Voir Ci Dessous : Amour Par David Grossman (1995)

Posted on

Voir

Livre Numerique Gratuit Telecharger Voir Ci Dessous : Amour DJVU PDF -Les applications Scribd sont disponibles pour les gizmos Apple et Android. Donc, si vousn'avez pas d'application votre lecteur portable, vous devez utiliser votre PC avec un logiciel de compression pour la décompresser. Vous aurez besoin d'une application de Voir Ci Dessous : Amour PDF, mais la plupart des appareils en ont déjà une déjà installée. Tout ce que vous avez à faire est de collecter les versions Voir Ci Dessous : Amour Pdf et eBook. Beaucoup de livres électroniques vous permettent de personnaliser la taille et le style de la police. Vous trouverez des ebooks gratuits dans la librairie Kindle avec des best-sellers de chaque catégorie.

Description du Voir Ci Dessous : Amour

Livre Numerique Gratuit Telecharger Voir Ci Dessous : Amour DJVU PDF - Momik, fils unique de rescapés des camps de la mort, grandit à Jérusalem dans une famille traumatisée mais qui refuse d'évoquer le passé. Plus tard, devenu adulte et écrivain comme son grand-père Anshel Wasserman, Momik poursuit sa démarche douloureuse pour tenter de comprendre et d'accepter l'Holocauste. Parti en Pologne, il réinvente la vie et la mort de Bruno Schulz. Puis recrée le destin de Wasserman - Schéhérazade qui survécut, nuit après nuit, en racontant au ...

Détails sur le Voir Ci Dessous : Amour

Titre de livre : 259 pages
Auteur : David Grossman
Éditeur : Seuil
Traducteur : Judith Misrahi-Barak ,Ami Barak
Catégorie : Aventure
ISBN-10 : 2020259079
Moyenne des commentaires client : 3.14 étoiles sur 5 11 commentaires client
Nom de fichier : voir-ci-dessous-amour.pdf (Vitesse du serveur 19.04 Mbps)
La taille du fichier : 11.93 MB

Commentaire Critique du Voir Ci Dessous : Amour

bilodoh a écrit une critique à 24 novembre 2014. bilodoh donne la cote 11 pour Voir Ci Dessous : Amour. Israël, les conséquences de la Shoah sur la génération suivante. Première partie du roman, un enfant obsédé par les secrets, les choses innommables qu'ont vécues ses parents. Il a entendu parler de la « Bête nazie », un monstre qui peut se développer n'importe où, l'enfant met alors des animaux en cage pour les observer, attendant qu'ils se transforment. le silence et l'imaginaire, plus lourds que la réalité. Deuxième partie, devenu grand, ses amours, son obsession pour le passé, son refus du bonheur, dans la crainte que tout recommence. Il s'identifie à un disparu et à partir de là, j'ai eu du mal à suivre, car on assiste à de longs passages de divagations se rapportant à la mer dans laquelle l'écrivain Bruno se serait suicidé. Peut-être n'étais-je pas d'humeur suffisamment métaphorique, mais la nage avec les saumons m'a complètement noyée… Je n'ai pas pu me résoudre à poursuivre avec l'histoire de cet oncle qui comme Shéhérazade qui racontait des histoires au commandant du camp pour ne pas mourir. La dernière partie est également très particulière par sa forme, c'est une encyclopédie, des définitions en ordre alphabétique, avec des renvois comme dans le titre : voir ci dessous. J'avais bien aimé « La femme fuyant l'annonce », même si ce n'était pas un livre facile, mais malgré les qualités d'écriture de « Voir ci-dessous : je renonce à le terminer. Même si j'ai apprécié la première partie, j'en garderai le regret d'un rendez-vous manqué… + Lire la suite.
bilodoh a écrit une critique à 24 novembre 2014. bilodoh donne la cote 11 pour Voir Ci Dessous : Amour. « Un poème, c’est comme un flirt, me dit-elle en souriant dans le noir, un roman ressemble davantage au mariage : tu vis avec les personnages longtemps après que l’amour et le désir des débuts se sont éteints » (p.173).
Petitebijou a écrit une critique à 04 septembre 2011. Petitebijou donne la cote 11 pour Voir Ci Dessous : Amour. Mais il savait ce qu'il en était, et il avait peur. Pour se leurrer un peu de temps à autre, il se liait d'amitié avec des gens, écrivait des lettres sentimentales (il croyait presque à leur sentimentalité), feignait l'innocence, il tutoyait ses connaissances (ce qu'il ne faisait jamais par écrit ; peut-être parce que, par écrit, il ne pouvait pas tricher). Il acceptait de donner des conférences et se laissait parfois entraîner dans des fêtes ou bals, où il souriait d'un air embarrassé et se laissait enivrer, pour ne pas décevoir, il parvenait même à ricaner quand on lui tapait jovialement sur sa maigre épaule, affichant sur son visage ironique une expression d'attention, lorsqu'on lui expliquait d'autorité que, pour connaître le désespoir (Le désespoir ! lui criaient-ils à l'oreille, la main sur le coeur, geste dont il n'avait jamais ressenti le besoin, ne sachant que trop où se trouvait son coeur), et pour écrire comme un véritable écrivain, il faut se suicider un peu et avoir le diable au corps de temps en temps. + Lire la suite.