Le Parfum Par Patrick Süskind (2006)

Posted on

Le

Livres Numeriques Gratuits Telecharger Le Parfum En Français MOBI PDF -Le format JPEGn'est pas recommandé auto il use une compression avec perte qui laisse des artefacts dans vos images. Il existe de nombreux autres formats pour fournir à votre people des informations spécifiques à une telles que des feuilles de données, société ou à un produit exemple. Le fichier contient une page de site soigneusement une example p héros amical. En utilisant le plug Mockplus dans un Lock, vous pouvez exporter des fichiers MP et créer U N prototypage Sketch dans Mockplus. Vous devez simplement importer des fichiers, créer votre histoire et partager movie avec plusieurs amis. Les fichiers PSD sont entièrement superposés et personnalisables. Le format 4K a été nommé car il possède une résolution horizontale p 4000 pixels environ.

Description du Le Parfum

Livres Numeriques Gratuits Telecharger Le Parfum En Français MOBI PDF - L'histoire abominable et drolatique de Jean-Baptiste Grenouille a déjà fait rire et frémir, en quelques mois, des centaines de milliers de lecteurs allemands et italiens. La voilà, en somme, réimportée en France, puisque c'est ici qu'elle se passe, à Paris et en Provence, en plein XVIII siècle. Ce vrai roman, ce roman d'aventures, est aussi un merveilleux conte philosophique à la Voltaire. Il y est d' ailleurs beaucoup question d'essences...

Détails sur le Le Parfum

Titre de livre : 285 pages
Auteur : Patrick Süskind
Éditeur : Le Livre de Poche
Traducteur : Bernard Lortholary
Catégorie : Littérature
ISBN-10 : 2253044903
Moyenne des commentaires client : 4.12 étoiles sur 5 12153 commentaires client
Nom de fichier : le-parfum.pdf (Vitesse du serveur 24.88 Mbps)
La taille du fichier : 22.9 MB

Commentaire Critique du Le Parfum

Sesheta a écrit une critique à 28 novembre 2009. Sesheta donne la cote 12153 pour Le Parfum. Maintenant il sentait qu'elle était un être humain, il sentait la sueur de ses aisselles, le gras de ses cheveux, l'odeur de poisson de son sexe, et il les sentait avec délectation. Sa sueur fleurait aussi frais que le vent de mer, le sébum de sa chevelure aussi sucré que l'huile de noix, son sexe comme un bouquet de lis d'eau, sa peau comme les fleurs de l'abricotier... et l'alliance de toutes ces composantes donnait un parfum tellement riche, tellement équilibré, tellement enchanteur, que tout ce que Grenouille avait jusque-là senti en fait de parfums, toutes les constructions olfactives qu'il avait échafaudées par jeu en lui-même, tout cela se trouvait ravalé d'un coup à la pure insignifiance. + Lire la suite.
greg320i a écrit une critique à 13 octobre 2013. greg320i donne la cote 12153 pour Le Parfum. Subodorant l'odorant, et ressentant le grand bien pensant de ce livre , je me vis obligé d'en emmètre mon vis-à-vis . La voici : Frôlant l'humour et touchant l'horreur, le roman à bon vent : Et pour cause ! Prétexte à milles senteur, ce véritable décodeur d'odeurs nous fait humer, sentir et ressentir la palette entière des émotion de la terre : sueur, peur, jusqu'à la luxure en peinture final , voilà un peu le triomphal message donné : Humez ! Sentez ! Respirez ! Dégagez -vous et engagez vous dans ce rendez-vous un peu fou ,un tantinet émotionnel , qu'est la fragrance et l'évanescence des sens communs à tout humain . Car c'est au vu et au nez que l'on écoute vraiment, c'est à l'ouïe et la vision que nous respirons quotidiennement. Transpirant donc de messages olfactif , tout en restant dans le vif du sujet , le Parfum nous conte l'histoire d'un meurtrier, un voleur, un violeur d'odeurs . Oh oui , c'est violent à la lecture, chaque pages tourné nous exposant à une nouvelle chose à ressentir, à partir dans un nouveau Eldorado de lecture inédite . Car ce livre, ivre et tanguant comme un bateau n'en mène pas large en cargaison : Un homme, son passé, son présent , son tour de France. Mais qu'importe le flacon pourvu qu'on est l'ivresse ! Car c'est dans la justesse des mots , dans la découverte d'une nouvelle manière de lire sensationnel d'une croissance exponentielle que nous réapprenons le vrai trait coutumier des mots , qui peu à peu se transforme en vapeur , tant la force de leur utilisation est juste à nos yeux . Résumons voir ! A travers les maux de sa vie , la petite comptine anodine de notre sieur Grenouille (notre héros malgré lui) nous monte un peu haut sur les tréteaux du mal jusqu'au théâtral rebondissement en guise d'échappatoire pour clore l'histoire . Voilà donc mon pied de nez donné pour raccourcir l'intrigue . Et si vous m'accusez de n'en dévoiler que fragments ou éléments, je vous prête vérité et vous rend ceci en témoignage de ma sympathie : Lisez-le ! Car il n'est de meilleur conseiller que sa propre expérience d'une histoire pour s'apercevoir du brillant mis en oeuvre ... Chef-d'oeuvre . + Lire la suite.
Jolap a écrit une critique à 18 octobre 2017. Jolap donne la cote 12153 pour Le Parfum. Je me suis interrogée sur l'intérêt de mettre en ligne une énième critique. Aujourd'hui je l'écris. J'ai découvert ce matin une très belle critique de scoubs ce qui a ravivé certains souvenirs. J'ai lu ce livre à sa sortie il y a une trentaine d'années. Je ne l'ai pas touché depuis. Deux raisons à cela: Ce livre est le dernier cadeau que m'a fait ma chère maman, décédée peu de temps après. J'ai commencé cette lecture, embourbée dans le chagrin, le doute, la maladie. Patrick Süskind m'a offert une magnifique parenthèse faite d'évasion, et de sérénité. Dans une bulle on est si bien quand les murs se fissurent autour de soi. Jean-Baptiste Grenouille est bien doté d'un pouvoir magique. J'ai pu le vérifier. La seconde raison pour laquelle je ne le relirai jamais. Simplement parce que je veux garder ce souvenir intact. La surprise ne sera plus jamais aussi vive. J'étais certainement en demande et ce texte a eu sur moi un effet lénifiant parce que je le voulait ainsi. L'auteur m'a raconté une histoire enveloppante parce que j'avais terriblement froid. Je fais un commentaire au fil de la plume me basant uniquement sur l'image qui me reste de cette histoire riche, dense et originale. Trente ans après les faits, je me présente à la barre. Jean Baptiste Grenouille naît et vit ses premières heures entouré des déchets de poisson immondes et odorants. Dès la première page j'étais au parfum! J'ai senti la force de ce personnage qui loin de perdre son équilibre veut survivre, se différencier et tirer parti de cette situation tellement inconfortable et incroyable. Il veut vivre contre vents et marées. Il se renforce à travers cette épreuve de taille et renforce probablement son odorat à cette occasion. Il est prêt à combattre. Le lecteur est invité à l'accompagner au fil de ses aventures et de ses voyages. Sa situation matérielle est loin d'être brillante. Elle est même précaire. Il survit. Ce n'est pas un problème. Il ferme les yeux et l'image de ce qui lui manque le plus apparaît. Des fauteuils en velours aux assises confortables le comblent lorsqu'il est assis sur une pierre. Et ça marche....Juste parce qu'il a fermé les yeux. le rêve, l'imagination viennent transformer la réalité pour qu'elle soit non seulement acceptable, mais très jolie. Si tout n'était qu'illusion ? Quel ascendant peut avoir le mental sur nos faiblesses ? Grenouille, tel un compagnon, exerce son talent dans différents lieux. Je me souviens qu'il fait le bonheur d'un parfumeur en fabricant l'élixir le plus merveilleux, le plus remarquable qui ait existé. le parfumeur s'enrichit considérablement tandis que notre pauvre Grenouille reçoit un salaire misérable. Voilà l'imposture, la cupidité soulignées a grands coups de crayon. Grenouille est-il vraiment exploité? est-il pauvre ? le bonheur de créer, de sentir, de se réaliser, d'exister n'est-il pas suffisant à ses yeux ? Une passion épanouie ne vaut-elle pas une charrette de dollars ? Grenouille assassin ? Et pourtant Il m'a été très sympathique jusqu'à la fin ce drôle de personnage. Il tuait des femmes dont il aimait l'odeur après en avoir tiré la substantive moelle. Les brunes, les rousses, les blondes, personne ne lui résistait. J'ai vécu ces meurtres comme un symbole fort : Il gardait de chacune de ses rencontres, de chaque personne qui l'attirait ce qui lui paraissait essentiel. Ne pouvons nous aussi garder ce qui s'adapte le mieux à ce que l'on aime? le choix, la bonne couleur, le bon endroit, la bonne tournure, le bon mot. Faire de ce point fort un axe central, un pivot, un cadeau, un diamant. Ce diamant ne se monnaye pas. Il se respecte. Il se contemple. Il se conserve. Garder jalousement ce point fort à l'esprit tout comme Grenouille enferme l'essence de ses conquêtes dans une fiole. Garder ce trésor pour aimer plus, pour aimer mieux, pour aimer durablement. Fermer les yeux sur le reste non pas pour rêver cette fois, mais pour garder le meilleur. Grenouille ne s'occupe plus de l'enveloppe charnelle, de l'apparence. Il jette tout cela.Il tue ce qui n'est pas si important à ses yeux. Il garde l'essence, l'âme, la personnalité. Il tue ce qui est inaccessible et conserve ce qui est à sa portée. Ce qui le concerne. Ce qu'il maîtrise: l'odeur. L'auteur m'a embaumé de ces flagrances inouïes et j'ai refermé ce livre rassasiée de belles images en me promettant d'essayer d'être un peu plus forte, un peu plus passionnée, de garder précieusement mes plus beaux souvenirs dans des petites fioles pour ne pas qu'ils s'échappent. Ce conte peut-être lu de différentes manières et le champ est largement ouvert aux nombreuses interprétations possibles. Grenouille horrible assassin, Grenouille maître nez doté d'un pouvoir magique, Grenouille, errant dans l'ombre, la souffrance, le dénuement, Grenouille le mal aimé...... Je viens d'en ouvrir une petite fiole et l'odeur du livre qu'elle dégage n'a rien perdu de sa force et de son enchantement. Elle est intacte. Je me souviens aujourd'hui à quel point j'avais froid. Et je me suis réchauffée dans les bras d'un assassin. + Lire la suite.