L'Utopie Par Thomas More (2018)

Posted on

L'Utopie

Fnac Telechargement Livre L'Utopie PDB PDF -Check Out Engineering Chemistry 1ère Année Notes Pdf Gratuit Télécharger L'Utopie. Une fois terminé, vous souhaiterez appuyer sur le bouton d'ouverture situé sur la zone p téléchargement. Vous allez vouloir que le téléchargement commence.

Description du L'Utopie

Fnac Telechargement Livre L'Utopie PDB PDF - Pamphlet virulent dirigé contre la société anglaise d'Henri VIII et construction imaginaire proposant en contrepoint l'image d'une société idéale, L'Utopie, publiée en 1516, est la célèbre contribution de l'humaniste chrétien Thomas More au débat philosophique sur les finalités du politique. Ami d'Érasme, dénonçant avec lui les égarements de l'Église et de l'État, More espère, en dressant le tableau de la cité idéale, rappeler à chacun, gouvernants ou gouvernés, la ...

Détails sur le L'Utopie

Titre de livre : 234 pages
Auteur : Thomas More
Éditeur : J'ai Lu
Catégorie : Littérature
ISBN-10 : 2290170267
Moyenne des commentaires client : 3 étoiles sur 5 376 commentaires client
Nom de fichier : l-utopie.pdf (Vitesse du serveur 25.46 Mbps)
La taille du fichier : 26.72 MB

Commentaire Critique du L'Utopie

Liberation a écrit une critique à 16 juillet 2012. Liberation donne la cote 376 pour L'Utopie. Les vacances de l’esprit devraient toujours passer par un voyage en Utopie..
Orphea a écrit une critique à 06 janvier 2011. Orphea donne la cote 376 pour L'Utopie. La plupart des gens ignorent les lettres ; beaucoup les méprisent. Un barbare rejette comme abrupt tout ce qui n'est pas franchement barbare. Les demi-savants méprisent comme vulgaire tout ce qui n'abonde pas en termes oubliés. Il en est qui n'aiment que l'ancien. Les plus nombreux ne se plaisent qu'à leurs propres ouvrages. L'un est si austère qu'il n'admet aucune plaisanterie ; un autre a si peu d'esprit qu'il ne supporte aucun badinage. Il en est de si fermés à toute ironie qu'un persiflage les fait fuir, comme un homme mordu par un chien enragé quand il voit de l'eau. D'autres sont capricieux au point que, debout, ils cessent de louer ce qu'assis ils ont approuvé. D'autres tiennent leurs assises dans les cabarets et, entre deux pots, décident du talent des auteurs, prononçant péremptoirement condamnation au gré de leurs humeur, ébouriffant les écrits d'un auteur comme pour lui arracher les cheveux un à un, tandis qu'eux-mêmes sont bien tranquillement à l'abri des flèches, les bons apôtres, tondus et rasés comme des lutteurs pour ne pas laisser un poil en prise à l'adversaire. Il en est encore de si malgracieux qu'ils trouvent un grand plaisir à lire une œuvre sans en savoir plus de gré à l'auteur, semblables à ces invités sans éducation qui, généreusement traités à une table abondante, s'en retournent rassasiées sans un mot de remerciement pour l'hôte. + Lire la suite.
Luniver a écrit une critique à 18 novembre 2012. Luniver donne la cote 376 pour L'Utopie. « L'enfer est pavé de bonnes intentions. » Ce petit essai de Thomas More en fournit une parfaite illustration. Dans l'île d'Utopie, on a évité les problèmes qui rongent la société anglaise de son époque, mais le prix à payer est d'en ajouter de pires à chaque fois. Le premier exemple se pose avec la peine de mort pour le vol, peine jugée beaucoup trop sévère par rapport à la gravité. Solution proposée : l'esclavage. Admettons. Comment faire pour maintenir les esclaves en place ? En punissant de mort toute personne qui reçoit de l'argent d'un esclave (ceci pour éviter qu'il ne soit tenté d'accumuler des biens en douce), et en punissant de mort tout esclave qui porte la main sur une arme. Passer de la peine capitale pour un délit à la mise à mort pour des actes anodins et sans danger pour personne, je ne suis pas certain qu'on y ait vraiment gagné au change ! Les contradictions de ce genre sont tellement nombreuses, que je me suis demandé qui critiquait vraiment l'auteur : la société anglaise, ou ceux qui prétendent pouvoir faire mieux ? À chaque fois qu'une vertu est attribuée à la société d'Utopie, les exemples qui suivent prouvent exactement l'inverse. Comment empêcher les conspirations contre la liberté ? En condamnant à la peine de mort ceux qui discutent des affaires publiques en dehors du Sénat. Comment gérer la surpopulation ? En s'accaparant les terres d'autres peuples après les en avoir chassé. Après tout, à Utopie, on crée des sociétés bien plus morales que les autres, donc c'est tout à fait légitime. On a aussi la guerre en détestation : on ne la fait jamais. Ou uniquement pour se défendre. Ou pour défendre ses alliés. Ou pour renverser un tyran, ou pour laver une injure, ou pour se venger d'un pillage. La liberté de culte est bien sûr assurée, même si ceux qui ne croient pas en la vie éternelle, dans laquelle « des châtiments sont préparés au crime et des récompenses à la vertu  », perdent le statut de citoyen, et ont l'interdiction de professer leurs idées en public. « Les malheureux affligés de maux incurables reçoivent toutes les consolations, toutes les assiduités, tous les soulagements moraux et physiques capables de leur rendre la vie supportable. » On leur conseille en effet de se laisser mourir de faim le plus vite possible. S'il reste quelques critiques intéressantes malgré tout, elles sont vite noyées par ces abondantes contradictions. Il est difficile pour moi de prendre ce texte au sérieux. + Lire la suite.