L'Orange De Noël Par Michel Peyramaure (1998)

Posted on

L'Orange

Telecharger E Books L'Orange De Noël PDF DJVU -Vous pouvez télécharger gratuitement un livre électronique au format L'Orange De Noël PDF, EPUB ou MOBI, ou payer des frais à l’auteur du livre à votre guise. Les livres électroniques sont formatés au format L'Orange De Noël PDF et MOBI. Une fois que vous avez réussi à trouver votre eBook souhaité, vous pouvez le télécharger gratuitement sans inscription. Plus de 29 000 eBooks gratuits sont disponibles gratuitement ici. Free eBook Download Links est un site de téléchargement gratuit de livres électroniques qui fournit des liens pour télécharger des livres électroniques dans différents formats. Si vous vous demandez où vous pouvez télécharger des ebooks gratuits, nous avons compilé une liste des 10 meilleurs sites de téléchargement de livres électroniques pour vous aider à télécharger des ebooks gratuits en ligne.

Description du L'Orange De Noël

Telecharger E Books L'Orange De Noël PDF DJVU - A la fin de l'été de 1913, Cécile Brunie, toute jeune institutrice, arrive à Saint-Roch pour y prendre possession de son poste. Dans ce petit village de la basse Corrèze où le curé fait seul la loi et où prospère une école congréganiste, elle est accueillie comme le diable en personne. Nul ne doute que, comme ses prédécesseurs. elle ne puisse tenir que quelques mois devant le redoutable abbé Brissaud qui, chaque dimanche, tonne contre l'école sans Dieu et se...

Détails sur le L'Orange De Noël

Titre de livre : 392 pages
Auteur : Michel Peyramaure
Éditeur : Pocket
Catégorie : Récits
ISBN-10 : 2266069470
Moyenne des commentaires client : 3.84 étoiles sur 5 154 commentaires client
Nom de fichier : l-orange-de-noël.pdf (Vitesse du serveur 18.24 Mbps)
La taille du fichier : 32.08 MB

Commentaire Critique du L'Orange De Noël

sld09 a écrit une critique à 01 octobre 2017. sld09 donne la cote 154 pour L'Orange De Noël. Elle était là assise à quelques pas de moi. Je l'observais aussi aisément que si j'avais été près d'elle, à l'intérieur de l'école. Elle me fascinait mais j n'aurais su dire pourquoi , peut-être à cause de son prénom - Cécile - ou peut-être parce qu'elle venait d'ailleurs, qu'elle avait une façon particulière de se comporter, de marcher, de parler, de sourire, de vous regarder. Il a fallu des jours et des semaines pour que cette pellicule de merveilleux qui l'enveloppait se détacha^t d'elle par lambeaux, pour qu'elle nous devînt lus proche, qu'elle se banalisât à notre contact. + Lire la suite.
PickItUp a écrit une critique à 17 février 2017. PickItUp donne la cote 154 pour L'Orange De Noël. Les livres, je n’aurais su dire pourquoi, me fascinaient. Je crois que j’y découvrais inconsciemment l’approche d’un mystère qui pouvait être merveilleux ou redoutable. Cette appréhension m’est toujours demeurée. Ouvrir un livre, c’est se laisser happer par un monde qui rappelle « les trous noirs » de l’univers profond, découvrir que tout est possible, se sentir prisonnier d’une opération de magie à laquelle il ne nous est plus donné d’échapper dès lors que nous acceptons d’entrer dans le jeu. Je prenais un livre, l’ouvrais avec précaution, le feuilletais, le refermais brusquement la mort dans l’âme. Ce fruit de l’intelligence me rejetait dans mes limites. Je me disais que jamais je ne pourrais apprendre à lire. Jamais. Cécile surprit mes mouvements de désespoir. + Lire la suite.
PickItUp a écrit une critique à 05 mars 2016. PickItUp donne la cote 154 pour L'Orange De Noël. Le premier jour, aidée par une grande, j’ai appris les voyelles : « A E I O U Y » et le jeu m’a captivée un moment. Le lendemain, ce fut le tour des consonnes et là, très rapidement, le jeu a tourné au chahut, lorsque Mademoiselle s’est mis en tête de faire répéter à ceux de ma division : « peu deu feu gueu… beu deu veu jeu… ceu que reu neu… » J’ai répété à voix basse d’abord, puis plus haut, en bourrant le dos d’Alice de coups de poings. « peu deu feu gueu… » j’imagine le train de Vayrac démarrant dans la gare de Bosplot en patinant sur ses rails. Je suis la locomotive, je m’époumone, souffle ma vapeur, ma fumée, et gronde : « « peu deu feu gueu… » La classe explose d’un rire qui n’en finit plus. Fière de mon succès, je me lève, je me mets à tourner dans les rangs en raclant le dallage de mes socques ferrés, manoeuvrant mes bras comme des pistons. « peu deu feu gueu… » Le délire m’emporte, me soulève. Des garçons et des filles se lèvent à leur tour, s’accrochent à moi par le fond de mon tablier et la chaine se forme, et je siffle et je crie : « Le Bospolt… Le Pescher… Le Planchat… Lanteuil… Brive… Tout le monde descend ! » Je me sens ivre, comme folle. + Lire la suite.