Les Furtifs Par Alain Damasio (2019)

Posted on

Les Furtifs

Comment Telecharger Livre Kindle Gratuit Les Furtifs IBook PDF -The preview characteristic of the site is very interesting as it provides you with a sneak peek at the latest EBooks Les Furtifs on the business. There's lots of free options on the market, so ensure you exhaust the free before you get the fee. There are numerous choices for obtaining absolutely free EBooks Les Furtifs together with purchasing, borrowing, or perhaps renting EBooks Les Furtifs. The listing is being updated several times every day, therefore it picks the most popular free Les Furtifss which are currently offered. Nevertheless there have been quite a couple of explanations for why people had problems being in a position to get into the EBooks Les Furtifs. Some individuals either don't have a credit card or are suspicious of dripping such personal details. Si vous ne trouvez votre livre gratuit de nulle part et dans la bibliothèque, vous pouvez également voir si en a une copie utilisée. Le téléchargement d'ebooks sur seulement deux applications est beaucoup plus simple que le suivi de plusieurs applications. Maintenant, vous pouvez télécharger des livres à partir d'une application. Le livre est attrayant, facile à lire sur ordinateur et pour la lecture raisonnable sur mon Kindle Paperwhite. Vous pouvez lire des livres sur Google Play directement dans votre navigateur Web. Branchez votre Nook, comme vous le feriez pour des livres depuis Google Play, autorisez le Nook et faites glisser le fichier EPUB en téléchargement sur le Nook.

Description du Les Furtifs

Comment Telecharger Livre Kindle Gratuit Les Furtifs IBook PDF - Ils sont là, parmi nous, jamais où tu regardes, à circuler dans les angles morts de nos quotidiens. On les appelle les furtifs. Une légende ? Un fantasme ? Plutôt l’inverse : des êtres de chair et de sons, aux facultés inouïes de métamorphoses, qui nous ouvrent la possibilité précieuse, à nous autres humains, de renouer avec le vivant. En nous et hors de nous, sous toutes ses formes et de toutes nos forces. Dans nos villes privatisées et sentientes, o...

Détails sur le Les Furtifs

Titre de livre : 216 pages
Auteur : Alain Damasio
Éditeur : La Volte
Catégorie : Roman
ISBN-10 : 2370490748
Moyenne des commentaires client : 4.14 étoiles sur 5 103 commentaires client
Nom de fichier : les-furtifs.pdf (Vitesse du serveur 22.81 Mbps)
La taille du fichier : 18.65 MB

Commentaire Critique du Les Furtifs

JustAWord a écrit une critique à 25 avril 2019. JustAWord donne la cote 103 pour Les Furtifs. Authentique phénomène éditorial, le français Alain Damasio a réussi l'exploit de conquérir un public débordant largement du cadre de l'imaginaire. Pour preuve : 50.000 exemplaires écoulés pour La Zone du Dehors, sa politique science-fiction, et 250.000 pour La Horde du Contrevent, souvent considéré comme son chef d'oeuvre et roman déjà culte de la fantasy (ou de la science-fiction, c'est selon). Forcément, après quinze ans d'absence (du moins dans la forme longue), l'auteur était forcément attendu au tournant avec son troisième ouvrage : Les Furtifs. D'ores et déjà acclamé par certains journalistes de la presse généraliste (le privilège d'avoir été un best-seller par le passé), ce pavé de près de 700 pages renouvelle l'expérience de la Horde du Contrevent en proposant également une bande-originale signée Yan Péchin. Une promesse sensorielle en somme mais pas que, car, comme toujours avec Alain Damasio, il sera également question de philosophie et de politique. Tout un programme. 2041 sous contrôle Nous sommes donc en 2041 en France. Dans une pièce d'entraînement, le Cube Blanc, Lorca Varèse, quarante-trois ans, ancien sociologue reconverti dans la traque de Furtifs, passe son examen d'entrée pour intégrer l'une des Meutes du Récif (pour Recherches, Etudes, Chasse et Investigations Furtives) placé sous les ordres de l'amiral Arshavin. Un comble pour Lorca qui a longtemps été un anarchiste rebelle à toute autorité et toute forme de contrainte. Malheureusement, sa vie a changé du tout au tout lorsque sa petite fille de 4 ans, Tishka, s'est volatilisée de sa propre chambre sans laisser de trace. Séparée de Sahar, une proferrante (comprendre professeur-errant) qui a, elle, choisi de faire le deuil de son enfant disparue, Lorca s'est engagé dans l'armée pour traquer les furtifs, une forme de vie mystérieuse à la limite de la légende urbaine. Qu'est-ce qu'un furtif ? Personne ne le sait encore vraiment car chaque fois que l'un de ces êtres invisibles a été perçus par l'un des membres du Récif, il s'est instantané vitrifié à plus de 1000°C pour ne laisser qu'une sculpture en céramique aux contours intrigants. Bientôt, Lorca intègre la fameuse Meute des tête-chercheuses composée de l'ouvreur Hernan Agüero, de la traqueuse phonique Saskia Larsen et du traquer optique Nèr Arfet. Ensemble, il vont devoir apprendre à communiquer avec les furtifs afin de pouvoir remonter les miettes de pains laissées par Tishka, à moins que tout cela ne soit rien de plus que l'espoir fou d'un père incapable de faire son deuil… Si le nouvel ouvrage de Damasio semble s'orienter vers une intrigue fantastique (avec les créatures surnaturelles qu'il renferme), le but apparaît rapidement tout autre. Construit dans un premier temps comme un roman policier où l'enjeu réside dans la résolution du sort de Tishka, Les Furtifs trahit très vite les intentions et les TOCs de son auteur. Dès la page 57, l'écrivain cite ouvertement l'un de ses philosophes préférés, Gilles Deleuze, puis se jette tête la première dans la description d'une France dystopique où, environ vingt ans après notre époque actuelle, les multinationales contrôlent tout. Ainsi, Orange est devenue la propriété de la firme du même nom, Paris celle de LVMH, Lille celle d'Auchan ou encore Cannes celle de Warner. Prolongeant et amplifiant une réflexion politique déjà largement entamée dans La Zone du Dehors, Alain Damasio imagine une société bouffée par les technologies et où plus rien ne vous appartient, surtout pas votre vie privée devenue un objet monétaire comme un autre. Impossible de se balader librement dans des rues polluées par une publicité numérique ciblée et évolutive désormais omniprésente, d'autant plus qu'il faut absolument jouir d'un abonnement spécifique (premium, privilège, standard) pour accéder à telles ou telles zones urbaines. Un rêve de riches, un cauchemar prolétarien. Tout est pensé pour vous pousser à l'achat et la Gouvernance comme les multinationales vous espionnent sans vergogne. Si la chose fait froid dans le dos, elle s'avère tout simplement cruellement décevante en termes d'anticipation/science-fiction pure. Non seulement de nombreux romans récents ont mieux traité le même thème (on pense par exemple à Drone Land) mais Black Mirror et ses 4 saisons sont déjà passées par là, si bien que l'univers de Damasio fait un peu réchauffé, pour ne pas dire totalement dépassé. Prenons pour exemple, cette scène dans un café où Lorca et Sahar voient leur note client dégradée par la serveuse pour leurs bavardages et leur manque de politesse… Black Mirror dans les moindres détails. Par la suite, grâce à ce qu'il appelle la reul (contraction de réalité ultime) et l'emploi des Anneaux (objets connectés tout-en-un), l'auteur s'en tire un peu mieux…mais à peine… Se pourrait-il qu'Alain Damasio ait quinze ans de retard ? i Viva la revolucion ! Soyons clairs pourtant, outre son côté science-fictif sauce dystopie discount (même si souvent éminemment vraie sur le fond), Les Furtifs s'avère avant tout un roman politique, engagé et militant. Féroce même. Si vous êtes allergiques à l'idéologie d'extrême-gauche, vous allez devoir prendre quelques caisses d'adrénaline sur vous car, en somme, tout le roman se construit autour d'un proto-manifeste politique virulent à l'encontre des riches, des puissants, des politiques, des propriétaires et de toux ceux qui, en somme, préfèrent l'entre-soi que l'ouverture aux autres. Tous les curseurs de la Zone du Dehors sont ici poussés à leur paroxysme et l'on passe par de longues démonstrations souvent fastidieuses d'Alain Damasio sur le bien-fondé de sa pensée politique. Une pensée uni-dimensionelle qui n'admet aucune nuance. Ce qui manque ici très clairement, c'est une subtilité dans le discours pour infiltrer le message politique lui-même au coeur du récit. le résultat donne quelque chose de lourd, frontal et rébarbatif qui finit par tomber continuellement dans les mêmes travers. Pire encore, la chose tourne à la parodie lorsqu'Alain Damasio glorifie (s'auto-glorifie ?) en faisant intervenir un philosophe du nom de Varech pour expliquer de façon fumeuse la plupart de ses théories. Pour la vulgarisation des idées, on repassera plus tard. Ce qui n'ôte pourtant pas au roman nombre de charges sociales particulièrement justes autour du monde du travail, de la continuelle exploitation des classes moyennes, de la manipulation politique et médiatique, de l'absence de solidarité véritable, de la violence désormais intolérable quelque soit les circonstances… le vrai problème, c'est que tout cela est noyé dans une gangue prétentieuse et surexplicative qui lasse. D'autant plus que cette fois, le style d'écriture n'aide pas… La Horde bis, le groin en moins Ici, faisons un point sur la diégèse du récit. Contrairement à La Horde du Contrevent qui se déroulait dans un univers fantasy totalement étranger au lecteur (et qui peut justifier son phrasé par une volonté de dépaysement abrupt), Les Furtifs suppose un monde très proche du nôtre (à peine une vingtaine d'années) dans un lieu qui n'a rien de dépaysant (d'Orange à Porquerolles en passant par Marseille, Les Furtifs n'est jamais véritablement un roman mondial). Or, Alain Damasio reproduit littéralement les mécanismes de narration de son livre précédent en utilisant une typographie particulière pour désigner ses quelques personnages principaux (à peine six) sans que cela ne semble justifié en quoique ce soit. Si l'on peut penser que le français éprouve certaines difficultés pour différencier ses personnages, il faut reconnaître que sa maîtrise de la langue reste totale…et qu'elle devient ici un obstacle même au récit. Car non content de reprendre une mise en page similaire, Alain Damasio copie-colle tout simplement des styles déjà-vu pour ses personnages principaux. Sov/Lorca ou Aguerro/Golgoth… voilà qui dénote d'une franche fainéantise dans la création de cette Meute qui ressemble souvent davantage à une Horde au rabais qu'à une véritable unité militaire. Remplacez le vent par les furtifs, et ajoutez un proto-Caracole nommé Tony Tout-Fou affublé d'un franglais+wesh d'un mauvais goût absolu (et forcé comme pas possible)…et vous obtenez des choses comme : « J'aurais été son père, je la taguais Grace. Et je la lockais trente ans dans une tour en titane pour qu'aucun keum puisse même y grimper en se ken les ongles. Tu la scannes et tu fais : C'est bon, lâche l'affaire, trop higher level pour toi… ». Pire encore, Alain Damasio, bien déterminé à montrer au lecteur qu'il sait jouer avec les mots (mais on le savait déjà, il ne fait que surenchérir alors qu'il était déjà sur la corde raide), nous balance du slam, de la poésie-hybride fumeuse et du jeux-de-mots à tour de bras…dans un monde qui semble de plus totalement incompatible avec ce genre d'effets de manche et fanfaronnades vaines et absconses. le résultat s'avère d'une lourdeur extrêmement embarrassante et met en lumière la longueur abusive d'un roman qui aurait mérité une solide amputation d'au moins 200 pages… Le deuil et les furtifs à la rescousse Dans ce qui ressemble de plus en plus à un naufrage, Alain Damasio arrive cependant à tirer de beaux passages…qui relèvent en fait de la littérature générale. Sacré ironie. C'est dans la tristesse et la mélancolie que Les Furtifs trouvent ses plus beaux moments ainsi que dans ses instants de lutte à Porquerolles ou pendant le siège d'un building symbolique. Fonctionnant davantage par courtes épiphanies (on pense à la vision de la bibliothèque furtive ou ce livre-géant gravé dans la roche par les furtifs), ces instants-là font ressortir l'expérience la plus sincère d'Alain Damasio, celle d'un père qui pleure la disparition de sa petite fille et ne peut se résoudre à la laisser partir, celle d'un activiste de la ZAD (ou ZAG, Zone Auto-Gouvernée, transposée sur une île pour les besoins du roman) qui a vu ses rêves partir en fumée et ses copains blessés et meurtris. Dans ces moments-là, Les Furtifs fait preuve d'une sincérité émouvante et poignante qui arrive parfois à s'extirper du piège langagier de l'ensemble pour offrir ce que tentait d'obtenir en premier lieu Alain Damasio : l'humanité dans sa beauté et sa grandeur, avec ses nombreuses faiblesses et ses plus grandes forces, menacée par sa nature elle-même mais capables des plus belles choses. Reste alors les fameux furtifs, MacGuffin simpliste au départ qui deviennent finalement omniprésents et résument tout l'ennui de ce récit, d'abord passionnant et fascinant puis lourd et rébarbatif à force de rabâcher sans cesse les mêmes considérations philosophiques lourdingues. du coup, le sensoriel des furtifs (le son et la musicalité qui les composent et les motivent, l'un des principaux axes du roman) n'arrive jamais à envelopper le lecteur comme le vent avait pu le faire précédemment pour La Horde. Damasio préfère la métaphore d'un furtif symbole d'ouverture et de métissage qui refuse la limite même du corps, de l'espace et des sens. Une création originale et bienvenue malheureusement perdue au milieu du reste. Fusion boiteuse de ses deux premiers romans, Les Furtifs montrent les limites d'un Alain Damasio qui semble à la fois se répéter et s'enfermer dans une routine d'écriture et de pensée simplement harassante. Alourdi par ses effets de style ostentatoires et ses lourds tunnels (sur)explicatifs, le roman joue les montagnes russes, opère par instant de grâce avant de retomber dans l'enfer du conventionnel et du lourdingue enrobé de philo au rabais. Si certains présentent déjà le roman pour le prochain Grand Prix de l'Imaginaire (voire même pour le Goncourt, soyons généreux et totalement hors de propos tant qu'à faire), on se dit que le lecteur avisé devrait quant à lui attendre la parution de la vraie révolution science-fictive et philosophique de l'année : Terra Ignota d'Ada Palmer (à venir fin 2019 au Bélial'). Lien : https://justaword.fr/les-fur.. + Lire la suite.
LeMonde a écrit une critique à 18 avril 2019. LeMonde donne la cote 103 pour Les Furtifs. Le romancier et nouvelliste, auteur en 2004 du remarqué La Horde du Contrevent, revient enfin et en force avec Les Furtifs, chant d’amour à l’intraçabilité dans un monde où celle-ci devient chaque jour plus chimérique..
Cer45Rt a écrit une critique à 30 juin 2019. Cer45Rt donne la cote 103 pour Les Furtifs. J'ai été très déçu par "Les Furtifs", à tous points de vue : style, histoire, personnages, univers… Et dire que j'en avais entendu tant de bien !... Et que durant toute ma lecture, je n'ai eu d'autre envie que de l'avoir fini !... Vraiment, vraiment, en toute sincérité, je ne comprends pas l'enthousiasme suscité par ce texte, je ne veux pas dire que cet enthousiasme n'est pas légitime, mais, pour ma part ( et c'est là quelque chose d'uniquement personnel ), ce roman est à l'opposé de tout ce dont ( personnellement, je le répète ), je rêve en matière de littérature. Point de vue style, pour commencer, j'ai été plus que perplexe ; car, j'ai trouvé le style lourd, pas très artistique. J'ai eu l'impression d'avoir un style assez banal, quelque chose qui me fait l'effet d'une chose dont l'auteur ne s'est pas beaucoup préoccupée, se contentant, me semble-t-il, d'une version un peu plus riche littérairement de ce qu'on fait de pire, en matière de style dans la littérature de genre. On y retrouve tous les éléments constitutifs du style consternant d'Eoin Colfer, de Michaël Scott et de Brandon Sanderson, à commencer par le langage plus oral qu'écrit. On retrouve également chez Damasio leur focalisation interne maladroitement maîtrisée et leur forte tendance à la digression. Le style n'a pas été mon seul motif de déception, en ce qui concerne "Les furtifs". J'ai également fort peu apprécié le caractère confus du livre. On y trouve certes beaucoup de choses, d'éléments ; et des éléments intéressants ; mais de façon désordonnée. On passe souvent d'un sujet à l'autre ; et je pense, en outre, que souvent, ces éléments sont trop peu développés. le livre n'aurait pas forcément perdu si l'auteur avait fait deux fois plus de pages, je dis cela, malgré ma déception ; au moins, dans ce cas, j'aurais sans doute pu dire quelque chose de bien de ce texte, j'aurais pu souligner l'intérêt que j'ai trouvé aux idées de l'auteur. En l'occurrence, c'est plus compliqué ; c'est-à-dire que l'auteur développe des idées, souvent assez banales, mais où il y a parfois, souvent même, des pistes philosophiques intéressantes ; ou des pistes intéressantes en ce qui concerne l'anticipation à laquelle procède l'auteur. Mais ces pistes sont trop peu développées ; et je ne puis dire qu'elle justifient, à mes yeux, de lire ce roman. Un autre sujet d'agacement a été les personnages. Je les ai trouvé d'une telle platitude !... Pas un seul instant, pas un seul, j'ai pu établir avec eux cette sorte de pont qui fait, quoique nous soyons différents, nous avons l'impression, en tant que lecteurs, qu'ils existent, qu'ils appartiennent au même univers que nous, qu'ils ont quelque chose en eux qui nous donnent l'impression d'avoir affaire à des êtres comme nous, qui pensent, qui ressentent. Par ailleurs, l'inventivité typographique d'Alain Damasio m'a semble déplacée. J'y aurais trouvé de l'intérêt si elle avait eu un lien avec le texte, avec l'histoire, avec les personnages avec l'univers ; mais là, j'ai juste eu l'impression d'avoir un écrivain s'amusant avec un jouet. Ma lecture fut donc décevante. + Lire la suite.