La Reine Morte Par Henry De Montherlant (1972)

Posted on

La

La Reine Morte Telechargement In French PDF FB2 IBook -Conclusion d'un convertisseur All PDF est un produit précieux pour les affaires et les particuliers. All PDF Converter est un logiciel utile conçu pour vous aider à modifier vos fichiers PDF dans un autre format, en fonction de vos besoins spécifiques. Prise en charge de plusieurs langues, il prend en charge plusieurs langues pour la commodité des utilisateurs. Conversion de formats multiples Le convertisseur All PDF Converter est conçu pour modifier les données PDF en de nombreux formats. À mon avis, si vous voulez simplement lire des livre La Reine Mortes et très peu d'activités en ligne, vous avez le choix. On non seulement lire des livre La Reine Mortes, mais aussi regarder voir des photos et, des movies, pour couronner le tout, musique. Bien sûr, vous pouvez ajouter des livre La Reine Mortes à tout second après avoir votre lecteur. Il est tout simplement hopeless tous vos livre La Reine Mortes avec vous, mais un lecteur d'ebook, c'est possible! Les livre La Reine Mortes devaient paraître en août de la me me un calendrier de parution agressif jusqu'à la fin de l'année. La recherche de livre La Reine Mortes orient également une tâche facile vehicle l'outil p recherche orient très puissant. De nombreux livre La Reine Mortes gratuits sous forme de pages au format HTML de foundation, Net simples.

Description du La Reine Morte

La Reine Morte Telechargement In French PDF FB2 IBook - La Reine morte est une pièce de théâtre d'Henry de Montherlant écrite en 1942 et représentée pour la première fois le 8 décembre 1942 à la Comédie-Française dans une mise en scène de Pierre Dux avec Jean-Louis Barrault et Madeleine Renaud. C'est une des pièces les plus connues de l'auteur, qui développe le thème classique de l'amour contrarié par la raison d'État. Cette pièce est librement inspirée de l'histoire des rois de Portugal Alp...

Détails sur le La Reine Morte

Titre de livre : 271 pages
Auteur : Henry de Montherlant
Éditeur : Gallimard
Catégorie : Tragédie
ISBN-10 : 2070360121
Moyenne des commentaires client : 3.67 étoiles sur 5 219 commentaires client
Nom de fichier : la-reine-morte.pdf (Vitesse du serveur 23.96 Mbps)
La taille du fichier : 30.7 MB

Commentaire Critique du La Reine Morte

claudine42 a écrit une critique à 07 janvier 2015. claudine42 donne la cote 219 pour La Reine Morte. Henry de Montherlant est né un peu avant l'aube du vingtième siècle, en 1895, époque industrielle un peu noire mais encore empreinte de ces rêves de modernisme, de grandeur et d'amélioration sociale. Il est ensuite mobilisé en 1916, à 21 ans. Il reviendra blessé et décoré, mais surtout meurtri et profondément marqué par la grande guerre. Puis vient la seconde guerre mondiale et l'occupation parisienne (sa ville natale) qu'il subit avec un peu moins de fougue et d'engagement que précédemment. D'aucuns lui reprocheront ses textes moins « vaillants ». C'est dans ce contexte et fort de ses expériences qu'il écrit la Reine Morte en 1942. Tragédie en trois actes dans la plus pure tradition shakespearienne, ce drame est celui de tout monarque qui planifie des alliances et se voit contré ! Le roi Ferrante d'Espagne veut marier son fils à l'Infante de Navarre. Son fils refuse car il en aime une autre. Qu'à cela ne tienne ! Tu épouses l'Infante et tu fais de l'autre ta maîtresse (classique, voulu, demandé, légal, souhaité, applaudit… à l'époque). Euh, oui mais je suis déjà marié avec « l'autre » ! Zut de flûte, avec ce pape qui ne m'aime pas, ce ne sera pas évident de dissoudre ce mariage. Oui mais, je ne veux pas le dissoudre moi ! Je le résume de façon amusante, mais il n'en est rien dans ce texte ou de chaque page coule le sang versé par Ferrante dans sa course au pouvoir. Il est vieux, dans l'antichambre de la mort, mais il est encore fort et ne supporte pas la remise en question. ou alors, par faiblesse passagère. de longs dialogues ou monologues parsèment cette pièce dont la profondeur n'a d'égale que la noirceur. Mais, quelle verve ! + Lire la suite.
Henri-l-oiseleur a écrit une critique à 31 décembre 2017. Henri-l-oiseleur donne la cote 219 pour La Reine Morte. Même si le titre de ce drame historique attire l'attention sur l'héroïne, le héros véritable est le vieux roi Ferrante dans ses conflits avec son fils. Tout les oppose, et en particulier, de façon irrémédiable, le Temps : Ferrante aimait son fils quand il n'était qu'un enfant, mais il se prend à le haïr quand il devient adolescent, homme, amoureux, voire sentimental, et inférieur à ses devoirs de futur roi. Par ce biais, Montherlant renouvelle le vieux conflit cornélien entre le coeur et la raison d'état. Il ancre ce conflit abstrait dans les dégoûts du vieux père pour son fils, jeune homme qui veut simplement être heureux et non être roi : on pourra comparer avec Mithridate de Racine rival de ses fils en amour et en politique, ou avec la grande figure, dans Rodogune de Corneille, de la mère atroce jouant ses fils l'un contre l'autre. Grand ressort tragique que les haines entre parents et enfants... Le souci de reconstitution historique fidèle (malgré les grandes libertés que prend l'auteur avec l'histoire du Portugal médiéval), héritage du Romantisme, n'alourdit pas la pièce, car les personnages sont forts, éloquents, bien campés et semblent vivre naturellement au milieu de ce décor. Comme Anouilh, et deux ans avant son Antigone de 1944, l'auteur dresse l'un contre l'autre le devoir d'état et l'exigence individuelle, en les incarnant dans deux personnages, au lieu de la conscience d'un seul comme chez les classiques. Il donne clairement raison à Ferrante, son vieux roi, contre le fils, le sentimental Dom Pedro, à la différence de l'ambigu Anouilh. + Lire la suite.
Henri-l-oiseleur a écrit une critique à 31 décembre 2017. Henri-l-oiseleur donne la cote 219 pour La Reine Morte. (La pièce représentée en 1942). Quelquefois, d'abord on ne savait pourquoi, un applaudissement isolé fusait. Je percevais alors que telle parole d'un de mes personnages avait paru une allusion politique. Un zigoto perdu dans son idée fixe (l'idée fixe de l'actualité) avait sauté dessus et, laissant passer tout le reste, avait gobé juste cette petite phrase-là ; comme un fox-terrier qui saute et gobe une mouche. Si, en faisant dire au roi Ferrante : Ah! quand je vois ce peuple d'adorants hébétés, il m'arrive de songer que le respect est un sentiment horrible, j'avais songé à certain chef d'Etat que ne rebutaient pas les adorants (Pétain, note 3), ce personnage était l'inspirateur de ma phrase, il n'en était pas la cible. On l'y voyait pourtant. Mais que ne voyait-on pas ! Des jeunes gens de la Résistance, au poulailler, faisaient un sort, fréquemment, aux paroles d'Egas Coelho poussant le roi à assassiner (On tue, et le ciel s'éclaircit), qui leur semblaient une apologie du terrorisme. Mme Odette Micheli, alors déléguée de la Croix-Rouge suisse pour l'assistance aux enfants français de la zone occupée, a entendu dire un soir par deux officiers allemands, tandis qu'ils se levaient et quittaient la salle : Je ne comprends pas comment on laisse représenter de pareilles pièces.* Sans doute étaient-ce les répliques sur les prisons, et l'honneur qu'il y a à y être, qui les avaient choqués. Rien de plus divers, d'ailleurs, que les réactions de l'occupant. Le volume de La Reine Morte fut interdit dans plusieurs camps de prisonniers en Allemagne. Dans d'autres, au contraire, les prisonniers jouèrent entre eux la pièce sans la moindre opposition, et même, au camp de Wistznitz, avec l'appui des autorités. *Même anecdote sur les représentations d'Antigone à Paris au début de 1944. pp. 186-187 + Lire la suite.