Belle Soeur Par Patrick Besson (2007)

Posted on

Belle

Telecharger Des Ebooks Belle Soeur RTF PDF -Comme vous le voyez ici, vous pouvez trouver les Belle Soeur livres disponibles dans deux formats différents: EPUB et PDF. Aucun livre de prévisualisationn'a été numérisé, leur texten'est pas interrogeable et seules les informations p métadonnées telles que le titre, l'auteur, l'éditeur, le nombre de pages, le numéro ISBN, le sujet, les informations de copyright, une table des matières et un résumé du livre sont disponibles. Un livre électronique permet à un spécialiste du marketing d'attirer plus de clients vers l'entreprise. Des Belle Soeur livres peuvent également être commandés à partir d'ici cela, SANS FRAIS. Il existe de nombreux Belle Soeur livres vendus en ligne comme Amazon. Trouver des Belle Soeur livres faciles en espagnol est de mes plus grands défis depuis des années. Ma alternative a été d'utiliser des Belle Soeur livres espagnols faciles en PDF, comme vous le verrez ci-dessous.Vous pouvez consulter des livres gratuitement, mais si vous voulez les imprimer, ils coûtent plus cher que les livres ordinaires, parce qu'ils impriment des livres sur commande. Vos livres seront désormais synchronisés sur tous vos appareils, y compris votre ordinateur, et vous pouvez également télécharger des livres directement dans l'application. Les livres contenant beaucoup d'images, tels que les manuels et les livres pour enfants, peuvent être très belles, mais tous les magasins ne prennent malheureusement pas.

Description du Belle Soeur

Telecharger Des Ebooks Belle Soeur RTF PDF - Deux frères et une femme. Gilles Verbier, l’aîné, est un journaliste art de vivre, et son cadet Fabien une star de cinéma. Ils se retrouvent chaque dimanche dans la maison de leur mère, à Marolles-en-Brie. Où le comédien présente à sa famille, lors du réveillon de Noël, celle qu’il a choisie pour épouse: Annabel. Dont Gilles devient aussitôt obsédé. Mais obsédé de quoi au juste ? De prendre quelque chose à son frère qui, avec ses succès, lui a volé son droit d’aînes...

Détails sur le Belle Soeur

Titre de livre : 476 pages
Auteur : Patrick Besson
Éditeur : Fayard
Catégorie : Mystère
ISBN-10 : 2213632421
Moyenne des commentaires client : 2.95 étoiles sur 5 39 commentaires client
Nom de fichier : belle-soeur.pdf (Vitesse du serveur 21.39 Mbps)
La taille du fichier : 25.89 MB

Commentaire Critique du Belle Soeur

Herve-Lionel a écrit une critique à 16 mars 2014. Herve-Lionel donne la cote 39 pour Belle Soeur. Ce qu'Anabel n'aimait pas chez Fabien, c'était qu'elle l'aimait ; ce qu'elle aimait chez moi, c'était qu'elle ne m'aimait pas.
Herve-Lionel a écrit une critique à 16 mars 2014. Herve-Lionel donne la cote 39 pour Belle Soeur. N°615– Décembre 2012. BELLE-SOeUR – Patrick Besson- Fayard Une famille presque ordinaire à Marolles-en-Brie que nous présente le narrateur, Gilles, l'aîné, la quarantaine : une mère Catherine Verbier, veuve d'un mari décédé tôt et remplacé par Savario, un italien retraité, féru d'actualités et de sport, mais à la télévision seulement. Il avait pris la place du père dans cette famille bizarrement recomposée où les époux ne s'aimaient guère et se contentaient de se supporter. Il faut dire que tout les opposait, lui le pharmacien rondouillard et insignifiant et elle la dentiste flamboyante et séduisante. Ils n'allaient vraiment pas bien ensemble. Dans cette famille un peu hétéroclite il y aussi Fabien, le fils préféré, célèbre acteur de cinéma, alcoolique militant et toxico actif, pas très net donc, mais en couple avec Annabel, une attachée de presse parisienne qui aime surtout les vieux messieurs mais a fait une exception pour son compagnon. Leurs amours sont chaotiques et survivent tant bien que mal face aux conquêtes aussi flamboyantes qu'éphémères de Fabien. Ils passent leur temps à se séparer et à se rabibocher même si elle est amoureuse de lui mais lui pas vraiment d'elle. Le narrateur, Gilles, est journaliste, délaissé par sa mère et positivement amoureux d'Annabel, la fiancée de son frère qui risque ainsi de devenir sa belle-soeur alors qu'il préférerait qu'elle devînt son épouse. Pourtant ses louables tentatives en ce sens sont plus ou moins vouées à l'échec. Souffler sa petite-amie à son frère dont il est jaloux serait un bon moyen de se venger de lui. Il se rabat, si on peut dire, sur Sophie qui arrive dans sa vie, moins pour lui-même que pour se rapprocher de Fabien dont elle est fan et surtout éperdument amoureuse et qui n'attend qu'une occasion pour coucher avec lui. Tel est l'intrigue de ce roman où le lecteur ne tarde pas à s'apercevoir qu'il s'agit d'un chassé-croisé amoureux, d'une histoire de ménage à quatre, avec ses tromperies, ses mensonges, ses abandons, ses retrouvailles, ses grossesses croisées et ses incertitudes sur la paternité réelle, tout cela sur fond de « people », de « Je t'aime, moi non plus », de recherches ADN de querelles familiales, et tout ceci entre frères ! Les mères sont ici sûres d'une chose c'est qu'elles ont chacune un fils, Tom et Jean, mais pour le père... ?  Ce vaudeville aurait pu être plaisant s'il ne s'était terminé par la mort accidentelle de Fabien dont Gilles se demande s'il ne s'agit pas d'un suicide et qui éloigne Anabel définitivement de lui puisqu'il épouse finalement Sophie qu'il n'aime pas. Cet événement fait resurgir de vieilles questions occultées par des années de silence, de non-dits, de sauvegarde des apparences pour la paix des ménages et des consciences. Quant à Savario, il est purement et simplement congédié. On n'avait pas tardé à s'apercevoir qu'il était surtout un opportuniste et un profiteur, c'est à dire un surnuméraire dans cette drôle de famille où il n'avait pas sa place. Gilles est rejeté sans appel par sa mère qui l'estime responsable de tout et accrédite cette idée auprès des siens, d'autant plus que cela lui permet d'occulter sa propre culpabilité. Marolles deviendra, autour d'elle une véritable maison de famille mais uniquement peuplée de femmes et de deux enfants à l'identité génétique incertaine. Une manière de dire peut-être que la vie a gagné mais Gilles restera malgré le paria, le malheureux, séparé définitivement d'Anabel désormais inaccessible. On imagine pourtant les habitudes qui se figent, les choses définitivement gravées dans le marbre de ce microcosme et la hiérarchie familiale dont Gilles est désormais exclu, le culte du mort perpétué par ces femmes qui l'ont aimé et qui ne cesseront de le faire jusqu'à la fin, pour des raisons différentes. Je ne connaissais pas Patrick Besson. Avec ce roman, je n'ai pas passé un mauvais moment de lecture puisque je suis allé au bout de ce livre. Il y a bien des bons mots, des remarques pertinentes [ j'en choisis une, et pas au hasard :« La mort a quelque chose de gai : on est délivré de la vie »], des effets de phrases plutôt bienvenus et parfois même un peu humoristiques [« Ce qu'Anabel n'aimait pas chez Fabien, c'était qu'elle l'aimait ; ce qu'elle aimait chez moi, c'était qu'elle ne m'aimait pas »]. le style et l'histoire m'ont pourtant modérément passionné même si des détails qui émaillent le récit et n'y ajoutent vraiment rien pourraient parfaitement être passés sous silence. La liste des courses avec le prix de chaque produit, le détail des menus, le score des matches de tennis, l'énumération des cafés, restaurants parisiens, des boutiques à la mode avec leurs adresses , etc... pas vraiment attrayant pour la pauvre provincial que je suis. Cela ressemble à de la publicité pas forcément gratuite, dessert le texte et indispose le lecteur. Il faut savoir ce que l'on veut ! Que reste-t-il, le livre refermé, de cette histoire un peu embrouillée et compliquée où l'amour vrai croise les coucheries d'un soir ? Cette question qui se pose à chaque fois que je termine un ouvrage et justifie, peut-être, cette chronique. Je dois à l'honnêteté de dire que quelque chose m'agaçait sans que je sache très bien quoi et qui m'invitait à passer à autre chose . J'ai continué ma lecture cependant ne serait-ce que pour connaître l'épilogue. Cette histoire de gens qui poursuivent un but sans pouvoir l'atteindre, qui ne s'aiment pas sans en connaître eux-même la véritable raison, qui accréditent définitivement une idée et s'y accrochent au point qu'elle devient pour tout le monde une certitude, qui se séparent et qui, pour se consoler sans doute en épousent d'autres, m'a rappelé quelque chose qui ressemble à la société des hommes, à la condition humaine, à la peur de la solitude, à la vie. ©Hervé GAUTIER – Décembre 2012.http://hervegautier.e-monsite.com Lien : http://hervegautier.e-monsit.. + Lire la suite.
MlleOceane a écrit une critique à 04 juin 2012. MlleOceane donne la cote 39 pour Belle Soeur. Une fois de plus on retrouve un style bien travaillé, et particulier, qui prête à confusion. Les personnages sont lunatiques au possible, et semble totalement superficiels, même lorsqu'ils parlent d'amour fou. C'est un bon roman, mais il dégage trop de froideur. Dès le début on nous annonce que l'histoire va mal se terminer d'une manière très stoïque, ce qui amplifie encore cette froideur..