La Tour Sombre, Tome 1 : Le Pistolero Par Stephen King (2017)

Posted on

La

Ou Telecharger Gratuitement La Tour Sombre, Tome 1 : Le Pistolero PDF FB2 IBook -

Description du La Tour Sombre, Tome 1 : Le Pistolero

Ou Telecharger Gratuitement La Tour Sombre, Tome 1 : Le Pistolero PDF FB2 IBook - L'homme en noir fuyait à travers le désert et le pistolero le poursuivait... ». Dernier aventurier d'une époque qui ressemble à la nôtre, Roland le Pistolero est poussé par une force inconnue. Au-delà de cette chasse à l'homme, ce qu'il cherche, c'est la Tour. À la croisée des temps, lieu de rencontre de notre univers et d'autres mondes...Voilà vingt ans que dure cette poursuite. Pour Roland, l'enjeu est maintenant de rattraper l'homme en noir. ...

Détails sur le La Tour Sombre, Tome 1 : Le Pistolero

Titre de livre : 439 pages
Auteur : Stephen King
Éditeur : J'ai Lu
Catégorie : Saga
ISBN-10 : 2290138924
Moyenne des commentaires client : 3.66 étoiles sur 5 983 commentaires client
Nom de fichier : la-tour-sombre,-tome-1-le-pistolero.pdf (Vitesse du serveur 24.97 Mbps)
La taille du fichier : 22.7 MB

Commentaire Critique du La Tour Sombre, Tome 1 : Le Pistolero

Arakasi a écrit une critique à 01 juillet 2014. Arakasi donne la cote 983 pour La Tour Sombre, Tome 1 : Le Pistolero. « L'homme en noir fuyait à travers le désert et le pistolero le poursuivait. » Il y a des phrases d'introduction qui font tout de suite leur petit effet, des phrases qui sentent bon la poudre, la sueur, l'adrénaline et le sang chaud, des phrases qui font se dire d'emblée au lecteur : « Ce livre sera un bon livre ! » Bien sûr, cette première impression est souvent trompeuse et, en s'y fiant, on peut s'exposer à de cruelles déconvenues. Alors qu'en est-il de ce roman-là en particulier, premier tome de l'archi-connue saga de « La Tour Sombre » du non moins archi-connu Stephen King ? Et d'abord qui est ce fameux pistolero ? Eh bien, le pistolero s'appelle Roland. Il a les yeux couleur de glacier, des mains de tueur, la dégaine décharnée de Clint Eastwood et deux énormes révolvers pendent le long de ses cuisses. Dernier de ses pairs, une élite guerrière jadis respectée et crainte dans tout l'Ancien Monde, il avance dans un territoire en ruine, parmi les débris de ce qui fut autrefois une grande civilisation (débris parfois fort intrigants… Qui s'attendrait à entendre résonner les couplets de « Hey Jude » dans un monde en apparence sans lien avec le nôtre ?). Depuis presque vingt ans, il traque avec une férocité jamais démentie l'homme en noir, mystérieux magicien aux pouvoirs aussi obscurs que ses motivations, mais surtout unique lien permettant à Roland d'atteindre sa seule obsession : la Tour Sombre. Pour y parvenir, le pistolero est prêt à tous les crimes, toutes les extrémités, du-t-il raser pour cela le dernier village de cette terre dévastée et en exterminer les derniers habitants. Mais saura-t-il sacrifier cet enfant étrange découvert en plein milieu du désert, cet enfant si courageux et si perdu qu'il se surprend à aimer, ce petit Jack venu d'un monde étranger et d'une ville mystérieuse où d'immenses immeubles de verre s'élèvent jusqu'à poignarder les cieux ? Roland, c'est un peu le bon, la brute et le truand réunis dans le même homme. On ne sait pas trop si l'on est censé l'aimer ou non, admirer sa sauvage obstination et sa meurtrière virtuosité ou s'en effrayer. A vrai dire, à l'issu de ce premier tome de « La Tour sombre », on ne sait pas grand-chose… On termine ce roman d'introduction, en somme fort court, avec encore plus de questions que l'on en avait en le débutant et sans être certain d'avoir réussi à cerner son héros et ne serait-ce qu'un millième de l'univers dans lequel il évolue – curieux mélange de monde post-apocalyptique, de civilisation médiévale et de western. Et c'est là tout le génie de Stephen King : à l'aide de quelques allusions intrigantes, de deux ou trois flash-backs savamment mis en scène et d'un personnage principal aussi charismatique qu'inquiétant, il parvient à créer un puissant sentiment de curiosité. On ne sait vraiment pas où tout cela va nous mener, mais, bon sang, on a sacrément envie d'y aller ! En ce qui me concerne, je mets mon stetson, je recharge mes pistolets et j'y retourne aussitôt ! + Lire la suite.
LiliGalipette a écrit une critique à 26 janvier 2013. LiliGalipette donne la cote 983 pour La Tour Sombre, Tome 1 : Le Pistolero. « L'homme en noir fuyait à travers le désert et le pistolero le poursuivait. » (p. 9) Depuis plus de 20 ans, un chasseur et un chassé tracent une marche macabre dans un monde étrange et hostile. « Croyez-vous qu'il y ait une existence après la mort ? […] / Oui. Celle que nous sommes en train de vivre, à mon avis. » (p. 19) Quelle est le sens de cette traque à travers le désert et les montagnes ? Après quelles réponses court le pistolero ? On apprend que l'homme en noir peut ressusciter les morts, qu'il manipule les choses, les évènements, les êtres et les évènements. Est-il un prêtre, un magicien ? Est-il au moins un homme ? Et d'où vient le pistolero ? Qu'est- devenu Roland, l'enfant qu'il a été ? À quoi rime l'entraînement qu'il a suivi avec d'autres garçons ? le pistolero cherche la Tour sombre et il maîtrise le Haut Parler. Il répond à un code d'honneur connu de lui seul. « Il se serait bien passé d'avoir à choisir entre la hantise de son devoir, sa quête et une amoralité criminelle. » (p. 87) À mesure que l'on pénètre dans les souvenirs d'un monde disparu et d'une enfance révolue, on comprend que quelque chose a changé, que l'univers a été bouleversé. Puis survient Jake. C'est un enfant. le pistolero l'entraîne dans sa chasse à l'homme, tout en sachant qu'il s'attache ainsi une faiblesse. « Aussi longtemps que tu voyages avec le garçon, l'homme en noir voyage avec ton âme en poche. » (p. 101) En écoutant les maigres souvenirs de l'enfant, on comprend que différents mondes existent en parallèle. Mais quel est l'évènement qui a précipité leur croisement ? Quel est cet avant et qu'est-ce qui a suscité sa perte ? Beaucoup de questions, n'est-ce pas ? Dans le premier volume de ce qui constitue son oeuvre monumentale, Stephen King ouvre tous les possibles et les mystères qu'il sème comme d'autres des cailloux blancs hameçonnent le lecteur et le tiennent en haleine. Je ne m'y attendais pas, mais me voilà complètement séduite par ce western postapocalyptique fantastico-moyenâgeux. Je suis impatiente d'en savoir plus sur la Tour sombre : « La Tour s'élève sur une sorte de centre de connexion. Un carrefour dans le temps. » (p. 155) + Lire la suite.
Wiitoo a écrit une critique à 12 août 2013. Wiitoo donne la cote 983 pour La Tour Sombre, Tome 1 : Le Pistolero. Alors soyons clair et direct, le chef-d'oeuvre de Stephen King ce n'est à l'évidence pas dans le tome 1 qu'on le perçoit ! :-) Oui parce que Monsieur King lui-même a dit que la Tour Sombre était sa Jupiter, l'oeuvre de sa vie, son chef-d'oeuvre littéraire. Stephen King lui-même explique cela dans la préface et fait part de sa déception ou de son incompréhension lorsqu'il rencontre ses fans et qu'il constate que peu d'entre-eux ont lu la Tour Sombre. Alors moi je me suis dit : quand même, bibiche tu peux as passer à côté de cela ! Tu DOIS lire ça avant de mourir !. Ça a été presque mortel ! Savez-vous pourquoi les 35 critiques sur Babélio ne disent rien de plus, à propos de cette histoire, que : c'est l'histoire d'un Pistolero qui poursuit l'homme en noir à travers le désert. Il rencontre un enfant auquel il s'attache et puis continue de poursuivre l'homme en noir ? Eh bien tout est là, ou presque ! (Enfin jusqu'aux 20 dernières pages ou enfin on nous donne quelques miettes pour nous sustenter). le reste n'est que délectation devant l'excellente prose du King mais ne comptez pas vous nourrir d'une histoire passionnante avec de multiples rebondissements, du suspens ou de la terreur. Ni même de comprendre le contenu de ce livre. Ok, c'est fait exprès parait-il, ok, ok. Parait que c'est mieux à partir du tome 2, ah booooon....hmmmm...mouai...faut voir, ça donne pas envie en tout cas, mais Stephen King a dit... Gnagnaa gnagnaaa Jupiter gnagnaaa, alors on va prendre son courage à deux mains et laisser une chance au Pistolero de me convaincre :-) Bon courage à ceux qui se lancent dans ce petit livre de 260 pages, écrit en caractères 2,5. Munissez-vous de votre loupe préférée et d'un grand verre de votre alcool fort préféré pour faire passer le tout :-) (Ceux qui pensent qu'un verre suffit pas au cours de la lecture, n'hésitez pas à vous resservir !) + Lire la suite.