Le Trône De Fer, Intégrale 1 : A Game Of Thrones Par George R.R. Martin (2010)

Posted on

Le

Telecharger Un Livre Pdf Le Trône De Fer, Intégrale 1 : A Game Of Thrones In French PDF EPub MOBI -Le fichier Le Trône De Fer, Intégrale 1 : A Game Of Thrones PDF orient protégé level un mot de passe et lorsque vous essayez, il vous demandera un mot de passe. Vous pouvez importer un fichier Le Trône De Fer, Intégrale 1 : A Game Of Thrones PDF existant à partir de votre ordinateur ou mentionner un scanneur connecté comme origin d'image. Un fichier de document portable (Le Trône De Fer, Intégrale 1 : A Game Of Thrones PDF) est un sort de fichier qui résout les problèmes d'accessibilité entre plates-formes. Méthodes pour convertir les fichiers CHM au format Le Trône De Fer, Intégrale 1 : A Game Of Thrones PDF À l'aide d'Adobe Acrobat 9 PrintPrint TopicsGeneralSelect PrinterAdobe Le Trône De Fer, Intégrale 1 : A Game Of Thrones PDFPrintSave As Recherchez le fichier CHM que vous souhaitez convertir au format Le Trône De Fer, Intégrale 1 : A Game Of Thrones PDF sur votre ordinateur et ouvrez-le. U N format de document portable (Le Trône De Fer, Intégrale 1 : A Game Of Thrones PDF) est un format de fichier qui facilite la présentation d-e documents dépourvus d'aide matérielle, logicielle ou système d'exploitation. Tous les fichiers p téléchargement p en sont disponibles pour un transfert. Iln'est donc pas nécessaire de suivre des liens extérieurs.Entirely free e-books are offered on each different topic you can imagine in both fiction and non-fiction. When you go to download an entirely free e-book, you are going to need to be certain that the e-book file you're downloading will start. The downloading e-book utilizing FreEBooks Le Trône De Fer, Intégrale 1 : A Game Of Thronespot is so straightforward, no registration must download absolutely free e-books.

Description du Le Trône De Fer, Intégrale 1 : A Game Of Thrones

Telecharger Un Livre Pdf Le Trône De Fer, Intégrale 1 : A Game Of Thrones In French PDF EPub MOBI - Le royaume des sept couronnes est sur le point de connaître son plus terrible hiver: par-delà le mur qui garde sa frontière nord, une armée de ténèbres se lève, menaçant de tout détruire sur son passage. Mais il en faut plus pour refroidir les ardeurs des rois, des reines, des chevaliers et des renégats qui se disputent le trône de fer, tous les coups sont permis, et seuls les plus forts, ou les plus retors s'en sortiront indemnes...

Détails sur le Le Trône De Fer, Intégrale 1 : A Game Of Thrones

Titre de livre : 344 pages
Auteur : George R.R. Martin
Éditeur : J'ai Lu
Traducteur : Jean Sola
Catégorie : Saga
ISBN-10 : 2290019437
Moyenne des commentaires client : 4.35 étoiles sur 5 2537 commentaires client
Nom de fichier : le-trône-de-fer,-intégrale-1-a-game-of-thrones.pdf (Vitesse du serveur 28.78 Mbps)
La taille du fichier : 35.11 MB

Commentaire Critique du Le Trône De Fer, Intégrale 1 : A Game Of Thrones

fnitter a écrit une critique à 24 janvier 2014. fnitter donne la cote 2537 pour Le Trône De Fer, Intégrale 1 : A Game Of Thrones. Le sang tiède lui emplit la bouche et ruissela sur son menton. Le goût …, le goût la menaçait de nausées, mais elle se força de mastiquer, déglutir. A condition toutefois que la mère le mangeât intégralement, le cœur d'étalon était, aux yeux du moins des Dothrakis, censé procurer au fils vigueur, promptitude et intrépidité. Mais qu'elle répugnât au sang ou vomît la viande, et les présages en étaient moins fastes : l'enfant risquait de venir au monde soit mort-né, soit débile, ou monstrueux, voire de sexe féminin. + Lire la suite.
TheWind a écrit une critique à 21 septembre 2014. TheWind donne la cote 2537 pour Le Trône De Fer, Intégrale 1 : A Game Of Thrones. Le trône de fer. Portrait chinois. Si j'étais un personnage, je serais Catelyn Stark. Non, pour sûr, Catelyn Stark n'est pas mon personnage préféré de cette saga mais c'est d'elle dont je me sens le plus proche. Portée par un flot de sentiments contradictoires, elle ne prend certes pas toujours la bonne décision. Mais elle reste entière et prompte à se battre bec et ongles contre quiconque s'attaquera à sa progéniture. On peut bien sûr lui reprocher beaucoup de choses, notamment d'être à l'origine de la guerre ou encore sa cruauté envers Jon Snow, mais il ne faut pas oublier qu'elle agit avec son coeur. Son coeur de femme, possessif et jaloux et son coeur de mère, protecteur, impulsif et souvent égaré. Si j'étais un animal, je serais Fantôme, le loup de Jon Snow. Loup albinos, différent de ses frères et soeurs, le dernier recueilli par la famille Stark et qui échoit naturellement à Jon Snow, le bâtard d'Eddard Stark. Fantôme est un loup épatant. Épaulant Jon dans les situations difficiles, il semble doté d'une rare intelligence chez un animal. Tant qu'il est là, on sent qu'il ne peut rien arriver de mal à Jon et on espère de tout coeur qu'il restera toujours à ses côtés. Si j'étais un objet, je serais Aiguille, l'épée d'Arya Stark. Tout d'abord parce qu'elle représente l'amour fraternel que se portent Arya et son demi-frère Jon. C'est lui qui lui a offert avant de rejoindre la Garde de nuit. Arya se fiche bien que les origines maternelles de Jon soient douteuses. Tous les deux, ils se ressemblent tant ! Courageux, aventuriers, se défiant des grands du royaume, ignorant les convenances et la bienséance, ils agissent tous les deux avec sincérité et honnêteté. Aiguille représente bien cela : le courage de la petite Arya mais pas seulement. C'est aussi à travers son apprentissage du maniement de l'épée qu'on perçoit toute l'audace, la ténacité et la force de caractère d'Arya. Si j'étais un endroit, je serais la forteresse des Eyrié,dans la région du Val D'Arryn. Un des endroits les plus vertigineux de la première intégrale du Trône de Fer. Paysage à couper le souffle, ascension périlleuse et contrée des plus hostiles ! Émotions garanties ! Si j'étais une partie du corps, je serais la langue de Tyrion. Non pas parce que c'est la seule partie du corps chez lui qui ne soit pas difforme (Rrhhoo!!) mais tout simplement parce qu'il s'en sert âprement et qu'il me fait bien rire ! Tyrion, il est génial ! Dans la famille Lannister, je demande le nabot et je laisse tous les autres ! Si j'étais une couleur, je serais le bleu. Une des couleurs des soies portées par Sansa Stark. le bleu, couleur céleste de la robe de la Vierge Marie, devient au Moyen âge symbole de candeur. Et c'est l'innocence, l'ingénuité de Sansa qui me touche. On pourrait bien sûr traiter Sansa d'oie blanche et clamer haut et fort qu'elle n'a que ce qu'elle mérite. Mais je ne peux m'empêcher d'éprouver de l'indulgence à son égard. Sansa a beau être naïve et même niaise par moments, elle reste cependant ce qu'il y a de plus angélique dans ce royaume impitoyable et rien que pour cela, on a bien envie de la protéger et de maudire ce détestable Joffrey pour tout le mal qu'il lui fait. Si j'étais une pierre, je serais un oeuf de dragon. Parce qu'on sent bien que toute la force de Daenerys Targaryen se trouve là. Dans ces trois oeufs gigantesques et éclatants de beauté. Dans ces trois oeufs, réside sans nul doute le destin exceptionnel de la princesse Targaryen devenue Khaleesi. Daenerys ne s'y trompe pas lorsqu'elle répète sans cesse : « Je suis le sang du dragon. » Et avec elle, on a envie d'y croire... Si j'étais une saison, je serais l'hiver. Tout simplement parce que l'hiver fait partie de la devise des Stark. «  Winter is coming ». Et évidemment, c'est bien à cette famille que va ma préférence. Mais je doute fort d'être originale en disant cela ! Je pourrais bien sûr continuer longtemps ce petit jeu du portrait mais ce serait bien long. Et puis, il faut laisser d'autres propositions pour les prochaines intégrales... (Challenge PAVES 2014/2015) + Lire la suite.
belette2911 a écrit une critique à 14 octobre 2013. belette2911 donne la cote 2537 pour Le Trône De Fer, Intégrale 1 : A Game Of Thrones. Non, non, non, Le trône de fer ne concerne pas les tribulations d'un pot de chambre... Bien qu'il faut tout de même signaler que certains personnages, dans le livre, en ont ch** dur ! Winter is coming... Bienvenue dans le jeu des Sept Familles, pardon, des Sept Couronnes (et on ne parle pas du dentiste !). Ayant envie de me la couler douce lors de ma lecture, j'ai préféré d'abord regarder la série télé afin de ne pas me perdre dans la profusion de personnages et de pouvoir m'appuyer sur les acteurs choisis pour les rôles, sans devoir les imaginer. Farniente, quand tu me tiens... Puisque la Saison 1 passait, aux yeux des fans, pour être plus que fidèle au livre, je ne risquais pas d'être perdue en ouvrant le pavé que constitue cette Intégrale 1. Point de vue série, j'avais ramé au départ avec la profusion des personnages, de l'intrigue et des détails, donc, cette remise à niveau livresque ne fut pas une perte de temps. Loin de là ! Le fait d'avoir regardé la série ne m'a pas privé de mon plaisir de lecture, l'univers de Westeros étant plus riche et plus profond dans le livre. Cela m'a même permis de comprendre des petits détails que je n'avais pas capté. Grosse différence par contre entre l'âge des protagonistes du livres et celui de ceux de la série. Ils sont fort jeunes dans le livre et j'ai parfois eu du mal avec leur jeune âge. Quant à Tyron Lannister, il est mieux dans la série ! La lecture est passé comme une lettre à la poste, malgré l'épaisseur de la brique et quelques longueurs, mais rien de grave, docteur, puisque j'ai coupé le pavé avec quelques polars noirs. L'histoire, vous la connaissez, donc, pas de résumé, mais une liste de ce que j'ai aimé et quelques récriminations minimes... 1. Si la profusion de personnages est déroutante au départ et rend la lecture un peu laborieuse (ma mémoire ramait un peu), ils sont travaillés, complexes; ni tout noir, ni tout blanc; l'auteur n'hésitant pas à les mutiler, les tuer,... et plus, si affinités. Bref, réaliste ! Avoir vu la série avant m'a permis de mettre de suite un visage sur les personnages et de lire le livre tout en écoutant la superbe B.O. De plus, qu'ils soient principaux ou secondaires, les personnages ont tous été travaillés, bien décrits, ils ont tous une histoire et un passé qui les caractérisent chacun. 2. L'agencement des chapitres : bonne idée de les présenter selon les Point de Vue (POV) de quelques personnages principaux. Cela nous offre une autre vision de l'histoire, les POV des personnages pouvant s'opposer puisque on peut passer d'un héros à un méchant. Mieux : ce style de narration donne l'opportunité aux supposés méchants de justifier leurs actes. Les différents POV peuvent éclairer leurs souvenirs respectifs et nous en apprendre plus, ou nous faire poser des questions. On suit donc chronologiquement les aventures de nos narrateurs en herbe. 3. Pas de Bisounours, c'est de la Fantasy sombre, réaliste et sans manichéisme : les méchants sont parfois à tuer (Joffrey, je t'aurai un jour), fascinants de méchanceté, de fourberie, de saloperie ou de sadisme. Quant aux gentils, ils ne sont pas tout blancs, ils ont même un sacré passif. Pas de manichéisme ici : oubliez ! Pas de lutte du Bien contre le Mal, juste un jeu de pouvoir de niveau féodal où tous les coups bas sont permis, y compris sous la ceinture ou dans le dos. Mais ne cherchez pas de preux Chevalier Blanc... On peut être un roi bon et un un dirigeant incompétent... 4. Les intrigues politiques sont dignes d'intérêt et on se dit que la fiction ne s'éloigne guère de la réalité. Alliances, trahisons,... 5. Pas qu'une seule intrigue, en plus, mais 3 pour le prix d'une ! On a les guèguères pour l'obtention du royal trône d'un côté; mélangé à ce qui se passe derrière le Mur et les héritiers Targaryen qui veulent redevenir khalife à la place du khalife... 6. de la violence, du sang, des tripes, de la rate et des boyaux... Des scènes de cul (dans la série, on voit des choses qui pendouillent), de l'inceste frère-soeur. Bref, pas de puritanisme ici ! L'auteur considère le cul comme ce qui fait tourner le monde. Il a raison, certains sont tombés bien bas à cause de leur zizi. 7. Les personnages (oui, oublié de le dire plus haut) évoluent : des gens qui nous semblaient détestables au départ peuvent se révéler plus aimables ensuite (Drogo) ou au contraire passer de sympa à fils de sa mère (Littlefingers a baissé dans mon estime !). 8. Un invité peu habituel : leur foutu climat ! Chez eux, les hivers peuvent durer des années et des années. Ça change toute la donne. 9. Les guerres incessantes et les jeux de pouvoir qui se jouent dans les pages sont jouissif. 10. Les loups de la famille Stark... 11. Par contre (je le savais mais c'est plus fort que moi) évitez de vous attacher aux personnages parce qu'ils peuvent disparaître... J'ai déjà perdu de ceux que j'appréciais beaucoup. C'est plus réaliste, je sais. Leur monde n'est pas très éloigné du nôtre. 12. Tyron Lannister : je l'adore ! Ce nain qui a la langue bien pendue (et pas que la langue, si vous voyez ce que je veux dire... Et ce truc là ne pend pas toujours...) est un personnage attachant, il a de la répartie et dans les Lannister, c'est le moins pire. Sans lui, il manquerait quelque chose dans le livre. 13. Ce qui me plaît aussi, c'est le côté roman historique avec ses chevaliers, ses épées, ses châteaux mélangés dans le surnaturel de la Fantasy (dragons), mais sans la facilité de la magie. Ici, on ne se bat pas à coup d'Abracadabra ou d'Avada Kedavra, mais avec des épées ou avec des mots, pour les intrigues politiques, sans oublier les coups dans le dos. Seuls les plus forts ou les plus retors gagneront. 14. On sent que l'auteur a des références historiques : la guerre de Cent Ans, les Croisades, la guerre des Deux-Roses,... peuvent être les sources de son récit, sans oublier Les rois maudits de Druon. Westros ressemble à l'Angleterre du Moyen-Age. le mur de glace est celui d'Hadrien, en plus massif. Ils pensent tous que la menace viendra du voisin, mais elle viendra du Nord, par-delà le Mur... 15. Les chapitres se terminent par des cliffhangers : toujours du suspense, ce qui nous incite à toujours poursuivre la lecture. L'univers du roman est riche en rebondissements. 16. Bémol : je ne sais pas si la faute incombe au traducteur ou à l'auteur, mais il y a des redondances de certains termes et la prose est un peu simpliste. de plus, certains termes venant du langage médiéval sont un peu déroutant. 17. J'aurais aimé le POV narratif de Jaime, Cercei ou même de Joffrey afin de lui analyser sa petite tête de petit merdeux. 18. Scandale : les éditions J'ai Lu auraient pu se casser un peu le cul et nous sortir autre chose comme titre que Intégrale 1... Déjà que la version poche est découpée par rapport à l'originale ! 19. Heu, la série n'étant pas finie... Quid si l'auteur décède ? Bref, vous l'aurez compris, malgré quelques points négatifs, je me suis bien amusée avec la série et le livre. Non, je ne sais pas si Martin est le nouveau Tolkien... Premièrement, je n'ai lu qu'un tome et puis, qui suis-je, moi, pour oser comparer Tolkien à un autre auteur d'une autre époque ? Tolkien fut le précurseur... Chez Martin, pas d'Elfes, de Hobbit, d'orques ou d'Uruk-Hai ! Mais ses intrigues politiques valent le détour et je me réjouis de découvrir les Intégrales suivantes (tout en croisant les doigts pour que mes personnages préférés ne trépassent pas). Lien : http://the-cannibal-lecteur... + Lire la suite.