Hassan Al Bannâ : Textes Originaux Par Naima Afif (2010)

Posted on

Hassan

Site De Telechargement Ebook Pirate Hassan Al Bannâ : Textes Originaux In French PDF CHM -Comme pour toutes les compétences en français, plus vous pratiquez l'écoute. Au lieu de cela, l'apprentissage devrait être une poursuite sans fin. Il y a 90 leçons pour chaque langue, ce qui coûte environ 700 $. Le cours de dix jours pour débutants Take Ten est gratuit et peut être souvent que vous le souhaitez. Une formation est sur le website Thinkific, avec quelques liens vers les plates-formes de médias sociaux de la société.Double-cliquez sur l'icône du livre Hassan Al Bannâ : Textes Originaux que vous souhaitez lire. Les livre Hassan Al Bannâ : Textes Originauxs devraient alors par magie sur vos appareils connectés, comme votre Kindle paper white ou app i-phone. Le livre Hassan Al Bannâ : Textes Originaux p convention PDF est quelque chose que vous voulez que les lisent et livre Hassan Al Bannâ : Textes Originaux p conférence PDF reste à son URL longtemps que vous le souhaitez. Le processus p création p fichiers au format PDF est rapide et vous pouvez créer un livre Hassan Al Bannâ : Textes Originaux au format PDF surn'importe quel appareil. Cliquez sur Télécharger une fois que vous avez trouvé le livre Hassan Al Bannâ : Textes Originaux que vous souhaitez. Il est facile de trouver un partir de records PDF les a correctement étiquetés. Vous devez avoir un ebook à partir de records PDF, et convertir tout votre guide à partir de records PDF en ligne.

Description du Hassan Al Bannâ : Textes Originaux

Site De Telechargement Ebook Pirate Hassan Al Bannâ : Textes Originaux In French PDF CHM - Nous n’avons pas encore dans notre base la description de l’éditeur (quatrième de couverture). Vous pouvez également contribuer à la description collective.

Détails sur le Hassan Al Bannâ : Textes Originaux

Titre de livre : 371 pages
Auteur : Naima Afif
Éditeur : Librairie Tawhid
Catégorie : Ebook
ISBN-10 : 2848622342
Moyenne des commentaires client : 4 étoiles sur 5 1 commentaires client
Nom de fichier : hassan-al-bannâ-textes-originaux.pdf (Vitesse du serveur 25.9 Mbps)
La taille du fichier : 39.19 MB

Commentaire Critique du Hassan Al Bannâ : Textes Originaux

enkidu_ a écrit une critique à 09 mars 2017. enkidu_ donne la cote 1 pour Hassan Al Bannâ : Textes Originaux. J’aimerais avant de conclure ce propos insister particulièrement auprès de vous sur le fait que tant la politique intérieure qu’extérieure de l’islam se porte garante des droits des non-musulmans en ce qui concerne aussi bien les droits internationaux que les droits nationaux des minorités non musulmanes. Parce que l’honneur national de l’islam est le plus sacré que l’histoire ait connu. Dieu dit : « Et si tu redoutes la trahison d’un peuple, dénonce en toute franchise l’acte qui te lie à lui, car Dieu n’aime point les traîtres. » [8, 58] ; « à l’exception des polythéistes avec lesquels vous avez conclu un pacte qu’ils ont toujours respecté, sans jamais soutenir un mouvement dirigé contre vous. Exécutez fidèlement les clauses de l’engagement qui vous lie à ces gens-là jusqu’à l’expiration du terme fixé, car Dieu aime les gens de bonne foi. » [9, 4] ; « s’ils penchent pour la paix, fais de même en te confiant à Dieu, car Il est l’Audient et l’Omniscient » [8, 61]. Si l’Italie pourtant civilisée a envahi et pris l’Éthiopie sans lui déclarer officiellement la guerre ; idem pour le Japon – pays pourtant développé – dans la guerre contre la Chine – pas de déclaration –, l’histoire n’a jamais rapporté que le Messager de Dieu ou les Compagnons aient combattu un peuple ou conquis une tribu sans leur adresser de message au préalable, en faisant fi de cette démarche. L’islam garantit les droits des minorités dans un texte coranique, parole de Dieu : « Dieu ne vous défend pas d’être bons et équitables envers ceux qui ne vous attaquent pas à cause de votre religion et qui ne vous expulsent pas de vos foyers. Dieu aime ceux qui sont équitables » [60, 8]. De plus, la politique islamique dans son essence n’entre nulle part en contradiction avec le régime constitutionnel consultatif : elle en est la base et oriente les gens dans cette direction. Et selon la parole de Dieu à propos des qualités propres aux croyants, ils « se consultent entre eux au sujet de leurs affaires » [42, 38]. Et Il dit encore : « Consultez-les quand il s’agit de prendre une décision ! Mais, une fois la décision prise, place ta confiance en Dieu » [3, 159]. Le Prophète consultait ses compagnons et se soumettait aux opinions des individus tant que lui en apparaissait la pertinence, comme il le fit avec al-Husâb ibn al-Mundhir lors de l’expédition de Badr. Il dit aussi à Abû Bakr et ‘Umar : « Si vous vous mettez d’accord sur une question, je ne vous contredirai pas. » De même, ‘Umar autorisa le système de la concertation entre les musulmans, et bienheureux les musulmans tant qu’ils règlent leurs affaires en se concertant. (pp. 150-152) + Lire la suite.
enkidu_ a écrit une critique à 09 mars 2017. enkidu_ donne la cote 1 pour Hassan Al Bannâ : Textes Originaux. Étant donné que le but du combat islamique est le plus noble, les procédés en sont les meilleurs également, car Dieu interdit l’agression : ne « jamais outrepasser les limites permises, car Dieu n’aime pas ceux qui les transgressent » [2, 19]. Il ordonne d’être juste même vis-à-vis de l’ennemi : « Que l’aversion que vous ressentez pour certaines personnes ne vous incite pas à commettre des injustices ! Soyez équitables, vous n’en serez que plus proches de la piété ! » [5, 8] et conduit les musulmans à une extrême clémence : au combat, ils ne s’écartent pas de la justice, ne commettent pas d’exactions, ne volent pas, ne pillent pas les richesses, ne profanent pas ce qui est sacré et ne causent pas de dégâts. En guerre, ils sont les meilleurs soldats, tout comme ils sont les premiers pacifistes dans la paix. De même on rapport l’interdiction de tuer les femmes, les enfants et les vieillards, l’interdiction de poursuivre les déserteurs, d’attaquer les religieux, les ermitages et qui ne prend pas les armes. Où se trouve une telle bonté dans les hordes d’envahisseurs et les horreurs des hommes civilisés ? Où en est le Droit international par rapport à cette justice divine globale ? Seigneur, enseigne aux musulmans leurs religion et à l’aide des lumières de l’islam, sauve le monde des ténèbres ! (pp. 127-128) + Lire la suite.
enkidu_ a écrit une critique à 03 mars 2017. enkidu_ donne la cote 1 pour Hassan Al Bannâ : Textes Originaux. Il est à ce stade bon de rappeler à vous ici présents que l’éducation est une chose qui englobe tout ce qui influence la vie de la personne, et que l’enseignement en est l’un des instruments tout court, même s’il en est l’agent majeur et donc, synonyme d’éducation dans l’esprit de beaucoup. Pour notre part, lorsque nous parlons d’éducation, nous envisageons par là le sens courant qui inclut à la fois l’enseignement et d’autres éléments qui s’y rapportent. Les chercheurs qui étudient la vie des nations soulignent que le secret de l’essor et de la grandeur des Anglais tient aux méthodes qu’ils ont adoptées en matière de vraie éducation, grâce à des pédagogues comme Spencer, Huxley, Charles Eliot, et d’autres encore parmi les anciens et les contemporains. De son côté, l’éminent spécialiste de la société, le Français Edmond Demolins, encourageait sa nation à penser un procédé de réforme éducative, compte tenu du fait que les lacunes et la dégradation de l’éducation sont la cause première de toutes les difficultés et des crises que l’on rencontre, et que dans la réforme et le développement de l’éducation, on a un remède à tout cela. Le point de vue de ce médecin qui a quitté sa discipline pour s’occuper des problèmes propres à l’éducation et les traiter, n’est pas très éloigné de ce qui est dit là. Quand on lui pose la question à ce sujet, il a pour réponse : « A bien y regarder, je me suis rendu compte que la plupart des causes de maladies humaines, physiques et psychologiques, provenaient du manque d’éducation. Je préfère éradiquer le mal à la racine, en arracher la cause première plutôt que de passer du temps à soigner ce qui en résulte : mieux vaut en effet prévenir que guérir. Ce faisant, je ne doute pas m’occuper d’un travail moins important pour l’humanité car il en va de même de la thérapie des nations et celle des individus. » L’imam al-Ghazâlî écrivait : « A la naissance, le corps ne vient pas au monde tout à fait achevé : ce n’est qu’à travers la croissance et à force de nourriture qu’il atteint la maturité et se bonifie. De la même manière, l’esprit naît imparfait. Il est cependant susceptible de se développer. Or, seules l’instruction, l’éducation aux bonnes mœurs et la nourriture intellectuelle peuvent le corriger… Car l’enfant, pour peu qu’il soit délaissé au début de son développement, devient dans la plupart des cas grossier, menteur, envieux, voleur, médisant, têtu, indiscret, peu sérieux, sournois et effronté. Seule une bonne éducation peut empêcher tout cela. » Compte tenu de ces éléments, messieurs, vous voyez que la responsabilité majeure incombe aux enseignants, étant donné que c’est dans leurs mains que reposent la formation morale et la future ligne de conduite de la nation. (pp. 58-59) + Lire la suite.