La Fille Du Train Par Paula Hawkins (2015)

Posted on

La

Telecharger Des Ebook Gratuit En Francais La Fille Du Train Français PDF -Manuel de dissection en humaine Étudier le corps humain dans le laboratoire p dissection est une opportunité one of a kind. Un autre outil qui vous aidera certainement à améliorer votre connaissance de la grammaire orient le livre Practice Make collection Spanish. Le logiciel marque votre place chaque fois que vous quittez un livrevotre pour ne jamais perdre votre area. Manhunter première picked à faire orient d'obtenir un logiciel. Vous pouvez également trouver le logiciel interactif Verbarrator utile dans le domaine de la conjugaison des verbes espagnols. Toutes les versions de dessin d'AutoCAD, de la version manhattan project dernière année 2010 prises en charge et vous trouverez que le fichier PDF converti ressemble exactement à ce que vous pouvez voir dans le dessin. Tous les livres Livres Totally Free Pdf Get.

Description du La Fille Du Train

Telecharger Des Ebook Gratuit En Francais La Fille Du Train Français PDF - Depuis la banlieue où elle habite, Rachel prend le train deux fois par jour pour aller et revenir de Londres. Chaque jour elle est assise à la même place et chaque jour elle observe une jolie maison. Cette maison, elle la connaît par cœur, elle a même donné un nom à ses occupants qu'elle aperçoit derrière la vitre : Jason et Jess. Un couple qu'elle imagine parfait, heureux, comme Rachel a pu l'être par le passé avec son mari, avant qu'il ne la trompe, avant qu'il ne...

Détails sur le La Fille Du Train

Titre de livre : 426 pages
Auteur : Paula Hawkins
Éditeur : Sonatine
Catégorie : Roman
ISBN-10 : 2355843139
Moyenne des commentaires client : 3.63 étoiles sur 5 4484 commentaires client
Nom de fichier : la-fille-du-train.pdf (Vitesse du serveur 18.7 Mbps)
La taille du fichier : 14.48 MB

Commentaire Critique du La Fille Du Train

canel a écrit une critique à 14 juin 2015. canel donne la cote 4484 pour La Fille Du Train. Rachel n'est pas amnésique, mais ça revient au même. Ce qu'elle fait quand elle est ivre s'efface de sa mémoire, elle n'en garde que de vagues impressions et la honte de s'être laissée aller, une fois de plus, et d'avoir perdu sa dignité et toute maîtrise de ses actes. Or Rachel boit de plus en plus. Voilà deux ans qu'on lui a volé sa vie, elle était mariée, heureuse, mais une autre femme a pris sa place dans le coeur de Tom et dans leur maison, et l'équilibre précaire de Rachel s'est écroulé. Il lui est d'autant plus difficile de tirer un trait sur Tom qu'elle passe devant chez lui chaque jour, en train. Elle passe également devant chez Jason et Jess, un petit couple tout mignon dont le bonheur apparent la fait rêver, jusqu'à ce que... Ce thriller psychologique à trois voix est d'autant plus stressant qu'il met en scène des gens ordinaires, des femmes auxquelles on peut aisément s'identifier. On s'y attache, en tout cas, notamment à Rachel. Une rupture amoureuse lui a fait perdre les pédales, et le chagrin, la solitude et la jalousie lui font faire n'importe quoi. L'atmosphère du roman m'a rappelé celle de 'Avant d'aller dormir' (SJ Watson) : Rachel est souvent à la recherche de repères, de souvenirs, elle redégringole à chaque fois qu'elle se remet à boire et doit presque repartir de zéro (et le lecteur recule de quelques pas, lui aussi). L'auteur montre bien la façon dont sont considérés les alcooliques/dépressifs par ceux qui sont du bon côté de la santé mentale et de l'autorité (les policiers, en particulier) - ils font pitié, sont infantilisés, pas pris au sérieux, méprisés et vite priés d'aller faire leur cinéma ailleurs. Ils sont aussi une proie idéale... Un très bon roman noir étourdissant et riche en suspense, où les rebondissements sont savamment dosés et restent crédibles. • Merci à Babelio et aux éditions Sonatine pour cette découverte. + Lire la suite.
marina53 a écrit une critique à 18 août 2015. marina53 donne la cote 4484 pour La Fille Du Train. Dans le train de 8h04, qui va de Ashbury à la gare d'Euston, certains tapotent sur leur ordinateur ou leur portable, d'autres dorment, d'autres encore regardent par la fenêtre et s'amusent à imaginer la vie de ces gens qu'ils aperçoivent à travers les vitres. C'est le cas de Rachel qui emprunte ce train tous les jours, matin et soir, depuis maintenant 2 ans. Depuis qu'elle a emménagé chez une amie, Cathy, après sa séparation d'avec Tom. C'est ainsi qu'elle s'est imaginé une vie pour ce couple, devenu Jess et Jason pour elle. Un couple très beau et très uni qui semble amoureux. Etonnamment, il lui manque dès qu'elle ne l'aperçoit pas. Surtout depuis qu'elle est seule et tout juste licenciée, cela lui occupe l'esprit, pourtant parfois confus et brumeux à cause de tout l'alcool qu'elle ingurgite. Mais depuis qu'elle a vu Jess dans les bras d'un autre homme, elle est perturbée. Elle le sera d'autant plus lorsqu'elle apprendra que cette fameuse Jess est portée disparue... Installez-vous confortablement à bord de ce train, côté vitre de préférence si vous voulez être aux premières loges... Rachel, témoin plus ou moins fiable étant donné la quantité d'alcool qu'elle ingurgite à longueur de temps, son état dépressif et son obsession amoureuse, devra faire face, d'une part à ses nombreux démons qui lui procurent d'affreux trous de mémoire et d'autre part, à son envie irrésistible de mettre la lumière sur cette étrange disparition, quitte à se mettre à dos le si peu de relations qu'elle a encore. Le mystère s'épaissit au fil des jours, d'autant que la jeune femme disparue, Megan, reste introuvable. Ce thriller porté par trois femmes, Rachel, Megan et Anne, nous fait douter au fil des pages de l'intégrité et de la bonne foi de chacune. Les hommes ne sont, évidemment, pas en reste! Salué par les critiques et de nombreux auteurs, ce polar, dont les droits d'adaptation ont été achetés par Spielberg, entraîne le lecteur sur ses rails, à toute vitesse. Montez à bord en compagnie de La fille du train... Merci Cécile! + Lire la suite.
Fortuna a écrit une critique à 21 décembre 2017. Fortuna donne la cote 4484 pour La Fille Du Train. J’ai l’impression d’étouffer. Est-ce que cette maison a toujours été aussi minuscule ? Et ma vie, a-t-elle toujours été si minable ? Est-ce que c’est ça dont je rêvais ? Je ne m’en souviens plus. Tout ce que je sais, c’est qu’il y a quelques mois j’allais mieux et, aujourd’hui, je n’arrive plus à réfléchir, à dormir, à dessiner, et l’envie de m’échapper devient insurmontable. La nuit, allongée là, réveillée, j’entends cette voix dans ma tête qui répète sans relâche, un murmure : « Disparais. » Quand je ferme les yeux, je vois surgir des images de mes vies passées et futures, de tout ce que je rêvais, des choses que j’ai eues et que j’ai jetées. Si je n’arrive pas à m’installer confortablement, c’est que, partout où je regarde, je ne trouve qu’un mur : la galerie fermée, les maisons de cette rue, les velléités d’amitié envahissantes de ces femmes ennuyeuses de mon cours de Pilates, la voie ferrée au bout du jardin avec ses trains qui emmènent constamment des gens ailleurs et qui me rappellent une douzaine de fois par jour que, moi, je ne bouge pas. J’ai l’impression de devenir folle. + Lire la suite.