Le Silmarillion Par J.R.R. Tolkien (2003)

Posted on

Le Silmarillion

Telechargement De Livre Gratuit Le Silmarillion In French PDF PDB CHM -Si vous ne voyez pas les livres comme alternative, vous pouvez le sélectionner dans vos choices. Vous pouvez également transformer des livres en livre audio en cliquant sur l'icône du haut-parleur. Vous pouvez emprunter des livres numériques en ligne gratuitement et manhunter est assez vaste.Si le livre adhère aux meilleures pratiques du BDSM, nous invitons les auteurs et les. La plupart des livres conviennent à des fins éducatives. Le deuxième livre de la série, songs in the Garden residence et le troisième, Café Maracanda, sont également disponibles gratuitement sur notre website.

Description du Le Silmarillion

Telechargement De Livre Gratuit Le Silmarillion In French PDF PDB CHM - Les Premiers Jours du Monde étaient à peine passés quand Fëanor, le plus doué des elfes, créa les trois Silmarils. Ces bijoux renfermaient la Lumière des Deux Arbres de Valinor. Morgoth, le premier Prince de la Nuit, était encore sur la Terre du Milieu, et il fut fâché d'apprendre que la Lumière allait se perpétuer. Alors il enleva les Silmarils, les fit sertir dans son diadème et garder dans la forteresse d'Angband. Les elfes prirent les armes pour reprendre...

Détails sur le Le Silmarillion

Titre de livre : 209 pages
Auteur : J.R.R. Tolkien
Éditeur : Distribooks
Catégorie : épopée
ISBN-10 : 2266121022
Moyenne des commentaires client : 3.95 étoiles sur 5 1238 commentaires client
Nom de fichier : le-silmarillion.pdf (Vitesse du serveur 26.51 Mbps)
La taille du fichier : 28.74 MB

Commentaire Critique du Le Silmarillion

Piling a écrit une critique à 07 août 2008. Piling donne la cote 1238 pour Le Silmarillion. incipit : Il y eut Eru, le Premier, qu'en Arda on appelle Ilùvatar ; il créa d'abord les Ainur, les Bénis, qu'il engendra de sa pensée, et ceux-là furent avec lui avant que nulle chose ne fût créée. Et il leur parla, leur proposa des thèmes musicaux, ils chantèrent devant lui et il en fut heureux. Un long temps s'écoula où ils chantèrent chacun seul, ou à quelques-uns, pendant que les autres écoutaient, car chacun ne comprenait que cette part de l'esprit d'Ilùvatar d'où lui-même était issu, et le sentiment de leur ressemblance mit longtemps à venir. Pourtant une meilleure compréhension leur vint à mesure qu'ils écoutaient et les fit croître en accord et en harmonie. Et il fut un jour où Ilùvatar fit rassembler tous les Ainur pour leur soumettre un thème magnifique qui leur dévoilait des choses plus grandes et plus merveilleuses qu'il ne leur avait encore révélé. + Lire la suite.
lecassin a écrit une critique à 20 décembre 2016. lecassin donne la cote 1238 pour Le Silmarillion. Oeuvre publiée quatre ans après la mort de J.R.R Tolkien, « le Silmarillion » est un texte qui n'en fut pas moins commencé vers 1910 auquel l'auteur a travaillé toute sa vie. Inachevé, son fils, Christopher décide de réunir les éléments et de procéder à sa publication. En fait, « le Silmarillion », ce sont cinq parties distinctes : - L'Ainulindalë : cette partie peut être considérée comme « Genèse » de la cosmogonie de Tolkien. « Eä », l'univers est créé par la volonté d'Eru Ilúvatar et engendré par les chants des Ainur, dont il est l'émanation. Apparaît la note discordante de Melkor… - le Valaquenta : le monde étant créé, certains des Ainur choisissent d'en devenir les gardiens, sous le nom de Valar et Maiar ; les Maiar de moindre importance, mais comprenant malgré tout des Balrogs et surtout Melchor tourné vers les ténèbres et par ailleurs dénommé Morgoth, avec son lieutenant Sauron. - le Quenta Silmarillion : ici, on assiste à la transformation forcée, à coup de guerres destructrices, d'Arda en « Terre du Milieu », ainsi qu'au développement des sociétés elfiques et humaines. C'est à cette époque du « Premier âge du Soleil » que Fëanor crée les Silmarils, trois joyaux que Melchor/Morgoth dérobera et intégrera à son diadème… - L'Akallabêth : relate l'histoire de l'île de Númenor et de sa chute, au Second Âge. Une chute qui devra beaucoup au sinistre Sauron (déjà)… - Les Anneaux de Pouvoir et le Troisième Age : Tolkien nous relate ici comment les Anneaux de pouvoir ont été forgés par les Elfes avec l'aide de Sauron, et comment ce dernier tentera de les utiliser pour réduire en l'esclavage la Terre du Milieu aux Second et Troisième Âges. Un dernier chapitre qui peut s'assimiler à un prologue à « Bilbon le Hobbit » qui raconte comment Bilbon Sacquet est entré en possession de l'Anneau de Pouvoir… Si comme moi, vous découvrez « le Silmarillion » après avoir lu et apprécié la trilogie du « Seigneur des Anneaux », sachez que vous retrouverez dans cet ouvrage posthume tous les aspects qui vous ont séduits dans « le seigneur des Anneaux »… mais partiellement… Partiellement, car ouvrage inachevé, il est composé de parties probablement rédigées en totalité par J.R.R. tandis que d'autres « squelettiques » sont restituées par son fils, quasiment sous forme de plan. A mon avis si Tolkien avait fini la rédaction de cet ouvrage lui-même, il aurait eu matière à une nouvelle trilogie, celle des « Temps Anciens »… Qu'importe. « le Silmarillion » reste un ouvrage indispensable aux amateurs indéfectibles de Tolkien, dans la mesure où il présente les fondements du « Seigneur des Anneaux », son chef d'oeuvre ; et ce malgré les réserves présentées plus haut. + Lire la suite.
Folfaerie a écrit une critique à 31 août 2010. Folfaerie donne la cote 1238 pour Le Silmarillion. Oeuvre posthume recomposée et publiée par Christopher Tolkien, le Silmarillion regroupe les récits et légendes de la création d'Arda et donc de la Terre du Milieu. Ce sont des fragments, parfois sans liens ou cohérence car Tolkien les retravailla tout au long de sa vie mais qui gardent toujours un fil conducteur. On passe ainsi de Ainulindalë, lorsqu'Eru crée Arda à travers la Musique des Ainurs à L Histoire des Valar et des Maiar d'après les récits des Eldars, avant d'en arriver au Quenta Silmarillion, la fameuse histoire des Silmarils. On retrouve ici certaines connaissances comme Cirdan ou Galadriel, et on peut enfin lire les magnifiques récits consacrés à Beren et Luthien ou encore Turin. Dans une quatrième partie, Tolkien retrace l'histoire de Numenor, sa gloire et sa chute. Le Silmarillion se clôt avec les Anneaux du pouvoir et le troisième âge où le lecteur encore habité par le Seigneur des Anneaux retrouvera avec délices de vieux amis... Le Silmarillion s'apparente grandement aux grands sagas nordiques, par le sujet et la construction. La fatalité des Dieux, le destin tout tracé de certains personnages, les quêtes... A lire absolument le récit sur Beren et Luthien (qui préfigure l'histoire liant Aragorn à Arwen) où nous croisons le grand chien Huan et le loup Carcharoth. Il est intéressant d'en savoir beaucoup plus sur les Elfes. de ma lecture du Seigneur des Anneaux, j'avais gardé une image des Elfes bien précise et flatteuse. Surtout en comparaison des hésitations et des faiblesses des Hommes. Mais avec le Silmarillion, on découvre que parmi ce noble peuple, certains ont succombé au côté obscur de la Force, surtout par orgueil, et qu'il résulta bien des malheurs, et notamment des luttes fratricides. Le personnage central qui est cause des événements tragiques de cette vaste épopée est bien évidemment Morgoth, autrefois Melkor le Valar. N'oublions pas que Sauron n'était rien d'autre que son vassal... Il trame, complote, sème le doute et la jalousie, ivre de vengeance et avide de pouvoir. le Premier Age est ponctué de guerres et de trahisons. On croise le dragon Smaug, les Balrogs et bien évidemment les Orcs. C'est relativement sombre et sanglant. Certains récits ne sont que des descriptions, toujours riches et intéressantes, d'autres sont composés de faits héroïques, d'actes désespérés, la plupart sont poignants, à l'image du cruel destin des fils de Fëanor, liés par ce terrible serment. Le Silmarillion est, à mon humble avis, une oeuvre capitale pour mieux comprendre les événements du Seigneur des Anneaux. La lecture n'en est pas si difficle, à condition de s'habituer aux nombreux double-noms de certains personnages (selon la langue) et de s'aider des arbres généalogiques et des cartes pour mieux s'y retrouver, car il est vrai que les récits abondent en personnages importants, tant du côté des Elfes que des Humains. Une vaste fresque, épique, riche et dense qui me ravit toujours. Enfin, comment ne pas être confondue et ébahie devant l'ampleur de l'oeuvre de Tolkien ? Il a su créer un monde neuf et original, à la fois beau et triste, où la nature tient une grande place... Une oeuvre qui n'a pas d'équivalent à ce jour, qu'on se le dise ! Lien : http://lectures-au-coin-du-f.. + Lire la suite.