Les Tribulations D'une Caissière Par Anna Sam (2009)

Posted on

Les

Telecharger Torrente En Francais Les Tribulations D'une Caissière In French PDF PDB CHM -Karna parle livre Les Tribulations D'une Caissières. En plus des règles de grammaire, le livre Les Tribulations D'une Caissière est un favori pour ses conseils clairs et simples. Par conséquent vérifiez tout d'abord Amazon et le fournisseur natif de vehicle cet e book existe probablement également. Le téléchargement d'ebooks sur seulement deux applications est beaucoup plus simple que le suivi de plusieurs applications. Deuxièmement, installez l'application Kindle sur le périphérique sur lequel vous souhaitez lire des livre Les Tribulations D'une Caissières. Je pense que le livre Les Tribulations D'une Caissière est époustouflant dans son avatar bkok, mais il est littéralement perdu en traduction. Il existe de nombreux livre Les Tribulations D'une Caissières yoga sur tous les aspects du yoga.Les courses de lecture sont les meilleures pour les étudiants, car ils peuvent facilement réviser leurs études plus rapidement avant leur examen ou p collège. Dans de telles circonstances, elles constituent des meilleures solutions pour améliorer votre personnalité et vos compétences en communicating. Afin de réduire la rétention et la compréhension, les cours de lecture rapide peuvent augmenter votre capacité de lecture et éliminer le balbutiement. S'entraîner et gérer boy propre esprit est la compétence la plus importante que vous puissiez posséder, en termes de et de réussite.

Description du Les Tribulations D'une Caissière

Telecharger Torrente En Francais Les Tribulations D'une Caissière In French PDF PDB CHM - 4° de couverture : (Edition source : Stock, Les documents - 06/2008) « Tu vois, si tu ne travailles pas bien à l'école, tu finiras caissière comme la dame. » C'est dit. C'est pesé, emballé, étiqueté. Et pourtant. Elle s'appelle Anna, elle a vingt-huit ans, un diplôme universitaire de littérature et huit ans d'expérience derrière une caisse de supermarché. Une caisse qui n'entend que les codes-barres. Un métier peu propic...

Détails sur le Les Tribulations D'une Caissière

Titre de livre : 217 pages
Auteur : Anna Sam
Éditeur : Le Livre de Poche
Catégorie : Récits
ISBN-10 : 2253127558
Moyenne des commentaires client : 3.04 étoiles sur 5 988 commentaires client
Nom de fichier : les-tribulations-d-une-caissière.pdf (Vitesse du serveur 29.39 Mbps)
La taille du fichier : 24.56 MB

Commentaire Critique du Les Tribulations D'une Caissière

greg320i a écrit une critique à 10 septembre 2015. greg320i donne la cote 988 pour Les Tribulations D'une Caissière. Les tribulations d'une caissière tout comme les élucubrations d'Antoine sont faites d'exagérations. Non, je ne parle pas bien sûr des 'vraies' contraintes d'une hôtesse en caisse , qui elles, sont bien réelles et parfois dures à supporter ( gloire leur soit rendue ) mais des écrits largement surestimés et sur-vendus d'Anna Sam . Pour bien faire évidemment, au sens littéraire du terme -c'est à dire remplir un tant soi peu ses pages- ( bien souvent vides entre chaque chapitre.. ) il en faut certes un peu, beaucoup, passionnément pour ceux qui veulent vraiment 'y croire...' Mais ce bouquin , (long gémissement d'horreur) y va jusqu'à la folie dans les stéréotypes ; soit un vaste récit rempli d'ennui horrifique. Mais restons réaliste tout de même : Si la marguerite se fane bien vite au soleil de nos yeux , la majorité des situations prêtera quand même à sourire ( ahh chouette, un point positif ! ) Mais malheureusement tout de même (rapide retour à la réalité ^^) ; le subtil du cocasse ne passe pas par la caisse , tel un pistil déjà évanoui à notre esprit qui aura vite compris le manège du piège. Reste la case imagination de l'auteur, ce creux largement puisé qui s'entend ( l'écho du vide .. ) malgré tout nous le faire croire comme tant de réelles situations ( mais bien sûr ! ) . Car soyons clair enfin ! Ne nous laissons pas briguer pas la machination mise en (dé)route emmené par l'auteur dans sa furieuse machine commerciale. Surjoué un brin ( voir largement parfois ) , les dires et non-dire ( les pensées écrites souvent grossières ) sont un dialogue de sourd : de client à hôtesse, avouons-nous la réalité , la relation est promptement commercial . Et je vois donc mal où le commérage puisse entrer en jeu en ces deux parties : -Si le client est roi (même s'il est c.., il reste roi ) l'hôtesse n'y pourra rien. -Si l'hôtesse est à bout , elle reste néanmoins tabou . ( fort heureusement pour les gens citoyens ) Bref, si réel besoin d' écrire là dessus eut été réellement demandé , ne croyez vous pas qu'un best seller en la matière eût été déjà réalisé ? Au hasard de titre potentiellement crédible : Caissière : ma vie , mon oeuvre, mon Combat ! Caissière : une carrière ,le parcours du combattant au quotidien Une semaine dans la vie de caissière : l ' Enfer ,c'est les Autres...) Voir ... L'Almanach de la Caissière moderne : 6 jours de la semaine pour vous divertir en vous amusant Alors non , deux fois non : La grande surface est clairement ici surfaite, relaté et frelaté de personnages existant -ou non- . Trop ou sans doute pas assez exagéré pour un quelconque intérêt littéraire à vertu humoristique. En résumé : Anecdotes, brèves de passage, bip et autres bruits de scans : Divertissant mais sans suite ... La facture reste lourde. + Lire la suite.
Gwenaweb a écrit une critique à 20 octobre 2014. Gwenaweb donne la cote 988 pour Les Tribulations D'une Caissière. J'ai été caissière (pardon, hôtesse de caisse) pendant 2 mois, en tout et pour tout dans ma vie. Et j'espère, que les dieux m'entendent, qu'ils seront les seuls. S'il y a bien une chose dans ma vie que je regrette, c'est cette idée de penser qu'il n'y a que les supermarchés qui fournissent des jobs étudiants. J'aurais 10 fois préféré nettoyer des toilettes toute la journée. Au moins, les toilettes ne parlent pas. Quoique, elles peuvent vous montrer s'il y a eu une fête arrosée la veille… C'est une forme de communication. J'ai été caissière (pardon, hôtesse de caisse) et j'ai été une caissière (pardon, hôtesse de caisse) susceptible. L'auteur en parle dans son livre, qu'il ne vaut mieux ne pas être susceptible lorsque vous êtes caissière (pardon, hôtesse de caisse) et qu'un client vous ignore. Mais moi je préférais les clients qui ne me calculaient pas. Ca allait plus vite et je n'avais pas à commenter la vie trépidante d'une mamie qui vient de se faire opérer de la hanche. En général, j'émettais un franc et compatissant : ha. Pour ne rien arranger, j'étais sous le commandement (chef ! Oui chef !) du frère aîné d'un de mes anciens camarades de classe. Entendez par là que je ne m'entendais pas du tout avec lui, qu'on avait 12 ans et qu'il ne pensait qu'aux filles, moi aussi, mais miniatures appelées Barbie, et qu'il s'est fait choper en train de tricher à un contrôle d'histoire-géo et qu'il a pleuré comme un bébé. Résultat : j'avais une attention particulièrement mesquine du patron. Lui se permettait de nous appeler par nos prénoms mais nous nous devions de l'appeler Monsieur. A chaque fois que je devais lui parler, je mettais toute ma haine et mon venin dans ce Monsieur. Un jour Monsieur a décidé que je ne cachais pas assez les chèques-repas avec lesquels les clients me payaient parfois et qui, s'ils étaient volés, pouvaient servir de nouveau (et on dit qu'on est dans l'ère de la technologie…). Cependant, je faisais exactement comme toutes les autres caissières concernant ce problème. Mais moi, j'étais la nouvelle, ancienne connaissance du petit frère… Alors Monsieur a décidé de me voler mes chèques-repas pour me faire les pieds. En voilà un patron pédagogue… Il a fini par me les rendre après une hypothétique crise cardiaque (devait y avoir dans les 500€ de chèques quand même). Jamais je n'ai autant assassiné une personne dans mes fantasmes éveillés. Parmi toutes ces anecdotes de caissière (pardon, hôtesse de caisse), l'auteur nous parle d'un certain dvd intitulé Baise-moi acheté par un monsieur tout rouge. S'il était tout rouge, je pense effectivement que le dvd était destiné à un public adulte averti. Mais s'il s'agissait du film tiré du livre de Virginie Despentes… Je l'aurais acheté aussi, sans rougir. Elle mentionne aussi les fameux tapis roulants des caisses, qui sont tantôt vos amis, tantôt vos ennemis. Moi, j'ai eu à faire à une délicieuse cliente qui estimait que le tapis avançait trop vite alors qu'elle n'avait pas eu le temps de déposer tous ses articles en délicatesse. Elle essayait de retenir ses courses à son niveau mais évidemment, son bras faisait barrage et tous les articles passaient au dessus. Et là, elle me lance un regard furieux accompagné de : mais enfin, arrêtez-le !. J'aimerais bien madame, mais le tapis s'arrête automatiquement lorsqu'un article (donc du poids) arrive près du scan. Je ne contrôle rien du tapis, à part le bouton arrêt d'urgences qui coupera tout net, et qui nécessitera l'intervention d'un mécanicien pour le débloquer. Vieille bique, voulez-vous attendre 30 min avant de terminer vos courses ? Non, je ne suis pas faite pour le métier de caissière. J'aurais fini par insulter tout le monde, voir taper tout le monde. Quand je pète un câble, je pète un câble. Mais ce livre m'a permis de bien rire en tous cas. Plusieurs fois, j'ai du m'empêcher de pouffer de rire dans le train, toute seule, comme une débile. Tout est tellement vrai et tellement bien raconté. Superbe ! + Lire la suite.
dreulma a écrit une critique à 04 juillet 2010. dreulma donne la cote 988 pour Les Tribulations D'une Caissière. J'étais très curieuse de lire ce livre car notre époque n'a pas son Zola, et depuis longtemps déjà, j'aspire à lire du quotidien de masse, de ce que nous vivons tous, des histoires simples ou complexes, mais du vrai quoi, du vrai du concret du vécu, et surtout pas de drame systématique, surtout pas de destins exceptionnels, un peu comme un reality show télévisuel ( soit dit en passant je ne les supporte pas), mais en papier, et avec un style littéraire attachant et élaboré : j'aimerais même qu'il existât une collection consacrée à ce thème : les vies de M et Mme tout le monde. On vit tellement en dehors de la réalité avec partout les messages mensongers des publicités, et les demis vérités ( quel doux euphémisme !) des médias. Notre époque vise le confort et le plaisir, d'où probablement le manque d'intérêt pour la réalité : que l'on lise ou que l'on regarde un film, on cherche surtout à s'évader... Donc, ce livre m'a tentée pour combler ce besoin de réalisme. Et il l'a été en partie : il se lit casiment comme une liste d'épicerie qui aurait été écrite par une ménagère bien organisée : tout comme cette ménagère va répartir ses achats en catégories ( les légumes ensemble, les produits laitiers etc...), les anecdotes ramassées par Anna la caissière écrivaine sont rassemblées simplement par thème : le chapitre du mauvais payeur, celui des voleurs, des dragueurs etc... J'ai aimé me retrouver dans cette lecture, car j'aime faire mon épicerie , hihi !!! (pas trop souvent quand même, je suis plutôt du genre à acheter pour minimum une semaine, afin de ne pas y passer tout mon temps libre non plus !!!) Tout au long du livre, la narratrice prend à témoin le lecteur, le vouvoyant, ce qui n'est pas sans rappeler d'une certaine manière les marchés à la criée et augmente le caractère vivant et réaliste de l'ensemble. Mais soyons clair : Anna Sam n'est pas un Zola contemporain et ce livre se lit plutôt comme un article de revue dans une salle d'attente... De plus, j'ai carrément été surprise par le nombre de clients agressifs ou désagréables !!! Rarement je n'ai été témoin d'attitudes de la clientèle, telles que décrites par Anna, ce qui m'a laissée le sentiment qu'elle est tombée dans le piège évident de ne remarquer que le négatif. C'est bien connu, il suffit d'un pertubateur dans une classe, par exemple, pour que le professeur ait l'impression d'avoir une classe difficile. Cependant, j'aurais bien aimé que Anna évite ce piège et qu'elle ait la délicatesse d'affiner son regard pour observer plus en profondeur sa clientèle et qu'elle consacre plus de chapitres à ceux qui n'étant pas désagréables, devaient aussi avoir d'autres caractéristiques tout aussi intéressantes à mes yeux, si ce n'est plus... Une autre surprise, pour moi qui ai toujours considéré la France comme la Championne du respect des conditions de travail : 3 minutes de pause par heure travaillée !!! Je n'aurai pas survécu une semaine à ce rythme, moi qui ai besoin d'au moins 40 mn, ne serait-ce que pour manger !!! J'en profite pour dire mon respect à toutes les caissières, ce n'est pas une job facile quand même, on s'en doutait, et Anna le confirme, avec une pensée spéciale pour les caissières québecquoises, qui en surplus, n'ont pas de siège pour s'asseoir... + Lire la suite.