La Divine Comédie, Tome 1 : L'enfer Par Dante Alighieri (2004)

Posted on

La

Telecharger Livre Pdf Francais Gratuit La Divine Comédie, Tome 1 : L'enfer In French PDF EPub -Si vous cherchez à acheter des La Divine Comédie, Tome 1 : L'enfer livres avec livraison gratuite, je leur suggère de les essayer. Orient l'endroit le moins cher pour acheter des La Divine Comédie, Tome 1 : L'enfer livres en ligne et bénéficier d'une livraison gratuite à l'étranger. Lorsque vous décidez p lire un inspirant, vous mis au défi et commencez à penser audela p zone de confort. Le livre Ptolus peut sembler coûteux, automobile le coût de la couverture rigide et du arrangement PDF est supérieur à 100 83000 that is regular, mais le livre contient beaucoup de contenu et de contenu. Les manuels de gestion de projet font référence aux fonctionnalités disponibles dans l'outil OpenProj.

Description du La Divine Comédie, Tome 1 : L'enfer

Telecharger Livre Pdf Francais Gratuit La Divine Comédie, Tome 1 : L'enfer In French PDF EPub - La Divine Comédie, rédigée entre 1306 et 1321, apparaît comme l'œuvre fondatrice de la poésie italienne. L'Enfer constitue la première partie d'un périple qui doit mener le poète des ténèbres infernales à la clarté divine. Guidé par le célèbre poète latin Virgile, son mentor, Dante s'aventure dans le royaume des pécheurs et traverse les neuf cercles infernaux qui composent l'architecture symbolique de l'Enfer, où les péchés capitaux se voient punis par des châtiment...

Détails sur le La Divine Comédie, Tome 1 : L'enfer

Titre de livre : 219 pages
Auteur : Dante Alighieri
Éditeur : Flammarion
Catégorie : Littérature
ISBN-10 : 2080712160
Moyenne des commentaires client : 4.12 étoiles sur 5 280 commentaires client
Nom de fichier : la-divine-comédie,-tome-1-l-enfer.pdf (Vitesse du serveur 21.61 Mbps)
La taille du fichier : 32.74 MB

Commentaire Critique du La Divine Comédie, Tome 1 : L'enfer

Lismonde a écrit une critique à 05 février 2014. Lismonde donne la cote 280 pour La Divine Comédie, Tome 1 : L'enfer. Mettre une note à Dante, et puis quoi encore ! autant noter la Joconde, le David ou la Passion selon Saint Matthieu ! La Divine comédie est un monument littéraire qui traverse huit siècles d'histoire pour avoir (notamment ) contribué à la formation de la langue italienne - qui peut prétendre la noter ? Sur les parterres qui sont devant le Collège de France, il y a deux sculptures d'un côté Ronsard et de l'autre Dante lui-même qui a même une grande rue à son nom un peu plus bas vers la Seine ! Après, qu'on choisisse d'entrer ou non dans La Divine Comédie, c'est affaire personnelle ! J'ajoute à cette première réaction d'humeur, très anecdotique, que toute personne s'intéressant de près à la littérature et à ce qu'elle peut inspirer de plus sublime doit avoir lu la Divine Comédie au moins une fois dans sa vie - (question : faut-il attendre la maturité pour en apprécier pleinement toute la dimension vitale, métaphysique et spirituelle ? je me suis aussi posé la question mais je n'ignore pas la valeur n'attend pas le nombre des années, non plus que les tourments spirituels ou métaphysiques ! ). La Divine Comédie emporte le lecteur dans un immense voyage initiatique, avec un tel souffle et une telle ampleur que personne n'en revient indemne : Nel mezzo del cammin di vita nostra/ mi ritrovai per una selva oscura / che la diritta via era smarrita ..... , Ce milieu du chemin de la vie où l'on ne sait plus comment se diriger dans la forêt obscure, chacun peut l'éprouver, c'est ce moment où la vie semble basculer comme elle bascula pour Dante lui-même, par suite d'un sérieux revers dans son combat politique - Guelfe blanc, il luttait pour une plus grande autonomie de la ville de Florence par rapport au pape (Boniface VIII, souvent cité) - alors que ses ennemis politiques les Guelfes noirs prennent le pouvoir, il se retrouve menacé de mort, chassé de Florence et privé de tous ses biens, il doit prendre le chemin d'un exil définitif (1) Certes, certains passages pourront paraitre obscurs à un lecteur français car truffés de références à des familles ou factions toscanes et autres avec lesquelles Dante continue à règler ses comptes jusqu'au sein du Paradis . Au delà des identités évoquées, cet enracinement dans la vie concrète contribue à rendre plus proche, plus réel encore ce voyage dans l'univers, le temps et l'histoire, où Dante commence par explorer les neuf cercles d'un enfer où Lucifer est pris dans la glace. Conduit par Virgile lui-même, et au Paradis par Béatrice, archétype de la femme aimée, il explore les confins de vie et de la mort , d'un façon souvent haletante (le rythme impulsé par la terza rima en italien) et il rencontre une foule de personnages, par exemple Ulysse l'avisé, avec ses compagnons, qui leur enseigne 'qu'ils ne sont pas faits pour vivre comme des bêtes, mais pour suivre vertu et connaissance - Considerate la vostra semenza fatti non foste a viver come bruti ma per seguir virtute e conoscenza Si ces questions vous habitent, plongez vous sans attendre dans cette grande quête de cet Amour à dimension mystique qui est pour Dante (vers ultime du Paradis) 'l'amor che move il sole e l'altre stelle - L'amour qui meut le soleil et les autres étoiles. P.Lismonde Aux lecteurs français, je ne saurais trop recommander la magnifique traduction (7 ans de travail) établie par Jacqueline Risset en 3 volumes pour les éditions Flammarion voir cette critique aussi sur le livre qu'elle a auusi consacré à Dante http://wodka.over-blog.com/article-12487295.html (1) Non seulement Dante finalement établi à Ravenne n'est jamais revenu à Florence, mais la ville de Ravenne a toujours refusé de restituer ses cendres à Florence. Une sépulture vide l'attend depuis plusieurs siècles dans l'église de Santa Croce où sont enterrés tous les grands florentins Michel Ange, Galilée ou même Machiavel - Pour se consoler sans doute, les Florentins ont fait ériger une statue de Dante en pied à l'entrée de l'église. Lien : http://www.babelio.com/auteu.. + Lire la suite.
Nastasia-B a écrit une critique à 26 avril 2013. Nastasia-B donne la cote 280 pour La Divine Comédie, Tome 1 : L'enfer. Jamais tonneau fuyant par sa barre ou sa douve ne fut troué comme je vis une ombre, ouverte du menton jusqu'au trou qui pète. Ses boyaux pendaient entre ses jambes ; on voyait les poumons, et le sac affreux qui fabrique la merde avec ce qu'on avale. Chant XXVIII, (22-27)..
Nastasia-B a écrit une critique à 19 avril 2013. Nastasia-B donne la cote 280 pour La Divine Comédie, Tome 1 : L'enfer. Nous rencontrâmes une foule d'ombres qui s'en venaient près de la rive, et chacune nous regardait ainsi que font le soir ceux qui se croisent à la nouvelle lune ; elles clignent des yeux vers nous comme le vieux tailleur au chas de son aiguille. Regardé ainsi par semblable famille, je fus reconnu par l'un d'eux, qui me prit par le pan de ma robe et cria : Merveille ! Et moi, quand il tendit le bras, je fixai mes regards sur sa figure cuite, si fort que le visage brûlé n'empêcha pas à mon esprit de le connaître. Chant XV, (16-28). + Lire la suite.