Métro 2035 Par Dmitry Glukhovsky (2017)

Posted on

Métro

Sites Telechargement Torrent Métro 2035 PDF IBook PDB -N'oubliez pas de donner votre avis sur les livres que vous avez lus. Donc, si vous êtes à la recherche de livres d'amour à tout moment de la journée ou de la nuit, vous venir! Certains livres peuvent être inclus dans la gratuite, mais leur peut avoir changé pour être payé. Avant p le télécharger Métro 2035. Les livres électroniques sont au arrangement ePub. Sur le projet Gutenberg, les livres du domaine sont gratuits. Le catalogue compte près p 43 000 livres du domaine community.Ce livre est largement considéré comme un ouvrage extrêmement influent sur le sujet. Il a keep on d'être révisé et republié depuis sa novel initiale en 1858 jusqu'à nos jours. Nos livres PDF sont conçus avec une table des naviguer qui permet aux lecteurs de naviguer facilement entre les chapitres des livres. Avec nos étagères complètes, on peut trouver des livres pdf gratuits sur tous les sujets, pour les lecteurs de tous.

Description du Métro 2035

Sites Telechargement Torrent Métro 2035 PDF IBook PDB - 2035. VDNKh. Artyom, marié à Anna – fille du colonel Melnik –, est retourné vivre dans sa station natale. Un souvenir l'obsède pourtant, celui de la voix qu'il a entendue sur une radio militaire, deux ans plus tôt, quand il était au sommet de la tour Ostankino avec les stalkers. Aussi, depuis son retour, remonte-t-il quotidiennement à la surface, escalade des gratte-ciel en ruines, pour tenter d'entrer en contact avec d'autres survivants. Tenu pour fou, la ri...

Détails sur le Métro 2035

Titre de livre : 200 pages
Auteur : Dmitry Glukhovsky
Éditeur : L'Atalante
Catégorie : Viol
ISBN-10 : 2841727971
Moyenne des commentaires client : 4.02 étoiles sur 5 22 commentaires client
Nom de fichier : métro-2035.pdf (Vitesse du serveur 23.46 Mbps)
La taille du fichier : 35.51 MB

Commentaire Critique du Métro 2035

okka a écrit une critique à 20 avril 2017. okka donne la cote 22 pour Métro 2035. p.343-4. - Tu m’as demandé… pourquoi je… pourquoi je suis une putain. Comment je le suis devenue. - Je ne te le demande plus. - Mais fais donc. Je n’ai pas honte. Tu te crois le seul dans ton cas ? Sais-tu combien vous êtes à régresser, rongés par la solitude ? Sans personne à qui vous plaindre. Tous ceux-là sont attirés vers moi comme par un aimant. Tu comprends ? Vers moi et en moi. Et si je ne les accueille pas… s’ils n’ont pas l’occasion de vider tout ça… la crasse, l’horreur… la haine, la douceur. Ils retourneront encore plus sûrement à un état bestial. Vous êtes ainsi faits, vous les hommes. Certains arrivent dans un tel état !… Et moi je les calme, je les apaise. Tu comprends ? Je leur apporte la paix. Je les consoles. Ils vont s’agiter… crier… être violents… pleurer… puis ils se calment. Ils referment leur braguette et s’en vont vivre encore un peu sans être en guerre contre tout, y compris contre eux-mêmes. + Lire la suite.
okka a écrit une critique à 20 avril 2017. okka donne la cote 22 pour Métro 2035. p.288-9. - Pour dix mille exemplaires ? Il pourrait t’étonner, lança Artyom à Ditmar avec un rictus. Il s’enfuira de la station, peut-être même qu’il commettra un attentat, en représailles. On ne pardonne pas un truc pareil. - On ne le pardonne pas, mais on l’oublie. On passe tous des compromis avec soi-même. Les gens me surprennent rarement, stalker. Les rouages sont les mêmes dans toutes les caboches : le désir d’une vie meilleure, la peur, la culpabilité. Il n’y a rien d’autre chez l’humain. Il faut tenter les hommes avides, culpabiliser ceux qui n’ont peur de rien et effrayer ceux qui n’ont pas de conscience. Toi par exemple, qu’est-ce qui t’a pris de revenir ? Tu sais bien que tu risques ta peau. Mais non, tu as une conscience. Tu t’inquiètes pour ton petit vieux. Et cette conscience t’a fait miner le couloir de correspondance, favoriser le déclenchement d’une guerre. L’hameçon est là et bien là. (Ditmar effleura du bout du doigt la joue d’Artyom, qui recula instinctivement.) Tu l’as bouffé. Plus moyen de m’échapper désormais. + Lire la suite.
okka a écrit une critique à 19 avril 2017. okka donne la cote 22 pour Métro 2035. p.143. - Moi, moi, ce que j’en dis moi… Avant j’étais conducteur de rames. Dans le métro. Un vrai de vrai. Et… j’ai une théorie… Une sorte de comparaison, pour ainsi dire. La vie, c’est comme une ligne de métro… Comme des rails. Et il y a des aiguillages qui peuvent vous faire changer de voie. Et, de terminus, il n’y en a pas qu’un mais plusieurs. Certains font le voyage sur la même ligne du début à la fin. D’autres vont au dépôt. D’autres encore empruntent des tunnels secrets pour rejoindre d’autres lignes. Tout ça pour dire… que, des terminus, il peut y en avoir beaucoup. Mais, de destination, chacun de nous n’en a qu’une ! La sienne ! Et il faut bien choisir à chacun des aiguillages qui longent les voies pour arriver exactement où l’on doit. Accomplir ce pour quoi nous sommes venus au monde. + Lire la suite.