Mange, Prie, Aime : Changer De Vie, On En A Tous Rêvé... Elle A Osé ! Par Elizabeth Gilbert (2008)

Posted on

Mange,

Telecharger Livre Epub Gratuit Mange, Prie, Aime : Changer De Vie, On En A Tous Rêvé... Elle A Osé ! En Français PDF EPub -Il arrivera un instant où vous verrez un livre intitulé remark devenir un grand leader et vousn'aurez pas besoin de le lire automobile vous êtes un grand pioneer. Vous pouvez essayer les meilleures issues d'examen PDF Microsoft 70346 sur Internet afin que votre gros problème p réussite aux examens et à l'examen p Micro-Soft Handling off-ice Identities 365 devienne facile pour. Par conséquent, il ne faisait aucun doute que je pourrais résister à un appel à l'action p livres gratuits.Face bookn'est pas seulement grand grandit également. Facebook orient particulièrement populaire, aux etats unis. Face book a prouvé que vous ne pouviez compter sur aucune autre plate-forme pour continuer à respecter les mêmes règles. Selon vos interlocuteurs, face book est la des médias sociaux.

Description du Mange, Prie, Aime : Changer De Vie, On En A Tous Rêvé... Elle A Osé !

Telecharger Livre Epub Gratuit Mange, Prie, Aime : Changer De Vie, On En A Tous Rêvé... Elle A Osé ! En Français PDF EPub - A trente et un ans, Elizabeth Gilbert possède tout ce dont une Américaine ambitieuse peut rêver : un mari dévoué, une belle maison, une carrière prometteuse. Elle devrait nager dans le bonheur, pourtant elle est rongée par l'angoisse, le doute, l'insatisfaction... S'ensuivent un divorce, une dépression et une liaison désastreuse qui la laissent exsangue et encore plus désemparée. Elle décide de tout plaquer pour partir seule à travers le monde. À ell...

Détails sur le Mange, Prie, Aime : Changer De Vie, On En A Tous Rêvé... Elle A Osé !

Titre de livre : 485 pages
Auteur : Elizabeth Gilbert
Éditeur : Calmann-Lévy
Traducteur : Christine Barbaste
Catégorie : Roman
ISBN-10 : 2702139043
Moyenne des commentaires client : 3.39 étoiles sur 5 1106 commentaires client
Nom de fichier : mange,-prie,-aime-changer-de-vie,-on-en-a-tous-rêvé-elle-a-osé-!.pdf (Vitesse du serveur 29.57 Mbps)
La taille du fichier : 28.54 MB

Commentaire Critique du Mange, Prie, Aime : Changer De Vie, On En A Tous Rêvé... Elle A Osé !

nekomusume a écrit une critique à 01 avril 2012. nekomusume donne la cote 1106 pour Mange, Prie, Aime : Changer De Vie, On En A Tous Rêvé... Elle A Osé !. J'ai choisi ce livre parce que je souhaitais quelque chose de léger après le précédent dans lequel je m'étais plongée intensément… Seulement là c'est peut-être un peu trop léger. A un tiers du livre environ, nous avons eu droit à des considérations mystico-religieuses qui ne s'assument pas (l'auteur passe son temps à s'excuser de penser ou de croire comme elle croit, je comprends qu'on ne veuille pas choquer les gens mais de là à se répandre en excuses à tous bouts d champs…) ; les déboires sentimentaux et juridiques d'une femme qui se débat entre un amant « pansement » et un mari qui retarde le divorce alors qu'elle ne veut surtout pas nous parler de ça ; et enfin ce que l'on attend réellement : sa vie en Italie . Là par contre l'auteur est facile à suivre et attachante : Elle nous fait part d'un art de vivre à l'italienne (selon elle) qui se partage entre nourriture, plaisir de ne rien faire, rencontres amicales, football et surtout la merveilleuse langue italienne qu'elle nous transcrit avec passion, presque à entendre l'accent et à voir les gestes de ces latins volubiles. Par contre l'opposition constante catholiques/protestants-puritains m'agace un peu ! Elle nous montre une facette de Rome loin des monuments incontournables mais ce qui en même temps ne m'étonne guère de la part d'une américaine. L'archétype de ce genre de touriste n'est-il pas d'ignorer le côté culturel ? D'ailleurs n'est-elle pas une américaine égocentrique qui imagine que Rome est crée dans l'unique but de lui apprendre l'italien et où, tenez-vous bien, ils y impriment des journaux et des livres uniquement en italien ! Est-ce qu'on lui dit que ce n'est pas seulement une ville mais un pays entier qui se passe de l'anglais dans sa littérature et dans sa presse ? Et que ce n'est pas le seul ? La deuxième partie se passe donc en Inde dans un ashram. C'est une partie très mystique où malgré les rencontres, tout se rapporte à le méditation. On a l'impression que l'auteur a lu tous les livres sur le sujet de l'éveil quelque soit la mouvance religieuse puisqu'elle cite aussi bien Sainte Thérèse d'Avila que les bushmen du Kalahari ou les aborigène d'Australie alors qu'elle est dans un ashram hindouiste tout en étant de confession protestante. D'accord Dieu est universel et de nombreux textes d'origines différentes décrivent quasiment la même expérience. Néanmoins, c'est assez long et même lassant que cette quête de Dieu par la méditation alors qu'elle n'a en tête que son ex-mari et son ex-amant. Quand elle prend sa décision de silence, elle achète quatre badges (l'accro du shopping à l'ashram ?) et s'imagine tout de suite comme un modèle pour les nouveaux arrivants. Est-ce là un acte de piété ? Pour moi c'étais quelque chose entre Dieu et soi mais pour lequel les tiers n'ont rien à voir. A moins que l'orgueil ne soit une preuve de foi. Dans la partie balinaise du livre, Liz est toujours à la recherche de Dieu, de la méditation, de son équilibre. Petit à petit, la rencontre avec une jeune divorcée balinaise, mère célibataire, va la ramener sur le chemin du désir et de l'amour. Allant jusqu'à aborder des sujets très intimes, l'auteur poursuit l'exposé de cette période de sa vie. C'est la partie la plus vivante par le nombre de rencontres et l'impression qu'il se passe enfin quelque chose dans cette histoire. Au final, je n'ai pas trouvé un grand intérêt à ce livre, l'auteur ayant une vision trop américaine, égocentrique et sans réel soucis matériel. Les passages mystiques (qui sont quand même la plus grosse partie du livre) me font l'effet d'une banale vulgarisation de la pratique d'éveil spirituel. le chemin de la foi étant particulièrement personnel, il est difficile de le faire accepter. Les personnes qu'elle rencontre à l'ashram lui apportant comme par hasard la bonne réponse au bon moment sans qu'elle ait à poser la question… Par contre j'ai bien aimé le personnage de Yudhi, indonésien marié à une américaine mais expulsé après les évènements du 11 septembre. Ce genre de destin aurait peut-être mérité de s'y attarder un peu plus. Felipe, par contre, est l'archétype même du prince charmant de conte de fée de l'auteur qui veux à tout prix terminé son histoire par un happy end… avec un bonus très pratique : la vasectomie. C'est très américain comme préoccupation ! + Lire la suite.
darkmoon a écrit une critique à 13 octobre 2013. darkmoon donne la cote 1106 pour Mange, Prie, Aime : Changer De Vie, On En A Tous Rêvé... Elle A Osé !. Parce qu'une prise de conscience rime parfois avec la simplicité du désir de vouloir vivre sa vie, « Mange, prie, aime » est à lui seul un roman qui représente très bien ce constat. Une oeuvre sincère et juste qui porte une attention toute particulière à vouloir nous faire aller au plus profond de nous-même pour mieux nous retrouver ensuite. Ce livre est un véritable bijou, abordant des thèmes universels et existentiels ; l'ennui, la lassitude, l'impression de ne pas vivre sa vie, d'être emprisonné dans ce que nous avons construit sans pouvoir nous en détacher. On comprend bien le principe, une femme, qui a soi-disant tout pour être heureuse mais qui ne l'est pas, décide de quitter le monde qu'elle connaît pour l'inconnu ! Elle part donc en Italie pour réapprendre le plaisir de manger (sans compter les calories !), en Inde pour apprendre à prier et renouer contact avec Dieu ou du moins pour retrouver une certaine paix intérieure, et enfin elle part à Bali pour s'épanouir et découvrir que cet épanouissement passe en fait par l'amour. Et oui ! Pendant tout le roman, elle s'évertue à s'émanciper, à vivre sans homme malgré l'image que tous les gens qu'elle croise lui renvoient, à se concentrer sur elle-même ; tout ça pour découvrir que finalement l'amour est essentiel même s'il déséquilibre. Qui n'a jamais rêvé de tout quitter pour parcourir le monde, qui n'aimerait pas à l'instar d'Elizabeth Gilbert, découvrir les endroits qui lui sont chers ? Si l'on parvient à prendre assez de recul sur l'oeuvre et nous mettre en condition, puis plus personnellement si l'on parvient à se retrouver dans le personnage de Liz, c'est avec évidence que le roman nous parlera, et ce fût justement mon cas. Bien qu'il ne possède rien pour crier au chef-d'oeuvre, le livre aborde gentiment et avec une douceur suave, la prise de conscience d'une femme qui parcourt le monde pour se ressourcer. Avec un tel postulat de départ, « Mange, prie, aime » ne cherchait absolument pas à être un roman révolutionnaire, qui sort des clichés ou bien qui se veuille comme un exemple à suivre. Non le roman est honnête, la morale qu'il propose est bien évidemment à prendre ou à laisser. J'ai vraiment adoré ce roman dans toute sa spiritualité. Il est profond, vibrant, et invite à une véritable quête de soi-même et de son but dans la vie. La quête de soi, probablement la question la plus importante dans nos vies, et cette force de tout quitter pour parvenir à trouver cet équilibre, à se trouver, ou se retrouver. Cette question ne laissera personne insensible tant elle vit en nous. Alors oui, peut être que si l'on ne s'est jamais posé ces questions existentielles, ou si l'on est incapable de prendre du recul par rapport à la superficialité de sa vie, si l'on ne se demande jamais si être heureux signifie chercher au fond de soi-même une ouverture à autre chose, bref si on est plat, simpliste et borné, alors oui cette histoire ne plaira pas. Mais si on se plait à imaginer que la vie peut être différente, que l'on peut recommencer, chercher ce qui nous rend heureux sans mauvaise conscience et avec l'aide de toute la beauté du monde, alors ce roman est une perle qui laisse le sourire en coin. + Lire la suite.
gouelan a écrit une critique à 28 juillet 2015. gouelan donne la cote 1106 pour Mange, Prie, Aime : Changer De Vie, On En A Tous Rêvé... Elle A Osé !. Mais Syracuse , le lendemain, me réserve mieux encore. … Je tombe immédiatement sous le charme de la ville. Ici, il y a trois mille ans d’histoire sous mes pieds. C’est un lieu de civilisation si ancienne qu’à côté, Rome ressemble à Dallas. Le mythe dit que c’est de Syracuse que Dédale s’envola pour la Crète, et qu’Hercule, un jour, y dormit. Syracuse était une colonie grecque, et Thucydide la décrivait comme « une cité en rien inférieure à Athènes ». Syracuse est le lien entre la Grèce et la Rome antiques. De nombreux grands dramaturges et savants y vécurent. Platon la voyait comme le lieu idéal d’une expérience utopique où « par quelque grâce divine » les souverains pourraient devenir philosophes, et les philosophes pourraient devenir rois. D’après les historiens, c’est à Syracuse que fut inventé l’art de la rhétorique ainsi que celui de l’intrigue, bien plus mineur cependant. + Lire la suite.