Retour à Reims Par Didier Eribon (2009)

Posted on

Retour à Reims

Site Telechargement Utorrent Francais Retour à Reims DJVU PDF -Les livres ne peuvent pas être retournés. Me me si le livre est gratuit, vous êtes toujours tributaire du degré p lecture du livre. Le livre préféré p Judy Balan orient really like Story Erich Segal that is de.

Description du Retour à Reims

Site Telechargement Utorrent Francais Retour à Reims DJVU PDF - Après la mort de son père, Didier Eribon retrouve son milieu d’origine avec lequel il avait plus ou moins rompu trente ans auparavant. Il décide alors de se plonger dans son passé. S’attachant à retracer l’histoire de sa famille et la vie de ses parents et grands-parents, évoquant le monde ouvrier de son enfance, restituant son parcours d’ascension sociale, il mêle à chaque étape de son récit les éléments d’une réflexion sur les classes, le système scolaire, la fabr...

Détails sur le Retour à Reims

Titre de livre : 408 pages
Auteur : Didier Eribon
Éditeur : Fayard
Catégorie : Récits
ISBN-10 : 2213638349
Moyenne des commentaires client : 4.09 étoiles sur 5 167 commentaires client
Nom de fichier : retour-à-reims.pdf (Vitesse du serveur 29.87 Mbps)
La taille du fichier : 16.38 MB

Commentaire Critique du Retour à Reims

aleatoire a écrit une critique à 15 juillet 2018. aleatoire donne la cote 167 pour Retour à Reims. Il est donc vain de vouloir opposer le changement ou la "capacité d'action" aux déterminismes et à la force autoreproductrice de l'ordre social et des normes sexuelles, ou une pensée de la "liberté" à une pensée de la "reproduction"... puisque ces dimensions sont inextricablement liées et relationnellement imbriquées. Tenir compte des déterminismes ne revient pas à affirmer que rien ne peut changer. Mais que les effets de l'activité hérétique qui met en question l'orthodoxie et la répétition de celle-ci ne peuvent être que limités et relatifs : la "subversion" absolue n'existe pas, pas plus que l'"émancipation" ; on subvertit quelque chose à un moment donné, on se déplace quelque peu, on accomplit un geste d'écart, un pas de côté. Pour le dire en termes foucaldiens : il ne faut pas rêver d'un impossible "affranchissement", tout au plus peut-on franchir quelques frontières instituées par l'histoire et qui enserrent nos existences. Capitale fut donc pour moi la phrase de Sartre dans son livre sur Genet : " L'important n'est pas ce qu'on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu'on a fait de nous. " Elle constitua vite le principe de mon existence. Le principe d'une ascèse : d'un travail de soi sur soi. + Lire la suite.
aleatoire a écrit une critique à 20 juillet 2018. aleatoire donne la cote 167 pour Retour à Reims. Tout est-il bon dans l'Eribon ? Ce que j'ai aimé : - Un style d'écriture. - Une certaine sincérité de ton. - Une lucidité intelligente. - Une confession émouvante parfois, inspirée par celles de Annie Ernaux. Ce que je n'ai pas aimé : - Un constat (de sociologue) implacable, froid et clinique, sans générosité à l'endroit de sa famille - que n'a-t-il été touché par le sourire de l'ange... - Une attaque en règle contre la personne et l'oeuvre de Raymond Aron qu'il éreinte à l'envi ("aversion contre l'homme", "prose sans relief et sans éclat d'un professeur superficiel" à qui il reproche même la non perception d'une enfance bourgeoise, comme ne l'est pas celle "d'être Blanc ou hétérosexuel". Toujours gênant lorsque l'on se vante à plusieurs reprises d'avoir été (d'être ?) trotskiste. Vaut-il mieux ,encore aujourd'hui, avoir tort avec Eribon que raison avec Aron ? - Un accent sentencieux, suffisant voire prétentieux : cet humble monsieur qui s'attache à "développer sa propre oeuvre" ne s'abaisserait pas à "adresser la parole ou serrer la main à quelqu'un qui vote pour le Front national". - Une espèce de complexe de classe persistant, en dépit d'une reconnaissance universitaire internationale ; c'est ainsi qu'il moque l'air entendu des castes qui fréquentent l'opéra ou s'aventurent dans les galeries d'art. - Une homosexualité soulignée de façon omniprésente, vécue comme un long martyrologe, plainte constante d'une persécution continuelle par la société ; comme si la vie affective et sexuelle du mâle hétéro de base ne s'apparentait souvent au parcours du combattant ou à la solitude du coureur de fond. A cause de tous ces préjugés, je mets généreusement 3/5 à cette (auto) copie. Je précise cependant que colorier des étoiles n'est pas un jugement arrogant ou présomptueux, c'est un peu la règle du jeu de notre compagnonnage, exprimer, humblement, un ressenti fait d'émotions esthétiques, intellectuelles, sentimentales. En quelque sorte, pour causer genre Eribon, une autre forme de "subjectivation". + Lire la suite.
Vianna a écrit une critique à 16 avril 2014. Vianna donne la cote 167 pour Retour à Reims. C'est en écoutant Edouard Louis se référer à l'ouvrage de Didier Eribon que j'ai eu envie de lire Retour à Reims. L'auteur, professeur de philosophie et de sciences sociales à l'université d'Amiens, évoque son milieu d'origine: la classe ouvrière. Au travers de son parcours personnel, Didier Eribon revient sur la honte sociale qui l' a habité pendant plus de trente ans et qui l'a conduit à couper les liens avec sa famille. Dans ce livre, à la fois témoignage intime et ouvrage théorique, l'auteur décrypte comment, par l'école, la politique, s'exerce la domination de classe. Il analyse les mécanismes bien rodés des déterminismes sociaux et leurs impacts sur les parcours individuels. Pour ceux qui apprécient les travaux de Bourdieu ou la démarche introspective de Annie Ernaux..