Hiroshima Mon Amour Par Marguerite Duras (1972)

Posted on

Hiroshima Mon Amour

Telecharger Ebook Gratuit Pour Android Hiroshima Mon Amour PDF EPub -Vous réaliserez des livres simplement en ou en naviguant sur le site Internet. Si vous posez le livre pendant longtemps, les insectes et les petits organismes votre livre et vous pouvez oublier ce livre. Les livres sont en grande partie sur le marché, sous forme de replicates épuisantes, uniquement dans des bibliothèques bien établies et, en outre, ils peuvent être utilisés comme ouvrages de référence sans numéro. Ebook library Un livre est le meilleur et le plus ancien moyen de transmettre des connaissances à travers les âges. De plus, vousn'avez pas à attendre que le livre vous soit envoyé. Les livres Hiroshima Mon Amour PDF peuvent être des livres d'entraide gratuits ou des articles scientifiques pour des revues ou des conférences. Importation de fichiers p livres Hiroshima Mon Amour PDF gratuits. I tunes, iPod, i-pad et les software I Books importer des livres personnalisés au arrangement spécifique.

Description du Hiroshima Mon Amour

Telecharger Ebook Gratuit Pour Android Hiroshima Mon Amour PDF EPub - Au cours du tournage d'une coproduction sur la paix, une comédienne française noue une relation éphémère mais passionnée avec un Japonais. Sur cette mince intrigue, Duras est chargée par Alain Resnais d'élaborer le scénario et les dialogues d'un film, Hiroshima mon amour, titre étrange et poétique malgré la référence évidente aux atrocités de la guerre. Avec un art de l'ellipse parfaitement maîtrisé, Duras orchestre une danse sensuelle entre deux personnages qui lut...

Détails sur le Hiroshima Mon Amour

Titre de livre : 440 pages
Auteur : Marguerite Duras
Éditeur : Gallimard
Catégorie : Littérature
ISBN-10 : 2070360091
Moyenne des commentaires client : 3.77 étoiles sur 5 434 commentaires client
Nom de fichier : hiroshima-mon-amour.pdf (Vitesse du serveur 23.75 Mbps)
La taille du fichier : 37.73 MB

Commentaire Critique du Hiroshima Mon Amour

Lea25 a écrit une critique à 10 novembre 2013. Lea25 donne la cote 434 pour Hiroshima Mon Amour. Je te rencontre. Je me souviens de toi. Cette ville était faite à la taille de l'amour. Tu étais fait à la taille de mon corps même. Qui es-tu ? Tu me tues. J'avais faim. Faim d'infidélités, d'adultères, de mensonges et de mourir. Depuis toujours. Je me doutais bien qu'un jour tu me tomberais dessus. Je t'attendais dans une impatience sans borne, calme. Dévore-moi. Déforme-moi à ton image afin qu'aucun autre, après toi, ne comprenne plus du tout le pourquoi de tant de désir. Nous allons rester seuls, mon amour. La nuit ne va pas finir. Le jour ne se lèvera plus sur personne. Jamais. Jamais plus. Enfin. Tu me tues. Tu me fais du bien. Nous pleurerons le jour défunt avec conscience et bonne volonté. Nous n'aurons plus rien d'autre à faire, plus rien que pleurer le jour défunt. Du temps passera. Du temps seulement. Et du temps va venir. Du temps viendra. Où nous ne saurons plus du tout nommer ce qui nous unira. Le nom s'en effacera peu à peu de notre mémoire. Puis, il disparaîtra tout à fait. + Lire la suite.
FleurDuBien a écrit une critique à 02 juin 2018. FleurDuBien donne la cote 434 pour Hiroshima Mon Amour. Ce début, ce défilé officiel des horreurs déjà célébrées de HIROSHIMA, évoque dans un lit d'hôtel, cette évocation sacrilège, est volontaire. On peut parler de HIROSHIMA partout, même dans un lit d'hôtel, au cours d'amours de rencontre, d'amours adultères. Les deux corps des héros réellement épris, nous le rappelleront. Ce qui est vraiment sacrilège, si sacrilège il y a, c'est HIROSHIMA même. Ce n'est pas la peine d'être hypocrite et de déplacer la question. + Lire la suite.
Ambages a écrit une critique à 02 mars 2016. Ambages donne la cote 434 pour Hiroshima Mon Amour. « Se livrer corps et âme, c'est ça. C'est l'équivalence non seulement d'une possession amoureuse, mais d'un mariage.» Hiroshima mon amour, une envie de le relire plus de trente ans après. Je savais que j'avais adoré ce livre adolescente. L'amour entre Riva, jeune fille française et un allemand, pas beaucoup plus âgé qu'elle, avait du prendre le pas -« la faute, à Nevers, est d'amour »- sur la rencontre japonaise, plus nébuleuse pour une jeune fille -« Tu me tues. Tu me fais du bien. J'ai le temps. Je t'en prie. Dévore-moi. » Qu'y verrais-je aujourd'hui ? Une légère inquiétude... En tout cas je pensais découvrir plus en détail l'intégralité du livre, avec l'expérience d'une vie de femme. Je me dis : cette fois je le lis tout doucement. La première fois, je l'avais croqué, fougue de la jeunesse... Je prends le temps cette fois-ci. Quelques pages dégustées chaque jour, le temps de bien s'imprégner des mots. Je tiens... je tiens pas longtemps. La même violente folie se déchaîne après quelques pages et je le dévore à nouveau. Il est des mots, des assemblages de mots « tu me donnes beaucoup l'envie d'aimer », d'idées « c'est par faute d'imagination des hommes que je fus déshonorée », de sensations « on sent qu'entre eux l'érotisme est tenu en échec par l'amour » que Marguerite Duras présente avec une telle fluidité sur des thèmes douloureux, qui m'embarquent toujours autant et me touchent instantanément. Et puis j'arrive aux dernières pages, et je découvre... une trace estompée par le temps, laissée par une gamine. Un trait de surligneur sur une phrase, des mots. le choc. J'avais pensé ses mots pendant des années, comme une évidence, comme une idée mienne. Et je constate que c'étaient vos mots Madame Duras. « Je n'ai rien inventé. » Vos mots qui m'ont accompagnée pendant si longtemps inconsciemment... Je suis heureuse car vous me permettez de mieux me comprendre (je remercie aussi ce petit crayon qui ne s'est pas effacé malgré le temps, une couleur chaude, un rouge capucine, en harmonie avec ma couverture de l'époque, une bouche rouge sur laquelle souffle le nuage d'Hiroshima). Au final ? Je crois que j'avais lu ce livre. « Je connais l'oubli. » + Lire la suite.