Les Primates De Park Avenue Par Wednesday Martin (2018)

Posted on

Les Primates De Park Avenue

Ebooks Telechargement Les Primates De Park Avenue In French PDF IBook PDB -Sécuriser les applications Internet PHP vous aidera à maîtriser les techniques, les compétences et les meilleures pratiques vous avez besoin pour écrire. Résumé 119. 7 janvier Le bon logiciel de livre électronique facilitera la lecture sur votre bureau a orient un exemplary petit lecteur de , d'afficher des au format e-pub that is capable. et MOBI. Presque tous les outils de recherche de mots clés sur le marché sont en sur les données p Google Keyword Planner. Comme vous pouvez le constater, le logiciel de agency Swift eBook est de loin supérieur à tout autre de livre disponible auparavant. Cet outil vous permet de lire des livres électroniques aux formats. Vous devrez peut-être utiliser les outils d'examen appropriés, tels que Les Primates De Park Avenue pdf.

Description du Les Primates De Park Avenue

Ebooks Telechargement Les Primates De Park Avenue In French PDF IBook PDB - Wednesday Martin débarque de son Midwest natal dans l'Upper East Side, le quartier le plus huppé de Manhattan, avec son mari et ses deux enfants. Le rêve se transforme rapidement en cauchemar. Wednesday est sur le territoire des primates les plus riches de la planète. Une enclave hostile peuplée de femmes au foyer surdiplômées, glamour, mariées à des patrons de hedge funds et totalement dévouées à la réussite de leur progéniture. Armée d'un calepin et d'un crayon, W...

Détails sur le Les Primates De Park Avenue

Titre de livre : 363 pages
Auteur : Wednesday Martin
Éditeur : 10-18
Catégorie : Vécu
ISBN-10 : 2264072083
Moyenne des commentaires client : 3.83 étoiles sur 5 6 commentaires client
Nom de fichier : les-primates-de-park-avenue.pdf (Vitesse du serveur 20.06 Mbps)
La taille du fichier : 25.71 MB

Commentaire Critique du Les Primates De Park Avenue

antigoneCH a écrit une critique à 25 mars 2018. antigoneCH donne la cote 6 pour Les Primates De Park Avenue. Par où commencer avec ce récit qui n'est pas un roman ?... Oui parce qu'il n'est pas un roman (donc), et pas si léger que sa couverture le prétend (et en même temps si), et que ce n'est pas si facile de le résumer sans omettre tout un tas d'éléments intéressants... Premièrement, tu dois préciser d'emblée que Wednesday Martin se positionne dès les premières pages de ce livre en tant que chercheuse et anthropologue avide de comprendre le nouveau cadre de vie dans lequel elle a l'intention d'élever ses fils, soit le quartier le plus huppé de Manhattan, l'Upper East Side... Mouais avais-tu alors envie de penser... lorsque l'argent coule à flot les problèmes de certaines paraissent seulement briller un peu plus au soleil... et puis (chère Wednesday) personne ne t'a obligée à quitter le sud de Manhattan, plus ouvert, pour ce quartier aux codes et aux coutumes si enfermantes !! Si ?... Bref. En réalité, l'intérêt de ce livre réside surtout dans le regard porté sur cette société de mères auquelle se heurte la narratrice dès les débuts de son fils à l'école maternelle... Et tu as été saisie d'y retrouver toutes les difficultés que tu as rencontré toi même, alors toute nouvelle dans ton quartier, lorsque tu es arrivée avec ta fille toute petite (sautillante et pas toujours obéissante) dans ton école pourtant classée ZEP, avant de comprendre que les regards fuyants des autres mamans signifiaient simplement que tu n'habitais pas le bon immeuble... Ces bonjours sans réponse, ou ces regards qui te demandaient comment tu osais leur adresser la parole... Cette hiérarchie dont tu n'as pas maîtrisé au premier abord l'organigramme, cette erreur de vouloir discuter avec les pères (souvent plus avenants) et le regard foudroyant récolté ensuite dans ton sillage... Tous ces codes pour lesquels il faut l'avouer tu n'as jamais été très douée, offusquant sans doute plus qu'à ton tour les autres mères parfaites avec ton peu de considération pour la cuisine (entre autres) et toutes ces petites choses qui font que la vie d'une mère atteint son apothéose sociale (avec des escalades énormes quand vient le temps des anniversaires, ou des fêtes scolaires) et que son intérêt finit par ne plus tourner qu'autour de sa progéniture ... Et pourtant tu en as passé du temps avec la tienne, de progéniture... Et c'est donc là que Wednesday a commencé à réellement t'intéresser. Pas vraiment quand elle a cherché à dénicher le dernier sac à la mode (et surtout très très cher), ni quand elle t'a raconté en détail sa garde robe ou ses soirées burlesques entre copines. Mais quand elle a relié tout ce comportement humain et hautement féminin à celui de primates, et qu'elle t'a fait comprendre que ces codes... ceux auxquels justement tu n'avais pas voulu jouer... régissaient bien des milieux. Lien : http://antigonehc.canalblog... + Lire la suite.
iris29 a écrit une critique à 17 août 2018. iris29 donne la cote 6 pour Les Primates De Park Avenue. Ce livre , n'est pas un roman mais le témoignage d'une anthropologue nouvellement mariée et future maman de deux petits garçon qui aménage dans le quartier le plus huppé de New-York , sur l'île de Manhattan, l'Upper East Side , (que l'on pourrait traduire par le quartier en haut de l'île , côté est…). Elle raconte sa recherche ardue de l'Appartement , - la recherche ardue de la bonne nounou , puis la recherche ardue de la bonne école maternelle (c'est à dire , celle qui voudra bien de votre petit génie de bambin…), - le tissage de relations et copinage (hard !) avec les mamans de l'école qui ne veulent pas de vous et qui vous snobe, vous la nouvelle ! - le tout en essayant de conserver sa taille de guêpe ( grâce à des cours de gym dignes de GI Joe) ..tout en essayant de conserver sa beauté (merci le botox ! ), son mari etc... Le parcours de la poupée Barbie est semé d'embuches ... Pour celles d'entre vous qui ont déjà lu de la chick-lit ( littérature pour poulettes /== comédies romantiques ) se passant à New-York, rien de ce qu'elle raconte ne vous est inconnu . Tout est déjà raconté de façon romancée, en plus drôle. Là, où se livre est original , c'est que son auteur est anthropologue et qu'elle compare tout ce petit monde à des femelles chimpanzés (et toc ! ) , à des peuples lointains ou à des mamans oiseaux … C'est percutant, intelligent et ça fait tout de suite moins superficiel . J'ajouterai que c'est très facile à lire. J'ai trouvé ce livre très intéressant pour qui aime la sociologie, New-York et les différences. Mon bémol, c'est que j'ai eu du mal à comprendre pourquoi , une femme cultivée, intelligente (et ayant de la distance .. au début ! ), s'infligeait tout ça . Toute cette quête vaniteuse et humiliante: quel était le but ? Ecrire un livre ? Au début, elle s'étonne, s 'interroge, puis dans un deuxième temps elle s'offusque, critique cette caste tout en voulant désespérément en faire partie . Personne ne les a forcé, elle et son mari à habiter là-bas . Je ne l'ai pas du tout trouvée sympathique . ( voulant "réseauter" , voulant se faire des ami(e)s très haut placé.) Je l'ai trouvée très naïve … elle s'attendait à quoi ? Que les mamans de l'école (" la crème de la crème mondiale" , au niveau fortune/pouvoir ), lui ouvrent les portes de leurs nombreuses résidences tout de suite ? Sachez que si vous voulez habiter ce quartier , il vous faudra prendre un agent (pour trouver un appartement ) . Puis selon les lois de la copropriété , (il y en a de 2 sortes) , vous devrez montrer pate blanche à tous les autres propriétaires… (salaires, actions, résidences) , ils éplucheront tout et accepteront ou pas votre achat ! Et là , ce ne sera pas fini … Vous ne pourrez pas mettre votre enfant dans l'appart, quelques années après, souvenez vous : vous avez signé ! C'est vous et vous seul l'occupant . Vous devrez également pour faire accepter votre enfant dans l'école, lui faire passer un entretien/audition (à 2 ans )! Et quasiment vous prostituer moralement … L'auteur a mis le temps mais a réussi à s'intégrer . Les méchantes sont devenues adorables après une triste épreuve … Je doute qu'en France après un tel événement, les femmes se montrent aussi solidaires ( certaines d'ailleurs n'en ont pas les moyens !)… ( Amitié, garde d'enfants, services, livraison de plats cuisinés, de fleurs, invitations dans les résidences secondaires…) Ouf, finalement , ces femmes-primates ne sont pas si terribles ! Une loupe a été mise sur elles mais à bien y regarder, est-ce mieux ailleurs ? On est moins obnubilées par la perfection, moins scrutées , moins gâtées , moins assistées . Est-on plus heureuses ? là est la question … Euh , oui , je pense . Je terminerai par une information/réflexion toute personnelle , qui a échappé à l'auteur mais que je trouve hyper marrante : L'île de Manhattan , il y a quelques années (!) , était le territoire de chasse des Indiens ,un lieu où le gibier abondait . Je pense très fort à eux et espère qu'ils ignorent , qu'aujourd'hui , ce lieu est peuplé de Primates arborant des " Birkin" (sacs Hermes) , obtenus de haute lutte ;-) + Lire la suite.
iris29 a écrit une critique à 17 août 2018. iris29 donne la cote 6 pour Les Primates De Park Avenue. Etre confronté à plus de trois ou quatre options augmente les effets négatifs tel que le regret, les attentes mirobolantes et la déception. Plus le spectre du choix s'élargit, plus ces effets négatifs s'intensifient, jusqu'à déboucher sur l'anxiété. Un seul facteur peut atténuer ces désagréments : si les participants ne sont pas responsables de leurs choix..