Northanger Abbey Par Jane Austen (2000)

Posted on

Northanger

Telechargement Livres Gratuits Northanger Abbey En France PDF EPub IBook -Rejoignez leurs programs d'affiliation et utilisez votre lien d'affiliation lorsque vous faites la promotion de vos livres à partir de websites Net et de blogs, d'objectifs, etc.. Bien sûr, vous pouvez ajouter des livres à tout minute après avoir votre lecteur. Les livres ne peuvent pas être retournés. Je trouve qu'il est difficile de 'en débarrasser. En plus de cela. Les livres sont absolument gratuits pour les programmes qui ont la capacité p les uniquement pour le prix de l'expédition et de la manutention. Vous serez surpris par tous.

Description du Northanger Abbey

Telechargement Livres Gratuits Northanger Abbey En France PDF EPub IBook - Par sa gaucherie, ses rêveries naïves et son engouement pour les vieux châteaux, Catherine Morland semble loin des modèles de vertu. Mais si cette jeune Bovary délicatement british n'a rien d'une héroïne, c'est que Jane Austen s'amuse ! Et nous emporte, d'une plume malicieuse, d'un bout à l'autre du plus moderne des romans austeniens.

Détails sur le Northanger Abbey

Titre de livre : 272 pages
Auteur : Jane Austen
Éditeur : 10-18
Traducteur : Josie Salesse-Lavergne
Catégorie : Littérature Gothique
ISBN-10 : 2264023805
Moyenne des commentaires client : 3.95 étoiles sur 5 1064 commentaires client
Nom de fichier : northanger-abbey.pdf (Vitesse du serveur 23.25 Mbps)
La taille du fichier : 23.61 MB

Commentaire Critique du Northanger Abbey

Northanger a écrit une critique à 08 septembre 2012. Northanger donne la cote 1064 pour Northanger Abbey. Sur Catherine, l'héroïne : […] elle était affectueuse, gaie, spontanée, sans vanité ni affectation d'aucune sorte, elle venait tout juste de se défaire de la gaucherie et de la timidité propres à l'adolescence ; elle était agréable de sa personne, voire, dans ses bons jours, jolie, et intellectuellement elle était presque aussi ignorante et inculte que toute jeune fille l'est d'ordinaire à dix-sept ans. + Lire la suite.
Wictoriane a écrit une critique à 07 mai 2010. Wictoriane donne la cote 1064 pour Northanger Abbey. - Ce gentleman m'aurait vraiment mis hors de moi s'il était resté avec vous trente secondes de plus. Il n'a pas à détourner de moi l'attention de ma cavalière. Nous avons passé vous et moi un contrat de mutuelle amabilité l'espace d'une soirée, et pendant que tout ce temps, l'amabilité de chacun de nous appartient exclusivement à l'autre. Nul ne peut imposer à l'attention de l'un sans insulter les droits de l'autre. Je vois la contredanse comme un emblème du mariage. La fidélité et l'obligeance y sont également les devoirs principaux, et les hommes qui ne désirent ni danser ni se marier n'ont point à s'occuper des cavalières ou des femmes de leurs voisins. - Mais ce sont là des choses si différentes... -...qu'on ne peut pas les comparer, pensez-vous. - Certes. Les gens qui se marient ne peuvent plus jamais se séparer. Ils doivent au contraire sortir ensemble ou rester ensemble chez eux. Les gens qui dansent, eux, ne font que rester face à face pendant une demi-heure dans une grande salle. + Lire la suite.
Ode a écrit une critique à 28 août 2015. Ode donne la cote 1064 pour Northanger Abbey. Sur les conseils avisés (ou devrais-je dire le vigoureux tirage d'oreille ?) de Gwen21, je me suis enfin lancée dans la lecture de Jane Austen, pour mon plus grand bonheur ! Pour donner libre cours à mon imagination, j'ai choisi « Northanger Abbey » car c'est une histoire que je n'ai pas encore vue au cinéma ou à la télévision, contrairement aux célèbres « Raison et sentiments » ou « Orgueil et préjugés ». Et puis le titre m'a fait penser à Downton Abbey : j'étais sûre de passer du temps dans une belle demeure. À 17 ans, Catherine Morland est invitée par ses voisins les Allen à passer quelques semaines à Bath. Entre bals, promenades et boutiques, elle se lie tout d'abord d'amitié avec Isabelle Thorpe, qui fréquente son frère, puis avec Eleanor Tilney, la soeur du charmant Henry Tilney. Lorsque les Tilney lui proposent de séjourner chez eux à Northanger Abbey, celle-ci est aux anges ! Cette somptueuse et antique demeure exerce un puissant pouvoir sur l'imagination de Catherine, férue de romans gothiques et dévorée de curiosité à l'égard du Général Tilney et de son épouse décédée. Tandis qu'elle échafaude les hypothèses les plus folles, elle ne se doute pas du sort qui l'attend… J'ai adoré la manière dont Jane Austen joue avec la naïveté son héroïne et prend à partie le lecteur, lui montrant par moment les ficelles du roman. Outre la délicatesse du style, l'humour est très présent. Et si l'on en croit les notes biographiques en fin d'ouvrage, la jeune Catherine, petite fille au physique quelconque issue d'une famille nombreuse, préférant les jeux au grand air à la musique ou à la couture, a de nombreux points communs avec l'auteur. La ville thermale de Bath, où Jane Austen vécut 5 ans, l'entrée des jeunes filles dans le monde, l'amitié, l'amour et la séduction, les commérages, l'étiquette et le faste de l'aristocratie anglaise, et bien sûr l'influence de littérature, font de ce court roman un petit bijou très agréable à lire, avec un brin de frisson lorsque l'orage se déchaîne à Northanger Abbey… et dans l'esprit de Catherine. Dois-je préciser qu'une « happy end » très austinienne vient couronner le tout ? Bonne pioche, donc, et je frétille de plaisir à l'idée d'entamer d'autres titres ! + Lire la suite.