Lettres à Un Jeune Poète Par Rainer Maria Rilke (1993)

Posted on

Lettres à Un Jeune Poète

Livre A Telecharger Gratuitement Lettres à Un Jeune Poète French PDF RTF DJVU -Les cas d'utilisation typiques des documents EPUB incluent les romans, le contenu conçu expressément pour petits et tout autre contenu dont les exigences de mise en page sont limitées et simples. Les livres EPUB ou Adobe PDF peuvent être facilement importés de carte SD et vous pouvez également télécharger directement un ebook de votre choix sur un appareil sans utiliser d'ordinateur pour transférer des fichiers. Les livres EPUB, PDF et Kindlle MOBI convertis ce qui rend tout le parcours de la lecture d'un livre électronique moins satisfaisant. Les fichiers EPUB, PDF et de publication numérique fournissent tous une représentation fidèle des médias sur tous les appareils fonctionnent mieux pour certains types de contenu. Téléchargez un nouveau fichier MOBI PDF ou une couverture de livre et BookFunnel commencera immédiatement à servir les nouveaux fichiers.

Description du Lettres à Un Jeune Poète

Livre A Telecharger Gratuitement Lettres à Un Jeune Poète French PDF RTF DJVU - A un jeune homme qui lui demande s'il doit consacrer sa vie à la poésie, Rainer-Maria Rilke, âgé de vingt-huit ans, adresse un véritable ' guide spirituel '. De 1903 à 1908, il revient inlassablement sur les questions essentielles qui se posent au poète, au créateur. Ces dix lettres sont à la fois un moyen d'accès privilégié à l'univers de Rilke et un manuel de la vie créatrice de portée universelle.

Détails sur le Lettres à Un Jeune Poète

Titre de livre : 328 pages
Auteur : Rainer Maria Rilke
Éditeur : Gallimard
Traducteur : Marc Buhot de Launay
Catégorie : Art D'écrire
ISBN-10 : 2070327884
Moyenne des commentaires client : 4.2 étoiles sur 5 844 commentaires client
Nom de fichier : lettres-à-un-jeune-poète.pdf (Vitesse du serveur 27.83 Mbps)
La taille du fichier : 29.98 MB

Commentaire Critique du Lettres à Un Jeune Poète

Nastasia-B a écrit une critique à 06 mai 2015. Nastasia-B donne la cote 844 pour Lettres à Un Jeune Poète. Je sais, votre profession est dure, elle est en pleine contradiction avec vous-même ; je prévoyais votre plainte et savais qu'elle se manifesterait. Maintenant qu'elle s'est exprimée, je ne puis pas vous apaiser, je ne puis que vous conseiller de réfléchir : toutes les professions ne sont-elles pas pleines d'exigences, pleines d'hostilité à l'égard de l'individu, tout imprégnées en quelque sorte par la haine de ceux qui sont restés muets face au devoir objectif et s'y sont pliés en maugréant. La condition au sein de laquelle il vous faut désormais vivre n'est pas plus lourdement grevée de conventions, de préjugés et d'erreurs que toutes les autres, et s'il en est certaines qui font montre d'une plus grande liberté, il n'en est aucune qui offre par elle-même de l'ampleur et de l'espace ni qui soit en relation étroite avec les grandes choses dont est faite la vraie vie. Lettre du 23 décembre 1903. + Lire la suite.
brigetoun a écrit une critique à 14 avril 2010. brigetoun donne la cote 844 pour Lettres à Un Jeune Poète. Presque toutes nos tristesses sont, je crois, des états de tension que nous éprouvons comme des paralysies, effrayés de ne plus nous sentir vivre. Nous sommes seuls alors avec cet inconnu qui est entré en nous, pouvant vous être de quelque secours ou utilité. De grandes et multiples tristesses auraient donc croisé votre route et leur seul passage, dites-vous, vous a ébranlé. De grâce, demandez-vous si ces grandes tristesses n’ont pas traversé le profond de vous-même, si elles n’ont pas changé beaucoup de choses en vous, si quelque point de votre être ne s’y est pas proprement transformé. Seules sont mauvaises et dangereuses les tristesses qu’on transporte dans la foule pour qu’elle les couvre. Telles ces maladies négligemment soignées et sottement, qui ne disparaissent qu’un temps pour reparaître ensuite plus redoutables que jamais. + Lire la suite.
OumG a écrit une critique à 01 mai 2017. OumG donne la cote 844 pour Lettres à Un Jeune Poète. J'ai l'impression que beaucoup lisent ces lettres comme une sorte de manuel de développement personnel. Pourtant aucune ambiguïté dans le titre. Jeune poète. Poète. Les poètes sont peu. Pas moi. Probablement pas vous – et je ne vous le souhaite pas. Très rares furent les poètes comme Rilke. À l'aise nulle part, souffrant partout, déménageant sans cesse. Le processus créatif de Rilke ne procède pas de recettes ou de méthodes. Il commence à composer les élégies de Duino en 1912. Mais en 1916 voilà les années de sécheresse. Errance. Désespoir de ne pouvoir les terminer. Et en 1922, d'un seul coup, sans prévenir, l'inspiration revient. Et il termine son chef d'oeuvre. « Car le beau n'est que le commencement du terrible, ce que tout juste nous pouvons supporter. Et nous l'admirons tant parce qu'il dédaigne de nous détruire. » Êtes-vous prêt à vous approcher de la destruction ? Les lettres sont une chance de pénétrer dans le processus de création poétique de Rilke. Processus qui n'a rien d'heureux. La solitude revient souvent. La solitude du poète. Qui est je crois comme l' « intimité polaire » dont parle Dickinson. Solitude choisie et douloureuse. Entre vous et moi, est-ce souhaitable pour un être humain ? La réponse de Rilke est dans le Testament, « Qu'est-ce qui me serait plus inutile à la fin qu'une vie consolée ? » Il insiste sur la retraite intérieure dont peut sortir ou non, mais de manière impérieuse, la fibre créatrice. Quelque chose d'entièrement intérieur. De totalement indifférent à l'attente ou aux jugements des autres. On le sent plein de bienveillance pour son correspondant. Consolateur dans la page 8 avec une très belle page sur la tristesse. L'enfance, l'amour et le sexe sont d'autres thèmes abordés. Si vous n'avez jamais lu Rilke, lisez plutôt les élégies. C'est toute la différence entre en parler et le faire. Même par procuration. + Lire la suite.