Le Philosophe Qui N'était Pas Sage Par Laurent Gounelle (2014)

Posted on

Le

Livre En Telechargement Le Philosophe Qui N'était Pas Sage In French PDF IBook -Le Philosophe Qui N'était Pas Sage PDF livres peuvent être lus sur votre téléphone mobile ou tablette Android. Ils peuvent être joués sur votre iPad, iPhone ou iPod Touch. Ils s’affichent mieux sur les grands, écrans, comme l’écran de votre ordinateur ou une tablette, comme l'iPad. Bien que vous puissiez afficher nos livres dans des navigateurs Web, vous pouvez télécharger un lecteur Le Philosophe Qui N'était Pas Sage PDF reader Adobe.Com pour une meilleure expérience de lecture. Le livre convient aux débutants qui souhaitent apprendre la programmation Python à travers le noyau du langage. Pour vérifier que vos livres ont été téléchargés sur iPad, appuyez sur le bouton Bibliothèque en haut à droite p l'écran pour revenir à l'application iBooks. Un livre d'étude sur un sujet tel que la ou des mots propose un examen approfondi de votre sujet favori.

Description du Le Philosophe Qui N'était Pas Sage

Livre En Telechargement Le Philosophe Qui N'était Pas Sage In French PDF IBook - La forêt tropicale semblait retenir son souffle dans la chaleur moite du crépuscule. Assise devant sa hutte, Elianta tourna les yeux vers Sandro qui s'avançait. Pourquoi ce mystérieux étranger, que l'on disait philosophe, s'acharnait-il à détruire secrètement la paix et la sérénité de sa tribu? Elle ne reconnaissait plus ses proches, ne comprenait plus leurs réactions... Qu'avaient-ils fait pour mériter ça? D'heure en heure, Elianta sentait monter en elle sa détermi...

Détails sur le Le Philosophe Qui N'était Pas Sage

Titre de livre : 287 pages
Auteur : Laurent Gounelle
Éditeur : Pocket
Catégorie : Récits
ISBN-10 : 2266234870
Moyenne des commentaires client : 3.51 étoiles sur 5 692 commentaires client
Nom de fichier : le-philosophe-qui-n-était-pas-sage.pdf (Vitesse du serveur 20.01 Mbps)
La taille du fichier : 26.64 MB

Commentaire Critique du Le Philosophe Qui N'était Pas Sage

Ellane92 a écrit une critique à 16 décembre 2014. Ellane92 donne la cote 692 pour Le Philosophe Qui N'était Pas Sage. Sandro est professeur de philosophie à l'université. Mais il est surtout en deuil : son épouse est morte, offerte en sacrifice par une tribu primitive d'Amazonie dans laquelle elle effectuait un reportage. le meurtre a eu lieu il y a presque un an, mais le deuil, malgré tous les bons conseils trouvés dans les livres de philosophe, ne se fait pas. Pour continuer à vivre, Sandro ne voit qu'un seul moyen : se venger ! Mais pas n'importe comment. Il veut que les membres de la tribu souffrent autant que lui souffre de la disparition de sa bien-aimée. Et pour cela, il a un plan machiavélique : à l'aide des quatre mercenaires engagés pour l'amener jusqu'au village des primitifs (ce sont les mêmes que ceux qui avaient accompagné sa femme un an auparavant), il va détruire leur société en leur apprenant ce qu'est la propriété, la compétition, l'envie, la consommation, etc… Eliana, la presque shaman du village, ne voit pas d'un bon oeil l'irruption des cinq hommes dans la vie de son village mais que peut-elle faire, toute seule avec ses plantes et son bon sens, contre les attraits du miroir aux alouettes de la société de consommation ? Quand mon beau-frère m'a proposé ce livre, j'ai dit : bof merci mais non tu sais, j'ai plein de trucs sur ma table de chevet et sur mes étagères. Comme il insistait et disait que c'était à la fois génial et hyper drôle, je l'ai embarqué avec moi. Puis Gounelle, ça fait longtemps qu'on m'en parle, qu'on m'en vante les mérites, enfin, les ouvrages, à la fois drôles, agréables à lire, et distillant au tout-venant de la culture philosophique. Alors je me suis dit : vas-y Ellane, ne meurs pas bête, prend l'objet à pleine main et plonge-toi dans cette histoire. Ce livre est, à mon avis (qui ne vaut franchement pas grand-chose mais je suis quand même là pour le donner) un truc puant de démagogie à 3 balles (des balles qui datent d'avant l'euro), mixant un je te fais la morale sur la télé que c'est pas bien et que ça sert à rien de vouloir ressembler aux top modèles à une pseudo-histoire d'amour qu'on voit arriver comme le nez au milieu de la figure et qui se hisse, avec difficulté, au niveau des Harlequin de ma préadolescence, et une soi-disant vulgarisation philosophique quasi-culturelle (mais de loin, hein, faut pas pousser la ménagère de moins de 50 ans sur des réflexions trop poussées non plus) qui m'ont donné le sentiment d'être prise, disons-le, pour une abrutie (et ça, je n'aime pas !). Bon, puisqu'on en est au versant philosophique du truc, voici, en substance et en diagonale le message : la télévision, la société de consommation, la compétition, les informations, la pudeur, la jalousie, la propriété, boooooouh, c'est maaaaaal. Vivre nu, du produit de sa cueillette et de sa chasse, dans des maisons 100% écolo et durables, en baisant qui nous plait quand ça nous plait, aimons-nous les uns les autres, écoutons les vieux qui ont plein d'expérience à partager, restons positif même quand il pleut (!), etc… ouaiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiis, c'est biiiiiiiiiiiien. Super !! C'est sûr, je me sens l'âme à prendre la vie avec beaucoup de philosophie tout à coup !! Le bon point, c'est que, primo, c'est pas long (300 pages mais écrites en police large !), et secundo, c'est pas compliqué à lire, on ne se pose pas beaucoup de questions. Ben oui, parce que les indiens primitifs d'Amazonie, qui vivent en pagne et sont pacifiques, mais qui auraient des dieux (!!) auxquels ils sacrifieraient (!!) des blondes mêmes pas vierges (!!), ben ça parle l'anglais d'Amérique. Ben oui ma brave dame ! Et puis, en plus, c'est qu'ils n'ont pas une once de bon sens, de sagesse ou de quoi que ce soit, ces primitifs. Eux, c'est plutôt le genre enfant bisounours naïf (les fameux bons sauvages de Rousseau ?), qui n'attendent qu'une chose : se faire corrompre par les vilains premiers mercenaires venus (enfin, même s'ils les ont déjà vu avant !) qui certes, ne sont pas très malin (eh eh, la tête ou les jambes, faut choisir) mais sont déterminés et coachés par un philosophe déçu en plein deuil. Ça fout les jetons hein ? du coup, les grands méchants mercenaires manipulent (ben oui, c'est quand même au coeur de l'intrigue) les gentils petits enfants béats d'admiration devant l'une des leur qui leur raconte que la cueillette a été mauvaise (clin d'oeil à BFM TV ?) et qui s'est mis des bouts de bois dans les seins (pour qu'ils soient plus gros) cachés dans un petit haut (pour donner envie aux hommes de voir en vrai, et aux femmes, d'avoir les mêmes). Bref, intellectuellement parlant, raconter qu'en gros des adultes au fait de la modernité peuvent manipuler des enfants qui n'en ont jamais entendu parler, ça ne me fait même pas rire jaune, et je trouve ça limite, très limite, très très limite ! Voire même que ça dépasse la limite ! Allez zou, j'arrête le sarcasme (je me sentais pourtant bien partie) et je vais dire ce qui m'a le plus dérangé dans ce livre. Ce qui m'enquiquine le plus, c'est pas l'histoire d'amour gnan-gnan, la fin cucul la praline, le manichéisme pas vraiment cousu de fil blanc qui donne l'impression qu'on est vachement intelligent parce qu'on a compris que l'auteur mettait en parallèle, avec caricature et humour (je n'y suis pas sensible mais c'est pas grave), deux systèmes de société opposés, les discours démago de Sandro à ses sbires qui ne comprennent pas à quoi ça sert de manipuler les primitifs , etc… Moi ce qui m'embête, c'est qu'à la lecture de ce livre, on a l'impression que l'humain, il est bon et gentil intrinsèquement. Et que c'est le dehors, la société, les manipulateurs, qui corrompent cette bonne nature. Que en plus, nos petits bisounours, ils n'y peuvent rien, c'est extérieur à eux, au-delà de leur système de compréhension du monde, et qu'ils le subissent de plein fouet, et qu'ils n'ont pas les moyens d'y résister, parce que ce méchant extérieur ne leur en laisse pas l'opportunité et qu'ils ne s'en aperçoivent même pas. Et que, s'il n'y a pas une presque-chaman pour les guider sur le bon chemin, quelqu'un d'éclairé donc, qui réfléchit par lui-même, ben les petits bisounours se transforment en gentil troupeau de moutons qui suit le dernier qui aura parlé. Parce que le cerveau, faudrait voir à pas s'en servir, au cas où il s'userait ! Pour un Laurent Gounelle, spécialiste des sciences humaines et dont les livres expriment sa passion pour la philosophie, la psychologie et le développement personnel (dixit la courte biographie précédant l'ouvrage), le message aurait gagné à être un peu plus… réfléchi ? (désolée de ma replongée dans le sarcasme). Bref, je n'ai pas du tout aimé ce livre, au même titre que je n'aime généralement pas ceux de Musso ou de Coelho ; ce n'est pas leur faute, mais je prends leurs textes comme des leçons de morale du genre yakafokon, ce qui me donne des boutons, de l'urticaire, l'envie de manger deux tablettes de chocolat, de me ronger les ongles, etc… Après, je connais des gens très bien à qui ça plait. Alors ne vous laissez pas influencer par ma chronique chagrine, pensez par vous-même, et décidez en votre âme et conscience si, oui ou non, vous vous laisseriez tenter par l'histoire de ce Philosophe qui n'était pas sage ! + Lire la suite.
lilicrapota a écrit une critique à 01 novembre 2012. lilicrapota donne la cote 692 pour Le Philosophe Qui N'était Pas Sage. ah la la... Parait qu'il fait un tabac ce bouquin-là... Ben moi je l'ai trouvé bien mal écrit, avec un style d'adolescent d'ailleurs c'est à ça qu'il m'a fait penser : une lecture d'ado, de celles que l'on aime quand on se construit, entre idéalisme et matérialisme, quand on se cherche, quand on est friand d'idées à ajouter à sa check-list ;-) Sans rire, Sandro et les Indiens ne sont qu'un prétexte facile pour mettre en situation 2 façons de vivre diamétralement opposées, et pour ni vu ni connu, faire une critique acerbe de la société matérialiste dans laquelle nous vivons. Mais comme c'est lourdingue, et qu'en plus les idées manquent totalement de nouveauté, on s'ennuie du début à la fin, d'autant plus que l'histoire est cousue de fil blanc (il est évident que les Indiens, vu leur façon de vivre, n'ont en aucun cas tué la femme de Sandro, et il est évident aussi que Sandro va faire son deuil et retomber amoureux, d'Elianta bien sûr) et on sait d'avance ce qui va se passer. sans surprise, donc... + Lire la suite.
gruz a écrit une critique à 06 octobre 2012. gruz donne la cote 692 pour Le Philosophe Qui N'était Pas Sage. Gounelle poursuit son aventure, dans la lignée des ouvrages précédents ; mix de roman, de développement personnel et de philosophie grand public. Cette fois, il y rajoute une pointe d'exotisme. Cap sur la forêt tropicale et une peuplade reculée. Gounelle se sert de cette histoire de manipulation d'un peuple par des hommes venus de la « civilisation », pour nous proposer une parabole en forme de critique de notre société actuelle. Allégorie sur les méfaits de la société de consommation, de l'individualisme forcené et du capitalisme. C'est à prendre au deuxième degré, l'auteur ayant décidé de prêter des mots qu'on ne devrait pas trouver dans la bouche de ces « indigènes ». L'idée est simple et fonctionne globalement bien. Il insiste sur la différence marquée entre le mode de vie de ces gens proches de la nature et l'égoïsme de notre mode de vie, différence entre leur respect des autres et notre mépris. C'est souvent manichéen, parfois trop, simpliste parfois dans le message, touchant à d'autres moments, et ça se lit tout seul (et c'est plutôt correctement écrit). Certains passages sont excellent (la transposition du management autoritaire à ce peuple, par exemple). 3 étoiles ? 4 étoiles ? J'aurais aimé une fin moins sirupeuse et un peu plus de surprises pour faire pencher la balance (avis personnel). Malgré son titre, un peu trop sage. Au final, un bon moment, des idées simples mais fortes et qu'il n'est jamais inutile de rappeler. Égoïstes de tous poils, passez votre chemin, ici on parle de respect. + Lire la suite.