En Guerre Par François Bégaudeau (2018)

Posted on

En Guerre

Telechargement Livre Gratuit En Guerre French PDF RTF DJVU -Il ne semble pas y avoir de différence entre les deux, et les deux sont libres en PDF de toute façon. Le PDF est à la fois un fichier unique et un fichier par chapitre un fichier closing pour les annexes, ainsi que des fichiers pour le recto et le verso. Le PDF contient le nom de l'acheteur et le numéro p commande sur chaque web page des différents PDF disponibles dans le téléchargement. Le fichier PDF principal comporte de nombreux signets, ce qui améliore la navigation. Convertisseur PDF en phrase en ligne La plupart des convertisseurs PDF en ms-word en ligne permettent de convertir des files PDF en records ms-word avec succès. Il est de trouver le bon convertisseur PDF-A ms-word. Convertisseur fichier PDF de bureau Bien que le convertisseur en ligne p PDF-A MS Word soit un Lock à utiliser, il arrive encore que nous ayons convertisseur de agency en PDF.

Description du En Guerre

Telechargement Livre Gratuit En Guerre French PDF RTF DJVU - « À supposer qu’ils habitent la même ville, Louisa Makhloufi et Romain Praisse y resteraient-ils encore cent ans que la probabilité qu’ils se croisent, s’avisent et s’entreprennent resterait à peu près nulle. En sorte que si l’une des 87 caméras de surveillance installées en 2004 par les techniciens d’un prestataire privé de la mairie les voit se croiser, s’aviser, s’entreprendre, ce ne sera qu’à la faveur d’un dérèglement des trajectoires lié à une conjonction hasa...

Détails sur le En Guerre

Titre de livre : 444 pages
Auteur : François Bégaudeau
Éditeur : Verticales
Catégorie : Récits
ISBN-10 : 2072776791
Moyenne des commentaires client : 4.21 étoiles sur 5 7 commentaires client
Nom de fichier : en-guerre.pdf (Vitesse du serveur 27.81 Mbps)
La taille du fichier : 37.18 MB

Commentaire Critique du En Guerre

Toocha a écrit une critique à 10 août 2018. Toocha donne la cote 7 pour En Guerre. En guerre commence par le récit d'un conflit social tristement ordinaire. Après avoir résisté à la fermeture de l'usine Ecolex, Cristiano Cunhal sombre dans le chômage et la dépression. Sa compagne, Louisa, n'en peut plus de son apathie et a besoin de sortir, et rencontre Romain, un bobo du centre-ville, qui se trouve lui aussi là par hasard et successions de coïncidences. Une histoire débute, bien qu'ils n'auraient jamais dû se rencontrer et... ils n'auraient jamais dû se rencontrer, car cette anti-comédie romantique est une fable sociale, où toute l'intrigue s'inscrit dans les césures sociétales et urbaines, et où on n'échappe pas à ses déterminismes. De ce roman, j'ai vraiment été séduite par le style et l'humour : François Bégaudeau déploie une écriture incisive et prend des libertés avec le style indirect libre ("entre parenthèses") pour trouver un ton d'ironie mordante à souhait. Parfois, il en fait un peu trop et se laisse aller à quelques calembours faciles, mais la plupart du temps, son style grinçant fait mouche. A côté des trois principaux protagonistes, c'est toute une galerie de portraits de notre époque qui sont croqués et acidulés. Néanmoins, autant j'ai été transportée par le récit enlevé de la grève au départ, autant, au fur et à mesure que la non-histoire d'amour de Romain et Louisa avance (ou pas), j'ai trouvé que le propos se dispersait un peu, et, de même qu'à la fin les deux amants cherchent une opportunité pour rompre, l'intrigue finale avec Paul a eu pour moi quelque chose du prétexte à conclure, avec son retournement funambulesque. Néanmoins, cela n'a pas obéré le plaisir que j'ai trouvé à cette lecture, cette fable étant d'abord une farce sociale, ne se prenant pas au sérieux. Ainsi, en quelque sorte, le roman pèche par ce qui est une de ses forces : sarcastique, drôle, il est assurément distrayant dans sa chronique sociale, mais cette légèreté satirique brouille le propos tenu, qui n'est pas exempt d'un poids conformiste démoralisant à la fin (sauf sous le coup de la folie comme Paul, chacun à sa place sociale et une place sociale pour chacun). Je remercie vivement Babelio et les éditions Gallimard de m'avoir permis de découvrir ce roman avant sa sortie, dans le cadre de cette opération masse critique. + Lire la suite.
Marti94 a écrit une critique à 11 août 2018. Marti94 donne la cote 7 pour En Guerre. Les délégués syndicaux déposent un préavis de grève illimitée une semaine avant Noël. Espérons que la direction appréciera le cadeau, plaisantent-ils. En revanche pour le sapin faudra repasser. A moins d'en faire un cercueil..
fuji a écrit une critique à 11 août 2018. fuji donne la cote 7 pour En Guerre. Sortie le 16 aout 2018. François Bégaudeau, sur un célèbre plateau de TV, ONPC pour ne pas le citer, s'insurgeait contre l'emploi de « en guerre » pour parler des attentats. Il expliquait qu'il fallait savoir employer les bons mots et prendre le temps de déplier les situations. Dans ce roman encore plus que dans les précédents il s'y emploie, en dressant un roman social noir de notre contemporanéité. Une ville, son centre et sa banlieue, un conflit social. La presse n'a pas le temps d'en parler car elle est focalisée sur les attentats… Dans cette entreprise depuis deux ans, Catherine Tendron opère, elle est là pour dégraisser les effectifs. Elle ne fait pas face à des grévistes en colère mais à des « lanceurs d'alertes », pour cela elle a, avant toute chose, métamorphosé son bureau en espace Feng Shui et elle gère façon Yogi. Lorsqu'elle fait face à la délégation, elle leur dit qu'elle aussi elle fait partie de cette entreprise Ecolex qui produit des connecteurs automobiles etc. Mais elle doit leur expliquer que la conjoncture… D'ailleurs elle les invite à partager une tasse de thé rouge. Catherine est des leurs, elle n'impose rien elle obtient le consentement. Dans ce chaos, se dessine le portrait de Cristiano, mari de Louisa, qui après une journée de travail fait des balades à moto en écoutant du Métal. Cristiano est « fort en gueule mais faible en mots ». Voici ce qu'il pense de cette situation : « On ne dilapide pas en deux semaines ce qu'on a élaboré en soixante ans, dont dix-huit avec sa pomme. On ne meurt pas comme ça d'une seconde sur l'autre. Ça c'est bon pour le gibier d'eau tel qu'abattu par son grand-père. » Alors la délocalisation en Slovaquie va le laisser « sur le carreau ». Il va rester sur son canapé pendant que Louisa, sa femme, va trimer dans les entrepôts d'Amazon. Louisa c'est une battante, elle sait ce qui fait bouillir la marmite, elle ne va pas supporter de le voir ainsi. Elle sortira de plus en plus, d'abord avec les copines, puis seule. Dans la même ville, mais au centre, les bobos, dont Romain Fraisse, n'ont pas conscience de cette situation, à peine lisent-ils les gros titres dans le journal. La rencontre entre Louisa et Romain était improbable, et c'est tout de même à cause de cet évènement, qu'elle se produira. Romain, travaille au Bureau Régional des Affaires Culturelles. Avec ses amis, ceux qui lui ressemblent il est habitué aux débats d'idées sur des sujets de hauts niveaux, comme : l'épilation intégrale chez les filles ou bien peut-on s'entendre sexuellement avec un partenaire dont les convictions politiques sont opposées ? Voilà tout de même des sujets plus importants dans la vie que la situation des banlieues. « Bien que Romain estime aussi son temps limité, qu'il ne tienne pas spécialement à le gaspiller, que contre toute attente il aime mieux se forger une opinion que gober celle des autres, qu'au risque de choquer il ne trouve pas infamant de suivre son coeur et son intuition, cette dernière salve de philosophie achève de le convaincre que Louisa et lui n'ont rien à se dire. Il n'est que temps de passer à autre chose. » François Bégaudeau joue avec le langage qu'il met à niveau des situations sociologiques qu'il décrit, ses personnages sont érigés sur la psychologie qui les a fondés et il n'oublie pas la gestuelle qui elle aussi les situe, aussi bien qu'une boussole vous donne le Nord. Une analyse très réaliste, même si parfois, des raccourcis sont pris. Le déterminisme n'a pas reculé d'un pouce malgré le progrès. le 21ème siècle ne sera pas celui des bouleversements fondamentaux qui replacerait l'humain au coeur des préoccupations. Non, l'individu, pas tous, sera écrasé par l'effet de masse. Il y aura toujours l'effet boomerang qui renverra dans sa case celui qui aurait eu l'impudence d'en sortir. La question est posée, encore et encore, sommes-nous réellement en démocratie ? Le « pouvoir de l'ensemble des citoyens » n'est qu'une énorme farce. Roman sombre, sarcastique et caustique qui tend à montrer que « La chance s'attrape par les cheveux, mais elle est chauve » citation attribuée à Stendhal. Merci Babelio et aux éditions Verticales pour cette lecture. ©Chantal Lafon-Litteratum Amor 11 août 2018. + Lire la suite.