Le Grand Jeu Par Céline Minard (2016)

Posted on

Le

Telechargement Torrente Gratuit Francais Le Grand Jeu En Français PDF RTF DJVU -

Description du Le Grand Jeu

Telechargement Torrente Gratuit Francais Le Grand Jeu En Français PDF RTF DJVU - Une femme décide de s'isoler dans un refuge accroché à la paroi d'un massif montagneux. Elle s'impose la solitude, ainsi qu'un entraînement physique et spirituel intense. Elle cherche, dans cette mise à l'épreuve, à savoir comment vivre. Mais sa rencontre inattendue avec une ermite bouleverse ses plans.

Détails sur le Le Grand Jeu

Titre de livre : 401 pages
Auteur : Céline Minard
Éditeur : Payot et Rivages
Catégorie : Roman Adulte
ISBN-10 : 2743637501
Moyenne des commentaires client : 2.82 étoiles sur 5 175 commentaires client
Nom de fichier : le-grand-jeu.pdf (Vitesse du serveur 19.29 Mbps)
La taille du fichier : 32.63 MB

Commentaire Critique du Le Grand Jeu

LaLibreBelgique a écrit une critique à 25 août 2016. LaLibreBelgique donne la cote 175 pour Le Grand Jeu. Céline Minard orchestre une expérience d’isolement bouleversée par l’inattendu..
Piatka a écrit une critique à 20 août 2016. Piatka donne la cote 175 pour Le Grand Jeu. Le corps chaud, les muscles raidis, j'ai suivi le reste de pente qui désormais, montait tranquillement et j'ai atteint le col. De l'autre côté tout était ouvert, étalé, érodé, doux. Le soleil glissait partout. Les montagnes étaient emballées de laine tendre, d'un vert rabattu que la rosée allumait. Les sommets étaient ronds, la lenteur de leur courbe m'apaisait. J'ai senti mon corps se poser et s'alléger dans le même moment. Ma respiration était ample, à l'image de ce qui se présentait à mes yeux et dans quoi j'étais plongée. + Lire la suite.
Alice_ a écrit une critique à 25 juillet 2016. Alice_ donne la cote 175 pour Le Grand Jeu. Je me suis étendue sur la couchette pour regarder le plafond. Ne rien faire est aussi une occupation que j'ai prévue. Elle est importante. Et difficile. Allongée les yeux ouverts, je me suis efforcée de seulement percevoir le courant d'air qui passait par l’œil-de-bœuf comme un visiteur délicat. Il était à peine plus froid que le mélange dans lequel j'évolue tous les jours quand je suis à l'intérieur, mais il avait quelque chose de plus vif, de plus fringuant, de salé. Il faisait vibrer très bas une corde de mon violoncelle en passant. Je l'entendais, loin au bout de la pièce, un son très doux, infime, un son qui n'aurait pas été audible sans la caisse de l'instrument. Je croyais l'entendre. + Lire la suite.