C'était Bien Par Jean D`Ormesson (2003)

Posted on

C'était Bien

Ebooks Telecharger C'était Bien PDF RTF DJVU -Les C'était Bien livres ne peuvent pas être retournés. Les C'était Bien livres sont gratuits, mais cela ne signifie pas que vous devriez être coincé avec un livre ennuyeux simplement parce que c'est gratuit. Les C'était Bien livres une perception easy en noir et blanc peuvent être créés à la fois par des méthodes d'auto-publication en ligne et par des méthodes traditionnelles. Le projet Gutenberg, qui tire son nom du pionnier p l'imprimerie allemand compte près de 30000 gratuits. Les livres électroniques sont un excellent moyen de profiter de la littérature. Ils sont moins chers que les livres imprimés en raison de l'absence de coûts d'impression et de distribution (et totalement gratuits si le travail est du domaine public) et vous commencez à lire quelques secondes après l’achat. L'importation de vos propres livres électroniques est également un jeu d'enfant, avec la prise en charge de tous les formats les plus populaires. Rewrite Sentence

Description du C'était Bien

Ebooks Telecharger C'était Bien PDF RTF DJVU - On éprouve un sentiment curieux, presque un étonnement, une stupéfaction, à débuter la lecture du dernier livre de Jean d'Ormesson en se demandant comment diable il fait pour parler de lui à l'imparfait, temps du passé qui a duré et qui est définitivement révolu. Comment parvient-il à conserver cette distance souveraine face à la mort et au passé? Rien qui pèse ou qui pose dans ce nouvel opus: le testament de Jean d'Ormesson tient en 250 pages, les chapitres ...

Détails sur le C'était Bien

Titre de livre : 376 pages
Auteur : Jean d`Ormesson
Éditeur : Gallimard
Catégorie : Récits
ISBN-10 : 2070768198
Moyenne des commentaires client : 3.48 étoiles sur 5 98 commentaires client
Nom de fichier : c-était-bien.pdf (Vitesse du serveur 25.98 Mbps)
La taille du fichier : 21.71 MB

Commentaire Critique du C'était Bien

zenzibar a écrit une critique à 05 juin 2016. zenzibar donne la cote 98 pour C'était Bien. A coté des horreurs qui n'avaient jamais cessé de s’enchaîner les unes aux autres et en attendant les désastres qui ne pouvaient manquer de survenir, il y avait aussi des roses, des instants filés de soie à toutes les heures de la journée, de vieilles personnes irascibles qui laissaient derrière elles un souvenir de tendresse, des enfants à aimer, de jolies choses à lire, à voir, à écouter de très bonnes choses à manger et à boire, des coccinelles pleines de gaieté sous leur damier rouge et noir, des dauphins qui étaient nos amis, de la neige sur les montagnes, des îles dans une mer très bleue. J'étais plutôt porté au rire et à dire oui qu'aux larmes et à dire non. Plutôt à la louange et à l’émerveillement qu'à la dérision ou à l'imprécation. J'étais une exception. Quelle chance ! Il y a toujours avantage à être un peu invraisemblable. + Lire la suite.
Anneli a écrit une critique à 27 mars 2013. Anneli donne la cote 98 pour C'était Bien. Ne vous laissez pas abuser. Souvenez-vous de vous méfier. Et m'eme de l'évidence: elle passe son temps à changer. Ne mettez trop haut ni les gens ni les choses. Ne les mettez pas trop bas. Non, ne les mettez pas trop bas. Montez. Renoncez à la haine: elle fait plus de mal à ceux qui l'éprouvent qu'é ceux qui en sont l'objet. Ne cherchez pas à être sage à tout prix. La folie aussi est une sagesse. Et la sagesse, une folie. Fuyez les préceptes et les donneurs de leçons. Jetez ce livre. Faites ce que vous voulez. Et ce que vous pouvez. Pleurez quand il le faut. Riez. J'ai beaucoup ri. J'ai ri du monde et des autres et de moi. Rien n'est très important. Tout est tragique. Tout ce que nous aimons mourra. Et je mourrai moi aussi. La vie est belle. + Lire la suite.
zabeth55 a écrit une critique à 21 janvier 2014. zabeth55 donne la cote 98 pour C'était Bien. De « Que vais-je faire de ma vie » à « Qu'ai-je fait de ma vie », l'auteur repasse le film de sa vie. Sa passion pour les livres, les voyages. C'est un optimiste de nature, amoureux de la vie, malgré ses doutes, malgré ses questions sans réponses, en particulier sur l'univers. Une petite pointe de mélancolie transparaît cependant. Je suis un peu déçue quand même par cette lecture, même si j'ai beaucoup de sympathie pour Jean d'Ormesson. Ce livre, écrit en 2003 devait s'appeler « Adieu ». Dix ans après il a publié « Je ne vous ai pas encore tout dit ». Je me demande ce qu'il a oublié de dire, mais je ne m'attends pas à des nouvelles fracassantes, et, à vrai dire, celui-ci ne me donne pas vraiment envie de me précipiter pour le lire..