Mille Excuses Par Jonathan Dee (2014)

Posted on

Mille Excuses

Ebook Telechargement Gratuit Mille Excuses In French PDF DJVU FB2 -Tous les livre Mille Excusess électroniques gratuits sont hébergés sur nos serveurs vous pouvez transférer autant p livre Mille Excusess que vous le souhaitez sur votre ordinateur de bureau, ordinateur mobile, tablette ou téléphone sans devoir suivre de liens extérieurs. Ce serait bien si nous pouvions télécharger un livre Mille Excuses électronique gratuitement et l'emporter avec nous. Le livre Mille Excuses de FreeBookSpot est très straightforward, aucune inscriptionn'est requise pour des livre Mille Excusess électroniques gratuits.

Description du Mille Excuses

Ebook Telechargement Gratuit Mille Excuses In French PDF DJVU FB2 - Helen, Ben et Sara forment une famille. En apparence tout est parfait: maison proprette, mère attentive, épouse dévouée, pré-adolescente normalement dysfonctionnelle, mari associé dans un cabinet d'avocats. Plus pour longtemps. En une après-midi, Ben fait voler en éclats son couple et son foyer. Parachutée dans Manhattan, Helen, seule avec sa fille, doit regagner son indépendance. Par hasard elle se découvre alors un talent insoupçonné, et infiniment précieux dans u...

Détails sur le Mille Excuses

Titre de livre : 420 pages
Auteur : Jonathan Dee
Éditeur : Plon
Catégorie : Roman
ISBN-10 : 2259221599
Moyenne des commentaires client : 2.68 étoiles sur 5 36 commentaires client
Nom de fichier : mille-excuses.pdf (Vitesse du serveur 20.68 Mbps)
La taille du fichier : 28.19 MB

Commentaire Critique du Mille Excuses

krol-franca a écrit une critique à 06 mai 2014. krol-franca donne la cote 36 pour Mille Excuses. Bon, après avoir parcouru la Toile à la recherche d'avis sur ce roman, je dois me rendre à l'évidence, je suis la seule pour l'instant à avoir un avis plus que mitigé… Il n'y a pas non plus des tonnes d'articles sur ce roman !!!… mais j'avoue que je me sens un peu seule… Tant pis, j'assume ! le plus dur va être d'expliquer pourquoi !!! C'est un roman qui aurait pu me plaire… Les thèmes : explosion d'une famille à l'apparence unie, critique d'une société bouffée par le désir collectif de vérité, manigances en tout genre pour se racheter une conduite, culte de la pseudo transparence… Tous les ingrédients étaient là pour me séduire… J'adore quand les auteurs sortent les griffes pour critiquer notre magnifique société !!! (Mais là, les griffes étaient cachées par d'épais coussinets !) Je n'ai donc pas réussi à être captivée par cette histoire. Qu'a-t-il manqué ? de l'humour, de l'ironie ou du cynisme… en tout cas, un petit quelque chose que j'ai un peu de mal à définir. Je n'ai pas trouvé le style ébouriffant et j'avoue m'être un peu ennuyée. Et puis cerise sur le gâteau : j'ai trouvé le personnage de Hamilton très grossièrement dépeint, trop caricatural. Or, il est au centre de l'intrigue dès la seconde moitié du livre… C'est-à-dire qu'on suit dans la majeure partie du roman un personnage qui arrive là comme un cheveu sur la soupe et qui n'illustre pas vraiment le propos de l'auteur. Oui, c'est un acteur imbu de lui-même et qui joue avec son image mais ses rapports avec l'héroïne et surtout le prétexte qui va les lier n'est pas très intéressant (pardon, il ne m'a pas intéressée… C'est vrai, quoi !!! On ne dit pas c'est nul, on dit je n'aime pas…) Quant au personnage féminin, Helen, il m'a singulièrement agacée. Et je me suis sentie en adéquation parfaite avec sa fille, une adolescente en conflit ouvert avec sa mère… Pour couronner le tout, je n'ai pas bien compris de quelle manière cette femme, sans grand caractère, pouvait convaincre ses clients de s'excuser publiquement. J'ai cherché la férocité annoncée en quatrième de couverture et j'avoue que la même histoire racontée par un autre Jonathan m'aurait certainement davantage accrochée. Bon, j'arrête là… D'autres ont apprécié et comparent même l'auteur à Francis Scott Fitzgerald… Je dois être complètement à côté de la plaque. Lien : http://krolfranca.wordpress... + Lire la suite.
Chro a écrit une critique à 24 avril 2014. Chro donne la cote 36 pour Mille Excuses. Dee excelle à mélanger réflexion critique sur la société contemporaine et destinées individuelles, et tisse habilement les fils de son histoire – le divorce d’Helen et Ben côté intime, le job d’Helen à New York côté social, les séances d’école buissonnière de leur fille adolescente, etc..
Bellonzo a écrit une critique à 29 juillet 2015. Bellonzo donne la cote 36 pour Mille Excuses. Voilà un roman américain plutôt de forme classique sur la middle class de l'est du pays. Un peu longue à se mettre en place l'histoire d'Helen qui divorce de Ben, son avocat de mari, ressemble d'abord à beaucoup d'autres. Une fille adoptée ado, des revenus assez confortables revus à la baisse, une rupture consommée. Comment Helen va-t-elle rebondir? Elle se découvre alors un don assez étonnant pour amener les hommes d'influence, pouvoir, affaires à faire une sorte de coming out qui ne concerne pas du tout les préférences sexuelles, ce qui nous change un peu du tout venant, mais bien les erreurs de gestions, les ententes illicites, les combines en tous genres. Mark Twain n'écrivait-il pas déjà "Fuyez, tout est découvert". Mille excuses décortique habilement l'American way of life à travers Helen qui, si douée pour la rédemption des autres, gère difficilement sa propre existence. Depuis longtemps, depuis les confessions des évangélistes par exemple, qui font qu'au pays de l'Oncle Sam, les turpitudes, pour peu qu'elle soient intelligemment mises en scène lors des aveux, deviennent la plupart du temps un tremplin, on sait que s'épancher et se flageller peut être avantageux. Roman américain typique et critique à la fois, zébré de l'ironie et de l'humour de Jonathan Dee, Mille excuses évolue aussi avec les personnages secondaires, Sara, 14 ans, chinoise et accessoirement parfaite peste experte à manipuler les divorcés, son petit ami brutal et prototype du bad boy, mais il faudrait lui aussi l'excuser, n'est-il pas noir, puis Hamilton, star de cinéma qui fut l'ami d'enfance d'Helen, pas mauvais cheval mais un tantinet pusillanime et aux lendemains post-poudreux et amnésiques. Ainsi va Helen Armstead, ingénue et exigeante à la fois, mère esseulée en proie au doute, paumée comme c'est pas possible, mais qui ne manque pas de ressort et le roman parvient à garder un ton moraliste sympathique et finaud, jamais moralisateur. Vous n'aurez pas d'excuses à ignorer Mille excuses. + Lire la suite.