Un Président Ne Devrait Pas Dire ça... Par Gérard Davet (2016)

Posted on

Un

Site De Telechargement De Livre Un Président Ne Devrait Pas Dire ça... MOBI PDF -Contrairement à d'autres sites, web, vous pouvez transférer des livres en format numérique sur votre appareil. Si vous rencontrez des difficultés pour télécharger l'un des livres (comme les livres PowerShell, par exemple), consultez mon article de FAQ sur les livres pour obtenir des conseils. La plupart des livres conviennent à des fins éducatives. Les livres de fiction historiques se situent dans le passé, au moins 25 à 50 ans avant l’écriture du roman. Il est facile de soumettre vos titres de fiction ou non, alors renseignez-vous sur la publication de votre livre gratuitement. La fiction historique existe depuis longtemps. Cela nous permet d’apprendre les détails du passé à partir du livre, bien que cela ne soit peut-être pas tout à fait exact, parce que la licence l'art, peut-être a été adoptée.

Description du Un Président Ne Devrait Pas Dire ça...

Site De Telechargement De Livre Un Président Ne Devrait Pas Dire ça... MOBI PDF - Un président ne devrait pas dire ça. »Cette phrase, François Hollande nous l'a lâchée, un jour d'exaspération. Il s'agaçait, alors, de voir la presse ausculter de trop près sa relation avec ses femmes, Ségolène, Valérie, Julie.Nous avons passé cinq années dans le sillage du chef de l'État, en sa compagnie, sans conseiller, sans témoin. Juste lui et nous. Avec une double exigence : pas de langue de bois, encore moins de propos « off the record ». C'était la c...

Détails sur le Un Président Ne Devrait Pas Dire ça...

Titre de livre : 383 pages
Auteur : Gérard Davet
Éditeur : Stock
Catégorie : Chroniques
ISBN-10 : 2234075483
Moyenne des commentaires client : 3.34 étoiles sur 5 90 commentaires client
Nom de fichier : un-président-ne-devrait-pas-dire-ça-.pdf (Vitesse du serveur 22.96 Mbps)
La taille du fichier : 14.02 MB

Commentaire Critique du Un Président Ne Devrait Pas Dire ça...

Mimimelie a écrit une critique à 05 novembre 2016. Mimimelie donne la cote 90 pour Un Président Ne Devrait Pas Dire ça.... Il se gausse ouvertement de cette surenchère libérale, comme s’il rodait, déjà, son argumentaire de campagne. « Juppé dit qu’il faut supprimer 300 000 postes de fonctionnaires dans le quinquennat, ce qui est plus que les départs à la retraite. Donc aucun départ à la retraite ne serait remplacé, mais d’autres devraient être provoqués ! » Il ajoute, ironique : « Sauf pour l’Éducation nationale, sauf pour l’armée, sauf pour la police, sauf pour la justice… Qu’est-ce qu’il reste comme fonctionnaires ? Les diplomates et les préfets, peut-être ?! » … « Demandez aux Français s’ils approuvent les mesures que l’on prend, individuellement. Vous approuvez qu’on augmente les fonctionnaires ? Qu’on crée des postes dans l’Éducation nationale ? Qu’on élargisse les mutuelles ? Qu’on parte à la retraite à 60 ans pour les métiers pénibles ? Ils y sont tous favorables. Mais ils sont défavorables à la politique que l’on mène ! Et quand vous interrogez les Français : “Êtes-vous favorables à la retraite à 65 ans ? Non. À la fin des 35 heures ? Non. À la suppression de l’impôt sur la fortune ? Non. À la hausse de la TVA ? Non.” Mais si on leur dit : “Vous aimez Juppé ?” ils vont dire : “Oui, oui.” Comment peut-on arriver à ce paradoxe ? Parce qu’on n’est pas en campagne. Le jour où on se dit : “Ce programme-là peut passer”, on change de jugement. » + Lire la suite.
Celkana a écrit une critique à 30 novembre 2016. Celkana donne la cote 90 pour Un Président Ne Devrait Pas Dire ça.... Tout le bruit et toutes les exclamations offusquées des politiques sur ce qu'avait dit le Président Hollande dans ce livre ont piqué ma curiosité et je me suis donc lancée dans la lecture de ce pavé (960 pages quand même!) avec bonheur. J'ai trouvé que c'était un bon livre politique dans le sens où les deux journalistes restent assez distanciés sur leurs relations avec Hollande et surtout gardent leurs valeurs journalistiques en ligne de mire constamment. Ensuite, certes, on apprend certains faits avec un peu plus de détails que lorsque cela avait été abordé par les médias mais il n'y a pas de grands grands scoops non plus. le livre a le mérite de nous remettre en mémoire les faits passés du quinquennat, ce qui permet tout de même de voir le chemin parcouru. Par contre, on en apprend beaucoup plus sur François Hollande en tant qu'homme politique et en tant qu'homme tout court et sur sa façon d'être ou de faire, qui souvent a du mal à être percer à jour et qui ne se comprend qu'au fil de la lecture et des éclairages apportés par les journalistes. On note cette énorme solitude, cette énorme pression, le lieu et la fonction qui pressurise et avale tout, cette masse média plus à l'affut du petit couac que des grands faits. Mais également, le jeu politique, cette diplomatie si délicate qui permet d'avancer...ou pas, ces ambitions personnels qui font que la loyauté et l'amitié sont des choses plus que rares en politique, bref, une sorte d'ouverture d'un coin du rideau qui nous montre un monde bien impitoyable et dont les actions, même si elles sont pleines de bonnes volontés, ne sont pas forcément mises en valeur... Intéressant, sincère et argumenté, ce livre dépeint un homme dont la focntion parait trop grande pour lui ou qui n'a pas su mettre en valeur son action dans ce monde si communicant. + Lire la suite.
Lesaloes a écrit une critique à 25 septembre 2017. Lesaloes donne la cote 90 pour Un Président Ne Devrait Pas Dire ça.... LE ROI NU Solitude et vérité On l'a tant brocardé, taillé en pièces, trahi et donné pour mort, la meute des prétendants se partageant déjà sa dépouille, qu'il lui fallait apparaître dans toute sa crudité et sa solitude, pour révéler sa part de vérité, son credo, ses réussites et ses erreurs, en une plongée vertigineuse à l'intérieur du monarque et de l'homme, soliloque d'un Roi Lear et plaidoyer pro domo. Même au risque du tohu-bohu inéluctable de ce scoop médiatique, dommages collatéraux, criailleries et bouderies des barons de la Hollandie ? On ne retiendra de cette saisissante chronique que les bonnes phrases, les portraits un peu vachards mais lucides du personnel politique ? Il le sait. Il n'en a cure, pour lui de l'écume et des postures, il connaît trop la foire aux vanités et les féroces ambitions politiciennes, les trahisons des plus proches, la politique comme scène de crimes de petits meurtres entre amis. Et ennemis. Mais se livrer ainsi sans entraves, impudique, en roi nu ? Et l'Olympe, inaccessible empyrée d'un président marmoréen , l'Elysée façon Charles de Gaulle ? Une fiction. La transparence et la politique sans filtre ont laminé cette fausse prétention. La traque journalistique, les secrets et transgressions de la vie privée par les réseaux et la presse ravalent désormais, à son corps défendant, le Prince-président français à une certaine niveau de banalité, de simplicité . Qui est-il vraiment ? La victime d'un délit de faciès politique par son allure de petit notable de province, lou ravi - l'innocent de la crèche - au milieu d'une horde de loups, un velléitaire à l'image affadi incapable de trancher, à la ligne politique ondoyante ? Paradoxalement un atout. On le sous-estime. Mais la réalité est toute autre. Malgré parfois une certaine ingénuité, une mansuétude préjudiciable, Francois Hollande, froid pragmatique, ambitieux sûr de son étoile est tout à sa passion de la res publica. Il est très urbain et sympa mais c'est un dur, une lame. Une carapace douce et un noyau de métal. Il peut être très dur, ce salopard, sans te le dire franchement! témoigne Stéphane le Foll, l'un de ses cinq très rares et indéfectibles amis. Un président ne devrait pas dire ça , Les secrets du quinquennat replace ainsi Hollande au centre du jeu des élections présidentielles. Les sondages le donnent perdant, et alors ? Contrairement à ses prédécesseurs, il devrait se soustraire à son devoir et rendre les armes sans combattre ? Pour le ruminer sa vie durant ? D'autant qu'il a respiré l'ivresse des sommets. Une drogue suprême et que c'est quand il a la tête sous l'eau qu'il se montre le plus fort (Le Foll). Porté à la tête du pays à un moment-clé difficile et complexe de l'Histoire du monde, il assume son bilan J'aurai goûté cinq ans de pouvoir relativement absolu [...] J'aurai imposé à mon camp qui n'y aurait peut-être pas consenti naturellement des politiques que je considère comme justes . UNE CHRONIQUE ET UN MANIFESTE Un acte de candidature. Francois Hollande ne peut s'esquiver, c'est peu dire qu'il piaffe d'affronter la meute des prétendants et les déçus du socialisme. Il rêve de s'affranchir de cette réserve présidentielle qui le bride , d'introniser un nouveau rassemblement le parti du progrès en lieu et place d'un PS à bout de souffle, sclérosé . Il sera donc candidat. Mission impossible, opération suicide ? Une forme de courage et de panache, avec lucidité : il pourra/va perdre, fors l'honneur. Par le truchement des deux journalistes, confidents privilégiés (instrumentalisés ?) de ses confessions, Francois Hollande a dicté ses mémoires, la chronique des travaux et des jours de son ahurissant quinquennat, pour mettre en valeur son bilan , son action et révéler ses talents de stratège à l'intérieur et à l'international, en prenant le peuple de France à témoin de sa vérité. En bref, un manifeste politique, un acte de foi à double détente : pour sa candidature, pour la postérité et pour laisser une trace dans L Histoire. + Lire la suite.