L'incendie De Los Angeles Par Nathanaël West (1998)

Posted on

L'incendie

Telecharger Livre Epub Francais Gratuit L'incendie De Los Angeles In French PDF MOBI -Vous pouvez ouvrir et afficher des fichiers L'incendie De Los Angeles PDF (Portable Document Format) dans Adobe Reader. Même si un L'incendie De Los Angeles PDF a été numérisé et enregistré sous, le texte peut être interrogé en la reconnaissance optique , ou OCR, la fonction de reconnaissance de texte et du document that is l'enregistrement. Par exemple, vous pouvez signer un L'incendie De Los Angeles PDF dans ou même appliquer une pâte de blanchiment virtuelle.

Description du L'incendie De Los Angeles

Telecharger Livre Epub Francais Gratuit L'incendie De Los Angeles In French PDF MOBI - Tod est scénariste, peintre, et très oisif. Dans le Los Angeles des années 30, il vivote, traîne beaucoup, rêve un peu. En particulier de Faye, une jeune femme superficielle qui comme beaucoup veut devenir actrice, mais qui n’a que son corps en argument. Celle-ci repousse toujours gentiment ses avances. Sans justification. La frustration gagne Tod, et progresse encore quand à la mort du père de Faye - un comédien VRP, celle-ci s’installe avec Homer, un balourd timid...

Détails sur le L'incendie De Los Angeles

Titre de livre : 316 pages
Auteur : Nathanaël West
Éditeur : Seuil
Traducteur : Marcelle Sibon
Catégorie : Satire
ISBN-10 : 2020321270
Moyenne des commentaires client : 3.4 étoiles sur 5 20 commentaires client
Nom de fichier : l-incendie-de-los-angeles.pdf (Vitesse du serveur 25.37 Mbps)
La taille du fichier : 11.46 MB

Commentaire Critique du L'incendie De Los Angeles

Charybde2 a écrit une critique à 04 juin 2014. Charybde2 donne la cote 20 pour L'incendie De Los Angeles. Tod quitta la route et grimpa jusqu’à la crête de la colline pour regarder en bas de l’autre côté. De là, il put voir un champ de quatre à cinq hectares couvert d’une brousse épineuse parsemée de touffes de tournesol et d’eucalyptus sauvage. Au centre du champ s’élevait un amoncellement gigantesque de décors, de panneaux anti-son et d’accessoires. Pendant que Tod regardait, un camion de dix tonnes y ajouta une nouvelle charge. C’était le dépotoir final. Il pensa à la Mer des Sargasses de Janvier. De même que cette masse d’eau imaginaire est une histoire de la civilisation sous forme de dépotoir marin, la décharge du studio en est une sous l’aspect d’un dépôt de balayures de rêves. Les Sargasses de l’imagination ! Et ce dépôt s’emplit tous les jours davantage, car il n’existe nulle part de rêve en suspension qui ne finisse tôt ou tard par y échouer, après avoir été rendu photogénique à l’aide de plâtre, de toile, de lattes et de peinture. Bien des navires sombrent et n’atteignent jamais la mer des Sargasses, mais nul rêve ne s’efface entièrement. Il trouble, en quelque endroit, une personne infortunée et quand cette personne a été suffisamment troublée, le rêve est reproduit au studio. + Lire la suite.
5Arabella a écrit une critique à 23 juillet 2016. 5Arabella donne la cote 20 pour L'incendie De Los Angeles. Nous suivons une galerie de personnages venus à Los Angeles, ou plutôt à Hollywood, mais un Hollywood qui se dérobe, même si certains y travaillent de façon ponctuelle (Faye) ou régulière mais dans un emploi subalterne (Tod). Mais c'est le rêve généré par Hollywood qui d'une façon ou une autre les a amenés où ils sont. Personnages hétéroclites, paumés de tout genre, ils se retrouvent agrégés ensemble par l'attirance qu'exerce Faye, une aspirante star, mais dont le seul talent semble être un physique qui magnétise et happe les hommes, qui les attire de manière quasi chimique. Et donc tous ces personnages improbables (peintre, nain, cow-boy…..) font connaissance et passent quelques moments ensemble avant que tout n'explose, comme la ville peut exploser à n'importe quel moment ; la scène de folie collective de la fin du roman est vraiment hallucinante. Un livre vraiment fort et original, qui fait regretter vraiment la mort si précoce de son auteur..
Woland a écrit une critique à 31 mai 2008. Woland donne la cote 20 pour L'incendie De Los Angeles. The Day of the Locust Traduction : Marcelle Sibon Ce court roman, qui fut pratiquement le dernier de son auteur, doit son titre français à la grande toile que peint son personnage principal. En revanche, la traduction française a respecté le titre du film qu'en tira John Schlesinger en 1975 : Le Jour du Fléau, avec Donald Sutherland et Burgess Meredith, sur un scénario - étroitement taillé sur le roman, ce qui est assez rare, plus encore dans une production hollywoodienne - de Waldo Salt, scénariste de Indiscrétion et de Macadam Cowboy. J'ai écrit son personnage principal mais est-on en droit d'utiliser cet adjectif pour un personnage qui tient plus du fil rouge que du héros ? La tragédie des personnages de L'Incendie ..., c'est que, justement, aucun d'eux ne sera jamais le personnage principal de la vie qu'il espère. Symbole de cet échec, qu'elle pressent sans vouloir l'admettre, Faye Greener, fille d'un artiste de music-hall déchu et d'une chorus-girl disparue dans la nuit peu après sa naissance. Faye est jolie et porte la toilette avec beaucoup d'élégance mais, à Hollywood, toutes les jolies filles en font autant comme toutes rêvent de devenir une star, voire LA Star. Si Faye s'absorbe dans son rêve en parasitant tous les hommes qui le veulent bien - surtout le pauvre Homer Simpson (oui, c'est bien son nom ! Wink), ceux qui l'entourent ne sont guère plus lucides. Et, quand ils le sont, ils se révèlent d'un cynisme et d'une indifférence qui ne sont, en sorte, que les reflets ténébreux de Hollywood lui-même. Par phrases froides, d'une sobriété calculée, Nathanael West peint par petites touches le tableau d'un monde qui n'est pas seulement en décomposition mais qui est la décomposition incarnée. Si d'aventure un sentiment d'amour ou de simple sympathie tente - bien timidement - de montrer le bout de l'oreille, il est immédiatement pris en chasse, traqué, acculé et mis à mort : les personnages principaux ne peuvent s'autoriser des sentiments nobles que s'ils vivent sur grand écran. Pour certains lecteurs, L'Incendie de Los-Angeles méritera peut-être une seconde lecture. L'ensemble, par sa retenue et son côté glacial - à l'image des personnages représentés - a beaucoup d'une épure et est susceptible de ne pas plaire au premier coup d'oeil - surtout si l'on ignore tout du film. ;o) + Lire la suite.