Les Nains L'intégrale Par Markus Heitz (2010)

Posted on

Les Nains   L'intégrale

Zone Ebook Telechargement Les Nains L'intégrale PDF CHM EPub -La plupart des gens sont les livres électroniques gratuits qui leur permettent d'acquérir différents types de connaissances. La quantité téléchargeable couvre gratuits incluant l'informatique, l'amélioration personnelle le commerce, les publications, les enfants et plus encore. Il gratuits dans 96 catégories dont la capacité p stockage est inférieure à 71, 9-7 Go.

Description du Les Nains L'intégrale

Zone Ebook Telechargement Les Nains L'intégrale PDF CHM EPub - Lorsque s'effondre le passage de Pierre que les Nains gardaient depuis toujours, Orcs et Ogres déferlent sur le Pays Sûr. C'est le jeune Nain Tungdil qui donne l'alerte. Envoyé en mission par son père adoptif, le Mage Lot-Ionan, il découvre l'armée qui avance sur le pays. À la tête de cette force d'invasion, les Albes, êtres cruels et maléfiques, ont le pouvoir de ramener les morts à la vie. Tungdil n'a pas d'autre choix, s'il veut sauver Hommes, Elfes, Mages et Nai...

Détails sur le Les Nains L'intégrale

Titre de livre : 229 pages
Auteur : Markus Heitz
Éditeur : Bragelonne
Traducteur : Yannick Van Belleghem
Catégorie : Saga
ISBN-10 : 2352944198
Moyenne des commentaires client : 3.9 étoiles sur 5 51 commentaires client
Nom de fichier : les-nains-l-intégrale.pdf (Vitesse du serveur 18.3 Mbps)
La taille du fichier : 19.64 MB

Commentaire Critique du Les Nains L'intégrale

Valentia a écrit une critique à 06 juin 2016. Valentia donne la cote 51 pour Les Nains L'intégrale. Diptyque fantasy composé du Passage de Pierre et de la Lame de Feu et reparu en intégrale chez Bragelonne à l'occasion de l'édition 2015 de l'opération 10 ans, 10 romans, Les Nains est l'oeuvre du romancier allemand Markus Heitz. Je me suis plongée avec plaisir dans cette fresque mettant en avant, pour une fois, l'une des races quelque peu délaissées par la plupart des auteurs de fantasy qui leur préfèrent généralement les humains ou les races anthropomorphes (particulièrement quand ils maîtrisent la magie), les dragons, ou encore les Elfes, éternels ennemis des Nains. Nous suivons donc le parcours de Tungdil, Nain isolé des membres de sa race car il a été élevé au milieu des humains par le Mage Lot-Ionan, et dont le destin va être bouleversé par une nouvelle qui le conduira au milieu des siens après un long périple. Mais ces retrouvailles seront de courte durée puisque, par un concours de circonstances assez extraordinaire, il va être amené à arpenter le Pays Sûr avec un groupe de compagnons curieusement assortis, dans le but de le sauver de la menace du Pays Mort apportant avec lui des hordes d'Orcs, Ogres, Bogglins et autres créatures répugnantes… Au début de ma lecture, j'ai été à la fois « heureuse » (car je retrouvais mes repères) et presque irritée que les Nains créés par Markus Heitz entrent parfaitement dans les cases définies par les clichés du genre : petits (forcément), barbus, mineurs, tailleurs de pierre(s) et forgerons, cupides et fascinés par l'or, ennemis héréditaires des Elfes, et partant au combat armés d'une hache d'armes ou d'un marteau de guerre infligeant beaucoup de dégâts sans faire dans le détail… J'aurais cru qu'un auteur qui centrerait son oeuvre sur ce peuple chercherait justement à briser ces images d'Epinal afin de se distinguer de ses prédécesseurs… Mais peu à peu, les choses évoluent et les clichés se brouillent, particulièrement dans le second volet du diptyque. Les héros se révèlent de plus en plus doués de sentiments, on rencontre une tribu où les femmes occupent les premiers rôles, les frontières entre les peuples s'amenuisent, et c'est là que cela devient vraiment intéressant. Intéressante également la structure hiérarchique du pouvoir chez les Nains : déjà, ils sont divisés en cinq tribus, maîtrisant chacune un métier particulier, dont l'une a été exterminée, une autre a trahi son peuple, et une troisième n'a plus donné de nouvelles depuis des lustres. Chacune de ses tribus est dirigée par un roi, et est elle-même divisée en clans qui possèdent chacun un chef. Enfin, au-dessus de tous s'élève un Grand-Roi, choisi alternativement dans chacune des tribus (restantes), mais qui n'a pas besoin d'être roi lui-même pour pouvoir prétendre au titre. J'espère que je suis claire… Si le premier tome reste une épopée entraînante, pleine de combats, qui nous montre un paria reprenant peu à peu contact avec son peuple, c'est dans le second que la trame devient nettement plus intéressante et travaillée, avec son lot d'intrigues dans les coulisses du pouvoir , de retournements, de mystifications et, surtout, de personnages hauts en couleur (et même trop ? Parmi ceux qui l'ont lu, qui n'a pas été, à un moment ou à un autre, exaspéré par les jérémiades de Goïmgar ou les discours pompeux de l'Incroyable Rodario ? Mais peut-être est-ce aussi ce qui fait leur charme – et leur raison d'être…). En résumé, nous avons là une assez belle oeuvre que je recommande aux amateurs de fantasy pure et dure. + Lire la suite.
Darlic a écrit une critique à 19 novembre 2016. Darlic donne la cote 51 pour Les Nains L'intégrale. On annonçait ce roman comme du lourd, une fois le livre refermé je me demande encore ce que l'on a trouvé à ce livre (qui va être adapté au cinéma mon dieu !!!). Il faut dire que je suis de la vieille école mais j'ai trouvé cette histoire trop scolaire. On sent un univers à la Warhammer et c'est bien là le problème. Je pense que le soucis principal de ce roman est la très mauvaise traduction. Dans La Guerre des Nains cela s'améliore quelque peu mais pas des masses. Je m'attendais à des scène digne d'un David Gemmell, d'un R.A Salvatore ou encore d'une Margaret Weis. Mais on est loin de ces trois maîtres du genre. Certes le roman est divertissant et dense mais j'attends plus d'un roman. Les Nains est une de mes races favorite et je les ai trouvé insipide, surtout Tungdil et ne parlons même pas de Furibard. Ce sont des nains et pas des crétins sortit de la pierre! Un nain est pour moi loyal comme un celte, combat comme un barbare avec courage et inconscience et à l'humour d'un vikings. Ici on a rien de ce qu'un nain digne de ce nom dois possédé. Pour moi mon trio de nain favoris de mes précédente lecture reste Bruenor Battlehammer des Royaumes Oubliés, Flint Forgefeu de Lance Dragon et Gimli du seigneur des anneaux. Les nains de ce romancier Allemand sont loin très loin de ces nains là. Toutefois je lirai les autres romans vu qu'on me les a offert, mais ça sera sans réel passion que je lirai ces romans. Un peu comme un spectateur absent qui regarde un film de facture moyen... + Lire la suite.
JessKa a écrit une critique à 10 septembre 2012. JessKa donne la cote 51 pour Les Nains L'intégrale. Ce livre est un bon roman fantastique. L'écriture n'est pas mauvaise ou exceptionnelle, mais il est possible que ce soit dû à la traduction (originellement en allemand. ) Alors je ne me base pas sur cela. le personnage principal, le nain Tungdil a une histoire intéressante, crédible et bien balancée pour expliquer le caractère particulier du personnage. Les personnages secondaires sont bien définis dans leurs personnalités. Les combats sont décrits assez en détail pour avoir vraiment l'impression qu'il y a bataille, mais pas de manière trop lourde. Il y a aussi une bonne dose d'humour! Il y a quatre parties de deux volets à cette série. Chaque partie compose un intégral. Arrêtez-vous à cet intégral. Il se lit très bien tout seul. le deuxième est encore bien, mais présente plus de défauts. Il est limite. Il donne tout de même le goût de lire la troisième partie et là est l'erreur. Ça devient mauvais. Il y a des redondances, incohérences... J'ai commencé le dernier volet et j'ai dû m'arrêter là tellement c'est horrible à quel point le personnage principal devient ridiculement contradictoire. + Lire la suite.