles de ce polar et être plus indulgente, histoire de reconnaître que Michel Bussi s'était bien remué les méninges pour pondre une intrigue aussi (faussement) complexe mais il m'a lui-même donné le coup de grâce p. 495 avec ce superbe point d'orgue quand la police retrouve le journal de Jamal : « Je l'ai lu, c'est édifiant » écrit le flic avant d'inscrire noir sur blanc dans son rapport : « Monsieur le directeur, vous tenez là une histoire que n'importe quel éditeur s'empresserait de publier. » Ah, la clé du mystère est donc là : Michel Bussi est son propre VRP ! Enfin presque, si je puis me permettre, reste à sérieusement travailler les titres… *Le handicap est tendance depuis 2011. D'ailleurs, coïncidence, le meilleur pote de Jamal, son collègue Ibou, ressemble trait pour trait à Omar Sy (p. 31). + Lire la suite.
oran a écrit une critique à 30 mai 2016. oran donne la cote 1437 pour N'oublier Jamais. Lecture fin janvier 2016 Encore un Bussi qu’on ne lâche pas avant la dernière page ! Un conseil : ne pas entreprendre la lecture de ce roman si on a des choses urgentes à faire ou à terminer ! Le cadre : la Normandie et ses falaises. Jamal Salaoui est unijambiste mais c’est un sportif de haut niveau, catégorie paralympique. Décidé à participer à l’ultra-trail du Mont-Blanc (Epreuve de montagne, comportant de nombreux passages en altitude (>2500m), dans des conditions climatiques pouvant être très difficiles (nuit, vent, froid, pluie ou neige), nécessitant un très bon entraînement, un matériel adapté et une réelle capacité d’autonomie personnelle), il profite de quelques jours de congé pour s’entraîner sur la plus haute falaise d’Europe, celle d’Yport-Etretat. Sur son parcours, il est attiré par une longue écharpe rouge, une Burberry qui coûte au moins 500 euros, accrochée à la clôture d’un champ. Il va la ramasser et c’est le début d’un long cauchemar. En haut de la falaise se tient une fille magnifique, fascinante, à moitié dévêtue, il va lui tendre l’écharpe pour tenter de la ramener vers lui, mais elle saute dans le vide, emportant avec elle le cachemire écarlate… Sur la grève, les premières constatations démontrent qu’elle a été violentée, violée et étranglée par l’écharpe qui lui enserre le cou ! Tout accuse l’infirme… et ce drame renvoie à deux autres similaires vieux d’une dizaine d’années. Jamal est-il coupable ? le coupable idéal ? Il se sait innocent mais d’étranges phénomènes se produisent. Est-il fou ? A-t-il oublié les atrocités qu’il aurait pu commettre Il prend le lecteur à témoin. Les coups de théâtre s’enchaînent, les coïncidences, les mensonges, les vérités se succèdent… Ne pas en dire plus, pour garder l’intrigue intacte ! Comme dans chacun de ses romans, Bussi multiplie les suspens, Un excellent policier, captivant, bien écrit par un excellent écrivain. + Lire la suite.
Nastie92 a écrit une critique à 07 mai 2014. Nastie92 donne la cote 1437 pour N'oublier Jamais. Carmen Avril entra. Un coffre-fort, ce fut la première impression du capitaine Grima. Un coffre-fort à percer. Les yeux du gendarme glissèrent sur sa silhouette de tonneau sanglé par les boutons de fer d'une veste en daim, ses bottes lacées sur de lourdes jambes. Tout le corps de Carmen Avril semblait cadenassé, jusqu'aux épaisses lunettes reliées à une chaine derrière son cou et son sac à main de cuir à lourde armature métallique. Pour un peu, imagina le capitaine, elle cachait sous sa veste une clé pendue à son cou. Celle qui commandait son cœur. + Lire la suite.