La Tempête Par William Shakespeare (1993)

Posted on

La

Telecharger Gratuit Epub La Tempête MOBI PDF - Notre bibliothèque contient des éditions uniques de livres pdf dans de nombreuses catégories, y compris la fiction, la non-fiction et les genres pour enfants. Vous pouvez parcourir la bibliothèque par catégorie (parmi lesquels il y en a des centaines les plus populaires (ce qui signifie le nombre total de téléchargements les plus récentes (ce qui correspond à la date de démarrage) ou au hasard (alors que c'est un excellent moyen de rechercher lis). La bibliothèque obooko garantit une bonne lecture quels que soient vos goûts. Il contient une vaste gamme de livres électroniques gratuits en ligne dans tous les genres, y compris les romans et des romans écrits spécialement pour les femmes. En un clic, vous pouvez télécharger votre La Tempête PDF et créer un flip book en ligne. La Tempête PDF Lookup Engine est un moteur de recherche de permettant la recherche sur des sites, des forums, des forums de discussion pour des fichiers La Tempête pdf. La Tempête PDF (Portable Document Format) est le format de téléchargement p livre numérique le plus ancien et le plus populaire sur le Web. Il s'agit de des moyens les plus efficaces de publication et de distribution de livres numériques. Sans télécharger le logiciel, de also, vous pouvez convertir directement un La Tempête PDF en flip-book en ligne. Les La Tempête PDF avec des signets beaucoup plus utiles et accessibles, en particulier pour les documents techniques et les manuels d'instructions, mais aussi pour les livres électroniques dans lesquels des chapitres ou des segments peuvent délimités. Le La Tempête PDF enregistré contiendra les signets que vous avez définis et est maintenant prêt pour la book. Vous pouvez télécharger des fichiers La Tempête PDF ou Mobi pour Kindle.

Description du La Tempête

Telecharger Gratuit Epub La Tempête MOBI PDF - CALIBAN Sois sans crainte! L'île est pleine de bruits, De sons et d'airs mélodieux, qui enchantent Et ne font pas de mal. C'est quelquefois Comme mille instruments qui retentissent Ou simplement bourdonnent à mes oreilles, Et d'autres fois ce sont des voix qui, fussé-je alors A m'éveiller après un long sommeil, M'endorment à nouveau; - et dans mon rêve je crois que le ciel s'ouvre; que ses richesses Vont se répandre sur moi... A mon réveil, J'ai bien ...

Détails sur le La Tempête

Titre de livre : 213 pages
Auteur : William Shakespeare
Éditeur : Flammarion
Traducteur : Pierre Leyris
Catégorie : Tragédie
ISBN-10 : 2080706683
Moyenne des commentaires client : 3.97 étoiles sur 5 332 commentaires client
Nom de fichier : la-tempête.pdf (Vitesse du serveur 29.83 Mbps)
La taille du fichier : 14.84 MB

Commentaire Critique du La Tempête

Nastasia-B a écrit une critique à 03 février 2013. Nastasia-B donne la cote 332 pour La Tempête. SÉBASTIEN : S'il m'en souvient, vous supplantâtes votre frère Prospéro. ANTONIO : En effet. Et, vous pouvez le voir, mes habits me vont à merveille : mieux qu'avant. Ceux qui servaient mon frère étaient mes compagnons en ce temps-là ; ils sont à cette heure mes gens. SÉBASTIEN : Mais votre conscience ? ANTONIO : Où cela niche-t-il ? Si c'était une ampoule au pied, je porterais pantoufle. Mais je ne sens point cette déesse en mon sein. + Lire la suite.
BazaR a écrit une critique à 02 septembre 2017. BazaR donne la cote 332 pour La Tempête. Muf ! Mouiii… Bah ! Bof ! Héééé ! Tiens, tiens ! Rassurez-vous, je ne me suis pas métamorphosé en une caricature de ce cher Achille Talon pour vous donner mon ressenti sur La Tempête. Mais cette suite d'onomatopée traduit assez bien l'évolution de ce ressenti au cours de ma lecture. J'ai commencé par être déçu. La raison en est que j'avais placé très haut mes attentes sur cette pièce, simplement parce qu'elle a été regroupée avec le Songe d'une Nuit d'Été dans le sous-groupe des Fééries. Et il faut savoir que je place le Songe au panthéon de toutes les pièces de théâtre produite dans la galaxie (c'est assurément mon goût pour les littératures de l'imaginaire qui s'exprime). Prospero et Caliban étaient comme des noms mythologiques et j'allais enfin découvrir leur Edda. Comme souvent quand on attend trop de quelque chose, on est un brin désappointé quand ce quelque chose advient. Très subjectivement, ma joie présumée est retombée comme un soufflé, mais il m'est difficile de reconnaître pourquoi. Peut-être un manque de féerie justement, peut-être un Prospero que j'ai trouvé plus fade et gentil qu'attendu, peut-être un abus d'éléments de farce qui se ressemblent. Une fois retombé sur Terre cependant, le plaisir de lire Shakespeare est enfin ressorti du bois où il s'était endormi. William savait ne pas assommer son auditoire par des tirades à rallonge, simplement en introduisant au milieu de courts dialogues qui, s'il n'apporte rien en eux-mêmes, permettent de souffler et de ne pas oublier qu'on n'écoute pas une thèse mais bien une histoire avec des gens. William était un as pour les dialogues à plusieurs voix : un couple qui discute (par exemple Alonzo et Gonzalo), un autre couple qui moque le premier (Sébastien et Antonio). William manie bien la multiplicité des personnages. William glisse sa culture en citant du Montaigne et imitant du Marlowe (non, non, je n'ai pas trouvé ça tout seul ; j'ai seulement lu les notes de François-Victor Hugo, le traducteur). Comme dans le Songe, tout est bien qui finit bien à la fin. Je n'ai pas pu m'empêcher de rapprocher la clémence de Prospero de celle d'Auguste dans Cinna de Corneille. Il avait pourtant toutes les raisons et toute la puissance de pratiquer une vengeance d'une profonde cruauté. Mais non, il reste soft. Impressionnant ! Même si mon plaisir effectif n'a pas été à la hauteur de celui espéré, j'ai quand même passé un bon moment. Et je devais de toute façon la lire afin de pouvoir attaquer armé le roman fantasy de Poul Anderson Tempête d'une Nuit d'Été qui, comme son titre l'indique, s'inspire des deux fééries de Shakespeare. Challenge Théâtre 2017-2018 + Lire la suite.
ElGatoMalo a écrit une critique à 21 avril 2013. ElGatoMalo donne la cote 332 pour La Tempête. FERDINAND, à Miranda C’est étrange. Votre père a quelque émotion qui le travaille fortement. MIRANDA Jamais, jusqu’à ce jour, je ne l’avais vu agité par une aussi violente colère. PROSPERO Mon fils, vous avez l’air ému, comme si vous étiez alarmé… Rassurez-vous, seigneur. Nos divertissements sont finis. Nos acteurs, je vous en ai prévenu, étaient tous des esprits ; ils se sont fondus en air, en air subtil. Un jour, de même que l’édifice sans base de cette vision, les tours coiffées de nuées, les magnifiques palais, les temples solennels, ce globe immense lui-même, et tout ce qu’il contient, se dissoudront, sans laisser plus de vapeur à l’horizon que la fête immatérielle qui vient de s’évanouir ! Nous sommes de l’étoffe dont sont faits les rêves, et notre petite vie est enveloppée dans un somme… Monsieur, je suis contrarié… Passez-moi cette faiblesse… Mon vieux cerveau est troublé… Ne soyez pas en peine de mon infirmité… Retirez-vous, s’il vous plaît, dans ma grotte, et reposez-vous là. Je vais faire un tour ou deux pour calmer mon âme agitée. FERDINAND ET MIRANDA Nous vous souhaitons le repos. + Lire la suite.