Mémoires D'une Geisha Par Yuki Inoue (1999)

Posted on

Mémoires

Site De Telechargement Bittorrent Mémoires D'une Geisha En Français PDF -Le format PDF est une norme pour les documents téléchargeables sur web automobile ils sont faciles et rapides à télécharger et à imprimer. C'est également U N ordinary sur les websites Web à auto-édition tels que Lulu.com. Le format de livre PDF est probablement le meilleur que vous puissiez choisir. Les fichiers PDF sont très résistants aux virus de terre et aux chevaux de Troie. U N fichier PDF est un document en lecture seule. Vous pouvez toujours obtenir des fichiers book MOBI pour Kindle auprès p Smashwords, automobile Smashwords ne crypte pas ses ebooks.

Description du Mémoires D'une Geisha

Site De Telechargement Bittorrent Mémoires D'une Geisha En Français PDF - Née en 1892, vendue à l'âge de huit ans, Kinu Yamaguchi fera l'apprentissage du dur métier de geisha. C'est un peu l'envers du décor qu'elle raconte : avant de porter le kimono de soie, il lui faudra vivre un apprentissage rigoureux, étudier tous les arts de divertissement et endurer pour cela privations, exercices physiques traumatisants, soumission aux coups sous les ordres de la ' Mère ' et des ' grandes sœurs '. Après son initiation sexuelle, elle s'enfuira, pui...

Détails sur le Mémoires D'une Geisha

Titre de livre : 414 pages
Auteur : Yuki Inoue
Éditeur : Editions Philippe Picquier
Traducteur : Karine Chesneau
Catégorie : Mémoires
ISBN-10 : 2877303349
Moyenne des commentaires client : 3.77 étoiles sur 5 306 commentaires client
Nom de fichier : mémoires-d-une-geisha.pdf (Vitesse du serveur 28.72 Mbps)
La taille du fichier : 15.51 MB

Commentaire Critique du Mémoires D'une Geisha

Yunnlith a écrit une critique à 11 septembre 2015. Yunnlith donne la cote 306 pour Mémoires D'une Geisha. Quand sa femme, Mine, à qui son mari imposait toujours le silence, avait appris qu'il allait vendre leur fille dans une maison de geishas, elle s'était mise en travers de la porte pour l'empêcher de sortir. « M'enfin... ça sera pas une prostituée ! Ça sera une geisha. Ferme-la ! » avait-il crié en lui lançant une gifle à toute volée. Puis, dans sa fureur, il s'était jeté sur sa femme qui protestait farouchement, contrairement à son habitude. Kinu se souvient encore de l'expression de son père qui ne cessait plus de donner des coups. Elle revoit sa pauvre mère en pleurs, effondrée de douleur sur les tatamis, et jamais elle ne pourra oublier ce visage ravagé par les larmes. La petite fille ne comprit pas à ce moment-là ce qui poussait Mine à s'opposer de la sorte à son mari. + Lire la suite.
ATOS a écrit une critique à 29 novembre 2014. ATOS donne la cote 306 pour Mémoires D'une Geisha. La geisha fait partie pour nous occidentaux de l' iconographie traditionnelle japonaise : un samouraï, une geisha, un pont, un cerisier, un jardin, . Voilà le décor est planté. Nous sommes au Japon. Trivial raccourci pictural je vous l'accorde. Quoiqu'il en soit la Geisha fait partie d'une de ces rudimentaires panoplies ethno-descriptives que toute culture utilise pour tenter d'identifier une culture différente de la sienne. Le statut de Geisha est très récent dans la culture japonaise puisqu'il n'apparaît qu'au 18e siècle. Tout d'abord statut masculin durant environ une cinquantaine d'année , le geisha danse et chante pour animer les maison de thé. A partir de 1750 , les femmes endossent également cette fonction. Très rapidement leur statut particulier s'officialise, en 1779. Il perdurera dans sa tradition la plus stricte jusqu'aux années 1950. Voilà pour le côté historique de l'image. Les mémoires d'une Geisha nous invite à découvrir l'envers du décor. Retournons l'image : il est écrit au dos de la photographie : Kinu, enfant, 1892,Kanazawa, Japon. La geisha, cette icône de l'esthétisme, des arts et de la culture, objet fabriqué, poli, lustré, laqué, codifié, calibré, élévé pour plaire et dressé pour satisfaire, a une histoire. Si l'image est jolie, les couleurs quant à elles sont cruelles. Autant la perversion peut éventuellement accueillir son intelligence lorsque l'objet de celle ci est son auteur, tout autant celle ci devient intolérable lorsque que l'objet de cette perversion devient l'autre, cet autre qui est toujours issu et sciemment maintenu en état d'infériorité par rapport à l'auteur. Il n'existe pas de caste au Japon à proprement parlé ( mise à part le statut des Burakumin et des Hinnin ) . Mais au Japon comme dans nombre de sociétés humaines, il existe au moins deux classes : les riches, et les pauvres. Quand on a les moyens on se paie une prostituée, quand on a énormément de moyen on commande les services d'une geisha. Raffinement coutumier d'un certain langage. Kinu, est née en 1896. Fille d'un artisan sculpteur, alcoolique et désoeuvré, elle sera vendue à l'âge de huit ans. 100 yens, 100 yens pour une vie. Elle aura mis plus de quinze ans à rembourser sa dette auprès de sa mère adoptive ( nom de la femme tenancière de la maison des geishas où Kinu fut officiellement inscrite). Jusqu'à l'âge de 12 ans elle aura été l'enfant esclave. Au service des ses grands soeurs, et de la mère. de douze à quinze ans : apprentie geisha, période durant laquelle elle apprendra l'art de satisfaire. A quinze ans cérémonie d'investiture : dépucelage obligatoire perpétré par un client choisi par « la mère ». Client qui aura grassement payé la mère pour pouvoir déguster le ventre de la jeune caille. Évidement officiellement, la geisha n'est pas une prostituée. de prostituée il n'y a en a qu'une d'enregistrée dans la maison a laquelle la geisha est rattachée. C'est le roseau qui recouvre le saule. Parce qu'il y a dette, il faut rembourser. Les parents de l'enfant ont bien encaissé l'argent. Mais il s'agit non d'une vente mais d'un prêt. Les parents encaissent, l'enfant remboursera. La geisha se verse avec avidité et frénésie dans les arts (musique, danse, chant et poésie) parce que cela fait partie de son éducation mais surtout parce qu'elle trouve là, et uniquement là, la seule échappatoire à son destin. C'est là que la geisha se réalise, s'exprime, se caractérise, trouve l'identité qu'on lui a volé. Quartier réservé, ghetto du plaisir, monde des fleurs et des saules, peinture de larmes et de sang. La prostitution existaient au Japon, bien avant que ne surgisse le statut de la geisha, et il existe malheureusement toujours, là bas comme chez nous, mais le statut de LA Geisha n'est pas une tradition ancestrale, il s'est engouffré dans l'histoire du Japon à partir d'une faille. Car ce sont en premier les filles de Samouraï qui furent élevées pour tenir ce rang. Samouraïs qui au 18e siècle se retrouvèrent sans travail, sans statut, et trouvèrent ainsi un moyen de caser leurs filles sans perdre la face. Une nouvelle classe de nonnes est née ; les soeurs du très haut et très digne monde du plaisir. La société japonaise a brusquement dans son histoire connu un séisme économique, politique et culturel. Les fondements de sa culture ont permis l'édification de ce système terrifiant. Toutes les cultures ont le revers de leur médaille. Toutes. le japon codifie, la France verbalise. le Japon intègre, la France rejette. Acception – déni ? Il se profile dans l'ombre toujours le visage que nous dissimilons. Mais à quelque endroit où se meut le monde des plaisirs il faudra toujours qu'il se heurte aux frontières de l'interdit. Et cela n'est pas une éventuelle question de culture ou de civilisation , ni de quelconque espace spatiotemporel qui pourrait donner une bienheureuse mais toutefois intolérable justification à notre conscience, c'est une question de survie pour notre humanité. Astrid Shriqui Garain + Lire la suite.
Pappa a écrit une critique à 08 mars 2018. Pappa donne la cote 306 pour Mémoires D'une Geisha. Pour nous occidentaux, les geishas, comme les samouraïs, font partie d'un imaginaire magnifié par l'éloignement des cultures. Ce que les geishas, ces femmes artistes, cultivées, aux manières parfaites doivent endurer de renoncement et de souffrance pour être ce qu'elles sont, ne nous est pas parvenu, ou si peu. Ce livre témoignage, nous fait découvrir la cruelle réalité qui se cache sous le mythe. Un livre dur et dérangeant, mais il faut parfois insister pour se faire entendre..