Journal D'un Vampire, Tome 1 : Le Réveil Par L.J. Smith (2009)

Posted on

Journal

Journal D'un Vampire, Tome 1 : Le Réveil Fr Telecharger PDF CHM -Vous pouvez ouvrir et afficher des fichiers PDF (Portable Document Format) dans Adobe Reader. Les PDF peuvent être visualisés quel que soit le type de système p traitement de texte utilisé. Cliquez sur Parcourir pour trouver le PDF que vous souhaitez utiliser. Ensuite, sélectionnez Convertir en PDF et recherchez le programme que vous souhaitez utiliser pour convertir le PDF (inclut In design et d'autres possibilities logicielles courantes). Le PDF orient automatiquement enregistré dans votre software de visualisation PDF. Transformation d'un fichier PDF en MP3 est tout à fait et facile à faire avec les bons outils. Il peut être souhaitable p convertir un fichier PDF en MP3 pour créer une variation sound d'un fichier PDF, t elle qu'un livre électronique, en un livre sound.What you probably do not know is the way to get them for FREE. Free book downloads and ebooks are getting more popular and easier to access online. Full Featured FREE Bible Software with over 50 Bibles in more than 30 languages to select from. There are apps, however, that link to your nearby library so that you might download e-books. You need to download apps to learn if they provide e-books, but a variety of them say in the expanded description they cover e-books.

Description du Journal D'un Vampire, Tome 1 : Le Réveil

Journal D'un Vampire, Tome 1 : Le Réveil Fr Telecharger PDF CHM - Dès l’arrivée de Stefan Salvatore à Fell’s Church, Elena, la reine du lycée, se jure de le séduire. D’abord distant, le garçon aux allures d’ange rebelle finit par céder à sa passion dévorante… et à lui révéler son terrible secret. Quelques siècles plus tôt, la femme qu’il aimait l’a transformé en vampire, avant de le trahir avec son frère ennemi, Damon. Des événements tragiques se succèdent bientôt dans la région. Tout accuse Stefan mais Elena est convaincue de son...

Détails sur le Journal D'un Vampire, Tome 1 : Le Réveil

Titre de livre : 275 pages
Auteur : L.J. Smith
Éditeur : Hachette Jeunesse
Traducteur : Agnès Girard
Catégorie : Saga
ISBN-10 : 2012017649
Moyenne des commentaires client : 3.27 étoiles sur 5 1837 commentaires client
Nom de fichier : journal-d-un-vampire,-tome-1-le-réveil.pdf (Vitesse du serveur 19.3 Mbps)
La taille du fichier : 33.5 MB

Commentaire Critique du Journal D'un Vampire, Tome 1 : Le Réveil

Dunky a écrit une critique à 26 mai 2009. Dunky donne la cote 1837 pour Journal D'un Vampire, Tome 1 : Le Réveil. journal d'un vampire est un de mes coups de coeur! beaucoup de gens le critique parce qu'il ressemble à Twilight mais moi je pense tout le contraire! Twilight est beaucoup plus centré sur le couple Edward/Bella alors qu'ici c'est avant tout la vie d'Elena : ses amies, l'école et Stephan son petit ami vampire! l'auteur a fait vraiment du bon boulot! il y a du suspens tout le long du livre, et on ne sais pas ce qu'il risque de se passer! bref, ce livre est très prenant et on a envie de ne plus le lacher! il n'y a pas autant de sentiment que dans Twilight mais la tension qu'on éprouve en le lisant vient compenser. Et donc je penser que journal d'un vampire est un très bon roman de vampire, qui ne devrait pas etre juger moins bon que Twilight car il est totalement différent et j'attend donc la suite avec impatience!!!!.
vilvirt a écrit une critique à 14 avril 2012. vilvirt donne la cote 1837 pour Journal D'un Vampire, Tome 1 : Le Réveil. Oulàlà... Histoire d'apporter un peu de légèreté dans ce monde de brute, j'ai voulu renouer avec une histoire d'amour vampirique et je suis tombée sur du très lourd ! Journal d'un Vampire est une histoire navrante, un véritable nid à clichés qui m'a fait passer par la surprise, l'abattement, le rire nerveux et enfin l'interrogation : mais pourquoi une telle histoire a-t-elle convaincue autant de monde ? Pourtant, dans ce genre de domaine, il y a matière à faire de belles découvertes. On trouve quelque fois des récits pas toujours originaux mais certainement bien mieux construits que celui-ci, avec une vraie intrigue et des personnages qui tiennent la route. Ici, je décernerais la palme au style d'écriture (ou à la traduction ?) mais les personnages ne sont pas en reste. Et que dire de l'intrigue rocambolesque ? Elena Gilbert est une ado attirante, à qui tout réussi et qui possède une forte personnalité (traduisez : inbuvable et égoïste). Malheureusement, elle a perdu ses parents dans un accident et vit à présent avec sa tante (jeune femme à qui elle ne rend pas la vie facile, soit dit en passant...) le récit débute le jour de la rentrée des classes. Elena, la reine du lycée, et ses copines aussi stéréotypées qu'elle, voient débarquer un séduisant inconnu en blouson de cuir et tee-shirt moulant. C'est Stefan Salvatore, nouveau venu à Fell's Church, qui cache un lourd secret. Il va déclencher une hystérie collective dès son arrivée et provoquer surtout un fabuleux coup de foudre chez Elena. Tant et si bien qu'elle se jure (mais quand je dis se jure, c'est une promesse à la vie à la mort !) de le faire tomber dans ses filets, elle à qui rien ne résiste, la bombe qui cache un profond chagrin derrière sa carapace de miss ultra-populaire, et part se planquer dans les cimetierres quand elle part à la dérive (que tout cela est mélancolique !) Ce sera rapide : à la vue des cheveux blonds comme les blés d'Elena, de sa peau de pêche et de ses yeux bleus comme un ciel d'été, Stefan craque (il lutte quand même, mais après trois pages de dure introspection, il finit par cèder) et voilà nos amoureux avec des étoiles plein les yeux. Mais c'est sans compter sur la présence du frère démoniaque de Stefan - que l'auteur a choisi d'appeler Daemon, comme c'est subtil - qui vient lui aussi d'arriver dans la région. Il va jeter son dévolu sur la jeune fille et tout faire pour évincer son jeune frère. Il faut dire qu'Elena est le portrait craché de leur ancien amour, Katherine, une femme qu'ils ont profondément aimé des siècles auparavant, et à cause de qui les deux frères sont un peu fâchés depuis. Stefan, comme tout héro romantique et sombre qui se respecte, cultive l'art de la culpabilité en pleurnichant continuellement sur son sort, alors que Daemon, moins agaçant, est un parfait vilain tout de noir vêtu qui ne se complaît que dans le meurtre et le sarcasme et se transforme accessoirement en corbeau pour mater discrètement les jeunes filles dans leur chambre... Ce que je ne comprends pas (mais je suis peut-être trop vieille pour ça, me direz-vous) c'est comment une créature puissante qui vit depuis des siècles peut tomber amoureuse d'une ado de 18 ans qui passe sa vie à ricaner avec ses copines dans les toilettes des filles ? Et puis surtout, qui aurait envie de retourner au lycée à sa place ?! Mais bref, passons. de toute façon, à ce point de l'histoire, j'avais déjà envie de me jeter par la fenêtre. Je me suis dit que l'intrigue allait peut-être s'étoffer et m'apporter un semblant de plaisir... Et puis non. Journal d'un Vampire est donc vraiment un roman sans consistance et sans surprise, bourré de clichés, de personnages sans relief - tels que l'ex-meilleure amie devenue une vraie peste ou le prof intransigeant qui prend plaisir à humilier ses élèves en cours - de dialogues mielleux, et de sènes inutiles qui vous donneront envie de vous taper la tête contre les murs. Même la saga Twilight ne m'a pas parue aussi navrante à l'époque. C'est tout dire. (au fait, je ne vous ai jamais parlé de Twilight ?...) J'admets que si Elena n'avait pas été aussi tête à claque et Stefan aussi pâlot (dans tous les sens du terme) j'aurais peut-être pris un peu plus de plaisir à ma lecture. Mais donnez-moi une garce superficielle et un pseudo-vampire marqué par la fatalité, et j'ai juste envie de jeter le livre aux orties... Je pense que je vais m'arrêter là et démarrer sur autre chose. Un conseil pour les amateurs du genre : passez votre chemin... Lien : http://tranchesdelivres.blog.. + Lire la suite.
Susanaribeiro a écrit une critique à 22 décembre 2013. Susanaribeiro donne la cote 1837 pour Journal D'un Vampire, Tome 1 : Le Réveil. - Je ferais mieux de te ramener chez toi, lui dit-il. A ce moment, elle aurait voulu le faire souffrir, ou du moins le mettre aussi mal à l'aise qu'elle l'était à cause de lui. Cependant, elle commençait à être lassée de ses innombrables complots pour percer Stefan à jour. Elle ne désirait plus qu'une chose : affronter la vérité. Elle osa enfin poser la question qui lui trottait dans la tête depuis si longtemps : - Pourquoi tu me détestes ? Il la regarda, un peu désemparé, puis répondit : - Je ne te déteste pas. - Si... Je le sais... Je ne t'ai pas remercié, tout à l'heure, et je ne le ferai pas davantage maintenant. Tu vois, moi non plus, je ne connais pas les bonnes manières... Je n'ai aucune reconnaissance envers toi. Je ne t'ai rien demandé, d'ailleurs : je ne savais pas que tu étais dans le cimetière. En fait, je ne comprends même pas pourquoi tu m'as sauvée, vu la haine que je t'inspire. - Je ne te déteste pas, répéta-t-il doucement. - Reconnais-le au moins : depuis le début, tu m'évites comme la peste. J'ai pourtant essayé d'être sympa avec toi... C'est comme ça qu'un gentleman se conduit quand quelqu'un lui souhaite la bienvenue ? Il voulut l'interrompre, mais elle reprit de plus belle : - A chaque fois, tu m'as ignorée devant tout le monde... Tu m'as humiliée devant mes amis... Et tu m'as adressé la parole ce soir uniquement parce-que j'étais en danger de mort. Il fallait que je me fasse assassiner pour que tu daignes me parler, c'est ça ? Même maintenant, je ne peux pas te frôler sans que tu fasses un bond en arrière... C'est quoi ton problème, à la fin ? Qu'est-ce qui t'empêche de te confier ? Réponds-moi ! Qu'est-ce que tu as ? Le visage de Stefan était plus fermé que jamais. Elena inspira profondément, essayant de lutter contre les larmes qui lui montaient aux yeux. Elle ajouta d'un ton moins dur : - Pourquoi tu ne m'adresses pas un regard alors que tu laisses Caroline te mener par le bout du nez ? J'ai quand même bien le droit de comprendre ça, non ? ... Quand tu m'auras répondu, je te laisserai tranquille, promis. Si tu veux, je ne te parlerai plus. Alors, pourquoi tu me détestes à ce point, Stefan ? Il leva enfin les yeux. La souffrance qu'elle y lut la bouleversa. Son aveu était-il si difficile ? - C'est vrai, tu as le droit de savoir, dit-il enfin d'une voix mal assurée, où perçait une vive émotion. Je ne te déteste pas... je ne t'ai jamais détestée... Mais tu me rappelles... quelqu'un... Elena était stupéfaite. Elle n'aurait jamais imaginé pareille réponse. - Je te rappelle quelqu'un ? - Oui, quelqu'un que j'ai connu. Mais... en fait, tu ne lui ressembles que physiquement. Elle était vulnérable et fragile, ce que tu n'es pas. - Ah bon ? - Toi, au contraire, tu es une battante. Tu es... unique. Pendant un instant, elle chercha en vain une réplique. Sa colère s'était évanouie devant la douleur de Stefan. - Tu étais très proche d'elle ? - Oui. - Et que s'est-il passé ? Le silence qui suivit fut si long qu'elle crut ne jamais recevoir de réponse. Enfin, il laissa échapper ces mots : - Elle est morte. Elena pensa aussitôt à la tombe de ses parents. - Oh, je suis désolée... Il resta muet, la même froideur imprimée sur le visage. Perdu dans la contemplation de vide, ses traits ne trahissaient pas seulement le chagrin : Elena y décela une insupportable culpabilité qui lui fit oublier tous ses griefs. Elle s'approcha de lui. - Stefan, murmura-t-elle. Mais il ne semblait pas l'entendre. Sans y penser, elle lui posa une main sur le bras. - Stefan, reprit-elle, je comprends ce que tu ressens, tu sais... - Tu ne peux pas comprendre ! Sa colère avait éclaté avec une violence terrible. Baissant les yeux sur la main d'Elena, il découvrit que la jeune fille avait osé le toucher. Il la repoussa sans ménagement et, à l'aide de son bras levé, il para même une nouvelle tentative d'approche. Alors sans comprendre comment la chose s'était produite, il se rendit compte, stupéfait, que leurs doigts s'étaient entrelacés... Sa main serrait maintenant celle d'Elena comme si sa vie en dépendait... - Elena..., dit-il dans un murmure qui ressemblait à un cri de grâce. Elle vit une ombre d'angoisse passer dans son regard, comme si elle était un puissant adversaire contre lequel il renonçait à lutter. Vaincu, il approcha ses lèvres des siennes. + Lire la suite.