Un Bon Petit Diable Par Comtesse De Ségur (2005)

Posted on

Un

Site De Telechargement Download Un Bon Petit Diable In French EPub PDF -

Description du Un Bon Petit Diable

Site De Telechargement Download Un Bon Petit Diable In French EPub PDF - CLASSIQUE PRIMAIRE COMTESSE DE SEGUR Un bon petit diable Mme Mac'Miche a deux bonheurs au monde : compter son or, et battre le malheureux orphelin dont elle a la garde. Face à cette mégère, le jeune Charles n'a trouvé qu'un moyen de survivre : inventer les mauvais tours et les farces les plus terribles. Arrivera-t-il ainsi à se sortir des griffes ...

Détails sur le Un Bon Petit Diable

Titre de livre : 238 pages
Auteur : Comtesse de Ségur
Éditeur : Hachette Jeunesse
Catégorie : Bibliothèque Rose
ISBN-10 : 2013211708
Moyenne des commentaires client : 3.67 étoiles sur 5 955 commentaires client
Nom de fichier : un-bon-petit-diable.pdf (Vitesse du serveur 22.62 Mbps)
La taille du fichier : 33.13 MB

Commentaire Critique du Un Bon Petit Diable

Gwen21 a écrit une critique à 29 janvier 2014. Gwen21 donne la cote 955 pour Un Bon Petit Diable. A part Folcoche dans l'oeuvre phare d'Hervé Bazin, « Vipère au poing », et la marâtre de Cendrillon, je n'ai pas souvent rencontré en littérature jeunesse une mégère aussi autoritaire et haïssable que la veuve Mac Miche à qui incombe la lourde responsabilité d'élever son jeune cousin, Charles. Un duel entre l'adulte rébarbative et l'enfant facétieux va s'instaurer tout au long de roman qui propose également des personnages secondaires qui, comme très souvent chez la Comtesse, servent à refléter la raison, la morale, le bon sens, la sagesse et la tempérance face à une situation essentiellement faite d'inimitié et de violence psychologique. Charles, surnommé Charlot, est en quelque sorte un Tom Sawyer (de l'américain Mark Twain) avant l'heure. Une dizaine d'années sépare les deux oeuvres et on ne trouvera pas chez Mme Mac Miche une once de l'affection brusque de Tante Polly mais sur le fond, les intrépides bêtises de ces jeunes garçons de 12 ans amèneront un égal sourire sur les lèvres du lecteur. + Lire la suite.
Cielvariable a écrit une critique à 12 mai 2013. Cielvariable donne la cote 955 pour Un Bon Petit Diable. «Comment, te voilà encore, Charles ? dit Juliette en entendant ouvrir la porte. Charles : -Comment as-tu deviné que c'était moi ? Juliette : -Par la manière dont tu as ouvert ; chacun ouvre différemment, c'est bien facile à reconnaître. Charles : -Pour toi, qui es aveugle et qui as l'oreille si fine ; moi, je ne vois aucune différence ; il me semble que la porte fait le même bruit pour tous. Juliette : -Qu'as-tu donc, pauvre Charles ? Encore quelque démêlé avec ta cousine ? Je le devine au son de ta voix. Charles : -Eh ! mon Dieu oui ! Cette méchante, abominable femme me rend méchant moi-même. C'est vrai, Juliette : avec toi, je suis bon et je n'ai jamais envie de te jouer un tour ou de me fâcher ; avec ma cousine, je me sens mauvais et toujours prêt à m'emporter. Juliette : -C'est parce qu'elle n'est pas bonne, et que toi, tu n'as ni patience ni courage. Charles : -C'est facile à dire, patience ; je voudrais bien t'y voir ; toi qui es un ange de douceur et de bonté, tu te mettrais en fureur.» Juliette sourit. «J'espère que non, dit-elle. Charles : -Tu crois ça. Écoute ce qui m'arrive aujourd'hui depuis la première fois que je t'ai quittée ; à ma seconde visite, je ne t'ai rien dit parce que j'avais peur que tu ne me fisses rentrer chez moi tout de suite ; à présent j'ai le temps, puisque ma cousine dort, et tu vas tout savoir.» + Lire la suite.
Cielvariable a écrit une critique à 12 mai 2013. Cielvariable donne la cote 955 pour Un Bon Petit Diable. Dans une petite ville d'Ecosse, dans la petite rue des Combats, vivait une veuve d'une cinquantaine d'années, Mme Mac'Miche. Elle avait l'air dur et repoussant. Elle ne voyait personne, de peur de se trouver entraînée dans quelque dépense, car elle était d'une avarice extrême. Sa maison était vieille, sale et triste ; elle tricotait un jour dans une chambre du premier étage, simplement, presque misérablement meublée. Elle jetait de temps en temps un coup d'oeil à la fenêtre et paraissait attendre quelqu'un ; après avoir donné divers signes d'impatience, elle s'écria : «Ce misérable enfant ! Toujours en retard ! Détestable sujet ! Il finira par la prison et la corde, si je ne parviens à le corriger ! » A peine avait-elle achevé ces mots que la porte vitrée qui faisait face à la croisée s'ouvrit ; un jeune garçon de douze ans entra et s'arrêta devant le regard courroucé de la femme. Il y avait, dans la physionomie et dans toute l'attitude de l'enfant, un mélange prononcé de crainte et de décision. Madame Mac'Miche : -D'où viens-tu ? Pourquoi rentres-tu si tard, paresseux ? Charles : -Ma cousine, j'ai été retenu un quart d'heure par Juliette, qui m'a demandé de la ramener chez elle parce qu'elle s'ennuyait chez M. le juge de paix. Madame Mac'Miche : -Quel besoin avais-tu de la ramener ? Quelqu'un de chez le juge de paix ne pouvait-il s'en charger ? + Lire la suite.