Un Ange Noir Par François Beaune (-1)

Posted on

Un

Comment Telecharger Livre Kindle Gratuit Un Ange Noir PDF DJVU -Obtenir le téléchargement gratuit de The Economist, c’est accéder à un diary hebdomadaire de langue anglaise ayant un tirage hebdomadaire moyen level countless (gratuit!) . Une liste des formats de téléchargement s'affiche. Appuyez sur la touche E p clavier si vous devez modifier des informations p livre électronique pour le fichier, telles le titre ou la day, que l'éditeur. Cliquez sur le lien fourni, qui vous mènera à un autre site pour le téléchargement. Les liens vers les sites de conversion Un Ange Noir PDF sont inclus dans la section Ressources. Fournissent simplement un lien p téléchargement sur la page d e conversion lorsque la transformation est terminée. Le téléchargement ou l'impression nécessite toutefois un compte.

Description du Un Ange Noir

Comment Telecharger Livre Kindle Gratuit Un Ange Noir PDF DJVU - Elsa Colignon, une étudiante lyonnaise de 19 ans, est retrouvée morte dans sa baignoire. Alexandre Petit, ancien collègue de la défunte, et dernier à l’avoir vue vivante, est le premier témoin mais aussi le principal suspect. Il s’enfuit pour se réfugier dans un hôtel et mener sa propre enquête.

Détails sur le Un Ange Noir

Titre de livre : 487 pages
Auteur : François Beaune
Éditeur : Gallimard
Catégorie : Journal
ISBN-10 : 2072448972
Moyenne des commentaires client : 3.1 étoiles sur 5 20 commentaires client
Nom de fichier : un-ange-noir.pdf (Vitesse du serveur 19.5 Mbps)
La taille du fichier : 18.33 MB

Commentaire Critique du Un Ange Noir

Melisende a écrit une critique à 01 septembre 2011. Melisende donne la cote 20 pour Un Ange Noir. Lorsque j'ai reçu Un Ange noir de François Beaune grâce à Libfly, afin de le lire et le chroniquer pour la rentrée littéraire, je me demandais vraiment sur quoi j'allais tomber. J'ai fait des recherches sur l'auteur - que je ne connaissais pas - et j'ai découvert qu'il était originaire d'Auvergne mais vivait à Lyon, comme moi ! Je ne sais pas comment s'est faite la distribution des livres, mais si c'est le hasard, il est quand même bien fait ! Sans aucune idée de l'histoire, avec le titre et ces informations biographiques comme seules connaissances, je me suis lancée dans ce premier titre reçu, curieuse et confiante. Avec du recul, je n'arrive toujours pas à dire si j'ai aimé ou non cette lecture, mais elle restera marquante, notamment grâce (à cause ?) de la proximité qui s'est installée entre Un Ange noir et moi, à la découverte des lieux dans lesquels cette histoire prend place… L'ouvrage s'ouvre sur un fait divers du Progrès, daté du 13 juin 2007, qui annonce qu'une jeune femme a été retrouvée morte dans sa baignoire dans le 6ème arrondissement de Lyon. La victime s'appelait Elsa - 19 ans -, était étudiante en psychologie et travaillait comme enquêtrice dans un institut de sondages de la ville. le soir de sa mort (accidentelle ?), elle était sortie dîner avec ses collègues de travail pour fêter l'anniversaire de son chef d'équipe. Sans histoire, elle semblait assez proche d'un de ses collègues, Alexandre, 37 ans, en compagnie duquel elle avait quitté le groupe… Le fameux Alexandre est le narrateur principal du texte ; Un Ange noir est en fait son « témoignage », le journal des évènements vu à travers ses yeux. Au fil des pages et des lettres et coupures de journaux qui s'intercalent avec ce qu'il a à dire, Alexandre revient petit à petit sur la soirée en question, sur la relation qu'il entretenait avec Elsa, sur son passé, ses sentiments… le lecteur découvre alors les pensées d'un homme « malade » qui semble de plus en plus confus au fil des jours, ne prenant pas son traitement. Sous ses airs de presque quarantenaire timide et bien élevé, bénévole aux Restos du coeur, on comprend vite qu'il y a une certaine folie qui se cache… Et par maints côtés, Alexandre Petit m'a fait penser à Norman Bates, héros de Psychose (notamment dans l'adaptation d'Hitchcock)… un psychopathe, serial killer auquel on donnerait le bon dieu sans confession ! Si suivre ses pensées et ses actes plus ou moins délirants (par exemple se déguiser en « punk » pour approcher les membres de cette communauté et arrêter celui d'entre eux qu'il croit être l'assassin de son amie Elsa) est une expérience de lecture assez surprenant et marquante, c'est surtout le fait que toute cette histoire se déroule à Lyon, dans la ville dans laquelle je vis, qui m'a « fait de l'effet »… Je ne regarderai plus jamais les « punks à chiens », les clochards ou les « Manouches » de la même façon ; et autant dire que dorénavant, lorsque je traverserai la place des Terreaux ou tout autre lieu foulé par Alexandre Petit, je repenserai à cette histoire ! Peut-être que j'ai plusieurs fois croisé un Alexandre en puissance, sans le savoir… Je pense que c'est cette proximité géographique avec mon quotidien qui a rendu cette lecture si spéciale et marquante pour moi, car elle rend ce fait divers et ce personnage beaucoup plus « réels », plus « palpables ». Je ne sais pas si un lecteur parisien, breton, marseillais ou que sais-je encore, sera aussi troublé par le témoignage d'Alexandre, mais même s'il ne connait pas les lieux, il pourra tout de même suivre le cheminement de pensées de ce héros inquiétant et malade… hors du commun ! A mon goût, la force d'Un Ange noir, outre son « contexte », c'est le choix fait par François Beaune d'utiliser la première personne du singulier et de donner la parole à Alexandre, tout en rappelant les faits objectivement en intercalant des écrits extérieurs (coupures de presse, lettre de la mère du narrateur,…). le lecteur constate ainsi l'ampleur de la « psychose » du narrateur, mais doute quand même un certain temps… Est-ce vraiment lui le coupable ? C'est un traitement original (du moins dans mon expérience de lectrice) qui peut entraîner une lecture assez « dérangeante ». Si j'ai aimé me retrouver dans le tête d'un homme aussi inquiétant qu'Alexandre, j'ai tout de même été la plupart du temps très mal à l'aise, un peu lassée par moments et n'ai pas toujours accroché à ses différents voyages et découvertes… Le bilan est donc mitigé mais tend tout de même vers le positif. Je retiens le malaise (pas forcément un point entièrement négatif) éprouvé à la lecture de ces pensées, l'originalité du point de vue et le côté très marquant du contexte lyonnais. François Beaune est un nom que je garde en tête et je serais curieuse de découvrir ses futures publications ! Merci donc à Libfly, au Furet du Nord et à Gallimard pour cet envoi ! Lien : http://bazar-de-la-litteratu.. + Lire la suite.
leprixvirilo a écrit une critique à 19 octobre 2011. leprixvirilo donne la cote 20 pour Un Ange Noir. Ô toi, lecteur au moral de carton sapé par le spleen automnal, engourdi par les premières engelures, et brillamment achevé par les pessimistes prédictions économiques, viens donc enfoncer le clou en te frottant au nouveau roman de François Beaune. Quitte à déprimer, déprimons complètement. En veux-tu en voilà d'un contenu qui dessert son contenant, ou comment réussir à pondre en 277 pages l'histoire sordide d'un héros insupportable, rédigée d'une plume prometteuse à coups d'observations judicieuses. François Beaune est fort, très fort. Il dépeint avec précision et finesse le portrait de cet homme en cavale, emporté dans des récits de plus en plus torturés. Au début, on l'aime, ce Petit, puis on doute, puis on ne doute plus : c'est un monstre. François Beaune arrive à endormir notre méfiance, nous endort pour mieux nous tromper, mais finalement réalise un coup de poker légèrement suicidaire : son héros est tellement odieux qu'il en assassine son propre livre. Lien : http://prixvirilo.com/2011/1...
rkhettaoui a écrit une critique à 24 mai 2013. rkhettaoui donne la cote 20 pour Un Ange Noir. Je me regarde dans le miroir de cette salle de bains d’hôtel et je scrute ces traits de vieux que j’ai toujours eus. La lumière jaune fait ressortir la lâcheté de ce visage détestable. Quel est le nom du chirurgien obstétricien de la reine d’Angleterre ? Nous avons eu le même, cela semble certain. Ce visage atrophié, rafistolé au scalpel puis trempé dans le formol pour imiter l’éternité de notre espèce morte. Un visage qui ne s’use, ne se consomme, extérieur à toute expression. + Lire la suite.