Microfictions Par Régis Jauffret (-1)

Posted on

Microfictions

Site Telechargement Gratuit Microfictions En Français PDF EPub MOBI -PDF reste la norme pour le partage documents MS Word et Excel, par exemple. Après la sélection d'e-books, cliquez sur le bouton Synchroniser. Vous passez maintenant au format PDF sur iPhone ou iPod Touch. Ensuite, vous pouvez lire des PDF sur votre iPhone ou iPod Touch avec iBooks gratuit. À mon avis, si vous voulez simplement lire des livres et très peu d'activités en ligne, vous avez le choix. Proposez aux gens des livres qu'ils achètent à moins p les persuader p consulter votre site et de vous y inscrire. Bien sûr, vous pouvez ajouter des livres à tout instant après avoir votre lecteur. Juste pour que vous puissiez continuer à trouver and de livres pour aider les gens avec leurs problèmes. Vous pouvez également relancer vos livres et cours originaux avec les variations de.

Description du Microfictions

Site Telechargement Gratuit Microfictions En Français PDF EPub MOBI - Livre monstre, Microfictions rassemble cinq cents histoires tragi-comiques comme autant de fragments de vie compilés. De A à Z, d''Albert Londres' à 'Zoo', ce roman juxtapose le banal de vies ordinaires tout à la fois fascinantes, cruelles, monstrueuses, à travers le quotidien d'un journaliste cynique, d'un cadre déphasé, d'un vieillard pédophile, d'un flic, d'un voyou, d'un SDF, ou d'un enfant mal aimé, incarnations successives d'une humanité minée par la folie, le...

Détails sur le Microfictions

Titre de livre : 324 pages
Auteur : Régis Jauffret
Éditeur : Gallimard
Catégorie : Chroniques
ISBN-10 : 2070355683
Moyenne des commentaires client : 3.27 étoiles sur 5 146 commentaires client
Nom de fichier : microfictions.pdf (Vitesse du serveur 29.86 Mbps)
La taille du fichier : 31.29 MB

Commentaire Critique du Microfictions

CatchMe a écrit une critique à 12 novembre 2015. CatchMe donne la cote 146 pour Microfictions. Régis Jauffret. « MicroFictions ». A ne pas mettre entre toutes les mains. Personnes déjà déprimées et cafardeuses, évitez à tout prix ce livre. Je ne plaisante pas et ce n'est pas exagéré. Mon réflexe à la découverte du pavé ‘physique’ que représente cet ouvrage, c’est… Aie ! Bon sang ! C’est quoi ce monstre ? Je ne m’attendais pas du tout à une telle quantité. C’est… énorme ! Sur l’édition Gallimard que j’ai entre les mains, un gros bandeau vert annonce en lettres majuscules : PRIX DU LIVRE – FRANCE CULTURE TELERAMA- 2007 ; C’est censé impressionner je suppose ? Technique commerciale habituelle. Sous le titre, 'Microfictions', il est indiqué 'roman'. Je veux bien qu'il puisse exister diverses formes de roman. Mais honnêtement, je trouve qu'ici cela ne convient pas. J’en suis à … page 137 sur 1010. Ce qui représente un certain nombre de micro histoires. Il y a en guise de dédicace/préface/introduction au livre, une petite phrase, « Je est tout le monde et n’importe qui » signé R. J. (l’auteur). Je suppose que c’est un jeu de mot et qu’il a souhaité qu’on y lise aussi « je HAIS tout le monde et n’importe qui ». Dans ce cas, pourquoi ne pas assumer jusqu’au bout le parti pris de la haine ? Pour l’instant d’après ce que j’en ai lu, cette phrase devrait être le titre de l’ouvrage. En effet, tous les textes sont saturés du dédain de l’existence, de la civilisation et de tout ce qui est ‘humain’ au sens large. L’auteur semble prendre un ‘malin’ plaisir à étaler tout ce qu’il y a de plus immonde, monstrueux et insupportable dans la nature humaine. C’est un condensé de cynisme, de violence et de cruauté gratuite. Toutes les nouvelles que j’ai lues jusqu’à présent sont du même tonneau et font toutes, peu ou prou, une page de livre, recto/verso. Comme une autre personne, ici sur Babelio, qui a pris la peine d'écrire une critique de ce recueil, j’ai eu du mal à en lire plus de 5 ou 6 à la fois. Trop… ‘gratuitement’ noir, trop redondant. On rencontre : Aigreur, désillusions en tout genre, égoïsme d’une densité rare, nihilisme, au sens moral du terme. Vocabulaire à l’avenant, crudité des mots. Personnages tous plus abjects, ignobles et amoraux, les uns que les autres. La question que je me pose est, quel est l’intérêt d’une telle collection de textes ? Aussi pesante. Variations sur le même thème, le dégoût de la vie, son mépris affiché. Heureusement qu’il existe des médiathèques ! Cela évite de perdre son argent pour…. + Lire la suite.
Bunee a écrit une critique à 14 septembre 2008. Bunee donne la cote 146 pour Microfictions. Monstrueux, ce bouquin collecte pas moins de 500 nouvelles. En fait, non: ce ne sont pas des nouvelles à proprement parler, mais plutôt des instantanés, des clichés de vie... Des bribes de monologues qui s'adressent à vous, témoin imperturbable. Une multitude de personnages qui se racontent, des rencontres fugaces dans la foule: ivrognes, journalistes sans morale, vieillards à la dérive, pédophiles, enfants ingrats, etc. Très souvent on traverse des déserts affectifs, des turpitudes sexuelles et éthyliques ... le tout étant parfois nettement imprégné d'absurdité. Cette lecture ressemble plus à une plongée dans les bas fonds de l'âme humaine qu'à une ballade humaniste. Au début c'était très bien, mais sur 500 vignettes, il est difficile d'éviter les redondances ... Qui, pour le coup, foisonnent. Les clichés deviennent finalement semblables les uns aux autres; et au lieu d'explorer la psyché d'une foule éclectique, on a l'impression de se retrouver face à une armée de clones vaguement maladroits :) Autant vous dire que ça m'a vite paru longuet... http://lelabo.blogspot.com/2008/09/rgis-jauffret-microfictions.html + Lire la suite.
scarlett12 a écrit une critique à 15 novembre 2017. scarlett12 donne la cote 146 pour Microfictions. Voici un pavé de + de 1.000 pages qui contiennent 500 nouvelles classées par ordre alphabétique du titre de chacune d'entre elles. Traitant tous les sujets possibles et imaginables, Régis Jauffret garde sa lucidité morbide et son cynisme habituel quelle que soit l'histoire. Ce sont des nouvelles qu'on met plusieurs mois (voire années) à lire. Effectivement, chaque nouvelle fait maximum une page recto verso, on n'a donc pas le temps de s'imprégner d'une histoire qu'on passe directement à une autre qui n'a rien en commun. La plupart des nouvelles sont intéressantes mais trop courtes à mon sens. A lire 2 ou 3 nouvelles par ci par là..