La Mère Par Pearl Buck (1971)

Posted on

La Mère

Telecharger Des Ebook La Mère In French PDF EPub -Le livre comporte trois chapitres précédés d'une section et explique comment l'utiliser pour tenter de supprimer la naturel clichée que les auberges et les tavernes tendance à avoir dans les jeux. Si vous choisissez un livre payant, vous recevrez U N échantillon gratuit. Il existe de nombreux La Mère livres yoga sur tous les elements du yoga.

Description du La Mère

Telecharger Des Ebook La Mère In French PDF EPub - La vie quotidienne d'une paysanne chinoise avant la Révolution. Avec les mots du cœur, et un sens aigu du détail, Pearl Buck nous retrace cette existence pathétique où s'affirme à travers la souffrance et le désespoir la noblesse secrète des pauvres et des humiliés. 4e de couverture Le livre de Poche 1978 : 'Dans un petit village dé Chine, que n'a pas encore touché la tourmente politique et sociale, une femme, jeune encore, s'est résign...

Détails sur le La Mère

Titre de livre : 410 pages
Auteur : Pearl Buck
Éditeur : Le Livre de Poche
Catégorie : Littérature
ISBN-10 : 225300622X
Moyenne des commentaires client : 3.98 étoiles sur 5 447 commentaires client
Nom de fichier : la-mère.pdf (Vitesse du serveur 27.26 Mbps)
La taille du fichier : 32.51 MB

Commentaire Critique du La Mère

LiliGalipette a écrit une critique à 16 août 2012. LiliGalipette donne la cote 447 pour La Mère. Dans un village de Chine, une femme est heureuse. Elle est mère de deux enfants, son mari est beau et la vie, bien que rude, lui offre un grand contentement. Les grossesses ajoutent un surcroît de peine aux journées de travail. « Cependant elle était heureuse, plus heureuse que jamais, lorsqu'elle se trouvait enceinte et débordante de vie. » (p. 20) La mère est efficace, vaillante, vigoureuse, tendre avec sa belle-mère, affectueuse avec ses enfants et son époux. Elle incarne l'alma mater épanouie et radieuse. Dans une existence immuable, la mère vit un labeur heureux. Mais la douce sérénité et l'apaisante continuité des jours ne suffisent pas à contenter l'époux qui quitte la maison pour ne plus y revenir, abandonnant enfants et femme. « Elle restait là avec les trois enfants et la vieille femme et lui était parti ! » (p. 64) L'espoir du retour de l'époux diminue chaque jour, mais la mère maintient les apparences tant qu'elle le peut. « Je suis une pauvre femme bien malheureuse, car je n'ai, en fait d'homme, que celui que je me forge avec des mots et des tromperies. » (p. 102) Désormais seule pour assumer la charge de la famille, elle endure sans se plaindre un labeur bien plus grand. Mais cette femme faite pour être mère souffre de la solitude et de ne plus pouvoir concevoir. À mesure que les années passent, la mère reporte sur ses enfants toute l'attention dont elle dispose, elle sacrifie sa propre vie pour expier. Derrière cette mère de douleur se cache une faute qu'elle mettra toute une vie à effacer. J'ai aimé ce roman sans prénom où chacun n'est représenté que par sa place dans la famille. Pearl Buck sublime la femme : elle peut être beaucoup de choses, mais elle n'est accomplie que si elle est mère. C'est un discours très dépassé pour aujourd'hui, mais qui porte une certaine part de vérité immuable. Face à son homme ou à la richesse, la mère fait toujours passer ses enfants. Plus qu'un sacrifice, c'est un choix serein qui comprend sa part de peine. Ce récit très lent et mélancolique est le premier texte de Pearl Buck que je découvre. Ce ne sera certainement pas le dernier. La plume de cette auteure est belle, très tendre pour une Chine qu'elle aime en dépit de ses défauts. + Lire la suite.
LaMoun a écrit une critique à 13 février 2016. LaMoun donne la cote 447 pour La Mère. "Toutefois, lorsqu'elle eut travaillé la terre un moment, la douce brise d'automne souffla dans son coeur agité et le rafraîchit a son insu. Les feuilles qui tombaient, le flanc brun des montagnes, dépouillé de la verdure de l'été, le ciel gris et le cri lointain des oies sauvages volant vers le sud, le pays paisible, toute la tranquille mélancolie de l'année finissante pénètrèrent son âme sans qu'elle s'en doutât et la rendirent de nouveau bonne. Et pendant que sa main éparpillait le blé d'hiver dans la terre molle et bien cultivée, elle redevint sereine et se souvint qu'elle aimait cet homme, dont le visage rieur lui apparut et l'émut." + Lire la suite.
KATE92 a écrit une critique à 27 mai 2012. KATE92 donne la cote 447 pour La Mère. Magnifique roman. Difficile de faire un résumé tant j'ai été émue. Une histoire touchante dont la mère est le pilier : paysanne chinoise, ni belle ni laide, au corps vigoureux et qui aime enfanter. Pour elle, donner la vie, il n'y a rien de plus beau au monde. Cependant son jeune mari est trop beau et trop avide des belles choses de la ville pour rester prisonnier de cette existence morne. Il choisit donc de fuir sa famille. Elle reste seule et doit travailler la terre et se charger de tous les travaux que son mari accomplissait. Je ne révélerai pas toute l'histoire mais les thèmes tournent autour de la vie paysanne, de l'ignorance, la superstition, l'avènement du communisme et la joie de mettre au monde une nouvelle vie qui vient réconforter de la perte d'êtres chers..