Les Revenants Par David Thomson (2016)

Posted on

Les Revenants

Les Revenants Telechargement PDF DJVU -La version de démarrage offre 20 Horizontal et intervalle de mise à jour de 6 heures, au coût p 9 $ par mois. Sa variant gratuite offre un nombre illimité p pages par analyse, 10 bots d'exploration et jusqu'à 10 exportation. Il offre 200 pages par analyse, 5 publics et 14 jours pour la conservation des données. Il prend en charge la gestion de PDF super chargée, les rapports d'annotation, l'expédition, la prise en charge et le stockage en ligne p 2 Proceed. Il prend en charge un nombre illimité de sondages, 19 types de questions et même l'ajout d'images, p vidéos et de contenus de YouTube, Flickr, Google Maps, etc.. La variation gratuite comporte jusqu'à 25 types inquiries, ce qui vous permet de rédiger une des besoins spécifiques.Inscrivez-vous gratuitement et commencez à télécharger des ebooks votre choix. Tous les livres électroniques sur le site sont des livres électroniques téléchargeables légalement et légalement. Ils sont légalement téléchargeables sans inscription. Chaque book téléchargeable that a une courte revue avec une description. Attention, il existe également des livres numériques le droit d'auteur. Vous pouvez me me ajouter un e gratuit. Les livres électroniques gratuits dans eBookLobby sont divisés en.

Description du Les Revenants

Les Revenants Telechargement PDF DJVU - Depuis 2012, des centaines de Français sont partis rejoindre des groupes jihadistes. Plus de 500 sont toujours sur place, près de 150 ont déjà été tués, mais 250 ont choisi de rentrer, souvent usés par la réalité découverte en Syrie, en Irak ou en Libye. Ce livre, en collaboration avec le site Les Jours, raconte leurs parcours.

Détails sur le Les Revenants

Titre de livre : 322 pages
Auteur : David Thomson
Éditeur : Seuil
Catégorie : Journalisme
ISBN-10 : 202134939X
Moyenne des commentaires client : 3.99 étoiles sur 5 48 commentaires client
Nom de fichier : les-revenants.pdf (Vitesse du serveur 26.04 Mbps)
La taille du fichier : 29.16 MB

Commentaire Critique du Les Revenants

dlcb26 a écrit une critique à 03 juillet 2017. dlcb26 donne la cote 48 pour Les Revenants. un journaliste suit ces Français qui font la hijra (la migration en terre de Sham, c'est-à-dire la Syrie et l'Irak aux mains de Daesh/l'EIIL/l'EI...) et qui en reviennent : hommes, femmes, souvent jeunes (la vingtaine), embrigadés via facebook ou par une "figure" locale, partis pleins de confiance vers ce territoire où le "vrai" islam règne, convaincus de défendre un idéal de vie et qui finalement se trouvent immergés dans la réalité de la guerre et d'un Etat totalitaire au milieu des bombardements de la Coalition occidentale ... désillusions le plus souvent, parfois retour "pratique" (accoucher dans de meilleures conditions) ... comment rentrer ? quelle place prendre ou retrouver auprès de l'Etat français, de la famille, des "frères" et "soeurs" restés là-bas ? quelle vie après avoir vécu quelques mois, quelques années dans ce contexte ultra-violent ? Qui part et pourquoi ? Que faire pour ceux qui reviennent : sont-ils une menace pour la France ? Peut-on les "déradicaliser" ?... autant de questions auxquelles David Thomson tente de répondre grâce à la centaine de jihadistes français qu'il a suivi et suit encore. Il n'y a pas un profil réel, il y a même des jihadistes qui n'ont jamais mis un pays au Sham et qui perpétuent des attentats sur le sol français ... Quel bilan faire de cette lecture ? Elle est assez anxiogène : il y a une menace réelle, "déradicaliser" est selon l'auteur une utopie (il n'y a pas plus sourd que celui qui ne veut entendre, ... surtout si le discours qu'il entend n'utilise pas les bons codes !)... La galerie de portraits proposée balaie divers profils : sexes, origines, motivations, rôle en Syrie, motifs conditions et parcours de retour ... La synthèse finale est bienvenue. Si vous êtes béotien en ces questions de sociologie et de géopolitiques, le livre est peut-être un peu dense (les notes de bas de page éclairant le vocabulaire jihadiste sont bienvenues et claires). Si vous êtes déjà interpellés par cette question de l'embrigadement, à travers des films comme le Ciel attendra ou des romans de plus en plus nombreux sur le sujet, cette approche est un documentaire -le ton est plus distancier, plus "scientifique"- et présente l'avantage de réfléchir sur un parcours : comment on décide de partir, la confrontation entre l'imaginé et le vécu une fois sur place et le retour -étape à ma connaissance moins traitée jusqu'ici-. l'écriture est agréable et accessible, la lecture assez rapide. le journalisme doit garder une distance vis-à-vis des autorités, pour la protection des sources et le respect des libertés. Néanmoins ce genre d'ouvrage me conforte dans l'idée née au fil des années en suivant notamment le Prix Bayeux des Reporters de guerre, qu'autorités et universitaires (géopoliticiens, politologues, sociologues ... souvent loin du terrain et "théoriciens") ne doivent pas négliger le regard et la lecture des faits par les journalistes qui vont sur le terrain, ont accès à des "sources" différentes ou par un autre biais... Leur lecture des faits qu'ils observent souvent de l'intérieur, leurs "intuitions" sont souvent très pertinentes : montée d'al Qaïda puis de l'EI, mondialisation du Jihad ... comme le rappelle l'auteur en introduction. + Lire la suite.
LeDevoir a écrit une critique à 12 décembre 2016. LeDevoir donne la cote 48 pour Les Revenants. Le livre, prémonitoire, laissait d’ailleurs présager la violence d’actes terroristes sur le territoire français bien avant les attentats de Paris..
rkhettaoui a écrit une critique à 09 avril 2017. rkhettaoui donne la cote 48 pour Les Revenants. Couvrir l’actualité jihadiste, c’est aussi deviser avec une autre vieille source volontiers blagueuse, mais dont le travail est d’être bourreau au sein de l’État islamique. Et qui n’hésitera pas à me menacer de mort ou à me tuer si nécessaire. Un travail d’échanges quotidiens depuis cinq ans, dans une impossible confiance, une méfiance permanente, entre des acteurs situés chacun dans un camp ennemi. Chaque interviewé pouvant décider de me tuer à chacune de nos rencontres. C’est une immersion dans la morbidité, avec des jeunes d’à peine 20 ans, dont le projet de vie est de tuer pour être tués. C’est aussi apprendre régulièrement qu’un contact de plusieurs années vient de mourir au combat, frappé par un drone ou dans un attentat. Apprendre au détour d’un push d’iPhone qu’un autre vient d’être arrêté par la police dans un « vaste-coup-de-filet-antiterroriste ». + Lire la suite.