Foutez Vous La Paix ! Et Commencez à Vivre Par Fabrice Midal (2017)

Posted on

Foutez

Ou Telecharger Livre Gratuit Foutez Vous La Paix ! Et Commencez à Vivre PDF EPub B002JTW9JU -Vous pouvez ensuite télécharger le fichier e pub à partir de Google perform et le lire à tout second sur Adobe electronic Editions si vousn'êtes pas en ligne. Trouvez en-suite le livre électronique que vous voulez lire et choisissez de le télécharger au structure e-pub. Vous pouvez toujours obtenir des fichiers e book MOBI pour Kindle auprès de Smashwords, auto Smashwords ne pas ses e mails that are crypte.Vous pouvez maintenant télécharger des livre Foutez Vous La Paix ! Et Commencez à Vivres à partir de l'application Kindle ou synchroniser des livre Foutez Vous La Paix ! Et Commencez à Vivres que vous avez déjà achetés sur Amazon sur votre Mac. Vos livre Foutez Vous La Paix ! Et Commencez à Vivres seront désormais synchronisés sur tous vos appareils, y compris votre ordinateur vous pourrez également télécharger des livre Foutez Vous La Paix ! Et Commencez à Vivres dans l'application. Vous pouvez lire des livre Foutez Vous La Paix ! Et Commencez à Vivres Nook dans votre navigateur avec Nook for Web. Vous pouvez lire des livre Foutez Vous La Paix ! Et Commencez à Vivres Nook dans le navigateur Internet de votre Mac avec Nook for Web.

Description du Foutez Vous La Paix ! Et Commencez à Vivre

Ou Telecharger Livre Gratuit Foutez Vous La Paix ! Et Commencez à Vivre PDF EPub B002JTW9JU - Depuis des années, je suis amené à animer des conférences et des séminaires dans des écoles, des entreprises, des hôpitaux. J'en ressors immanquablement avec le même constat : nous nous torturons à longueur de journée. Nous nous torturons à intégrer des normes, des injonctions, des modèles qui ne nous correspondent pas. Nous nous torturons parce que nous voulons 'mieux faire' et que nous estimons ne jamais 'bien faire'. Nous nous torturons parce que nous somm...

Détails sur le Foutez Vous La Paix ! Et Commencez à Vivre

Titre de livre : 366 pages
Auteur : Fabrice Midal
Éditeur : Flammarion
Catégorie : Essai
ISBN-10 : 2081404281
Moyenne des commentaires client : 3.38 étoiles sur 5 68 commentaires client
Nom de fichier : foutez-vous-la-paix-!-et-commencez-à-vivre.pdf (Vitesse du serveur 18.08 Mbps)
La taille du fichier : 25.01 MB

Commentaire Critique du Foutez Vous La Paix ! Et Commencez à Vivre

babel95 a écrit une critique à 25 janvier 2017. babel95 donne la cote 68 pour Foutez Vous La Paix ! Et Commencez à Vivre. Vous êtes submergé de pensées ? Soit. Je ne vais pas m'obliger à faire le vide dans ma tête - je serais certain d'arriver au résultat inverse et me retrouver avec un déluge incontrôlable de pensées. Je vais rentrer en rapport avec ce qui se passe, prendre ces pensées comme elles viennent. Je ne vais pas les disséquer, je ne vais pas non plus leur déclarer la guerre ni les obliger à s'en aller. Je vais considérer que toutes mes pensées, toutes mes perceptions, y compris sensorielles, participent de la méditation. A fond, je ne vais rien faire, je vais être. Méditer n'est pas se détacher ni se désincarner, mais, au contraire, s'ouvrir au monde à travers ses sens, donc à travers son corps. + Lire la suite.
Ellane92 a écrit une critique à 02 février 2017. Ellane92 donne la cote 68 pour Foutez Vous La Paix ! Et Commencez à Vivre. Je ne suis pas une grande fan de la méditation. Les rares fois où j'ai tenté l'exercice, je n'ai jamais réussi ne serait-ce qu'à me détendre. Il faut dire que rien que l'idée de devoir penser sans cesse à ne pas penser, ça m'épuise. Puis la position en tailleur ne m'est pas habituelle, du coup, j'ai vite mal au dos, au genou ou ailleurs ! Enfin, essayer de respirer, de se tenir droit, de ne pas penser... fichtre, je préfère m'abstenir et me vider l'esprit en lisant un bon bouquin. Je ne suis pas sure que Foutez-vous la paix ! et commencez à vivre, le dernier livre de Fabrice Midal, connu comme philosophe et enseignant en méditation, participe de ma définition d'un bon bouquin. En revanche, c'est un ouvrage facilement abordable, qui évoque la vie de tous les jours, et le petites misères que l'on s'inflige soi-même quand elles ne viennent pas des autres, avec pas mal de franchise et de liberté. Je regrette personnellement la formulation du titre et des chapitres, au format d'injonctions au final contradictoires (la forme impérative a quand même un côté contraignant qui jure à côté du message de se foutre la paix, non ?). J'ai moyennement apprécié le déballage de la vie de l'auteur, qui expose sa propre expérience pour nous démontrer comment il s'est sorti de cet engrenage, en prenant le temps de s'écouter et de constater ce qu'il en était de lui et de son état émotionnel du moment, grâce à la méditation pleine présence (et pas pleine conscience, ne pas confondre SVP !!). du coup, il nous invite à y parvenir, comme lui y est parvenu ; ce qui est quand même un chouïa culpabilisant. Ceci dit, je me trouve plutôt mauvaise langue : ce livre de F. Midal est, comme je l'ai dit, facile à lire et à appréhender. Ses messages sont relativement simples, et vont, me semble-t-il, dans le bon sens, celui d'un peu plus de bienveillance et de tolérance envers soi. Même si je parais un peu ironique, j'ai apprécié la précision du discours, l'attention portée par exemple à des mots pouvant paraitre proches mais qui sont significativement dissemblables : la pleine conscience vs la pleine présence (l'une procède de la conceptualisation, l'autre de la sensation), être calme vs être en paix (quand l'un se prémunie des émotions, les autres les accepte pour ce qu'elles sont). Je suis un peu critique sur cet ouvrage car il donne une impression de facilité à se réconcilier avec soi-même, ce qui, finalement, ne dépend que de nous et de notre capacité à nous foutre la paix. Or, si les problématiques exposées me semblent à la fois pertinentes et bien amenées, il n'y a pas tellement de solutions apportées, en dehors d'une exhortation à moins de violence vis-à-vis de soi, et de l'apport que peut avoir la méditation pour certains. Un peu court, me dis-je, si des lecteurs de ce livre se trouvaient en souffrance... Quoiqu'il en soit, un grand merci à Babelio et aux éditions Flammarion pour cette découverte ! + Lire la suite.
Horizon_du_plomb a écrit une critique à 10 janvier 2017. Horizon_du_plomb donne la cote 68 pour Foutez Vous La Paix ! Et Commencez à Vivre. Je remercie les éditions Flammarion et Babelio pour cette masse critique privilégiée. La contre culture n'est pas neuve. Dans ce livre, on apprend que la méditation est un art rebelle. Le lecteur rejoint la poésie, cette amplitude à l'être, on se souvient de ces ordres paradoxaux et l'école Palo Alto (échouer pour mieux réussir, …), de ce droit aux parents de ne pas être parfait, … Dans ce dialogue, l'auteur parle de lectures, d'expériences vécues (son fond personnel) ou étudiées. Le verbe est facile et on sent l'art de la citation si cher à l'essai bien pensant. Fabrice Midal va dans ces différents chapitres démonter nos « fausses » valeurs d'occidental inculquées au cours de l'Histoire (ou sur la méditation pour certains) et que nous ne remettons plus vraiment en question. (Ex: nécessité d'action, nécessité d'être calme/stoïque, dualisme pensée matière,… ). On songe à ces scientifiques qui redécouvrent l'intérêt de ne rien faire ( http://share2give.eu/un-celebre-neuropsychologue-explique-comment-le-fait-de-ne-rien-faire-est-en-fait-vitale-pour-la-sante/). Je n'ai pas vraiment aimé l'approche car il semble jeter le bébé (la démarche scientifique et ses progrès) avec l'eau du bain (tout ce faux qu'on rattache à l'esprit rationnel de notre temps et, notamment, la prétention qu'ont parfois les sciences fondamentales à devenir une nouvelle religion cf Isabelle Stengers). D'ailleurs dans sa bibliographie, la seule partie « scientifique » correspond à l'hypnose, l'école Palo Alto et la psychologie positive. Aucun lien avec la médecine, la biologie et la neurologie alors que l'auteur se donne 7 portes (thèmes) d'accès à sa bibliographie. (On peut considérer que les autres portes regroupent l'anthropologie/ethnologie.) Ne cherchez pas dans ce livre une méthode non orthodoxe, l'auteur nous parle de la philosophie de la méditation, de ses principes, pas de sa pratique effective. Si j'étais cynique, on pourrait voir son livre comme une invitation à venir prendre un de ses séminaires mais si j'étais à votre écoute, je vous dirais qu'il ne tient qu'à vous de vous créer votre propre séminaire, voire de le partager à plusieurs. « Je suis fatigué qu'on me demande sans cesse parce que je suis engagé dans la méditation. « Comment être zen ? » Comme si cette question avait un sens ! Pourquoi ne demande t'on pas: «  Comment être un peu plus vivant ? » « Vous êtes dans un laboratoire, derrière un microscope. Observez avec curiosité ce qui se passe. Vous n'avez rien à réussir, juste à scruter. La règle c'est le microscope. » « Ils ont brisé le carcan, ils ont cessé d'obéir aux règles existantes et quelque chose est venu à eux. » « Mais on connait la légende du colibri qui transporte dans son bec une goute d'eau pour éteindre un feu de forêt: « Je fais ma part ». » Clairement, le livre m'a paru pâlot face à ma lecture récente de « L'intelligence du stress » même s'il le rejoint comme tout livre parlant de méditation. On ne peut s'empêcher de penser au poids éditorial de certains livres ou personnalités. « A l'inverse, méditer c'est coïncider avec la vie, ce qui n'exige pas d'être « conscient » mais d'être ouvert. » « Le piège de la conscience nous guette en permanence, elle est cette force réflexive qui fait que je redouble tout ce que je fais. » «  En introduisant la notion de conscience, nous avons réduit la méditation à une pure technique, un exercice cérébral qui active telle zone du cortex et place telle autre en repos. Nous nous focalisons sur ses effets mesurables sur nos neurones, mais nous oublions qu'elle concerne bien plus que nos neurones, l'ensemble de notre existence. » (De ce que j'ai lu, aucune zone ne rentre réellement au repos mais plutôt passe la main, étant elle même intégrée à une structure plus grande, connectée)  « Ces données sont en nous, elles ne remontent pas nécessairement à la surface de notre conscience, mais c'est en elles que puise notre intuition pour nous guider. » « La rationalité conçoit que ce qui est vrai, peut être compris selon l'ordre du calcul. Or, il existe bien d'autres manières d'avoir rapport à la réalité: le sens de la vie politique, de l'éthique, de l'art, des relations d'affections. » On lit ce livre et on songe à tous les gens sur cette planète qui n'ont pas vraiment l'occasion « de se foutre la paix », ce luxe de l'émerveillement. A chacun ses expériences intégrées, je partage bien des lectures de Midal, mais il faut le dire, j'aurais investi 17 euros dans ce livre, je me serais senti floué. Au final, pour moi, c'est un livre 2,5 étoiles. « Pourquoi se battre contre la réalité ? On est toujours sûr de perdre. » (Pas d'accord, surtout si on abandonne une certaine idée figée de la réalité, à comparer d'ailleurs plus tard avec « Toujours insatisfait et animé d'un désir toujours plus ample et profond de mieux libérer la réalité » et sans viser la perfection toutefois) « Le temps véritable est … celui qu'il nous faut pour nous autoriser à être. » « Prêter attention à son expérience de l'instant présent dés ses dix ans fait que l'on se voit grandir. » « Le bonheur tel que je l'entends est une véritable aventure, avec son coté héroïque, ses épisodes inattendus, les peurs qu'elle réveille parfois, le sentiment de liberté qu'elle nous procure et les victoires qu'elle nous fait vivre. » A noter que tout au long de ma lecture, j'ai été en contact avec l'écriture en relief de la citation de Psychologies Magazine sur le quatrième de couverture (et celle de couverture). Vous savez quoi ? J'ai plus appris en sentant les reliefs, les contours et arabesques, l'étrange adhérence des écritures sous mes doigts. Je me suis plus ouvert à ma cécité qu'en lisant à la distance de mes yeux le sens de la citation. A noter que les « cessez … soyez … » écrits, eux, n'avaient quasiment aucun relief. De même, au début de ma lecture, je ne voyais que le titre à rallonge. A la fin de ma lecture, je ne voyais plus que cette coccinelle que je n'avais même pas remarquée au début. « Mes parents m'avaient inscrit ma soeur et moi à un concours de châteaux de sable. Nous disposions d'un heure, je me suis attelé à la construction d'un vrai château avec ses donjons et ses ponts-levis. Je n'ai pas réussi à en terminer la moitié. Ma soeur, elle, avait décidé de sculpter une coccinelle et, pour qu'elle soit parfaite, elle l'avait ponctuée de confiture de fraise. » Devinez qui a gagné haut la main ? + Lire la suite.