Glacé Par Bernard Minier (2012)

Posted on

Glacé

Livre à Telecharger Glacé In French MOBI PDF -Ailleurs, il a été dit de ne rien publier avant d'avoir trois livres. Comme pour la initial règle d'édition, les livres sont des récipients d'idées (et non pas un format défini). Les distributeurs de livres doivent être étudiés avec ne sont en réalité que des générateurs p contributes leurs propres auditeurs. Principalement des livres methods, mais tout peut-etre publié ici.Livres, tout est technologique. Vous pouvez sans doute trouver des livres par sujets. Vous pouvez télécharger Glacé des livres dans différents formats, y compris pdf. Si vous voulez uniquement des livres au format pdf plutôt que de vous débattre avec d'autres PDFBooksWorld orient le web page idéal à visiter, formats.

Description du Glacé

Livre à Telecharger Glacé In French MOBI PDF - Dans une vallée encaissée des Pyrénées, au petit matin d'une journée glaciale de décembre, les ouvriers d'une centrale hydroélectrique découvrent le corps sans tête d'un cheval, accroché à la falaise. Ce même jour une jeune psychologue prend son premier poste dans le centre psychiatrique de haute sécurité qui surplombe la vallée. Le commandant Servaz, flic hypocondriaque et intuitif, se voit confier l'enquête la plus étrange de toute sa carrière.

Détails sur le Glacé

Titre de livre : 212 pages
Auteur : Bernard Minier
Éditeur : Pocket
Catégorie : Roman
ISBN-10 : 2266219979
Moyenne des commentaires client : 4.02 étoiles sur 5 1983 commentaires client
Nom de fichier : glacé.pdf (Vitesse du serveur 24.26 Mbps)
La taille du fichier : 21.4 MB

Commentaire Critique du Glacé

nameless a écrit une critique à 29 mars 2016. nameless donne la cote 1983 pour Glacé. Mea culpa comme dirait Servaz en latin en écoutant Mahler : Il m'arrive de faire la fine bouche devant certains auteurs de polars français, les meilleurs ayant la réputation de vivre et écrire ailleurs, ou de me méfier d'un succès foudroyant, la majorité n'ayant pas forcément raison. Mea maxima culpa disais-je, en ce qui concerne Bernard Minier, j'ai eu tort, mille fois tort d'attendre 5 ans après sa parution pour lire son premier roman. Son succès est amplement mérité, immense est son talent. Dès les premières pages, je me suis sentie en confiance avec cet auteur dont j'étais sûre qu'il n'allait pas me décevoir, peu importait où m'entraînerait son imagination, car le boulot est fait proprement, sérieusement : l'intrigue est alambiquée, certes, mais soignée et bien construite, sans temps morts (il y a d'autres morts), sans incohérence ou impasse rédhibitoires. Le rythme est maintenu durant 725 pages sans faiblesse notable. La fin ouverte peut paraître quelque peu fantaisiste, mais elle constitue sans doute le point de départ du 2ème tome des aventures du Commandant Servaz. Les personnages sont humains, attachants, sensibles, intelligents, qualités qui se révèlent dans leurs réflexions et dialogues. Ils peuvent apparaître hésitants, ou ressentir des doutes. Ils expriment les nuances d'hommes et de femmes pour qui le monde n'est pas manichéen, et qui ne se sentent pas détenteurs d'une vérité unique. Bernard Minier s'est à coup sûr beaucoup documenté, et les informations données sur le milieu psychiatrique, sont hélas, hurlantes de vérité. Mais bien sûr, ce roman ne serait rien sans la chaîne des Pyrénées, ses sommets, ses vallées encaissées, ses lacs, sa pêche à la truite, ses randos, sa neige, son mystère. Oui, il y a de très longues descriptions des paysages, la météo occupe une place primordiale, mais c'est ce qui fait tout le charme et l'originalité de glacé, un roman d'atmosphère, d'ambiance, dans lequel le malaise du lecteur peut survenir dans une sombre forêt ou lors d'une tempête de neige. Il existe bien dans les Pyrénées ou les Alpes (sur la route dite “des sanatoriums”), des bâtiments cyclopéens qui ont accueilli des malades, des enfants en colos. Rien de ce que décrit Bernard Minier n'est inventé. Un premier roman qui m'est apparu comme un tour de force de la part d'un homme qui est venu tardivement à la littérature après avoir bossé en vrai durant 17 ans comme un vrai salarié. Les infimes défauts de jeunesse que l'on peut, si l'on est très sévère, reprocher à glacé, sont une bonne nouvelle car ils laissent espérer des suites parfaites, dignes des plus grands que je me garderai bien de citer, les goûts et les couleurs ne se discutant pas, et les comparaisons s'avérant réductrices pour un talent unique. + Lire la suite.
ladesiderienne a écrit une critique à 04 septembre 2014. ladesiderienne donne la cote 1983 pour Glacé. - Vous croyez que mes crimes rendent vos mauvaises actions moins condamnables ? Vos petitesses et vos vices moins hideux ? Vous croyez qu'il y a les meurtriers, les violeurs, les criminels d'un côté et vous de l'autre ? C'est cela qu'il vous faut comprendre : il n'y a pas une membrane étanche qui empêcherait le mal de circuler. Il n'y a pas deux sortes d'humanité. Quand vous mentez à votre femme et à vos enfants, quand vous abandonnez votre vieille mère dans une maison de retraite pour être plus libre de vos mouvements, quand vous vous enrichissez sur le dos des autres, quand vous rechignez à verser une partie de votre salaire à ceux qui n'ont rien, quand vous faites souffrir par égoïsme ou par indifférence, vous vous rapprochez de ce que je suis. Au fond, vous êtes beaucoup plus proches de moi et des autres pensionnaires que vous ne le croyez. C'est une question de degré, pas une question de nature. Notre nature est commune : c'est celle de l'humanité toute entière. + Lire la suite.
andman a écrit une critique à 05 octobre 2015. andman donne la cote 1983 pour Glacé. Indridason, Mankell ou Nesbo n’ont pas leur pareil pour envelopper leurs histoires d’une atmosphère frissonnante ; quel bonheur de découvrir un écrivain français du même acabit ! Avec Bernard Minier point de paysages scandinaves mais nos belles Pyrénées dépeintes avec la passion de l’autochtone. Pour captiver l’amateur de polars sur plus de 700 pages, un cadre, fût-il aussi grandiose, ne suffit pas. Il faut de surcroît un enquêteur à forte personnalité voire atypique et bien sûr une intrigue savamment distillée où phases de réflexion et rebondissements alternent comme pluie et soleil à la pointe bretonne. Le commandant Martin Servaz est un homme entre deux âges, séparé de sa femme. Le comportement bizarre de Margot, leur fille adolescente vivant chez sa mère, présentement le contrarie. Quelque peu désabusé par la médiocrité du monde qui l’entoure, il serait plutôt de la vieille école appréciant les symphonies au romantisme crépusculaire de Gustav Mahler et jurant de temps à autre en latin. “Glacé” débute alors même que le corps décapité d’un magnifique yearling, appartenant à un homme d'affaires immensément riche, est retrouvé pendu au plus haut point d'un téléphérique. Cet acte pour le moins barbare a été commis à proximité de l'Institut Wargnier basé en périphérie d’un patelin enneigé et abritant un panel de psychopathes européens parmi les plus dangereux. La perplexité de Servaz et de ses collègues n’en est qu’à ses débuts : les crimes par pendaison bien vite s’enchaînent et frappent des personnalités de ce petit village jusque-là sans histoire. Paru en 2011, "Glacé" est le premier roman policier de Bernard Minier. Au vu du talent de l’auteur, les enquêtes du commandant Servaz pourraient bien au fil du temps devenir aussi prisées que celles de ses confrères islandais, suédois ou norvégien. P.-S. (1) : Merci Janine pour ton présent qui en dépit du titre m’a fait chaud au cœur ! P.-S. (2) : Les infos de la mi-journée font état de la disparition de l’écrivain suédois Henning Mankell. Ce papier posté de bon matin faisait référence à ce grand maître du roman policier et allusion à son taciturne inspecteur Kurt Wallander. Il est des coïncidences surprenantes ! + Lire la suite.