Titus Andronicus Par William Shakespeare (1993)

Posted on

Titus

Telecharger Un Pdf Titus Andronicus En Français IBook PDF -Vous pouvez obtenir des cahiers et des informations sur l'examen 7893X ACSS gratuitement. Vous pouvez obtenir des cahiers. Vous pouvez obtenir des cahiers et des informations sur l'examen HP ASE HP ASE gratuitement. Vous pouvez obtenir des cahiers et des informations sur l'examen C2010555 IBM Accredited Certified Deployment Professional gratuitement.

Description du Titus Andronicus

Telecharger Un Pdf Titus Andronicus En Français IBook PDF - Imaginez quelqu'un qui a perdu vingt-et-un fils au champ de bataille, qui a tué le vingt-deuxième dans un accès de rage, qui a une fille victime d'un viol et amputée sauvagement de ses deux mains et de sa langue ; qui a deux autres fils qui sont injustement accusés d'un meurtre. On lui signale qu'il peut épargner la peine de mort à ses deux fils s'il se coupe lui même une main. Il s'y exécute, mais on lui renvoie les deux têtes de ses fils et sa main avec un mot rai...

Détails sur le Titus Andronicus

Titre de livre : 460 pages
Auteur : William Shakespeare
Éditeur : Flammarion
Traducteur : François-Victor Hugo
Catégorie : Récits
ISBN-10 : 2080700618
Moyenne des commentaires client : 3.49 étoiles sur 5 36 commentaires client
Nom de fichier : titus-andronicus.pdf (Vitesse du serveur 19.18 Mbps)
La taille du fichier : 34.2 MB

Commentaire Critique du Titus Andronicus

Henri-l-oiseleur a écrit une critique à 06 mars 2016. Henri-l-oiseleur donne la cote 36 pour Titus Andronicus. Ce volume rassemble, dans la traduction canonique de François-Victor Hugo, les tragédies romaines de Shakespeare. Il y a un monde, et de longues années d'évolution du dramaturge, entre Titus Andronicus, que J.C. Maxwell date de 1590 environ, et Jules César, oeuvre d'un dramaturge lecteur attentif de Plutarque, qu'il scénarise et dramatise. Il n'y a aucune raison de douter que Shakespeare soit l'auteur de Titus Andronicus, et le choc ressenti par les lecteurs et spectateurs d'aujourd'hui ne fait que nous éclairer sur leurs préjugés, sans aider à la compréhension du texte. Le modèle incontesté de tout théâtre tragique à la Renaissance, française, anglaise ou italienne, est Sénèque le tragique, dont les pièces comme Thyeste se complaisent dans l'horreur ou, dirait-on aujourd'hui, le gore. Cela ne faisait pas peur au spectateur anglais, pas plus qu'aux amateurs français de Hardy en 1620. D'ailleurs, les idées les plus morbides de Titus Andronicus, comme il est naturel au XVI°s, ne sont pas du cru de l'auteur, mais se légitiment par des précédents latins : Thyeste, on l'a dit, Philomèle et Térée dans Ovide, et une nouvelle de Bandello fondée sur l'histoire d'un viol et d'une mutilation analogues. Les publics d'antan aimaient les spectacles violents, eux aussi, ou du moins, leur récit au théâtre. Jules César est une pièce d'une autre trempe. Certes, le sang coule, des fantômes agitent leurs chaînes, et l'on a tout le surnaturel nécessaire pour contenter un public friand. Cependant, nos préjugés littéraires sont un peu moins mis à mal, puisque la pièce de Shakespeare est la réécriture savante, pour la scène, des Vies de Plutarque (Vie de César, Vie de Brutus, Vie de Marc-Antoine), traduites vingt ans auparavant par Thomas North de la version française d'Amyot. Si le spectacle est magnifique (une mention pour le film des Frères Taviani, Cesare deve morire, tourné dans la prison romaine de Rebibbia avec des détenus), il ne faut pas négliger l'inflexion politique ajoutée par l'auteur : alors que Plutarque donne au peuple, au dêmos encore en démocratie, un certain pouvoir et un grand poids, ce peuple dans Shakespeare n'est plus qu'une masse abrutie que le républicain Brutus a bien tort d'estimer, et que Marc-Antoine achète cyniquement. Je ne dis rien des deux autres tragédies romaines, car je ne les ai ni vues, ni lues. + Lire la suite.
Nastasia-B a écrit une critique à 26 avril 2016. Nastasia-B donne la cote 36 pour Titus Andronicus. LUCIUS : Ô noble père, vous vous lamentez en vain. Les tribuns ne vous entendent pas, il n'y a personne, Et vous contez vos peines à une pierre. TITUS : Ah ! Lucius, pour tes frères laisse-moi plaider, Augustes tribuns, encore une fois je vous implore… LUCIUS : Mon gracieux seigneur, nul tribun ne vous entend parler. TITUS : Bah ! peu importe, mon garçon : s'ils m'entendaient, Ils ne m'écouteraient pas ; s'ils m'écoutaient, Ils ne me plaindraient pas ; pourtant je dois plaider, En vain auprès d'eux. C'est pourquoi je raconte mes peines à ces pierres, Qui, muettes à ma détresse, Pourtant à leur façon valent mieux que ces tribuns Car elles ne vont pas, elles, interrompre mon récit : Quand je pleure, humblement à mes pieds Elles recueillent mes larmes et semblent pleurer avec moi, Et seraient-elles seulement en tenue solennelle, Rome ne pourrait offrir aucun tribun comme elles. Une pierre est tendre comme la cire, les tribuns plus durs que des pierres. Une pierre se tait et n'offense pas, Les tribuns, de leur langue, condamnent des hommes à mort. Acte III, Scène 1. + Lire la suite.
Pirouette0001 a écrit une critique à 07 janvier 2015. Pirouette0001 donne la cote 36 pour Titus Andronicus. J'hallucine ! Ce n'est pas possible que cette pièce soit l'oeuvre de Shakespeare ? On se croirait dans l'ambiance 'gore' d'un roman policier islandais : viol, mutilations, infanticide, cannibalisme. C'est sanglant, plat et vulgaire. Comme l'écrit Doisneau dans son autobiographie à propos de la plupart des photographes et des regardeurs d'images, ce qui intéresse le plus c'est la violence et le nu. C'est une parfaite illustration de cette pièce écrite des siècles plus tôt mais c'est dit avec raffinement, raffinement qui est totalement absent de cette tragédie, qui est la première du nom à être attribuée à Shakespeare. Dire qu'il s'agit d'un pastiche de la barbarie comme beaucoup de critiques le font, me paraît hasardeux. Si c'était le cas, il y aurait une morale à la fin de l'histoire. Or, rien de tel. Vous ne ratez rien en tout cas à ne avoir lu cette pièce..