La Femme Qui Se Cognait Dans Les Portes Par Roddy Doyle (1999)

Posted on

La

Telecharger Livre Gratuit En Francais Epub La Femme Qui Se Cognait Dans Les Portes In French PDF MOBI -

Description du La Femme Qui Se Cognait Dans Les Portes

Telecharger Livre Gratuit En Francais Epub La Femme Qui Se Cognait Dans Les Portes In French PDF MOBI - A chaque fois qu'elle débarque à l'hôpital, un bras cassé ou le visage tuméfié, elle prétend être tombée dans l'escalier ou s'être cognée à une porte. Aucun médecin n'est dupe à cause de son haleine empestant l'alcool. Ce que personne ne soupçonne, c'est que le mari si attentionné est le seul responsable de ces brutalités. L'histoire pathétique d'un couple irlandais par un jeune romancier dont plusieurs livres ont été portés à l'écran.

Détails sur le La Femme Qui Se Cognait Dans Les Portes

Titre de livre : 237 pages
Auteur : Roddy Doyle
Éditeur : 10-18
Traducteur : Isabelle Delord-Philippe
Catégorie : Littérature
ISBN-10 : 2264029684
Moyenne des commentaires client : 3.52 étoiles sur 5 64 commentaires client
Nom de fichier : la-femme-qui-se-cognait-dans-les-portes.pdf (Vitesse du serveur 19.85 Mbps)
La taille du fichier : 36.63 MB

Commentaire Critique du La Femme Qui Se Cognait Dans Les Portes

Titine75 a écrit une critique à 17 juillet 2012. Titine75 donne la cote 64 pour La Femme Qui Se Cognait Dans Les Portes. « Je m'appelle Paula Spencer. J'ai 39 ans. La semaine dernière, c'était mon anniversaire. Je suis veuve. J'ai été mariée pendant dix huit ans. Mon nom de jeune fille est O'Leary. Mon mari est mort l'année dernière, il y a presque un an jour pour jour. Il a été abattu par les Guards. Il m'avait quitté un an avant cette histoire. Je l'ai mis à la porte. Son nom était Charles Spencer; tout le monde le surnommait Charlo. Sauf sa mère et son père. Et le prêtre chargé de ses obsèques. J'ai quatre enfants (Ils auraient pu être cinq; j'ai perdu un bébé.) » Au début du roman de Roddy Doyle, Paula Spencer reçoit la visite d'un guard chargé de lui annoncer le décès de son mari. Cette nouvelle plonge Paula dans ses souvenirs. Toute sa vie défile : son enfance plutôt heureuse avec ses nombreux frères et soeurs ; la dureté et la vulgarité du collège où elle devient une coriace ; la rencontre avec Charlo, l'homme de sa vie. Elle est fascinée par lui, tout le monde l'admire. Il est beau, dur à cuire mais il sait être tendre avec Paula. Ils se marient, Paula est aux anges. Tout semble aller pour le mieux jusqu'à ce que Paula ordonne à Charlo d'aller se faire son thé lui-même. Une gifle part, envoyant Paula au sol. Ce sera la première d'une longue liste. « La femme qui se cognait dans les portes » est un roman magnifique, un bijou. Roddy Doyle a réalisé un véritable tour de force pour deux raisons. La première est de nous faire oublier que l'auteur du livre est un homme. L'histoire de Paula est racontée à la première personne du singulier et c'est totalement une voix de femme que l'on entend. Ses préoccupations, ses réflexions, ses sentiments sont ceux d'une femme.Elle raconte son histoire d'un seul trait comme pour un témoignage. Elle passe d'un sujet à un autre, d'un souvenir à un autre. La voix de Paula Spencer est très forte, très belle et elle nous entraîne complètement. On s'attache à ce personnage et on ne la lâche plus jusqu'à la dernière ligne. Le second tour de force c'est de parler d'un tel sujet sans aucun pathos. Paula est une femme battue par son mari. La violence s'abat sur elle de manière imprévue, elle n'a pas vu venir les coups. Comme nous d'ailleurs, car malgré le titre qui laissait présager du sujet, la première gifle arrive tard dans le livre, elle est une déflagration aussi bien pour le lecteur que pour Paula. Mais elle ne quitte pas Charlo, elle l'aime passionnément. Et puis les enfants arrivent, Paula ne travaille pas. Elle encaisse, se taît, couvre son mari en expliquant aux médecins qu'elle se cogne dans les portes. Pour supporter la douleur, les os cassés, les cheveux arrachés, Paula plonge dans l'alcool. « La femme qui se cognait dans les portes » raconte la déchéance de Paula, sa descente en enfer. Et pourtant pas de mélodrame, pas de tire-larmes, Paula a beaucoup d'humour, beaucoup d'auto-dérision. Elle n'épargne ni son entourage, ni elle-même et son franc-parler est d'une grande fraîcheur. J'avais découvert Roddy Doyle avec le premier volet de la trilogie de Barrytown qui m'avait enchanté par son énergie et son humour. Là je reste scotchée par « La femme qui se cognait dans les portes ». le personnage de Paula Spencer est extrêmement touchant, c'est sans condescendance que Roddy Doyle fait le portrait de cette femme battue. La voix de Paula nous happe dès les premières pages et elle nous tient jusqu'au bout. Il est difficile de laisser un tel personnage mais heureusement Roddy Doyle a renoué avec Paula, dix ans après « La femme qui se cognait dans les portes. » Lien : http://plaisirsacultiver.unb.. + Lire la suite.
rkhettaoui a écrit une critique à 04 janvier 2013. rkhettaoui donne la cote 64 pour La Femme Qui Se Cognait Dans Les Portes. On ne peut pas aimer quelqu’un un instant et, celui d’après, le battre, et puis de nouveau l’aimer, une fois que le sang a été nettoyé. Je ne peux pas séparer les deux choses, l’amour et les raclées. Je ne peux pas dire qu’il était tantôt comme ci et tantôt comme ça..
Cocotte8017 a écrit une critique à 19 février 2015. Cocotte8017 donne la cote 64 pour La Femme Qui Se Cognait Dans Les Portes. Le roman débute lorsque Paula apprend la mort de son mari des dix-sept dernières années, Charlo Spencer, un homme violent qui lui aura fait vivre les pires atrocités. Paula raconte sa vie ponctuée de coups, d'alcool et surtout d'une grande détresse. Ce roman a été pour moi un coup de poing dans la gueule, sans mauvaise blague. Chapeau à Roddy Doyle d'avoir réussit à traduire les pensées de Paula. C'est d'ailleurs ce qui fait en sorte que ce livre touche autant, c'est Paula qui raconte son histoire de sa rencontre avec cet homme jusqu'à la dernière chicane. On suit pas à pas ce qui se passe dans la tête de Paula. le sentiment de se sentir idiote (si je n'avais pas fait ça, il ne m'aurait pas frappée), l'indifférence des autres, l'espoir de voir son mari changer, et même l'amour qu'elle lui porte malgré tout. L'aspect psychologique est très intéressant. Certains passages plus violents m'ont carrément donné la nausée. Dire que c'est une histoire réaliste qui se passe plus près qu'on pense, c'est troublant! + Lire la suite.