La Peste Par Albert Camus (1972)

Posted on

La Peste

Telechargement Gratuit Epub La Peste PDF EPub IBook -La variation de démarrage offre 20 Horizontal et un intervalle de mise à jour de 6 heures, au coût p 9 $ par mois. Sa version gratuite offre un nombre illimité de pages par analyse, 10 robots d'exploration et jusqu'à 10 exportation. Il offre 200 pages level analyse, 5 projets publics et 14 jours pour la conservation des données. Il prend en charge la gestion de PDF chargée that is super, les rapports d'annotation la prise en charge de la publicité et le stockage en ligne p 2 Go. Il prend en charge un nombre illimité p sondages, 19 types de questions et même l'ajout d'images, de vidéos et de contenus de YouTube, Flickr, Google Maps, etc.. La version gratuite comporte jusqu'à 25 types inquiries, ce qui vous permet une enquête répondant à des besoins spécifiques.

Description du La Peste

Telechargement Gratuit Epub La Peste PDF EPub IBook - - Naturellement, vous savez ce que c'est, Rieux ? - J'attends le résultat des analyses. - Moi, je le sais. Et je n'ai pas besoin d'analyses. J'ai fait une partie de ma carrière en Chine, et j'ai vu quelques cas à Paris, il y a une vingtaine d'années. Seulement, on n'a pas osé leur donner un nom, sur le moment... Et puis, comme disait un confrère : ' C'est impossible, tout le monde sait qu'elle a disparu de l'Occident.' Oui, tout le monde le savait, sau...

Détails sur le La Peste

Titre de livre : 278 pages
Auteur : Albert Camus
Éditeur : Gallimard
Catégorie : Littérature
ISBN-10 : 2070360423
Moyenne des commentaires client : 3.97 étoiles sur 5 5331 commentaires client
Nom de fichier : la-peste.pdf (Vitesse du serveur 24.56 Mbps)
La taille du fichier : 38.68 MB

Commentaire Critique du La Peste

Under_The_Moon a écrit une critique à 22 août 2012. Under_The_Moon donne la cote 5331 pour La Peste. Le docteur regardait toujours par la fenêtre. D'un côté de la vitre, le ciel frais du printemps, et de l'autre côté le mot qui résonnait encore dans la pièce : la peste. Le mot ne contenait pas seulement ce que la science voulait bien y mettre, mais une longue suite d'images extraordinaires qui ne s'accordaient pas avec cette ville jaune et grise, modérément animée à cette heure, bourdonnante plutôt bruyante, heureuse en somme, s'il est possible qu'on puisse être à la fois heureux et morne. Et une tranquillité si pacifique et si indifférente niait presque sans effort les vieilles images du fléau, Athènes empestée et désertée par les oiseaux, les villes chinoises remplies d'agonisants silencieux, les bagnards de Marseille empilant dans des trous les corps dégoulinants, la construction en Provence du grand mur qui devait arrêter le vent furieux de la peste, Jaffa et ses hideux mendiants, les lits humides et pourris collés à la terre battue de l'hôpital de Constantinople, les malades tirés avec des crochets, le carnaval des médecins masqués pendant la Peste noire, les accouplements des vivants dans les cimetières de Milan, les charrettes de morts dans Londres épouvanté, et les nuits et les jours remplis, partout et toujours, du cri interminable des hommes. + Lire la suite.
colimasson a écrit une critique à 31 décembre 2013. colimasson donne la cote 5331 pour La Peste. La Peste ne parlerait que de la peste ? Ce serait éluder un peu trop rapidement le talent d'Albert Camus. Ses livres sont des strates qui entrecroisent plusieurs récits à plusieurs niveaux, tous étant essentiels les uns aux autres. La trame de l'histoire est simple et respecte la thématique annoncée. Dans les années 1940, la peste se déclare à Oran et force ses habitants à une mise en quarantaine qui déchaîne d'abord des réactions passionnées, avant de céder place à une indifférence de plus en plus tenace à mesure que la période de réclusion se prolonge. La peste semble alors ne jamais devoir finir et les habitants se résignent à ne plus revoir ceux dont ils sont coupés et –c'est peut-être le plus difficile- à devenir des personnages anhistoriques. Pourtant, autour d'eux, la peste continue à faire des ravages et ne laisse jamais deviner l'identité de ses futures victimes. Le récit, pris en charge par un narrateur d'abord mystérieux, se concentre sur le personnage du docteur Rieux. Technique, ne laissant jamais transparaître ses émotions et effaçant toujours son individualité en face des vagues que provoque l'ensemble de ses congénères, ce personnage est d'autant plus crédible qu'Albert Camus semble s'être directement inspiré de sa propre personnalité avant de l'intégrer à son récit. le docteur Rieux impose une distance qui convient aux évènements. En temps de peste, il s'agit de prendre son rôle au sérieux, de tout faire pour guérir les malades et pour soulager les familles, sans jamais s'impliquer au point de détruire sa propre santé ou de sacrifier son équilibre mental aux passions de l'affection. Pourtant, derrière ce professionnalisme intransigeant qui nous permettra de connaître la progression de la maladie jour après jour –ses lois absurdes, son imprévisibilité de la gratuité de ses engouements à ses rémissions inespérées-, une menace plus grande que celle de la peste se profile. Si la plupart des habitants d'Oran se méfient les uns des autres et doivent être mis en quarantaine dans leur propre foyer à chaque fois qu'un proche se révèle atteint de la maladie, le docteur Rieux ne peut pas se permettre la prudence. du premier jusqu'au dernier jour de l'épidémie –si tant est que le dernier jour existe vraiment-, sa profession lui aura permis de mieux connaître les hommes. Les malades, en général, mais aussi le père Paneloux et sa théorie du fléau divin, Raymond Rambert et ses désirs d'évasion, Joseph Grand et son intérêt monomaniaque pour la grammaire ou encore Mme Rieux, mère du docteur et double de la propre mère d'Albert Camus. Mais le docteur ne se laisse jamais abuser par les états d'âme de chacun et c'est toujours en sa qualité de technicien physiologiste qu'il décrit le comportement de ses semblables et de lui-même. Il nous arrache ainsi brutalement à nos croyances d'une identité propre à chacun. Nous sommes tous les mêmes, régis par des lois internes que nous ne maîtrisons pas mais qui nous incitent à trouver la meilleure ruse pour prolonger notre existence par-delà les fléaux. le docteur Rieux, froidement attendri par les effusions sentimentales qui demeurent toutefois en dépit des situations désespérées, ne place pas le salut dans ces considérations sans âme. Si le détachement lui semble salvateur, il ne fait que prolonger une existence sans saveur. « Il était juste que, de temps en temps au moins, la joie vînt récompenser ceux qui se suffisent de l'homme et de son pauvre et terrible amour. » C'est d'ailleurs là où souhaite en venir Albert Camus. Que la peste soit terrible parce qu'elle constitue un mal invisible qui touche indifféremment toutes les catégories de population, nous le savons tous et nous pouvons même l'accepter dans une certaine mesure. En revanche, le docteur Rieux ne semble pas pouvoir accepter le climat d'indifférence qui s'installe peu à peu dans la ville recluse d'Oran. La peste devient le symbole d'un autre fléau qui touche les âmes et ce mal porte le nom d'indifférence. « Nos concitoyens s'étaient mis au pas, ils s'étaient adaptés, comme on dit, parce qu'il n'y avait pas moyen de faire autrement. Ils avaient encore, naturellement, l'attitude du malheur et de la souffrance, mais ils n'en ressentaient plus la pointe. du reste, le docteur Rieux, par exemple, considérait que c'était cela le malheur, justement, et que l'habitude du désespoir est pire que le désespoir lui-même. » L'écrivain de l'absurde ne délaisse jamais sa volonté –absurde elle aussi- de décrire ce sentiment de détachement qui fait percevoir la vie à la manière d'un plateau de jeu régi par des lois guindées qu'on ne respecte plus que par habitude, avec une acceptation du corps mais sans l'approbation de l'âme. le désenchantement d'une ville se laisse à voir à travers le récit du docteur Rieux. Des décennies plus tard, cette peste mentale semble s'être propagée et avoir contaminé une plus grande partie du monde. Albert Camus ne décrit-il pas le sentiment général d'une société industrielle qui fonctionne parfaitement en apparence –ainsi que les rescapés de la maladie- mais qui est privée de toute âme, et qui ne sait plus vers où se diriger ? « La peste avait supprimé les jugements de valeur. Et cela se voyait à la façon dont personne ne s'occupait plus de la qualité des vêtements ou des aliments qu'on achetait. On acceptait tout en bloc. » La peste nous emporte dans son sillage beaucoup plus loin que prévu. Même lorsqu'elle se résorbe, elle n'empêche pas de laisser des séquelles dans les âmes qui ont connu le néant. Il s'agit ensuite de retrouver son humanité, à la manière d'Albert Camus qui se bat à chaque page pour ne pas laisser l'indifférence reprendre le dessus sur la gratuité superbe de la vie. Lien : http://colimasson.over-blog... + Lire la suite.
cicou45 a écrit une critique à 13 novembre 2011. cicou45 donne la cote 5331 pour La Peste. Ce livre trônait depuis bien trop longtemps sur ma liste de livre à lire mais je retardais à chaque fois le moment de le lire. Pourquoi ? Ce n'était jamais le bon moment et je peux même dire, une fois l'avoir lu qu'il n'y a jamais de bon moment pour lire un de ces ouvrage où toute la misère humaine y est décrit dans toute sa grandeur. Oran dans les années '40, de plus en plus de personnes meurent jour après jour mais de quoi ? Je crois qu'il est très difficile de lutter contre un fléau tant qu'on n'y a pas mis un nom dessus car on ignore contre quoi on se bat. le docteur Rieux, l'un des protagonistes de ce roman, se fera un point d'honneur à appeler les choses par leur nom. Nous font-elles moins peur alors ? Pas forcément mais on peut alors mettre toutes les chances de son côté afin de l'enrayer. le fléau qui fait rage ici se prénomme Peste. Aussi, Rieux, accompagné de ses amis de fortune, à savoir l'employé de mairie Grand, Cottard, Tarrou et le journaliste Rambert ainsi que de nombreuses autres personnes du corps médical ou volontaires vont-ils lutter de toutes leurs forces afin de vaincre la maladie. Après avoir pris des mesures radicales comme fermer les portes de la ville et empêcher tout envoi de courrier,ou du moins le réduire au strict minimum, tout comme pour les moyens de transport et l'utilisation de l'électricité, les habitants doivent apprendre à vivre en autarcie, coupés du monde. Aussi, en dépit des séparations déchirantes qui eurent lieu dans certaines familles ou entre deux amants, les habitants d'Oran vont voir naître en eux un sentiment nouveau : celui de l'entraide. C'est dans ces moments là que l'on se rend compte que les hommes sont tous égaux. Oui, tous égaux face à la mort et ils doivent donc se liguer contre une telle injustice lorsque celle-ci vient frapper les plus jeunes ou les plus faibles. Roman que j'ai trouvé rempli d'humanisme et très émouvant. L'écriture de Camus, que je ne connaissais jusqu'alors qu'à travers des extraits, est parfois ambigüe puisque le lecteur n'arrive pas toujours à cerner les sentiments propres de l'auteur mais elle est agréable à lire et poignante de vérité ! + Lire la suite.