Pars Vite Et Reviens Tard Par Fred Vargas (2001)

Posted on

Pars

Telecharger Zone Telechargement Pars Vite Et Reviens Tard PDF EPub B002JTW9JU -Vos fichiers fichiers PDF originaux. Vous pouvez convertir plusieurs fichiers en même temps. Cliquez sur Convert To Text pour créer un fichier texte à côté du fichier P D F qui porte le même nom de fichier. Les fichiers pris en charge sont ajoutés progressivement et le type de TEX est pris. Plusieurs fichiers peuvent sélectionnés en maintenant la touche CTRL enfoncée. Téléchargez dès maintenant PDFMate et faites du PDF vos propres fichiers modifiables. Pour vous aider à traiter les fichiers PDF, PDF Converter un outil pratique que vous pouvez conserver pour extraire des pages et les enregistrer sous différents formats. La plupart des éditeurs d'impression à la demande vous demanderont d'enregistrer votre fichier au format PDF. Ensuite, préparez vos copies pour les envoyer aux gagnants. Les fichiers peuvent être partagés level tout le monde en des éléments sur l'ordinateur, puis en les transférant sur un autre Kindle. Gardez à l'esprit lors du transfert de fichiers que votre Kindle ne peut contenir qu'un nombre limité de fichiers. Le fichier pdf ci-dessus contient les 3 suivants. Le format PDF est une norme pour les documents téléchargeables sur net automobile ils sont faciles et télécharger et à imprimer. C'est également un standard sur les websites Net à auto-édition tels que Lulu.com.

Description du Pars Vite Et Reviens Tard

Telecharger Zone Telechargement Pars Vite Et Reviens Tard PDF EPub B002JTW9JU - Pour avoir rossé un armateur responsable de la mort de deux marins, Joss Le Guern, capitaine du chalutier 'Le Vent de Norois', a connu la prison, puis le chômage avant d'échouer à Paris et de devenir 'crieur', place Edgar Quinet. Trois fois par jour, Joss relève les messages, accompagnés de pièces ou de billets, que ses clients ont déposés dans sa boîte et, trois fois par jour, perché sur une estrade, il crie les nouvelles devant les habitués du quartier. Un ...

Détails sur le Pars Vite Et Reviens Tard

Titre de livre : 251 pages
Auteur : Fred Vargas
Éditeur : Viviane Hamy
Catégorie : Commissaire Adamsberg
ISBN-10 : 2878581520
Moyenne des commentaires client : 3.94 étoiles sur 5 4122 commentaires client
Nom de fichier : pars-vite-et-reviens-tard.pdf (Vitesse du serveur 22.31 Mbps)
La taille du fichier : 26.39 MB

Commentaire Critique du Pars Vite Et Reviens Tard

BazaR a écrit une critique à 02 septembre 2014. BazaR donne la cote 4122 pour Pars Vite Et Reviens Tard. Qu'est-ce que je fiche ici moi ? Je décide enfin d'écrire mon avis sur un polar lu pendant les vacances et me voilà catapulté dans une brasserie tonitruante, assis à une table en compagnie d'une bande d'énergumènes qui me scannent du regard. « Content que vous ayez pu venir, me dit le gars assis en face de moi. Je suis le commissaire Adamsberg ». J'ai un petit vertige évidemment. Un verre est placé devant moi. Je le vide cul-sec ; manque de m'étouffer. le grand type assis à ma gauche me flanque des coups de battoir dans le dos. Je récupère. Je zieute autour de moi. Je dois être au Viking, le bar qui sert de QG à Adamsberg dans le polar. Celui-ci ressemble tout à fait à l'image que je m'en étais fait (normal, c'est moi qui raconte). A sa droite le type gras et collet monté à sa droite doit être l'adjoint Danglard, le vieil érudit qui a amené une douzaine de vieux bouquins correspond à Décambrais et le gars aux battoirs est évidemment le Guern. « Je suis content de vous voir, leur dis-je. Mais vous avouerez que la situation est cocasse. » Adamsberg m'arrête d'un geste de la main. « Il a été porté à notre attention que vous pourriez détenir des informations sur une affaire sérieuse dont je m'occupe. -- Vous voulez parler des étranges citations que monsieur le Guern ici présent déclame tous les jours au carrefour Edgard Quinet et des quatre inversés que l'on peint partout sur les portes de Paris ? » Là j'avais fait mon effet. C'est eux qui manquèrent s'étouffer, mais je n'avais pas de battoir sous la main pour les soulager. « Bien sûr que j'ai des renseignements, continuai-je, je sais tout. Je sais même comment ça va se terminer puisque j'ai lu le bouquin. -- le bouquin ? demanda Décambrais. -- Eh bien oui, le bouquin dont vous êtes tous les héros. » Là je viens de faire mon second effet : passer pour un cinglé. Mais ça n'avait pas l'air d'étonner Adamsberg qui paraissait regarder ses propres pensées en transparence à travers moi. « Donc pour vous l'histoire qui nous occupe est écrite, et vous savez comment elle se termine. C'est cela ? -- C'est cela. -- Donc on ne nous a pas menti. Vous êtes une source d'information primordiale. -- Mais je ne peux rien vous dire. -- Pourquoi ? -- Parce qu'on ne raconte pas la fin d'un livre. -- C'est une affaire sérieuse, s'énerve Décambrais. Des vies sont peut-être en jeu. -- Des vies de papier, réponds-je. -- Et alors ? Ne méritent-elles pas de vivre aussi ? » En fait je meurs d'envie de déballer l'histoire. La coque du navire prend l'eau et il va y avoir des fuites. Il faut que je lâche quelque chose. « Si vous voulez je peux vous donner mon sentiment général sur cette histoire. Je suis un peu critique littéraire amateur (là je me vante un max). Je lis peu de polars. C'est un collègue qui m'a dit « si tu aimes les romans où les faits historiques ont une place importante, lis-ça ». Eh bien il avait raison; j'ai passé un bon moment. D'abord parce que c'est original pour moi, ce mélange de serial killer et d'érudition médiévale. La touche historique s'insère bien dans l'aventure et on n'a jamais l'impression que l'auteur cherche seulement à montrer à quel point elle est savante. Et vous autres personnages êtes sacrément hauts en couleur. Si, si ! Il y a presque une facette fantastique du quotidien en chacun de vous. Vous me faites penser aux personnages de Jean-Pierre Jeunet dans « Amélie Poulain » ou « Micmacs à tire-larigot », vous connaissez ? C'est vous, le Guern, qui êtes mon personnage préféré, dis-je en me tournant vers mon voisin qui me regardait comme si j'étais Moby Dick, vous et votre aïeul fantôme qui vous accompagne, vous et la marée bretonne qui ne vous quitte jamais. Dommage que votre rôle s'amenuise au fil de l'histoire. J'aurais aimé que vous soyez plus… fondamental, plus intrinsèque à l'énigme -- Je ne sais pas si être « intrinsèque » est une bonne chose… répond-il. Mais c'est gentil… je crois. -- Et vous commissaire, vous avez vraiment une façon particulière de penser. Danglard ici présent pense probablement que ça tient de la magie. Moi je suis persuadé que votre « intuition » n'est qu'une façon instinctive et particulièrement efficace de manier la logique. Votre algorithme est profondément implanté dans votre subconscient et se passe du formalisme du langage. Vous me faites penser à ces gens qui peuvent effectuer de tête une division de nombres à vingt-sept chiffres en deux demi-secondes. En revanche, je n'apprécie pas tellement votre absence de considération pour vos contemporains. Vous leur faites parfois du mal vous savez, comme à Camille votre amoureuse, et ça ne vous touche jamais. Triste ! -- Cela ne nous aide pas beaucoup, répond l'intéressé avec un froncement de sourcil sévère. -- Vous vous attendiez à une révélation comme celle que Saint Paul a reçue sur son chemin ? Je vous l'ai dit. Je n'ai pas le droit de jouer à Dieu en vous révélant les aboutissants de votre affaire. Je vous avouerai quand même que la mayonnaise n'a pas entièrement pris. Je ne sais pas trop pourquoi. Probablement parce qu'on reste trop dans le concret contemporain. On ne voyage pas assez dans l'Histoire ou l'Imaginaire qui aident mon sang à circuler. Probablement que cela a aussi un rapport avec le moment et l'endroit où j'ai lu le livre. Bref, je ne sais pas si j'essaierai de vous croiser à nouveau, commissaire. » Je me lève. « Malaxez tout ça commissaire. Peut-être que cela vous aidera. Mais en toute sincérité vous n'avez pas besoin de moi pour résoudre cette histoire. » Tout disparaît. Je me retrouve face à mon ordi. Pourquoi ne pas taper ce que je viens de rêver ? + Lire la suite.
Dionysos89 a écrit une critique à 13 mars 2014. Dionysos89 donne la cote 4122 pour Pars Vite Et Reviens Tard. Comme dirait un sacré contributeur de Babelio, « de temps en temps, rien ne vaut un bon vieux polar ! » Bon, celui d'aujourd'hui n'est pas spécialement vieux, voire même pas du tout (2001 !), mais le Pars vite et reviens tard, de Fred Vargas, fait parfaitement l'affaire. Quand on débute dans la lecture de romans policiers écrits par Fred Vargas, on s'attend sûrement à une histoire qui vaut particulièrement le détour ou bien à un style qui a su marquer de si nombreux lecteurs. Force est de constater que ce n'est pas le cas. Pour autant, point de grande déception à avoir puisque nous sortirons de cette lecture avec un sentiment non grandiloquent, mais au moins satisfait. Fred Vargas nous propose deux histoires construites en parallèles et qui ne sont destinées à se réunir qu'au bout d'une centaine de pages : Joss le Guern, ses rêveries schizophréniques et son métier de crieur public d'un côté, le commissaire Adamsberg, ses TOC et son instinct hors pair de l'autre. Dans leurs deux trajectoires, destinées à se rejoindre sur une affaire louche, nous trouvons heureusement à chaque fois un personnage providentiel décelant la menace dans des actes bien peu clairs. Il est étonnant, mais pas inutile, de constater que nous avons là un thriller finalement très lent, puisque l'enquête policière ne s'accélère vraiment qu'à partir de 150 pages (sur 350). Sans en dévoiler de trop, la clé de l'enquête est, en vérité, contenue tout entière dans le titre, même si nous ne le comprenons que bien tard dans la lecture. Pour autant, le style est vraiment agréable, et même en s'arrêtant régulièrement (comme j'ai dû le faire, personnellement, pour cause de lecture au travail, en transports en commun et entre deux activités), il est très simple de se retrouver dans l'intrigue en quelques mots de l'auteur. En plus de cela, elle multiplie les descriptions de scènes anecdotiques – procédé à double tranchant puisqu'il permet de nous lancer doucement dans le contexte de l'enquête, mais ringardise malgré tout certaines facettes des personnages – et les métaphores environnementales (mers déchaînées, rochers abrupts, etc.) dès les premiers chapitres. Pars vite et reviens tard est donc un roman policier qui ne cherche pas la grandiloquence ou le sensationnel, mais réussit sans mal à nous emmener à la poursuite de cette tuerie en série pas comme les autres sur fond d'héritage mortifère. + Lire la suite.
LydiaB a écrit une critique à 23 mai 2015. LydiaB donne la cote 4122 pour Pars Vite Et Reviens Tard. Soyons honnête, je n'avais jamais lu du Fred Vargas par préjugés (j'ai même longtemps cru que c'était un homme... c'est pour dire...). En effet, ce titre me faisait rire mais ne me donnait aucune envie de lire le contenu. Je me disais et pourquoi pas Va faire les courses et n'oublie pas les carottes ? Bref, il m'arrive ainsi de passer à côté de certaines lectures par bêtise (parfois c'est le nom de l'auteur qui me rebute... oui, je sais, c'est grave, Doc !) Heureusement que certaines personnes ne réagissent pas comme moi et qu'elles ont eu raison de mon entêtement. Il faut dire que pour cet opus, le mot magique a été prononcé : Moyen-Âge. Que voulez-vous, je n'y résiste pas ! Alors c'est quand même avec un certain scepticisme que j'ai ouvert ce roman, me demandant bien comment ma période préférée allait pouvoir intervenir dans un polar moderne... et j'ai tourné les pages à une cadence frénétique. Parce qu'il faut bien le dire, c'est bien fichu, bien ficelé et j'ai vraiment aimé. Oui, oh, je vous vois arriver avec vos grands sabots, vous allez dire que tant qu'il y a du Moyen-Âge, cela ne peut que me plaire. Eh bien non ! Car on a tellement surfé sur la vague des romans historiques que l'on peut lire tout et n'importe quoi. Quant aux polars, je deviens difficile pour en avoir lu une flopée. Sous une écriture en apparence légère, notre romancière sait parfaitement travailler la psychologie des personnages et jouer sur les nerfs du lecteur. C'est bien écrit, très fluide et agréable à lire. Il ne me reste plus qu'à aller voir ses autres livres maintenant ! Lien : http://www.lydiabonnaventure.. + Lire la suite.