La Vénus à La Fourrure Par Léopold Von Sacher-Masoch (2009)

Posted on

La Vénus à La Fourrure

Livre Pdf Gratuit A Telecharger La Vénus à La Fourrure En Français PDF -Si vous numérisez un La Vénus à La Fourrure fichier PDF dans Notepad à l'aide d'un scanner, les données obtenues peuvent contenir des octets nuls ou des caractères non autorisés (caractères ne pouvant pas être saisis au clavier). Bien que PDF fût à U N arrangement propriétaire that is l'origine d'Adobe, il a récemment été. PDF Localisez le La Vénus à La Fourrure fichier CHM que vous souhaitez convertir au format PDF sur ordinateur, puis sur le site Web Zamzar. PDF (format de document portable) est un arrangement particular développé level Adobe. Il est possible d e l'acheter en ligne ou d'acheter le CD et de l'installer sur votre ordinateur portable. PDF (Portable Document Format) L'un des moyens les plus simples de devenir un expert en ligne est de commencer par une formation, un atelier, un séminaire ou un livre.

Description du La Vénus à La Fourrure

Livre Pdf Gratuit A Telecharger La Vénus à La Fourrure En Français PDF - Si le romantisme a bouleversé la tradition littéraire dans maints pays, l'Allemagne est certainement celui où ses effets se firent sentir le plus profondément. Un bref «tableau de l'Europe» dans la première moitié du XIXe siècle mettait en évidence l'ampleur de la vague de fond qui, submergeant la solennité, l'impersonnalité du classicisme, apporta avec une eau pure ourlée d'une écume révolutionnaire, les moyens de donner à l'art d'écrire une forme nouvelle. ...

Détails sur le La Vénus à La Fourrure

Titre de livre : 419 pages
Auteur : Léopold von Sacher-Masoch
Éditeur : Payot et Rivages
Traducteur : Nicolas Waquet
Catégorie : Littérature
ISBN-10 : 2743620323
Moyenne des commentaires client : 3.69 étoiles sur 5 106 commentaires client
Nom de fichier : la-vénus-à-la-fourrure.pdf (Vitesse du serveur 27.61 Mbps)
La taille du fichier : 11.36 MB

Commentaire Critique du La Vénus à La Fourrure

Nastasia-B a écrit une critique à 11 décembre 2013. Nastasia-B donne la cote 106 pour La Vénus à La Fourrure. - Ne sois jamais sûr de la femme que tu aimes, car la nature de la femme recèle plus de périls que tu ne peux le croire. Les femmes ne sont ni aussi bonnes que les font leurs admirateurs et leurs défenseurs, ni aussi mauvaises que les font leurs détracteurs. [...] Toute femme, bonne ou mauvaise, est capable à chaque instant d'avoir les pensées, les actions et les sentiments les plus diaboliques comme les plus divins, les plus sordides comme les plus purs. La femme, malgré tous les progrès de la civilisation, est restée telle qu'elle est sortie des mains de la nature, elle est comme les bêtes sauvages, elle peut se montrer fidèle ou infidèle, bienveillante ou cruelle, selon les sentiments qui la dominent. Seule une culture sérieuse et approfondie peut engendrer un caractère moral ; l'homme, même égoïste ou méchant, obéit à des principes quand la femme n'obéit qu'à ses sentiments. + Lire la suite.
BookyMary a écrit une critique à 27 avril 2016. BookyMary donne la cote 106 pour La Vénus à La Fourrure. Une violente douceur, une sensualité brute, "La Vénus à la fourrure" est un enivrement des sens, une plongée dans les fantasmes masochistes qui vous fera perdre pied. J'avais l'impression d'entrer dans le rêve de quelqu'un d'autre tant par moment je me perdais un peu dans les songes de Séverin et dans la manière de raconter de son auteur. Soyons clair, l'écriture est très belle et d'une poésie inouïe mais par moment j'ai eu l'impression que l'auteur se laissait emporter par la passion qui l'habitait et oubliait de nous donner quelques descriptions des lieux pour que l'on s'y retrouve. Ce n'est pas un livre à analyser mais plutôt à ressentir, et ce fut une expérience assez étrange que cette plongée sensorielle dans les passions et les fantasmes d'un homme se complaisant dans le masochisme et l'asservissement. J'ai eu l'impression de me retrouver devant "Les funérailles d'Atala" de Girodet durant toute ma lecture, parce que le côté très dérangeant et funeste de cette histoire est dépassé par la fascination presque malsaine qu'éprouve le lecteur devant cet homme qui préfère baiser les pieds de sa maîtresse pendant qu'elle le flagelle plutôt que d'en devenir l'époux. Cette tristesse annonciatrice de douleur, et donc de plaisir pour Séverin, est d'autant plus belle que les descriptions qu'il fait de sa "Vénus à la fourrure" sont saisissantes de beauté et de passion. Une chose assez frappante et particulière est l'absence de chapitres. le texte est un flot ininterrompu de mots et de lubricité, qui nous amène, finalement comme notre héros, à un point de non-retour que j'ai trouvée assez tordu mais terriblement bien amené. Une expérience déchirante mais admirable et captivante, une ode aux amours torturés, l'apologie de la servitude amoureuse et charnelle. le livre qui marquera la vision que l'on peut avoir du masochisme. Enfin bref...Une oeuvre sur le masochisme, oui mais pas seulement, une plongée dans la complexité de l'esprit humain et dans sa part la plus sombre et perverse. Un roman de débauche et d'impureté qui dépeint l'un des tableaux les plus malsains et fascinants de la littérature du XIXème siècle. Lien : http://bookymary.blogspot.fr.. + Lire la suite.
Nastasia-B a écrit une critique à 20 novembre 2013. Nastasia-B donne la cote 106 pour La Vénus à La Fourrure. Je [...] me montrai fort surexcité lorsque, vers dix ans, je crois, je pus lire les Vies des martyrs. Je me souviens avoir éprouvé une horreur qui n'était que du ravissement à ces lectures : ils souffraient les pires tourments avec une sorte de joie, ils se languissaient dans les geôles, étaient suppliciés sur le gril, percés de flèches, jetés dans la poix bouillante, livrés aux bêtes féroces ou cloués sur la croix. [...] Je continuai de lire avec une véritable avidité des récits dans lesquels étaient dépeintes les cruautés les plus effroyables, je contemplai avec une délectation particulière les tableaux et les gravures qui pouvaient en offrir le spectacle ; et je voyais chaque fois habillés de fourrures ou de robes garnies d'hermines tous les tyrans sanguinaires qui ont jamais siégé sur un trône, les inquisiteurs qui faisaient persécuter, brûler ou égorger les hérétiques, et toutes ces femmes qui, dans le grand livre de l'histoire du monde, sont placées sous le signe de la volupté, de la beauté et de la violence : Libussa, Lucrèce Borgia, Agnès de Hongrie, la reine Margot, Isabeau, la sultane Roxelane, et les tzarines russes du siècle dernier. + Lire la suite.