Yesterday's Gone Saison 1 épisode 1 : Deux Heures Et Quart Du Matin Par Sean Platt (2016)

Posted on

Yesterday's

Telecharger Torrente Française Gratuitement Yesterday's Gone Saison 1 épisode 1 : Deux Heures Et Quart Du Matin En Français PDF EPub -Do not neglect to give comments for those books you've read. When the book arrives, it might not be approved from the prison. The upcoming Big Brother Mouse novels are offered in PDF format, at no cost, for personal use, or educational use in one school.

Description du Yesterday's Gone Saison 1 épisode 1 : Deux Heures Et Quart Du Matin

Telecharger Torrente Française Gratuitement Yesterday's Gone Saison 1 épisode 1 : Deux Heures Et Quart Du Matin En Français PDF EPub - Vous aimez les séries TV ? Vous êtes accros à The Walking Dead, Dexter, True Blood, Lost ou American Horror Story ? Ce livre est pour vous. Le premier thriller post-apo conçu et écrit comme une série télé : hyper addictif ! Premier épisode GRATUIT en numérique !Le phénomène - Un livre pensé comme une série télé : l'histoire se déroule en 6 saisons de 6 épisodes - Pas de ' héros ' mais plusieurs survivants que l'on suit tour à tour et que l'on a hâte de retrouver - ...

Détails sur le Yesterday's Gone Saison 1 épisode 1 : Deux Heures Et Quart Du Matin

Titre de livre : 317 pages
Auteur : Sean Platt
Éditeur : Fleuve Editions
Catégorie : Saga
ISBN-10 : 2265099457
Moyenne des commentaires client : 3.8 étoiles sur 5 96 commentaires client
Nom de fichier : yesterday-s-gone-saison-1-épisode-1-deux-heures-et-quart-du-matin.pdf (Vitesse du serveur 18.46 Mbps)
La taille du fichier : 19.24 MB

Commentaire Critique du Yesterday's Gone Saison 1 épisode 1 : Deux Heures Et Quart Du Matin

Aelynah a écrit une critique à 09 mars 2016. Aelynah donne la cote 96 pour Yesterday's Gone Saison 1 épisode 1 : Deux Heures Et Quart Du Matin. Attention cette critique concerne le TOME 1 qui regroupe l'épisode 1 & 2. J'ai découvert les lectures en épisodes grâce aux romans d'Ena Fitzbel soit de la romance érotique et j'ai franchement adhéré. Alors lorsque l'on m'a proposé un roman post-apocalyptique dans le même style avec comme but annoncé de nous rendre accro mais surtout dingue à la fin de chaque épisode, je ne pouvais que foncer. Bon je l'avoue je ne lis que très peu ce genre, je le débute depuis peu donc je n'ai ainsi aucune réelle base de jugement. Ce sera ainsi mon ressenti en tant que néophyte et ce qui m'aura plu ne sera peut être pas votre cas à vous, fans du genre et grands amateurs. Sean Platt & David Wright sont deux auteurs fans de feuilletons en épisodes, ils ont donc trouvé normal en plus de s'autoéditer de revendiquer cette passion au travers de leurs récits. Et ce qu'ils nous proposent là est franchement intéressant. Ce matin-là quand le monde se réveille, TOUT est différent. En fait, seules certaines personnes semblent être encore là. Pourquoi eux? Comment est-ce arrivé? Ce sont les questions qui se posent dès les premiers chapitres et chacun va tenter d'y répondre à sa manière et de se trouver un nouveau chemin, un nouveau but mais tout d'assurer d'abord sa survie. Car plus on avance dans le scénario, plus le récit prend une tournure sombre et oppressante. le lecteur, au travers des expériences de chaque personnage découvre une vision d'ensemble que n'ont pas les autres. C'est flippant, lourd de non dit, empli de mort et de questions. La plume des deux auteurs réussit magistralement à nous plonger dans le stress et l'ambiance de fin du monde. Petit à petit on cherche à s'attacher à certains personnages mais sans trop approfondir ces sentiments car leur avenir semble fortement limité. Les éléments de réponse qui commencent à apparaître font froid dans le dos, poussent à extrapoler sur des scénarios tous plus fous les uns que les autres. Nous sommes dans le roman, avec cependant une chance essentielle, le danger ne viendra pas nous chercher à la nuit tombée. La découpe en épisodes est vraiment pensée de façon à laisser le lecteur à chaque final dans l'expectative. Qui sera encore là la prochaine fois ? C'est un peu comme si le récit continuait sans nous et cela nous rend fébrile de lire la suite, pour être sûr de ne rien rater, de ne pas manquer un élément clé, une mort atroce ou une nouvelle découverte. C'est vraiment une lecture passionnante qui tient en haleine. J'avais peur au début du récit de m'y perdre avec les différents personnages mais en fait les auteurs ont su leur apporter des éléments distinctifs à chacun qui fait que nous nous remettons rapidement dans leur situation au bout de quelques lignes des chapitres les concernant. Il y en a bien entendu certains qui nous parlent plus que d'autres, pour qui on souhaite une fin en Happy end malgré l'évolution plutôt négative des événements. Il y a aussi des personnages qui ne m'attirent pas, qui me donnent envie de passer sur eux comme un souffle et de les oublier alors que si on lit entre les lignes on se rend comte qu'ils font partie des plus importants. En cela les auteurs réussissent le pari de nous perdre et de nous harponner en même temps. C'est donc un premier tome franchement perturbant par son scénario et la capacité qu'ont les auteurs de nous plonger dans l'horreur sans forcément trop nous la décrire encore. J'ai hâte de découvrir la suite et en même temps, une certaine appréhension des nouvelles horreurs qu'ils vont nous concocter. + Lire la suite.
domisylzen a écrit une critique à 14 mai 2018. domisylzen donne la cote 96 pour Yesterday's Gone Saison 1 épisode 1 : Deux Heures Et Quart Du Matin. A la bourre, comme d'habitude, pour ma commande France Loisirs, j'ai vite fait de commander celui-là, sans trop savoir pourquoi. le titre, la couverture font un peu vieux jeu, serais-je en train de passer du côté obscur de l'âge ? Dès le début il y a une note des auteurs nous déclarant le pourquoi du comment de ce livre, qu'ils adorent les séries télévisées et gnagnani et gnagnagna. Fichtre moi qui ne supporte pas ce genre, d'ailleurs je ne regarde quasiment jamais la télévision. C'est vrai que ce premier épisode est construit comme si il devait être adapté au cinéma. On fait connaissance tour à tour des divers protagonistes de l'histoire et comment ils découvrent l'ampleur de la catastrophe. - C'est l'apocalypse mon chéri ! - Naaaan ! - Si si … Un samedi 15 Octobre 2011 à 2h15 du matin le monde a basculé. Il ne reste presque plus d'Humains sur la planète. - Qui a dit tant mieux ! Attention je prends les noms hein ! Les rares survivants essayent de comprendre ce qu'il s'est réellement passé, arpentent la ville à la recherche d'amis et de familles. Certains développent quelques facultés, comme entendre les arbres parler. Peut pas dire que j'ai tout de suite adhéré mais l'écriture est vive et légère et le suspens entretenu donne envie d'aller de l'avant. Continuons donc … Ça tombe bien j'ai l'épisode deux. + Lire la suite.
SZRAMOWO a écrit une critique à 11 octobre 2016. SZRAMOWO donne la cote 96 pour Yesterday's Gone Saison 1 épisode 1 : Deux Heures Et Quart Du Matin. Samedi 15 octobre 2011, le matin New York Le jour où tout changea, la préoccupation majeure de Brent Foster était de se prendre une heure pour lui tout seul. Et encore, il se serait contenté d’un quart d’heure. Dès qu’il ouvrit un œil, il sentit la migraine lui marteler douloureusement le crâne, comme s’il avait fait la fête toute la nuit – alors qu’il avait juste travaillé tard au journal. Heureusement, c’était son jour de congé. Il regarda son réveil, mais l’écran était noir. Le ventilateur qui lui servait à masquer le bruit des voisins et de la circulation était éteint aussi. Le courant avait dû sauter. Super. À en juger par le soleil matinal qui filtrait entre les rideaux, il devait être à peu près neuf heures. Et comme il n’entendait pas son fils de 3 ans, pourtant très turbulent, il supposa que Gina avait dû l’emmener faire un tour, ou jouer avec d’autres enfants au parc. Il sourit. Il adorait avoir l’appartement pour lui seul. Les moments de solitude étaient devenus si rares… Journaliste, il travaillait constamment dans l’urgence, toujours à courir de-ci, de-là, surtout depuis les licenciements ; et à la maison, quand le petit était bien réveillé, c’est-à-dire la plupart du temps, il réclamait son père. + Lire la suite.