Hunger Games, Tome 1 Par Suzanne Collins (-1)

Posted on

Hunger

Telecharger En Lien Direct Hunger Games, Tome 1 In French PDF FB2 IBook -Belle façon d'obtenir votre propre librairie pour héberger vos livres que vous pouvez personnaliser. Votre livre Smashword dupliquera d'autres endroits si vous ne le regardez pas attentivement. Les livres sont un conteneur d'idées. Si vous envisagez de lire des vous devez télécharger Adobe Digital Editions. Vous pouvez maintenant télécharger des livres électroniques d'Amazon through l'application, ou vous pouvez synchroniser d'autres livres électroniques que vous avez achetés auparavant d'Amazon sur votre appareil. Les responsables du GRQ vous conseillent p créer des livres numériques en vous basant sur les données démographiques déjà disponibles sur Kindle.Tous les livres Hunger Games, Tome 1 électroniques sur le site sont des livres Hunger Games, Tome 1 électroniques téléchargeables légalement et légalement. Ebook téléchargeable a une courte revue avec une description. Bien que vous puissiez afficher nos livres Hunger Games, Tome 1 électroniques dans les navigateurs Web, vous pouvez télécharger un lecteur PDF à partir d'Adobe. Com pour une meilleure de lecture. Certains livres Hunger Games, Tome 1 disponibles en format audio. Vous pouvez parcourir au hasard un livre électronique parmi les titres les plus populaires, les recommandations ou les critiques récentes pour les visiteurs.

Description du Hunger Games, Tome 1

Telecharger En Lien Direct Hunger Games, Tome 1 In French PDF FB2 IBook - Les Hunger Games ont commencé. Le vainqueur deviendra riche et célèbre. Les autres mourront... Dans un futur sombre, sur les ruines des États-Unis, un jeu télévisé est créé pour contrôler le peuple par la terreur. Douze garçons et douze filles tirés au sort participent à cette sinistre téléréalité, que tout le monde est forcé de regarder en direct. Une seule règle dans l'arène: survivre, à tout prix. Quand sa petite...

Détails sur le Hunger Games, Tome 1

Titre de livre : 499 pages
Auteur : Suzanne Collins
Catégorie : Saga
ISBN-10 : 0439023483
Moyenne des commentaires client : 4.31 étoiles sur 5 7890 commentaires client
Nom de fichier : hunger-games,-tome-1.pdf (Vitesse du serveur 20.24 Mbps)
La taille du fichier : 34.44 MB

Commentaire Critique du Hunger Games, Tome 1

YvesParis a écrit une critique à 28 mars 2012. YvesParis donne la cote 7890 pour Hunger Games, Tome 1. Dans une (vaine ?) tentative de me rapprocher de mes fils, j'ai lu par-dessus leurs épaules Hunger games - avant d'aller le voir tous ensemble samedi prochain au cinéma. La vérité m'oblige à dire que je me suis pris au jeu et le leur ai finalement dérobé pour le terminer tard dans la nuit. J'y ai retrouvé certaines des recettes qui avaient fait le succès des Harry Potter : - le rythme haletant d'un page-turner, - une vraie qualité d'écriture (mes garçons ont-ils un vocabulaire aussi développé ou comprennent-ils un mot sur deux ?), - l'androgynie du héros qui permet sans doute d'attirer tout à la fois un lectorat de jeunes garçons et de jeunes filles : autant je trouvais Harry Potter féminin, autant Katniss Evergreen est, par bien des aspects, masculine. - un pitch très violent et potentiellement anxiogène (la menace mortelle de Voldemort dans un cas, le combat à mort que les 24 tributs sont condamnés à se livrer dans l'autre)qui réussit pourtant à sanctifier les valeurs de solidarité et d'amitié, - un complexe familial (Harry Potter est orphelin et cherche à comprendre les circonstances de la mort de ses parents, Katniss Evergreen a perdu son père et assume auprès de sa soeur cadette les fonctions maternelles que sa mère n'est plus capable d'exercer), - un roman d'apprentissage propice à l'identification des adolescent(e)s. Peut-être parce que j'ai oublié mes lectures d'enfance et les héros qui me fascinaient, je suis frappé ici par la perfection des personnages. Dans la littérature pour adultes - ici non entendu comme strictement interdite aux moins de 18 ans - les héros sont ambivalents, faillis et faillibles : en témoignent les héros des romans policiers les plus populaires (Adamsberg chez Vargas, Harry Bosch chez Connelly, Wallander chez Mankell ...). Ces héros nous plaisent car ce ne sont pas des surhommes. Leurs plaies et leurs bosses les crédibilisent et nous en rapprochent. Rien de tel dans la littérature enfantine où Harry Potter/Katniss Evergreen font figure de gendre/bru idéal. Pourquoi ? + Lire la suite.
Ptitgateau a écrit une critique à 23 avril 2012. Ptitgateau donne la cote 7890 pour Hunger Games, Tome 1. La première idée qui me vient en tête suite à la lecture de ce premier tome concerne mes états d'esprit successifs. D'abord un tantinet de révolte en découvrant l'organisation politique de Panem, ville surgie des catastrophes naturelles, capitale de ce qui reste de l'Amérique du Nord, là où siège le Capitole qui règne sur les douze districts avec droit de vie ou de mort sur ses sujets, disséminant des « pacificateurs » sortes de surveillants qui font appliquer les lois. Je me suis arrêtée un moment sur le terme de pacificateur qui dans ce contexte de famine, de dictature, fait penser à un genre de désinfectant plus qu'il ne rappelle quelque personnage historique ayant apporté la paix et soulagé des tensions. Comme nombre de régimes autoritaires, le Capitole, c'est aussi une poignée d'individus qui possède les richesses accumulées grâce au travail de la population qui meure de faim. C'est dans ce contexte que le lecteur fait connaissance de Katniss, une jeune fille débrouillarde et responsable qui essaie d'assurer le bien-être de sa mère, veuve d'un mineur et de sa petite soeur, Prim, et qui les nourrit grâce aux qualités de chasseuse qu'elle a développées en allant braconner hors du district 12. Mais les lois du capitole sont incontournables : chacun des douze districts doit fournir chaque année, un garçon et une fille qui seront « lâchés » dans une arène naturelle et devront s'affronter jusqu'à ce qu'il n'y ait plus qu'un survivant. Prim est tirée au sort, Katniss, ne pouvant supporter cette idée, se porte volontaire pour la remplacer. Elle sera accompagnée de Peeta, le fils du boulanger. Les Hunger Games vont alors commencer par une phase de préparation des « tribus », (tribus= les jeunes gens qui seront mis dans l'arène) c'est dans cette phase que le lecteur tâte le terrain en même temps que l'héroïne, qu'il observe les autres concurrents : quelques molosses bien bâtis, tribus entraînés depuis leur enfance ou tribus de carrière, jeunes filles rusées et vives, maniant avec habileté des armes blanches, et qui tueront sans ciller. C'est à ce moment qu'avec Katniss j'ai commencé à me sentir mal à l'aise, comme si j'étais dans un train de montagne russe qui monte doucement vers le sommet sans savoir ce qui m'attend dans la descente, bien qu'en ayant une vague idée de la question. Katniss observe, Peeta parle peu, ils communiquent tous les deux en sachant que l'un devra peut-être tuer l'autre, ce qui rend leur relation délicate. Comment sympathiser avec un individu qui deviendra son ennemi et que l'on ne devra pas hésiter à mettre à mort? La phase de préparation a lieu à Panem où le capitole étale sa richesse et offre quelques jours d'opulence à ses candidats, confort extrême, mets délicats et abondance, amenant le lecteur à se demander s'il le but de Suzanne Collins est de mettre en évidence la pauvreté des populations ou de faire contraster la période dans l'arène avec cet état présent ? A moins qu'il ne s'agisse d'une sorte de dernière cigarette du condamné, laissant au lecteur un avant -goût inquiétant de ce qui va suivre ? Puis Katniss et les vingt-trois autres tributs sont placés dans l'arène, ils seront visionnés et surveillés par le capitole, la population devra assister jour après jour à ce réality show cruel, et que le meilleur gagne ! le meilleur ? disons le plus malin. Je pense que ce roman peut avoir un impact différent suivant le lecteur : pour un adolescent habitué aux télés réalité, je trouve que cette lecture n'est pas sans danger : légitimation du meurtre, violence, obligation d'absence d'états d'esprit dans cette situation extrême. Pour ma part, je dois avouer que j'ai été captivée même si parfois, les scènes de meurtre me révoltaient, non pas contre les tributs qui ne faisaient qu'agir par instinct de conservation, mais contre le côté inhumain du Capitole qui impose un jeu de télé réalité poussé à l'extrême. J'ai également considéré que ce roman met en évidence le côté absurde des télés réalités, fournissant aux téléspectateurs, des émotions fortes, du sensationnel, de quoi alimenter les conversations comme le fait à merveille la presse à sensation. + Lire la suite.
Honey-Beach a écrit une critique à 01 juin 2010. Honey-Beach donne la cote 7890 pour Hunger Games, Tome 1. Je redresse les épaules. Je me tiens aussi droite que possible. Le cylindre se lève. Pendant une quinzaine de secondes, je reste plongée dans le noir complet. Après quoi je sens la plaque métallique me pousser au-dehors, à l'air libre. Éblouie par le soleil, je perçois juste une forte brise ainsi qu'une odeur prometteuse de sapin. Puis j'entends tonner tout autour de moi la voix de Claudius Templesmith, le speaker légendaire ; - Mesdames et messieurs, que les soixante-quatorzièmes Hunger Games commencent ! + Lire la suite.