Esclave Pendant 12 Ans Par Solomon Northup (2014)

Posted on

Esclave

Site Telechargement Ebooks Esclave Pendant 12 Ans In French PDF -Novels Should Be free of charge indicate une bonne selection de sound gratuits dans une recherche sous wellbeing Non-Fiction. Bien que vous puissiez acheter des livres de Apple sur un ordinateur, l'application iBooks est uniquement disponible sur les appareils portables Apple et ne dispose pas d'une variant agency. Vous pouvez lire des livres Nook dans votre navigateur avec Nook for Web.Pour commencer à convertir des fichiers Esclave Pendant 12 Ans PDF sur votre ordinateur, vous devez d'abord ouvrir le fichier Esclave Pendant 12 Ans PDF que vous souhaitez utiliser dans l'environnement Adobe Acrobat. Esclave Pendant 12 Ans PDF est devenu le standard de facto, depuis lors pour de nombreux documents gouvernementaux et commerciaux. La gamme de produits Acrobat d'Adobe sont des applications d'écriture Esclave Pendant 12 Ans PDF utilisées pour créer, éditer ou lire des fichiers au format Portable Document Format.

Description du Esclave Pendant 12 Ans

Site Telechargement Ebooks Esclave Pendant 12 Ans In French PDF - Solomon Northup, un menuisier et violoniste noir, est enlevé alors qu'il voyage pour être vendu comme esclave. Il retrouve son statut d'homme libre au bout de douze ans. Il entreprend alors de raconter son histoire en analysant et en décrivant l'utilisation de cette main d'oeuvre peu coûteuse, essentielle à l'économie agraire du Sud des Etats-Unis. Adapté pour le cinéma par S. McQuenn en 2013.

Détails sur le Esclave Pendant 12 Ans

Titre de livre : 394 pages
Auteur : Solomon Northup
Éditeur : Michel Lafon
Catégorie : Récits
ISBN-10 : 2749920493
Moyenne des commentaires client : 3.99 étoiles sur 5 130 commentaires client
Nom de fichier : esclave-pendant-12-ans.pdf (Vitesse du serveur 28.34 Mbps)
La taille du fichier : 21.82 MB

Commentaire Critique du Esclave Pendant 12 Ans

colimasson a écrit une critique à 10 juillet 2016. colimasson donne la cote 130 pour Esclave Pendant 12 Ans. Il est de coutume en Louisiane, comme je suppose dans les autres États esclavagistes, d’autoriser les esclaves à conserver tout salaire obtenu pour un travail accompli le dimanche. C’est leur unique moyen de s’offrir des articles de luxe ou de simple nécessité. Lorsqu’un esclave, acheté dans le Sud ou kidnappé dans le Nord, est amené dans une cabane de Bayou Bœuf, on ne lui donne ni couteau, ni fourchette, ni vaisselle, ni bouilloire, ni pots, ni meubles d’aucune sorte. Il reçoit une couverture avant son arrivée et, une fois qu’il s’en est enveloppé, il a le choix entre dormir debout et s’allonger à même le sol ou sur une planche, si toutefois elle n’est d’aucun usage à son maître. Il est entièrement libre de ramasser une coloquinte pour y conserver ses repas, ou de manger son maïs directement sur l’épi, selon son bon plaisir. S’il osait demander à son maître un couteau, une casserole ou un ustensile quelconque, il se ferait frapper ou rire au nez. Les articles indispensables que l’on trouve dans les cabanes des esclaves ont tous été achetés avec de l’argent gagné le dimanche. Même si la morale s’en trouve offensée, c’est une bénédiction pour les esclaves d’avoir le droit de rompre le sabbat. Ils n’auraient sans cela aucun moyen de se procurer des ustensiles, indispensables pour qui doit cuisiner. + Lire la suite.
darkmoon a écrit une critique à 03 février 2014. darkmoon donne la cote 130 pour Esclave Pendant 12 Ans. 1. Critique du livre : Ce livre deviendra tôt ou tard une référence absolue concernant l'histoire de l'esclavagisme aux Etats Unis, au même titre que La couleur pourpre en son temps, ce roman nous ouvre les yeux sur les tragédies qu'ont pu connaitre des milliers d'immigrés afro-américains en dévoilant la cupidité et la violence de ces maîtres exploitants agricoles. La première chose qui frappe dans cette autobiographie, c'est la violence, qu'elle soit physique ou morale, toujours traumatisante, elle est décrite de manière dure et réaliste sans mélo ni niaiserie. Mais l'histoire, même si elle est très dure, est finalement superbe, c'est une leçon de vie incroyable. On assiste à la transformation de la vie d'un homme talentueux et heureux en un véritable cauchemar où la survie devient le leitmotiv, côtoyant jour après jour l'humiliation, la violence, le racisme … en espérant revoir les siens… Northup a eu la chance de pouvoir vivre libre dans l'état de New York à 1841, avec sa femme et ses deux enfants. Une chance qui va rapidement lui être reprise, quand il est abordé par deux prétendus artistes qui, en réalité, vont le droguer et le revendre comme esclave à la Nouvelle-Orléans. Peu enclin à se laisser traiter de la sorte, Northup va vite se rendre compte que la moindre tentative pour réclamer sa liberté pourrait le conduire à une bien cruelle destinée. Solomon Northup affronte l'esclavagisme de la manière la plus frontale possible. En résulte un roman choc proprement traumatisant, absent de tout pathétisme auquel un thème pareil pourrait facilement mener. Nul manichéisme ou simplification primaire, juste le plus honnête témoignage sur l'esclavagisme. Northup parvient en quelques passages à en résumer toute l'horreur. Les personnages présentent également tous une densité absolument incroyable, chacun dévoilant une profondeur inouïe, où l'ambigüité partage même le martyr des plus meurtris, et où on décèle une humanité bien vivace dans le regard ou le comportement des bourreaux. Ce témoignage laissera le lecteur dans un état de sidération bien après la lecture. Sa violence, sa brutalité innommable nous ramène au présent, avec cet effroyable déni de l'être humain que l'on observe tous les jours dans les horribles conflits actuels. Les hommes, pour la plupart, sont des êtres malfaisants dès qu'un peu de puissance leur est donnée. Ce récit sans filtre, sans concession, de la vie des esclaves au XIXe siècle est une expérience traumatisante. Car l'individualisme qui protège d'une façon illusoire, réapparaît au sein de cette communauté et annihile toute action collective. Chacun essaie de se préserver des coups, des viols, des humiliations, et ainsi se fait prisonnier de lui-même. Cette ignorance de la douleur d'autrui, c'est une souffrance, une honte, une impuissance, une colère de ne pas pouvoir intervenir sans y perdre la vie dans les pires sévices. Là est la condition inacceptable de l'esclavage, la soumission individuelle au maître sans porte de sortie, sinon la mort. En conclusion, s'il convient d'admettre qu'il peut être difficile de lire 12 Years a Slave, de par les sentiments qu'il provoque, il s'agit d'un témoignage nécessaire et l'une des oeuvres les plus importantes qu'ait produite Solomon Northup sur l'histoire des États-Unis. 2. Critique du film : Après avoir filmé l'enfermement physique dans Hunger (2008) puis l'enfermement psychologique dans Shame (2011), Steve McQueen continue avec cette thématique en s'intéressant cette fois-ci à la privation de la liberté humaine en tant que système en réalisant une oeuvre sur l'esclavage. le réalisateur a une nouvelle fois sollicité son acteur fétiche, Michael Fassbender, qui campe ici le rôle d'un esclavagiste tyrannique en proie aux pires comportements humains. La beauté des décors et des paysages de la Louisiane dénotent face à la médiocrité et la bassesse dont font preuve les êtres qui y résident. Les châtiments réservés aux esclaves sont retranscrits ici de manière directe, et certaines scènes sont difficilement supportables. On en ressort pas indemne, notamment à travers quelques scènes chocs où McQueen ne fait pas dans le sentimentalisme et il est sans concession, à l'image des scènes de fouets ou de pendaison. 12 Years a Slave impose deux vérités: il s'agit du plus grand film de McQueen, et il est également évident qu'il fera partie de ce que l'année 2014 nous a offert de plus impressionnant. Certains films ont peut-être osé aborder cet horrible chapitre de l'Histoire des États-Unis (Amistad, Beloved, Amazing Grace, Django Unchained…). Certains ont même su marquer le Cinéma. Mais aucun avant 12 Years a Slave n'aura su le faire de manière si indélébile. + Lire la suite.
colimasson a écrit une critique à 21 juin 2016. colimasson donne la cote 130 pour Esclave Pendant 12 Ans. Solomon Northup raconte son histoire en 1853. Noir, il est né libre aux Etats-Unis mais se fait enlever et devient esclave de force. le système ne lui permet à aucun moment de prouver son ancienne qualité d'homme libre. Présumé coupable, il lui faudra une conjonction de coïncidences pour prouver sa véritable identité. Après l'abolition de l'esclavage, les récits concernant ce thème sont très nombreux mais ils sont souvent écrits par des hommes blancs qui traversent les états esclavagistes en simples spectateurs. Solomon Northup est le premier à décrire l'expérience vécue de l'esclavage dans les plantations du sud de l'intérieur. Son récit est extrêmement précis. Il n'oublie rien de ses anciens compagnons ni de ses anciens propriétaires, il se souvient parfaitement du déroulement quadrillé des journées, des rations alimentaires imposées, des réjouissances du dimanche et des fêtes de fin d'année, des mauvais traitements infligés, des échappatoires aperçues, espérées, échouées, jusqu'à leur dénouement incertain. Il ne faudrait toutefois pas oublier que si on se rapproche alors le plus de l'expérience de l'esclavage vécue de l'intérieur, nous ne l'atteignons jamais totalement non plus car Solomon Northup était né libre, et jamais au cours de ses douze années de servitude il ne semble l'avoir oublié. + Lire la suite.