Les Travailleurs De La Mer Par Victor Hugo (1980)

Posted on

Les Travailleurs De La Mer

Telechargement Bd Gratuit Les Travailleurs De La Mer PDF FB2 IBook -Il existe des solutions gratuits pour faire des transcriptions. Totalement gratuites et de nombreuses. Tous sont offerts en lecture gratuite en ligne et beaucoup sont également disponibles. Livres gratuits envoyés par la poste à votre domicile Bon il existe plusieurs endroits où il est possible d'acquérir des copies numériques p livres gratuitement.Regardez une carte pour voir où vous avez expédié des Les Travailleurs De La Mer livres et. Les Les Travailleurs De La Mer livres numériques sont en plein essor. Ils sont généralement beaucoup moins chers que leurs homologues durs ou p poche, et iln'ya pratiquement jamais p frais d'expédition, à moins qu'ils ne soient livrés sur un CD (Compact Disk). Les Les Travailleurs De La Mer livres numériques, parfois appelés Les Travailleurs De La Mer livres électroniques ou Les Travailleurs De La Mer livres PDF des fac-similés numérisés p Les Travailleurs De La Mer livres imprimés et publiés common.

Description du Les Travailleurs De La Mer

Telechargement Bd Gratuit Les Travailleurs De La Mer PDF FB2 IBook - C'est à la fois un conte et un drame héroïque, l'histoire de Gilliat, pêcheur solitaire, amoureux d'une belle jeune femme, qui pour elle s'en va braver l'océan. Propriétaire d'un bateau à vapeur qui vient de subir un naufrage, un vieil armateur a en effet promis la main de sa nièce à celui qui ira puiser au fond de l'eau les formidables et nouvelles machines encore intactes. C'est contre vents et marées, contre les o...

Détails sur le Les Travailleurs De La Mer

Titre de livre : 461 pages
Auteur : Victor Hugo
Éditeur : Gallimard
Catégorie : Littérature
ISBN-10 : 2070371972
Moyenne des commentaires client : 4.06 étoiles sur 5 381 commentaires client
Nom de fichier : les-travailleurs-de-la-mer.pdf (Vitesse du serveur 18.69 Mbps)
La taille du fichier : 27.69 MB

Commentaire Critique du Les Travailleurs De La Mer

Aaliz a écrit une critique à 12 septembre 2014. Aaliz donne la cote 381 pour Les Travailleurs De La Mer. J'étais fâchée avec Victor Hugo. D'abord, parce que, comme les lycéens de l'an passé, je me suis prise une très mauvaise note au bac de français sur un de ses textes ( alors que je pensais avoir bien réussi ). Je sais … ce n'est pas la faute de ce cher Victor mais voilà, le lycéen est rancunier. Ensuite, parce que quand j'ai voulu lui pardonner, je me suis frottée aux Contemplations et me suis rendue compte que je n'avais pas les outils pour apprécier pleinement ce recueil. Certains de ses poèmes sont très personnels ou bien très inspirés de la situation politique de l'époque et lorsqu'on ne maîtrise pas tout ça, on se sent exclu, des allusions nous échappent et j'avais donc l'impression que Victor Hugo me claquait la porte au nez. J'ai alors essayé de lire Les Travailleurs de la mer mais j'ai fait l'erreur de commencer par L'Archipel de la Manche, sorte de chapitre préliminaire au roman présentant le cadre géographique du roman : les îles anglo-normandes, leur population, leur géographie, leur faune et flore, leurs us et coutumes. Je ne m'attendais pas à un tel déballage de connaissances avec un côté catalogue et des allures d'étude botanique et sociologique. Résultat : j'ai abandonné. Et voilà que Claudialucia lance une lecture commune. Et comme je suis du genre têtue, je me suis inscrite. Cette fois, je n'ai pas commis la même erreur et j'ai commencé directement ma lecture par le roman me réservant le chapitre tant redouté pour la fin. Et j'ai ainsi enfin pu découvrir non seulement l'auteur mais également un grand roman dont je suis ressortie épuisée et bouleversée mais enchantée. La suite sur le blog : http://cherrylivres.blogspot.fr/2014/09/les-travailleurs-de-la-mer-victor-hugo.html Lien : http://cherrylivres.blogspot.. + Lire la suite.
Natalya a écrit une critique à 03 février 2017. Natalya donne la cote 381 pour Les Travailleurs De La Mer. On ne pouvait s’empêcher de rêver sous cette crypte, sur cet autel, quelque nudité céleste éternellement pensive, et que l’entrée d’un homme faisait éclipser. Il était difficile de concevoir cette cellule auguste sans une vision dedans ; l’apparition, évoquée par la rêverie, se recomposait d’elle-même ; un ruissellement de lumière chaste sur des épaules à peine entrevues, un front baigné d’aube, un ovale de visage olympien, des rondeurs de seins mystérieux, des bras pudiques, une chevelure dénouée dans de l’aurore, des hanches ineffables modelées en pâleur dans une brume sacrée, des formes de nymphe, un regard de vierge, une Vénus sortant de la mer, une Ève sortant du chaos ; tel était le songe qu’il était impossible de ne pas faire. Il était invraisemblable qu’il n’y eût point là un fantôme. Une femme toute nue, ayant en elle un astre, était probablement sur cet autel tout à l’heure. Sur ce piédestal d’où émanait une indicible extase, on imaginait une blancheur, vivante et debout. L’esprit se représentait, au milieu de l’adoration muette de cette caverne, une Amphitrite, une Téthys, quelque Diane pouvant aimer, statue de l’idéal formée d’un rayonnement et regardant l’ombre avec douceur. C’était elle qui, en s’en allant, avait laissé dans la caverne cette clarté, espèce de parfum lumière sorti de ce corps étoile. L’éblouissement de ce fantôme n’était plus là ; on n’apercevait pas cette figure, faite pour être vue seulement par l’invisible, mais on la sentait ; on avait ce tremblement, qui est une volupté. La déesse était absente, mais la divinité était présente. La beauté de l’antre semblait faite pour cette présence. C’était à cause de cette déité, de cette fée des nacres, de cette reine des souffles, de cette grâce née des flots, c’était à cause d’elle, on se le figurait du moins, que le souterrain était religieusement muré, afin que rien ne pût jamais troubler, autour de ce divin fantôme, l’obscurité qui est un respect, et le silence qui est une majesté. + Lire la suite.
Natalya a écrit une critique à 03 février 2017. Natalya donne la cote 381 pour Les Travailleurs De La Mer. Une des merveilles de cette caverne, c’était le roc. Ce roc, tantôt muraille, tantôt cintre, tantôt étrave ou pilastre, était par places brut et nu, puis, tout à côté, travaillé des plus délicates ciselures naturelles. On ne sait quoi, qui avait beaucoup d’esprit, se mêlait à la stupidité massive du granit. Quel artiste que l’abîme ! Tel pan de mur, coupé carrément et couvert de rondes bosses ayant des attitudes, figurait un vague bas-relief ; on pouvait, devant cette sculpture où il y avait du nuage rêver de Prométhée ébauchant pour Michel-Ange. En d’autres endroits, la roche était damasquinée comme un bouclier sarrasin ou niellée comme une vasque florentine. Elle avait des panneaux qui paraissaient de bronze de Corinthe, puis des arabesques comme une porte de mosquée, puis, comme une pierre runique, des empreintes d’ongles obscures et improbables. Des plantes à ramuscules torses et à vrilles, s’entrecroisant sur les dorures du lichen, la couvraient de filigranes. Cet antre se compliquait d’un alhambra. C’était la rencontre de la sauvagerie et de l’orfèvrerie dans l’auguste et difforme architecture du hasard. + Lire la suite.