Pique Nique à Hanging Rock Par Joan Lindsay (2016)

Posted on

Pique

Telecharger Livre En Ligne Pique Nique à Hanging Rock PDF DJVU -Kindle guide gratuite, puis choisissez la kindle book gratuite et vous obtiendrez une liste de tous les titres gratuits disponibles. Une liste des formats p téléchargement sera affichée. Une liste de livres contenant des livres gratuits et des livres non gratuits sera affichée. La recherche de livres sur ReadPrint orient extrêmement simple. Les liens vers les sites de conversion Pique Nique à Hanging Rock PDF sont inclus dans la department Ressources. Quelques-uns fournissent simplement un lien p téléchargement sur la site d e conversion lorsque la transformation est terminée.Les gens téléchargent votre e-book, parce qu'ils veulent savoir comment faire quelque chose. Tous les livres électroniques sur le site sont des livres légalement. Sélectionnez n'importe quel format de fichier pris en charge par l'eBook, tel que EPUB'' dans le menu déroulant. L'ebook UX Reader est une collection d'articles les plus populaires de la lettre d'information MailChimp et comprend également des contenus exclusifs.

Description du Pique Nique à Hanging Rock

Telecharger Livre En Ligne Pique Nique à Hanging Rock PDF DJVU - 14 février 1900, Australie. L’été touche à sa fin. Les jeunes pensionnaires de Mrs Appleyard attendent depuis des mois ce pique-nique annuel, non loin de Hanging Rock. Revêtues de leurs mousselines légères, elles partent dans une voiture tirée par cinq chevaux bais magnifiques. Après le déjeuner, les demoiselles s’assoupissent à l’ombre des arbres. Mais quatre d’entre elles, plus âgées, obtiennent la permission de faire une promenade. Enivrées par cet avant-goût de ...

Détails sur le Pique Nique à Hanging Rock

Titre de livre : 293 pages
Auteur : Joan Lindsay
Éditeur : Le Livre de Poche
Catégorie : Mystère
ISBN-10 : 2253068977
Moyenne des commentaires client : 3.75 étoiles sur 5 50 commentaires client
Nom de fichier : pique-nique-à-hanging-rock.pdf (Vitesse du serveur 29.02 Mbps)
La taille du fichier : 12.41 MB

Commentaire Critique du Pique Nique à Hanging Rock

AgatheDumaurier a écrit une critique à 18 septembre 2016. AgatheDumaurier donne la cote 50 pour Pique Nique à Hanging Rock. Que s'est il donc passé à Hanging Rock le 14 février 1900 ? Au cours d'une sortie organisée par un pensionnat de jeunes filles sur un site somptueux de rochers volcaniques, quatre élèves et un professeur disparaissent... Panique et insupportable mystère. Faille béante dans une routine réglée. Qu' a-t-il pu arriver à ces filles en corset et fines bottines qui se sont mises, comme en état d'hypnose, à escalader de puissantes murailles au milieu d'une végétation luxuriante peuplée d'une faune inamicale ? le rappel de la nature impérieuse à leurs corps corsetés et leur esprit formaté par une éducation rigide ? Une mauvaise rencontre ? On cherche. La police cherche, absolument incompétente, bloquée par les principes sociaux. Comment interroger correctement une jeune fille à qui rien de ce qui constitue la réalité ne doit être dit ? Comment savoir qui étaient ces jeunes filles car une jeune fille n'a ni secret ni histoire ? Deux jeunes gens cherchent aussi, témoins du début de leur aventure. Ils trouveront quelques éléments... Cette disparition est comme une tache sombre-c'est l'auteure qui le dit-et elle détruit un fragile équilibre. Peu à peu le pensionnat se délite ... Roman fascinant qui laisse un goût amer...Je suis sûre que plusieurs réponses sont dans le texte, il faut faire attention. Pourquoi ne connait on jamais le nom de famille de Miranda ? Pourquoi la professeure de mathématiques est elle partie vers les roches ? Quel est ce nuage rouge qu'Édith a aperçu ? Quel est le passé véritable de la directrice ? Qui est Sara ? Que lui est-il exactement arrivé ? Aaah ça m'énerve, je reste dans le flou. Il faudrait le relire. Mener l'enquête qui n'est pas faite. Et savoir !! Savoir !! A lire, c'est envoutant. + Lire la suite.
Alzie a écrit une critique à 20 juin 2017. Alzie donne la cote 50 pour Pique Nique à Hanging Rock. Vous auriez des réticences à envisager la vingtaine d'heures de vol qui vous séparent de Melbourne, je vous recommanderais l'embarquement immédiat pour ce pique-nique à Hanging Rock. Un moyen comme un autre et bien moins coûteux de vous assurer un dépaysement complet dans l'hémisphère sud sans les désagréments du décalage horaire. Imaginez le joyeux babillage d'une bande de jeunes filles le jour de la saint Valentin 1900 dans un pensionnat (de style victorien tout de même) perdu dans l'outback australien entre Melbourne et Bendigo (état de Victoria) : un pique-nique est programmé. du côté de Woodend et Mount Macedon le site d'Hanging Rock est retenu. Sa beauté monolithique plusieurs fois millénaire offre un cadre idéal. Voilà planté le décor avec mise en scène d'un premier groupe de personnages autour desquels se noue l'histoire : personnel, directrice, collégiennes et institutrices excitées par une sortie de fin d'été. Ainsi commence le livre comme d'ailleurs le film de Peter Weir que j'ai aimé aussi captant si bien l'ambiance romanesque lumineuse et insouciante décrite par Joan Lindsay. Ces préliminaires avenants sont pimentés par l'avant-goût délicieux des victuailles appétissantes promises au fond des paniers. Les cinq chevaux attelés, la cohorte des filles gantées et chapeautées est embarquée, moins une qui doit rester. Mr Hussey brandit son fouet, rejoint aussitôt sur sa banquette par les trois inséparables qui vont faire parler d'elles : Miranda, Irma et Marion. A l'arrière, « dans une vibration de fine poussière rouge » et dans la lente dissolution des contours « d'Appleyard College », on devise et commente le paysage en attendant l'apparition du fameux rocher et surtout, de pouvoir se poser en contre bas dans la langueur de la saison chaude avancée… Cette mousseline 1900 délicieusement rétro sur laquelle je me suis attardée ne s'adresse pas qu'à des romantiques décalé(e)s. Contre toute attente la partie de plein air annoncée va révéler son lot de surprises et prendre insensiblement au pied du rocher, tandis qu'apparaissent deux nouveaux protagonistes, un tour soudain qui balaye l'illusoire euphorie initiale. Basculement de l'inconnu vers l'insondable lorsque les trois jeunes filles (citées plus haut), suivies d'une quatrième moins dégourdie, autorisées à s'approcher du rocher entreprennent impulsivement d'en explorer les flancs. Ayant largué bottines et cotillons et comme happées vers son sommet à travers l'inquiétante brousse australe trois ne reparaîtront plus. Tout comme l'une de leurs institutrices…. Tout est peint d'une manière élégante et sûre. La suite parfaitement orchestrée, qu'il faut aller découvrir, gagne en intensité au fur et à mesure que le mystère s'épaissit tandis qu'hypothèses et conjectures ou rebondissements vont se succéder. La forte présence du rocher liée à son origine géologique lointaine et qui apparaît au début en arrière plan s' impose au fil des pages et dévoile finalement beaucoup plus qu'un simple paysage : la part cachée de quelque chose de tellurique ou de sacré dont il est le symbole dans l'imaginaire australien (cf. La fascination exercée par Ayers Rock sur les colons blancs depuis la fin du XIXe). Le respectable rocher est bien là pour inquiéter, il renvoie aux très anciennes cultures qui ne sont pas nommées. Avec un art consommé de la suggestion et de la frustration la romancière transmue l'insignifiante excursion en une énigme béante. Déjouant tous les codes de l'enquête et supprimant du même coup les instruments classiques d'un possible et rassurant décryptage, elle laisse le lecteur pantois devant l'inexplicable. Rien ni personne ne se ressemblera plus, et si c'était le but ? Belle détente que ce roman là. C'est parfait. Une note de bas de page de Joan Lindsay (p. 51), faisant état d'un tableau de William Ford peint en 1875, « dont se souvenait Miranda » ajoute-t-elle, renverrait à une possible source de son inspiration. Ce tableau existe, il est conservé à la National Gallery de l'Etat de Victoria et tout à fait visible en flânant un peu sur internet. « At the Hanging Rock », représente une scène de plein air au pied du rocher par une belle journée d'été, comme on aimait les peindre à l'époque. A bien la regarder on jurerait presque transposée, seule la mode a changé, l'esquisse de notre pique-nique 1900 telle que proposée en 1967 par Joan Lindsay, avant qu'il n'ait mal tourné… + Lire la suite.
nameless a écrit une critique à 30 avril 2017. nameless donne la cote 50 pour Pique Nique à Hanging Rock. Ils n'avaient ni l'un ni l'autre des idées politiques trop embarrassantes, ni du reste aucune conviction particulière qu'ils eussent pu reconnaître comme leur s'ils l'avaient vue écrite noire sur blanc. Page 106.